Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvariaMorphogenèse des espaces ornés de...

Morphogenèse des espaces ornés de plein-air en milieu tropical humide : analyse archéo-géomorphologique des sites d’art rupestre précolombiens de Trois Rivières (Guadeloupe, Petites Antilles)

Morphogenetic processes on open-air rock art sites in tropical context: archaeo-geomorphological analysis of the pre-Columbian rock art sites of Trois-Rivières (Guadeloupe, French West Indies)
Jean-Jacques Delannoy, Johan Berthet, Christian Stouvenot et Julien Monney
p. 33-51

Résumés

Cet article souligne les apports de l’archéo-géomorphologie dans l’étude de l’organisation spatiale des sites d’art rupestre de plein-air en milieu tropical humide. Cette démarche développée initialement pour l’étude des grottes et abri-sous-roche a été appliquée à deux ensembles de roches gravées précolombiennes de Trois-Rivières (Guadeloupe), à savoir le Parc Archéologique des Roches Gravées et le site du Petit-Carbet. L’objectif était d’identifier les processus géomorphologiques (gravitaires, biologiques, hydrologiques, etc.) à l’origine de la géométrie actuelle de ces ensembles gravés. Pour ce faire, une cartographique géomorphologique à haute résolution, associée à une numérisation 3D, a été menée afin de discriminer l’évolution pré- et post-ornementation. Il ressort que, préalablement à leur ornementation, l’altération différentielle des roches volcaniques a favorisé l’émergence de monolithes rocheux, lesquels ont ensuite été soumis aux processus mécaniques (écaillage et écroulement). En dehors des actions anthropiques ayant entraîné le déplacement de roches gravées, l’étude menée sur site souligne l’intervention de processus phytomécaniques jusque-là insoupçonnés. La prise en compte de ces processus permet de restituer l’agencement de blocs gravés au moment de leur ornementation. À un autre niveau, l’identification d’espaces plans dénués de roches ornées a été interrogée. Ils résultent de comblements sédimentaires post-ornementation liés à d’anciens écoulements. Ces données ouvrent de nouvelles perspectives en matière d’investigations géophysiques et archéologiques à même de déboucher sur une meilleure appréhension des topographies contemporaines des fréquentations passées et potentiellement sur la mise à jour d'ensembles ornés enfouis.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 13 octobre 2020, reçu sous forme révisée le 04 mai 2021, définitivement accepté le 14 juillet 2021

Texte intégral

Les recherches menées dans le cadre du projet « Roches gravées de Guadeloupe : Archéologie, sens et société » ont bénéficié du soutien du ministère de la Culture (MC) par le biais du service régional de l’Archéologie (SRA) de la direction des Affaires culturelles de la Guadeloupe (DAC Guadeloupe) ainsi que du conseil régional de la Guadeloupe. Le conseil départemental de la Guadeloupe et la municipalité de Trois-Rivières, ainsi que la 3ème compagnie de formation professionnelle du RSMA et les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) « Sur les traces des Amérindiens » gérés par l’association Verte Vallée ont fourni un appui logistique essentiel lors des opérations de terrain. Nos remerciements vont également à l’association Ouacabou qui a assuré la gestion des crédits dévolus à ces recherches. Merci par ailleurs au service de conservation du Parc Archéologique des Roches Gravées de Trois-Rivières et en particulier à Susana Guimarães, de même qu’aux propriétaires des sites qui nous ont autorisé à effectuer des recherches sur leurs terrains, et au Service monuments historiques et architecture (SMHA) de la DAC Guadeloupe. Nos remerciements à Kim Génuite et aux relecteurs pour leurs commentaires qui ont permis d’améliorer cet article.

1. Introduction

1La recension des sites d’art rupestre par grandes aires géographiques souligne un moindre nombre de travaux en milieu tropical humide ou équatorial (https://whc.unesco.org). Cette situation n’est pas l’expression d’une plus faible présence de ces sites dans de tels environnements comme l’indiquent les récentes recherches conduites sur des grottes et abri-sous-roche ornés (Aubert et al., 2018 ; Lespez et Garnier, 2018 ; Gupta, 2011 ; de Mello Aurojo et Piló, 2017 ; Perrot-Minnot, 2019 ; Roman Ramos, 2020 ; O’Connor et al., 2020 ; Standish et al., 2020). Elle reflète plutôt les difficultés d’identification des sites de plein-air (roches gravées, surfaces gravées, etc.) dues à la présence d’une importante couverture bio-pédologique (Canuto et al., 2018). Les conditions bio-climatiques ont également pour conséquence d’altérer les entités graphiques de plein-air et d’amoindrir leur lisibilité. On retrouve ce même phénomène pour les patrimoines bâtis à l’exemple des temples d’Angkor (André et al., 2008, 2014). La différence entre ces derniers et les roches gravées est leur empreinte spatiale et leur visibilité dans le paysage même fortement forestier.

2De nombreux travaux existent par ailleurs sur les processus biologiques, hydro-climatiques, géomorphologiques et anthropiques intervenant sur l’état de conservation des sites ornés souterrains et de plein-air et ce dans les différentes aires géographiques et culturelles de la planète (Gillipsie, 1983 ; Gibbons, 1984 ; Sullivan, 1991 ; Tyagi, 1991 ; Strecker et Taboada, 1999 ; Hoerle et Salon, 2004 ; Deacon 2006 ; Biswas et al., 2013 ; Taçon et al., 2014 ; Agnew et al., 2015). Néanmoins, ils concernent pour l’essentiel les zones de moyennes latitudes, méditerranéennes et subtropicales, le plus souvent arides, et sont généralement limités à l’étude ponctuelle de sites majeurs dans le cadre de leur classement au patrimoine mondial de l’Humanité. Si ces recherches ont permis d’identifier les principaux facteurs de dégradation des états de surface (parois, blocs, affleurements rocheux) sur les sites ornés, le rôle et la part des altérations d’ordre biologique sur l’intégrité des biens archéologiques pariétaux (micro-organismes bactériens, fongiques, etc.) constituent un enjeu actuel fondamental de recherche (Childers, 1994 ; Bastian et al., 2010 ; Alonso et al., 2018, 2019 ; Delannoy et Mauriac, 2019) qui nécessite de nouvelles approches plus intégratives des sites archéologiques (Lenoble et al., 2013 ; Chalmin et al., 2017 ; Delannoy, 2018).

3Les travaux engagés depuis 2015 sur les roches gravées de Guadeloupe au sein du projet collectif de recherche (PCR) « Roches gravées de Guadeloupe – Archéologie, Sens et Société » (Monney, 2018) s’inscrivent dans cette approche intégrative. Jusqu’alors, peu de recherches se sont attelées à la compréhension de la disposition de ces roches au sein des sites reconnus et de leur état de conservation en tenant compte à la fois : (i) des conditions propres à ce climat subtropical humide, périodiquement sujet à des phénomènes cycloniques de grande ampleur, (ii) de la nature volcanique des supports gravés particulièrement sensibles aux processus d’altération ainsi que (iii) des modalités d’anthropisation de ce milieu insulaire durant et depuis la période coloniale. Bien que des travaux aient été menés depuis plus d’un siècle sur les roches gravées de Guadeloupe (Hamy, 1902 ; Froidevaux, 1920 ; Merwart, 1922 ; Bouge, np ; Gilbert, 1992 ; Dubelaar, 1995 ; Richard, 1991, 2008 ; Delpuech, 2001 ; Delpuech et al., 1994, 1995 ; Ruig, 2001 ; Bonnissent, 2008 ; Lenoble et al., 2013 ; Monney, 2020), et que de nouveaux moyens de prospections aient récemment été mis en œuvre (Monney, 2019), l’analyse spatiale de ces ensembles ornés est confrontée aux obstacles inhérents au contexte physique et climatique de la Guadeloupe. En dehors des contraintes de lisibilité et d’altération fréquentes en climat tropical humide, une des difficultés d’appréhension est que la plupart des roches gravées de Guadeloupe sont de petite taille (métrique à infra-métrique) et qu’elles possèdent un caractère « flottant » les rendant particulièrement sensibles aux processus de remobilisation ; les « blocs flottants » désignent les roches – gravées ou non – qui ne sont pas en connexion avec le substrat rocheux. Dans le meilleur des cas, ils sont posés, voire légèrement ancrés, à la surface du sol. Le plus souvent, ils peuvent être renversés ou même retournés. Inventorier les roches gravées à l’échelle de l’île et des sites compte tenu de ces remobilisations et des difficultés de lecture induites par la forte bio-glyptogenèse tropicale est l’un des axes de recherche du PCR « Roches gravées de Guadeloupe ». En dehors des prospections d’art rupestre proprement dites, ce programme, rassemblant archéologues, anthropologues, géographes, géomorphologues et acteurs de la conservation, a pour objectif de définir l’évolution morphogénique de ces ensembles ornés depuis leur mise en place. Il s’agit ainsi de disposer d’éléments de discussion objectifs quant à la distribution des sites ornés dans le paysage (voire leur absence dans certains secteurs) et à leur agencement interne. Ceci passe notamment par une identification précise des processus responsables de la distribution spatiale actuelle des roches gravées.

4Afin de discerner la nature et la part des processus liés à la forte bio-glyptogenèse tropicale et à l’anthropisation, l’étude a été engagée sur plusieurs sites de la commune de Trois-Rivières où sont recensés les neuf dixièmes des roches gravées connues de Guadeloupe (Monney, 2019). Elle s’appuie sur l’approche archéo-géomorphologique laquelle est de plus en plus mobilisée dans l’étude des sites archéologiques et ornés (David et al, 2019 ; Delannoy et al., 2017, 2019, 2020 ; Harris et Gunn, 2018 ; Jaillet et al. 2017 ; Monney et Jaillet, 2019 ; Genuite et al., 2021). En croisant les données archéologiques et géomorphologiques dans une même chaîne de raisonnement, cette démarche permet de rendre compte des phénomènes et des actions à l’origine de la disposition des blocs rocheux (qu’ils soient ornés ou non) et, par approches successives, de discuter de la configuration des lieux au moment de l’ornementation. Cette approche intégrative de données de différentes natures (archéologiques, géologiques, géomorphologiques, biologiques, culturelles, etc.) est développée dans cet article sur deux secteurs de forte concentration de roches gravées de Guadeloupe, à savoir le Parc Archéologique des Roches Gravées et le lieu-dit Petit-Carbet (Trois-Rivières).

2. Présentation des sites étudiés : spécificités et questionnements archéologiques

5L’article se concentre sur la commune de Trois-Rivières qui possède la plus forte densité d’art rupestre de toutes les Petites Antilles (Dubelaar, 1995 ; Richard, 1991 et 2008 ; Delpuech, 2001 ; Bonnissent, 2008 ; Monney, 2019 et 2020). Trois zones se distinguent (fig. 1) : au sud-ouest, le quartier de Bord-de-Mer dont le Parc Archéologique des Roches Gravées ; au nord, le quartier du Petit-Carbet ; et au sud-est, le rebord littoral entre l’embouchure de la Coulisse et l’Anse Duquéry. La zone située au centre de ce triangle est moins densément dotée en roches gravées. Cette différence de densité peut être imputée pour partie au développement agricole et urbain de Trois-Rivières, pour partie à l’exploitation industrielle des roches (envoyées au concassage ou exploitées pour l’enrochement des littoraux) et pour partie à un déficit de prospections (Monney, 2020). L’article porte plus particulièrement sur la partie sud-est du Parc Archéologique des Roches Gravées (« Rotonde des Capitaines ») et la moitié nord-est de la station Dérussy au lieu-dit Petit-Carbet. Ces deux secteurs permettent de couvrir la plupart des évolutions des supports rocheux gravés avant et après leur ornementation. En effet, bien qu’ils se développent tous deux sur des assises volcaniques (fig. 1C), la variabilité pétrographique et l’épaisseur des coulées de lave (Boudon et al., 1988 ; Samper, 2007) se traduisent sur chacun de ces sites par différentes morphologies de reliefs (abrupts, monolithes, chaos de blocs, etc.) ayant pu contribuer au choix de ces emplacements, à l’organisation spatiale interne de leur dispositif rupestre respectif ainsi qu’à leur modification au cours du temps et à leur préservation.

Fig. 1 - Localisation générale du complexe de sites de Trois-Rivières et de son environnement géologique.
Fig. 1 - Location of the sites complex of Trois-Rivières in the Guadeloupe archipelago and Geological map.

Fig. 1 - Localisation générale du complexe de sites de Trois-Rivières et de son environnement géologique.Fig. 1 - Location of the sites complex of Trois-Rivières in the Guadeloupe archipelago and Geological map.

A : Situation du complexe de sites de Trois-Rivières dans l’archipel de Guadeloupe ; B : Situation géographique de la Station Dérussy et du Parc Archéologique des Roches Gravées sur la commune de Trois-Rivières. La densité relative en roches gravées est indiquée par le dégradé de rouge (crédits numériques : IGN Litto3D® ; DAO : J. Monney) ; C : Carte géologique : les plus anciennes unités magmatiques sont pliocènes et visibles sur la bordure littorale (Parc Archéologique des Roches Gravées et zone portuaire). Elles sont recouvertes par des coulées labradoritiques quaternaires provenant du complexe volcanique de la Madeleine (q α cI), elles-mêmes surmontées par les coulées andésitiques supérieures de la Madeleine (q α cII). Le contact de ces dernières sur les coulées inférieures se marque dans le paysage par des ruptures de pente perceptibles sur le MNT (Fond topographique ombré : J. Berthet – Styx 4D – d’après données numériques IGN Litto3D® – Données géologiques d’après Samper, 2007 et carte géologique Basse Terre - BRGM).
A: Location of complex of sites Trois-Rivières (Guadeloupe archipelago); B: Location of Dérussy Station and the Engraved Rocks Archaeological Park. The gradation of red shows the relative density of rock art (from IGN Litto3D®; digital drawing: J. Monney); C: Geological map: the oldest magmatic units date from Pliocene and can be seen on the shoreline (Archaeological Park and harbour). They are covered by quaternary labradorite flows coming from the volcanic complex of the Madeleine (q α cI). These are overlapped by the upper andesitic lava flows of the Madeleine (q α cII). The contact of the latter with the lower lava flows is clearly marked in the landscape by slope breaks visible on the digital elevation model (shaded topographic background: J. Berthet - Styx 4D - from IGN Litto3D® digital data - Geological data from Samper, 2007 and Basse-Terre geological map - BRGM).

2.1. Le Parc Archéologique des Roches Gravées

6Avec 29 ensembles gravés répertoriés comprenant 100 gravures et 51 cuvettes ou surfaces de polissage (Monney, 2009), le Parc Archéologique des Roches Gravées est l’un des hauts-lieux de l’art rupestre précolombien des Petites Antilles. Une ornementation monumentale y a été mentionnée dès la première moitié du XIXème siècle (Langin, 1848) et a fait l’objet depuis de nombreux travaux d’inventaire et de recherche (Hamy, 1902 ; Froidevaux, 1920 ; Merwart, 1922 ; Bouge, np ; Gilbert, 1992 ; Dubelaar, 1995 ; Ruig, 2001 ; Monney, 2009). Ces études se sont prolongées par des opérations d’archéologie préventive en marge de l’aménagement touristique du parc (Bonnissent, 2010 ; Romon, 2019 ; Serrand, 2021). Classé au titre des Monuments Historiques depuis 1974, le Parc a été ouvert au public l’année suivante. Aujourd’hui, il constitue un support majeur de valorisation de l’art rupestre dans les Petites Antilles (Delpuech et al., 1995). Son aménagement paysager avec une végétation entretenue et peu couvrante, ainsi que sa protection précoce en font un lieu particulièrement adapté à la lecture des processus géomorphologiques liés à l’environnement géologique, topographique et archéologique. Situé à moins de 200 m du littoral, entre 20 et 60 m d’altitude (fig. 2), le Parc s’inscrit dans un amphithéâtre naturel limité au nord par un escarpement d’une trentaine de mètres de commandement. Au bas de cet escarpement, se développe un long glacis peu pentu en direction du littoral. D’imposants monolithes isolés et des alignements de gros blocs rocheux se répartissent à sa surface (fig. 2) ; la plupart des gravures rupestres du Parc concerne ces structures rocheuses. Ce site est également drainé par un petit torrent (du nom de « Petite Rivière ») ; alimenté par des sources situées au pied de l’escarpement septentrional. Ce cours d’eau incise sur quelques mètres le glacis en un parcours cascadant.

7Au sein du Parc, l’étude s’est concentrée sur le secteur sud-est et plus précisément sur l’espace compris entre les principaux ensembles gravés de « La Tortue » (Prg-01), du « Cacique » (Prg-05) et des « Capitaines » (Prg-02). Cet espace qui regroupe la majorité de l’ornementation autour de la « rotonde des Capitaines », présente l’intérêt de montrer par ailleurs un échantillon représentatif des principales caractéristiques morphologiques du Parc.

Fig. 2 – Carte de situation du Parc Archéologique des Roches Gravées et localisation du relevé géomorphologique au sein du parc (carré).
Fig. 2 – Map of the Engraved Rocks Archaeological Park of Trois-Rivières and location of the area where the geomorphological mapping was made (square).

Fig. 2 – Carte de situation du Parc Archéologique des Roches Gravées et localisation du relevé géomorphologique au sein du parc (carré).Fig. 2 – Map of the Engraved Rocks Archaeological Park of Trois-Rivières and location of the area where the geomorphological mapping was made (square).

Les points rouges indiquent la position des roches gravées (DAO et cliché : J.-J. Delannoy ; Fond topographique d’après cabinet Simon Floriant, avril 1996).
The red dots are for the engraved rocks (Tracing and photo: J.-J. Delannoy; Topographic map after Simon Floriant, April 1996).

2.2. Le lieu-dit Petit-Carbet et la Station Dérussy

8Recouvrant plusieurs propriétés différentes (parmi lesquelles la station Dérussy), le Quartier Petit-Carbet comprend la plus forte concentration en art rupestre de Trois-Rivières et des Petites Antilles en général. Contrairement à la majorité des ensembles ornés de Guadeloupe, il occupe une zone de plateau tout à la fois distante de la rivière du Petit-Carbet et en retrait des côtes, ce qui en fait un espace archéologique particulier (Monney, 2020).

9Depuis 1916, suite au premier signalement de roches gravées à cet endroit, plusieurs études archéologiques y ont été menées (Merwart, 1916 ; Bouge, np ; Gilbert, 1992 ; Delpuech et al., 1994, 1995 ; Dubelaar, 1995 ; Ruig, 2001 ; Samuelian, 2014 ; Monney, 2009, 2018, 2019). À l’heure actuelle, 112 roches gravées et/ou portant des surfaces de polissage sont connues sur la station Dérussy, ce qui représente près de la moitié (47 %) de toutes celles identifiées au sein de la concentration du Petit-Carbet (Monney, 2018). Ce terrain possède l’avantage d’avoir été relativement épargné par l’activité agricole intensive de la seconde moitié du 20ème siècle. En effet, depuis son exploitation à l’époque coloniale, il n’a pas subi de mécanisation importante susceptible de démanteler les ensembles de blocs gravés. Ce fait est essentiel étant donné que les édifices gravés sont ici majoritairement de taille modeste (métrique à inframétrique) et de nature « flottante » (fig. 3) ; deux paramètres les rendant particulièrement vulnérables à toute mécanisation agricole intensive. Ici, l’exploitation vivrière récente, de type jardin créole, a eu peu d’incidence sur la disposition des blocs rocheux en particulier en ce qui concerne les plus grands ; les plus petits blocs, aisément transportables ont néanmoins pu être déplacés sur des distances qui restent à préciser.

Fig. 3 – Station Dérussy : exemple de disposition de blocs gravés ou non à la surface du sol après débroussaillage du secteur et ratissage des débris végétaux.
Fig. 3 – Dérussy Station: layout of the boulders, engraved or not.

Fig. 3 – Station Dérussy : exemple de disposition de blocs gravés ou non à la surface du sol après débroussaillage du secteur et ratissage des débris végétaux.Fig. 3 – Dérussy Station: layout of the boulders, engraved or not.

Cliché : J. Monney.
Photo: J. Monney.

10De prime abord, la topographie peu marquée de ce secteur et sa végétation luxuriante (fig. 4) rendent délicate la lecture et l’appréhension des connexions géomorphologiques avec le relief environnant, notamment avec les anciens tracés de la rivière du Petit-Carbet. En l’absence de débroussaillage, cette difficulté de lecture du relief impacte directement l’analyse des relations entre la distribution des roches gravées et les affleurements rocheux. De plus, ces derniers se limitent à quelques affleurements de faible extension au ras de la surface topographique. Seuls quelques gros blocs en place et d’autres faiblement remaniés permettent de poser une base de travail sur l’évolution de la répartition spatiale des roches gravées de la Station Dérussy. L’étude présentée dans cet article a, par conséquent, nécessité la réalisation d’un débroussaillage préalable de toute la zone présentant un intérêt en matière d’analyse archéo-géomorphologique et plus précisément du secteur nord-est de la station.

Fig. 4 - Exemple des environnements rencontrés avant débroussaillage dans et aux abords des sites ornés de Trois-Rivières (ici au lieu-dit Petit-Carbet).
Fig. 4 - Example of the vegetation cover on the rock art sites of Trois-Rivières prior to clearance.

Fig. 4 - Exemple des environnements rencontrés avant débroussaillage dans et aux abords des sites ornés de Trois-Rivières (ici au lieu-dit Petit-Carbet).Fig. 4 - Example of the vegetation cover on the rock art sites of Trois-Rivières prior to clearance.

La visibilité ne dépasse pas quelques mètres et rend très complexe, voire impossible, la prospection archéologique et le relevé géomorphologique sans procédures de débroussaillage de grande envergure (Photo J. Monney).
Visibility does not exceed a few meters and makes archaeological and geomorphological investigations very complex, if not impossible, without the implementation of large-scale clearing procedures (photo: J. Monney).

11Du fait de leur spécificité archéologique réciproque et de la différence de leur contexte topographique, géologique et paysager, les deux secteurs étudiés (Rotonde des Capitaines et Station Dérussy nord-est) permettent de couvrir un large spectre des dynamiques morphogéniques susceptibles d’avoir participé à l’évolution du couvert rocheux et d’avoir modifié la distribution des roches gravées. Cette compréhension est fondamentale dans l’étude de l’organisation des sites gravés ainsi que lors de la comparaison de différents espaces géographiques au sein des Petites Antilles.

3. Approche intégrée des sites gravés : l’apport de la cartographie archéo-géomorphologique

12Afin de répondre aux enjeux archéologiques, une approche par étapes successives a été mise en place sur les deux sites d’étude. La première étape a consisté à étudier les roches gravées en place ou sub-en place situées à proximité des affleurements rocheux. Elle a permis de distinguer les ensembles lithologiques qui, a priori, ont été privilégiés pour l’ornementation. Sur cette base, un traçage pétrographique a pu être engagé entre les affleurements rocheux et les blocs « flottants » au sol permettant ainsi d’évaluer les distances et d’interroger les causes de leur déplacement. Une attention a également été portée durant cette étape à la définition des assises sensibles à l’altération rendant délicate la lisibilité des pétroglyphes. Il s’agissait ici de rendre compte des différents processus morphogéniques ayant contribué à la dégradation des roches ornées et à la modification de leur disposition au sein du site. Dans les secteurs anthropisés (épierrement, accumulation de blocs déplacés, etc.), la lecture des modifications a également été réalisée à partir du traçage pétrographique entre les affleurements rocheux et des blocs déplacés. Cette méthode permet ainsi de rendre compte de l’importance des transformations du paysage archéologique.

13Dans le contexte volcanique de Trois-Rivières, les distinctions de structure et de texture au sein de mêmes coulées ne sont pas aisées car elles varient fortement d’un secteur à un autre en fonction des conditions d’écoulement ou de refroidissement de la lave. C’est pourquoi le travail de diagnostic et de traçage pétrographique a été réalisé par petit espace à partir de l’étude des monolithes gravés en place. Leur observation a permis dans certains cas de relever la superposition de différents niveaux de lave et de les caractériser sur une base descriptive (texture, structure, etc.). Ce travail s’est révélé essentiel pour tracer l’origine des blocs « flottants » et également pour appréhender l’évolution morphogénique des monolithes pré- et post-gravures. À titre d’exemple sur la Figure 5, la caractérisation pétrographique permet de préciser que les pétroglyphes ont été gravés après le basculement des blocs, c’est-à-dire dans une configuration topographique proche de l’actuelle. Dans d’autres cas, des réajustements mécaniques se sont produits après l’ornementation (cf. infra 5).

Fig. 5 – Relevé lithologique des lits magmatiques du monolithe démantelé et gravé Der-04, 05 et 08. Restitution de son évolution morphogénique.
Fig. 5 – Lithological survey of the magmatic beds on the dismantled monolith now comprising the engraved rocks DER-04, 05 and 08 and reconstruction of its morphological evolution.

Fig. 5 – Relevé lithologique des lits magmatiques du monolithe démantelé et gravé Der-04, 05 et 08. Restitution de son évolution morphogénique.Fig. 5 – Lithological survey of the magmatic beds on the dismantled monolith now comprising the engraved rocks DER-04, 05 and 08 and reconstruction of its morphological evolution.

Sur la photo, les lettres sur les différents blocs se réfèrent aux niveaux lithologiques (relevé : J.‑J. Delannoy ; clichés : J. Monney et J.-J. Delannoy).
On the photo, the numbering of the boulders devoid of rock art refers to the geological levels (survey: J.-J. Delannoy; photos: J. Monney and J.-J. Delannoy).

14Spatialiser l’ensemble de ces observations dans l’espace constitue la seconde étape. La cartographie archéo-géomorphologique réalisée sur les deux secteurs d’étude répond à cet objectif. Elle vise également à apporter des éléments de discussion quant à l’organisation spatiale des sites gravés au moment de l’ornementation et à rendre compte des évolutions morphogéniques ultérieures. La carte s’appuie sur les codes de la cartographie géomorphologique distinguant les processus morphogéniques à l’origine des différentes morphologies et formations visibles à la surface topographique et intégrant les données archéologiques et anthropiques (Delannoy et al., 2020).

15Les informations archéologiques en lien direct avec la réalisation des pétroglyphes, les témoins de fréquentation (p.ex. cuvettes et surfaces de polissage) et d’aménagements passés ont été portés sur la carte afin d’interroger leur contemporanéité ainsi que les liens avec la structure topographique du site. Afin de situer avec précision l’ensemble de ces informations, il était essentiel de disposer d’un fond topographique de très bonne résolution spatiale. C’est pourquoi un relevé laser grammétrique terrestre a été réalisé sur les deux sites d’étude après leur débroussaillage. Sans le modèle numérique de terrain issu de ce relevé, la cartographie du Parc Archéologique des Roches Gravées (fig. 6) et de la Station Dérussy (fig. 7) n’aurait pu être menée avec le niveau de précision nécessaire : (i) à la compréhension de la répartition actuelle des roches gravées et (ii) à la discussion du contexte syn-réalisation des pétroglyphes.

Fig. 6 – Carte géomorphologique du secteur méridional du Parc Archéologique.
Fig. 6 – Archaeological Park: Geomorphological map of the southern sector.

Fig. 6 – Carte géomorphologique du secteur méridional du Parc Archéologique.Fig. 6 – Archaeological Park: Geomorphological map of the southern sector.

1 : Écoulement actuel (février 2018). 2 : Dépression en eau. 3 : Ancien tracé d’écoulement. 4 : (a) Rebord topographique escarpé ; (b) moyennement escarpé ; (c) peu escarpé. 5 : Surplomb. 6 : Disposition des blocs au sol (a) incliné ; (b) à 90° ; (c) : retourné à 180°. 7 : Affleurement rocheux. 8 : Monolithe en place. 9 : Bloc issu d’un écroulement de masse. 10 : Morphologie de dissolution. 11 : Blocs et galets transportés par des écoulements. 12 : Sédimentation de fines (décantation). 13 : Limite de zone de sédimentation fine. 14 : Détente généralisée des monolithes en place. 15 : Fissures de détente mécanique au cœur du monolithe. 16 : Lien entre blocs issus de la détente mécanique (et/ou de phénomènes gravitaires). 17 : Lien entre la zone de départ et d’atterrissage du bloc écroulé. 18 : Rupture de pente liée à un écroulement localisé. 19 : Surface de départ de l’écroulement (zone hachurée). 20 : Bloc écroulé. 21 : Bloc écroulé récent. 22 : Desquamation de paroi liée à un impact thermique (feu) et bloc associé. 23 : Surface gravée avec numéro d’inventaire de la roche gravée. 24 : Bloc à Polissoir(s). 25 : Bloc déplacé (aménagement ancien du site). 26 : Ancienne piste coloniale. 27 : Pavage. 28 : Bloc déplacé en lien avec la piste coloniale. 29 : Sentier cimenté. 30 : Sentier touristique pavé. 31 : Bloc déplacé suite à l’aménagement touristique. 32 : Excavation du sol. Fonds numérique : J. Berthet – STYX 4D / Localisation et inventaire des roches gravées : J. Monney / Relevé et cartographie géomorphologique : J.-J. Delannoy.
1: Current river flows (February 2018). 2: Deep filled by water. 3: former river course. 4: (a) steep scarps; (b) moderately steep scarps; (c) shallow scarps. 5: Overhang. 6: Boulder arrangement on the ground (a) tilted; (b) at 90°; (c) flipped at 180°. 7: Outcrops. 8: In-situ monoliths. 9: Block from mass collapse. 10: Dissolution morphology. 11. Boulder and pebbles transported by river flows. 12: Thin sedimentation (decantation). 13: Limit of the thin sedimentation zone area. 14. Mechanical release of the in-situ monoliths. 15: Mechanical relaxation inside the monolith. 16: Link between blocs separated by mechanical release and gravitational processes. 17. Link between the release area and the fallen bloc. 18: Gully formed by a local mass movement. 19: Rockfall scar (dashed lines). 20. Collapsed block. 21: recently collapsed bloc. 22: Flaking linked to thermic contribution (fires) and associated blocs. 23: Engraved surface with inventory number of the engraved rock. 24: Polishing block. 25: Displaced block (old colonial development of the site). 26. Old colonial road. 27. Pavement. 28. Displaced block in connection with the colonial road. 29: Cemented road. 30: Paved touristic road. Block displaced due to touristic development. 32: Excavation. DEM : J. Berthet – STYX 4D / Rock art mapping: J. Monney / Geomorphological mapping: J.-J. Delannoy.

Fig. 7 – Carte géomorphologique et sectorisation archéo-géomorphologique de la Station Dérussy (secteur Nord-Est).
Fig. 7 – Geomorphological map and archeo-geomorphological sectors of Dérussy Station (North-East part).

A : Carte de zonation archéo-géomorphologique ; B : Focus sur le secteur de concentration des roches gravées (fonds numérique : J. Berthet – STYX 4D et P. Mora – Archéotransfert / localisation et inventaire des roches gravées : J. Monney / inventaire des objets lithiques et céramiques : Ch. Stouvenot et J. Monney / relevé et cartographie géomorphologique : J.‑J. Delannoy).
A: Archaeo-geomorphological location map; B: Focus on the area of concentration of engraved rocks (DEM: J. Berthet - STYX 4D and P. Mora - Archaeotransfer / rock art location: J. Monney / lithic and ceramic survey: C. Stouvenot and J. Monney / geomorphological tracing and mapping: J.-J. Delannoy).

4. Analyse archéo-géomorphologique du Parc archéologique et de la Station Dérussy

16Sur les deux secteurs d’étude, l’objectif visé a été de caractériser leur contexte physique respectif en faisant la part des spécificités de leur substrat volcanique et des dynamiques morphogéniques. Une analyse plus fine des modifications, du déplacement et de la répartition spatiale des roches gravées a ensuite été engagée (infra 5).

4.1. Caractéristiques géomorphologiques du Parc des Roches Gravées

17Au sein de la « rotonde des Capitaines », deux familles d’ensembles rocheux se distinguent : des monolithes en place et des blocs plurimétriques disposés à la surface du glacis. Cette distinction s’appuie à la fois sur leurs caractéristiques pétrographiques et sur les processus morphogéniques.

18Les monolithes appartiennent à un niveau d’andésites microlithiques à lits scoriacés et vacuoles emplies de phases siliceuses (Samper, 2007). Ce niveau a connu une forte érosion différentielle contemporaine de la mise en place du glacis de raccordement. Les zones plus denses en inclusions siliceuses sont restées en saillie : ils se marquent dans le paysage par des monolithes en place (secteur sud-est de la carte). Suite à leur dégagement de la couverture d’altération, ils ont été soumis à une détente mécanique généralisée. Cela se traduit par un écaillage en éléments plurimétriques désolidarisés et délimités par des fissures de décompression plus ou moins ouvertes (fig. 8). Deux des cinq monolithes de la zone cartographiée ont été fortement déstructurés par cette dynamique. Différents stades de démantèlement ont pu être distingués depuis le monolithe du « Cacique » (Prg-05) jusqu’à celui des « Capitaines » (Prg-02) dont il ne reste que l’embase et quelques blocs résiduels (fig. 9).

Fig. 8 – Exemples de différents stades de détente mécanique des monolithes andésitiques au Parc Archéologique des Roches Gravées.
Fig. 8 – Engraved Rocks Archaeological Park: Examples of andesite monoliths at different stages of mechanical scaling.

Fig. 8 – Exemples de différents stades de détente mécanique des monolithes andésitiques au Parc Archéologique des Roches Gravées.Fig. 8 – Engraved Rocks Archaeological Park: Examples of andesite monoliths at different stages of mechanical scaling.

Clichés et relevé : J.-J. Delannoy.
Photos and tracing: J.-J. Delannoy.

Fig. 9 - La Roche gravée des « Capitaines » (Prg-02) : lecture géomorphologique.
Fig. 9 - Engraved rock called « the Capitains »: geomorphological analysis.

Fig. 9 - La Roche gravée des « Capitaines » (Prg-02) : lecture géomorphologique.Fig. 9 - Engraved rock called « the Capitains »: geomorphological analysis.

Le tiret rouge souligne l’excavation réalisée à la fin du XIXème siècle puis approfondie dans les années 1970. Les blocs basculés a et b étaient initialement verticaux et accolés à l’assise en place portant les pétroglyphes (Prg-02). Les autres écailles issues de ce monolithe ne sont pas visibles sur la photo mais sont indiquées sur la carte géomorphologique (relevé et cliché J.-J. Delannoy).
The red dash outlines the excavations carried out at the end of the 19th century and deepened in the 1970s. The tilted boulders ‘a’ and ‘b’ were initially vertical and attached to the rock bearing the petroglyphs (Prg-02). The other scales from this monolith are not visible on the photo but are indicated on the geomorphological map (tracing and photo: J.-J. Delannoy).

19Les gros blocs visibles dans le secteur nord-ouest de la figure 6 proviennent de l’escarpement nord du Parc des Roches Gravées ; celui-ci marque la terminaison d’une coulée d’andésite porphyrique datée de 87 ± 5 ka par 40K/39Ar (Boudon et al., 1988 ; Samper, 2007). Les gros blocs présents au pied de cet escarpement témoignent d’écroulements successifs potentiellement liés aux événements sismiques qui affectent périodiquement la région (les plus récents sont ceux de 1843, 1851, 1897 et 2004). Plusieurs générations d’écroulement ont pu être identifiées, toutes postérieures à la mise en place du glacis car disposées à sa surface. Elles se présentent par des traînées de blocs emboîtés les uns sur les autres et relativement contraints latéralement (fig. 10). Ce dispositif en bandes parallèles a pu être guidé par des stades antérieurs et successifs d’incision du glacis par le torrent de « Petite Rivière ». Le tracé actuel du ruisseau contourne d’ailleurs la plus récente génération de blocs logée dans une ancienne incision du ruisseau.

Fig. 10 – Ensemble de blocs écroulés provenant de l’escarpement nord du Parc Archéologique des Roches Gravées.
Fig. 10 – Cluster of collapsed boulders coming from the northern escarpment of the Archaeological Park.

Fig. 10 – Ensemble de blocs écroulés provenant de l’escarpement nord du Parc Archéologique des Roches Gravées.Fig. 10 – Cluster of collapsed boulders coming from the northern escarpment of the Archaeological Park.

Outre leur emboîtement, les blocs sont disposés en de longues trainées à la surface du glacis qui bordent le cours actuel de « Petite Rivière » (cliché : J. Monney).
In addition to their interlocking, the boulders are arranged in long trails on the surface of the glacis that borders the current course of the watercourse named "Petite Rivière" (photo: J. Monney).

20La « Petite Rivière » est alimentée par plusieurs sources qui sourdent au contact des deux ensembles volcaniques (andésite porphyrique/andésite microlithique). Ce contact est en grande partie masqué par le chaos de blocs au pied de l’escarpement septentrional. Ce chaos a eu pour effet de contenir l’érosion régressive et de favoriser la mise en place d’une petite zone humide à partir de laquelle le ruisseau se met en place suivant des tracés qui ont varié au cours du temps. Il incise essentiellement les niveaux andésitiques microlithiques altérés. Aux abords de l’incision, on relève la chute et/ou le fluage des blocs écroulés, voire d’éléments rocheux provenant des monolithes. Ceci est particulièrement visible à proximité du petit pont qui enjambe aujourd’hui le ruisseau dans l’enceinte du Parc (fig. 11). À ce même niveau, en rive gauche, on relève la présence d’une surface plane à l’arrière d’une traînée de blocs ayant pu créer un effet de barrage. Sur des documents photographiques de la fin du XIXème – début XXème siècles, cette surface de remblaiement est déjà présente dans le paysage. Celle-ci est cependant au moins en partie postérieure à la réalisation des gravures. En effet, comme en témoigne une première excavation à la fin du XIXème siècle, approfondie ensuite dans les années 1970 à l’occasion de l’ouverture du Parc, des sédiments limono-argileux de remblaiement recouvraient la roche gravée des « Capitaines » (Prg-02) sur une épaisseur d’environ 1 m. Ce faisant, cette excavation a contribué à dégager différents blocs provenant de la désintégration d’un ancien monolithe dont la roche des « Capitaines » constituait le socle (fig. 9).

Fig. 11 – Coupe géomorphologique dans le secteur méridional du Parc Archéologique.
Fig. 11 – Engraved Rocks Archaeological Park – Southern sector: geomorphological cross-section.

Fig. 11 – Coupe géomorphologique dans le secteur méridional du Parc Archéologique.Fig. 11 – Engraved Rocks Archaeological Park – Southern sector: geomorphological cross-section.

1. Monolithe en place/partie sous la surface du sol ; 2. Bloc écroulé partiellement sous la surface du sol ; 3. Blocs écroulés depuis l’escarpement Nord ; 4. Remplissage sédimentaire (décantation) ; 5. Blocs et galets transportés par écoulement ; 6. Déplacement gravitaire ; 7. Connexion entre blocs écroulés ; 8. Traces anthropiques (anciens aménagements ; polissoirs) ; 9. Excavation dans remplissage : 10. Gravures (relevé J.-J. Delannoy).
1. Monolith partly burried; 2. Collapsed boulder partly burried; 3. Collapsed boulder from North Escarpment; 4. Sedimentary filling (settling); 5. Boulders and pebbles transported by flow; 6. Gravity movements; 7. Connection between collapsed boulders; 8. Anthropic traces (past installations; polishers); 9. Excavation in filling: 10. petroglyphs (tracing: J.-J. Delannoy).

21Au regard de la distribution spatiale des roches gravées (fig. 6), il ressort que l’essentiel de ce relief était déjà en place au moment de l’ornementation : ce qui concerne aussi bien les monolithes que les gros blocs écroulés. Néanmoins, l’étude détaillée de certains monolithes gravés et de la surface plane de remblaiement entre les monolithes du Cacique et de la Tortue indique que des modifications ont eu lieu après les fréquentations précolombiennes. L’appréhension de ces modifications, même mineures, est essentielle dans l’interprétation de la distribution des surfaces gravées, en fonction de leur hauteur au-dessus du sol actuel et de leur accessibilité (cf. infra 5.).

4.2. Caractéristiques géomorphologiques de la Station Dérussy

22L’attention portée au relevé géomorphologique de la Station Dérussy avait pour objectif de discerner les secteurs ayant connu des évolutions morphogéniques différentes dans un relief à la fois très atténué et recouvert d’une dense végétation (fig. 7). L’attention a également été portée aux relations topographiques et géométriques entre les rares monolithes en place et les nombreux blocs flottants à la surface du sol afin de pouvoir poser des chaînes de raisonnement morphogénique (naturel et anthropique). Sur cette base, cinq ensembles ont pu être distingués :

  • Le premier ensemble (Espace 1) se caractérise par un léger bombement topographique orienté WSW-ENE sur lequel se situent quelques monolithes (sub) en place et de gros blocs. On rattache la mise en place de ces monolithes aux mêmes processus que ceux avancés pour le Parc Archéologique des Roches Gravées, à savoir : (i) altération différentielle selon les coulées d’épanchements de lave labradoritique, (ii) dégagement de la couverture d’altérite et (iii) mise en saillie par sapement des éléments moins altérés. Les monolithes, bien que de moindre taille que ceux du Parc des Roches Gravées, ont été soumis à un écaillage mécanique similaire (fig. 5). On relève des microformes de dissolution bien structurées et de relative ampleur (micro-chenaux, kamenitza) qui supposent une relative stabilité des surfaces rocheuses dans leur disposition actuelle. Cet espace apparaît, de ce fait, adapté pour évaluer la disposition des roches gravées au moment de leur ornementation. L’éloignement de certains blocs gravés (Der-25, 26 et 85) par rapport aux monolithes interroge néanmoins compte tenu du contexte général de cet espace. Leur position actuelle doit être discutée en prenant en considération l’intervention d’autres processus naturels et/ou anthropiques (cf. infra 5).

  • Au nord, le deuxième ensemble (Espace 2) se distingue par une faible déclivité topographique. Il présente sinon des caractéristiques similaires au précédent avec de petits monolithes déstructurés par la détente mécanique.

  • Le troisième ensemble (Espace 3) s’apparente à une zone déprimée. À la surface du sol, on relève la présence de galets. Si leur origine peut être mise en relation avec la proximité de la rivière du Petit-Carbet (ancien tracé ou lit de débordement), la densité du couvert végétal des parcelles alentours rend difficile l’appréhension de ces anciennes connexions hydrographiques. Des éléments archéologiques (tessons céramiques et pièces lithiques), ainsi que des blocs de dimensions restreintes sont par ailleurs visibles. Dans la partie méridionale, on relève un alignement de blocs gravés de petites dimensions (Der-95, 96 et 124). Si toute la partie nord-ouest est dénuée de tout bloc en surface du sol, un diagnostic archéologique a néanmoins mis à jour une roche gravée intégralement enfouie dans les sédiments (Der-103) (Samuelian, 2014 ; Monney, 2019). Le caractère enterré de cette roche indique une sédimentation postérieure à la réalisation des gravures. De même, l’absence d’affleurements rocheux dans cet espace pourrait être ici rapportée à un recouvrement sédimentaire.

  • Le quatrième ensemble (Espace 4) longe l’Espace 1 sur sa bordure sud (fig. 7). Il se caractérise par une rupture de pente et une concentration de blocs de dimensions métriques à plurimétriques (fig. 4). La plupart d’entre eux sont sub-en-place. Les éléments flottants proviennent des affleurements rocheux visibles dans la partie supérieure du talus (traçage pétrographique). Ici, le démantèlement des blocs répond clairement à une logique gravitaire liée à la pente, même faible, du talus. En contrebas, des alignements de blocs relativement homogènes en dimension (1,2 sur 0,8 m) ont pu être observés. Leur origine est discutée dans le point 5 (infra).

  • L’Espace 5, en contrebas du précédent, se caractérise par une quasi-absence de blocs au sol, par une relative planéité du sol et par la présence de nombreux galets. Tout comme l’espace 3, cet espace riche en alluvions fins et en galets s’apparente à une zone de sédimentation alluviale et/ou colluviale. Dans ce contexte, le talus de l’Espace 4 pourrait être rapporté au rebord d’un ancien tracé hydrographique (Petit-Carbet ?). Il est possible que des roches gravées se trouvent actuellement masquées sous les sédiments comme cela a pu être mis en évidence dans l’Espace 3. On ne peut toutefois exclure pour le moment que l’Espace 5 ait fait l’objet par le passé d’une exploitation agricole plus intense ayant pu en modifier certains caractères morphogéniques par exemple par le biais d’un épierrement intensif.

23Bien que le relief de la Stations Dérussy soit très atténué et que, en dehors de la zone d’étude, il demeure en grande partie masqué par la végétation, l’espace où affleure le substrat rocheux (monolithes en place), s’apparente à un petit interfluve entre deux dépressions marquées par l’accumulation de matériel alluvial dont il reste à définir l’origine. Si les ensembles gravés en place et sub-en-place se situent sur cet interfluve (Espace 1), ailleurs la majorité des roches gravées sont aujourd’hui flottantes, basculées, retournées et dispersées à la surface du sol. Les causes de cette dispersion doivent être précisées avant de poser des hypothèses sur leur position au moment de l’ornementation (cf. infra 5).

24Les deux sites cartographiés révèlent que les concentrations en roches gravées se situent sur ou à proximité des affleurements rocheux volcaniques. L’ornementation a essentiellement été réalisée à la surface de monolithes ou de blocs conséquents qui s’en étaient détachés. Si, aux périodes précolombiennes, la géographie des secteurs à monolithes et gros blocs peut aisément être abordée, cela est plus délicat dans les zones où les blocs gravés de petites dimensions sont flottants et dispersés en surface du sol. Définir les processus responsables de la dispersion et de la répartition de ces dernières s’avère d’autant plus essentiel pour interpréter avec rigueur leur organisation spatiale contemporaine des fréquentations précolombiennes.

5. Les dynamiques morphogéniques postérieures aux pétroglyphes précolombiens

25Différents processus sont à l’origine de la redistribution des roches gravées dans le relief actuel. Ils concernent notamment les blocs « flottants » dont l’analyse archéologique indiquent qu’ils ont été basculés, renversés, retournés voire enfouis. Différentes familles de processus à l’origine de la redistribution des roches gravées ont pu être définies par l’étude archéo-géomorphologique : (i) processus gravitaires, (ii) phénomènes « phytomécaniques » (iii) sédimentation d’alluvions et de colluvions, et (iv) actions anthropiques.

5.1. Les processus gravitaires

26Les processus gravitaires affectent surtout les monolithes et les affleurements rocheux à proximité de ruptures de pente (escarpement, talus, incision torrentielle, etc.). Ces phénomènes sont essentiellement antérieurs à la réalisation des gravures. En effet, les pétroglyphes se trouvent souvent sur les faces internes des blocs tombés (autrement dit, sur les surfaces ouvertes suite au détachement des écailles rocheuses). Par exemple, les blocs ornés Der-04, 05 et 08 et la roche des « Capitaines » (Prg-02) indiquent clairement que les gravures ont été réalisées après l’écaillage des monolithes (fig. 5, 9). Néanmoins, on relève également des blocs issus des monolithes dont c’est la face externe qui a été gravée (fig. 8). Dans ce cas, se pose la question de l’ordre chronologique des événements entre le détachement des blocs et la réalisation des gravures. Les gravures ont-elles été réalisées sur le monolithe ou sur le bloc déjà écroulé ? Le monolithe de la « Tortue » (Prg-01 - Parc Archéologique) est à cet égard intéressant. Il se caractérise par une forte densité de gravures (22 entités graphiques) pour l’essentiel perchées sur des surfaces planes entre 2 et 3 mètres au-dessus du sol actuel (fig. 12). Sous celles-ci, sur le côté NNW, on relève un pan de décollement. Le bloc qui s’en est détaché a glissé le long de cette surface (bloc « c » sur la Figure 12) et repose en contrebas sur d’autres blocs provenant du même rebord du monolithe. L’analyse indique la présence de micro-figures d’altération sur les surfaces gravées ainsi que sur les faces externes des blocs au sol. Compte tenu de ces indices géomorphologiques, on peut avancer que le glissement du bloc « c » est très vraisemblablement postérieur à la réalisation des gravures. Par ailleurs, dans le coin NNW-WNW du même monolithe, la position de certaines gravures en limite de surplomb juste au-dessus d’un vide de 3 à 4 mètres interroge quant à l’accès et surtout à l’assise des personnes qui ont réalisé les pétroglyphes. L’incision de la « Petite-Rivière » a pu être un facteur de déstabilisation de l’ensemble du rebord ouest du monolithe de la Tortue. En effet, un rapide aperçu des différents sites d’art rupestre de l’île montre que la dynamique torrentielle liée aux conditions climatiques tropicales actuelles est un facteur de déstabilisation des ensembles gravées à leur proximité, i.e., Rivières Duplessis, Rivière Pérou, Rivière du Petit-Carbet en aval du pont Langlois (Monney, 2018). Dans le cas du monolithe de la Tortue, il est probable que les gravures aient été réalisées antérieurement à la chute d’une partie des blocs et à l’érosion des berges.

Fig. 12 – Le monolithe de la « Tortue » (Prg-01), relevé des gravures et positionnement du bloc glissé.
Fig. 12 – Engraved Rocks Archaeological Park – Monolith Prg-01 called “the Turtle”: Rock art tracing and location of the fallen slab.

Fig. 12 – Le monolithe de la « Tortue » (Prg-01), relevé des gravures et positionnement du bloc glissé.Fig. 12 – Engraved Rocks Archaeological Park – Monolith Prg-01 called “the Turtle”: Rock art tracing and location of the fallen slab.

Le bloc glissé ‘c’ fait référence à celui représenté sur la Figure 14. Les repères morphologiques sont matérialisés par des connecteurs permettant de visualiser la position initiale du bloc avant son détachement du monolithe (cliché : J. Monney ; relevé des gravures d’après Ruig, 2001 ; lecture géomorphologique, relevé et clichés J.‑J. Delannoy).
The slab ‘c’ that slipped off the main monolith is also shown on Figure 14. The morphological landmarks are materialised by connectors showing the initial position of the slab before it felt from the monolith (photo: J. Monney; rock art tracing after Ruig, 2001 ; geomorphological analysis, tracing and photo: J.‑J. Delannoy).

5.2. Les processus « phytomécaniques » et le déplacement des roches gravées.

27L’étude géomorphologique a été réalisée quelques mois après le passage du cyclone Maria (septembre 2017) à l’origine de nombreux dégâts et déracinements d’arbres de grande taille sur l’archipel (https://c3af.univ-montp3.fr/​3-resultats.html). Le relevé cartographique souligne qu’à proximité des arbres déracinés des blocs gravés sont basculés, retournés, voire remis à jour (fig. 13). Cette observation porte un nouveau regard sur les blocs « flottants » éloignés des affleurements rocheux et dont la disposition ne répond pas à des déplacements gravitaires (absence de pente) ou à des actions anthropiques. Ils pourraient être le produit des cyclones qui affectent régulièrement les Antilles et qui entrainent un déplacement progressif des roches gravées.

Fig. 13 – Station Dérussy : Exemple de blocs délogés, basculés et déplacés sur de courtes distances par le déracinement d’un arbre après le passage du cyclone Maria en septembre 2017.
Fig. 13 – Dérussy Station: Example of boulders dislodged, tilted and moved over short distances by the uprooting of a tree after the passage of cyclone Maria in September 2017.

Fig. 13 – Station Dérussy : Exemple de blocs délogés, basculés et déplacés sur de courtes distances par le déracinement d’un arbre après le passage du cyclone Maria en septembre 2017.Fig. 13 – Dérussy Station: Example of boulders dislodged, tilted and moved over short distances by the uprooting of a tree after the passage of cyclone Maria in September 2017.

Cliché J.‑J. Delannoy.
Photo: J.‑J. Delannoy.

28Le rôle des grands arbres dans la disposition des roches gravées de petite taille a été interrogé durant le relevé géomorphologique, notamment sur la Station Dérussy où les blocs flottants sont nombreux. L’important système racinaire de ces arbres se développe à proximité de la surface du sol, notamment dans les secteurs où le soubassement rocheux est peu profond voire sub-affleurant. À proximité des plus grosses racines, on note que des blocs gravés sont éclatés, déplacés, voire complétement retournés. Ceci est particulièrement frappant pour le bloc gravé Der-27 dont la face ornée, de forme sub-triangulaire, apparaît tournée vers le haut sur les levés du début des années 1990 (Gilbert, 1992). Aujourd’hui, suite à la croissance d’un arbre à proximité, le bloc se trouve redressé en position sub-verticale. Selon la poursuite de la croissance de l’arbre et la direction dans laquelle il tombera, il est probable que la roche finira par basculer sur sa face ornée, masquant ainsi les pétroglyphes (fig. 14).

Fig. 14 – Exemples de blocs soulevés, relevés et retournés par la croissance des grands arbres.
Fig. 14 – Examples of boulders lifted, raised and turned upside down by the growth of large trees.

Fig. 14 – Exemples de blocs soulevés, relevés et retournés par la croissance des grands arbres.Fig. 14 – Examples of boulders lifted, raised and turned upside down by the growth of large trees.

La photo ‘B’ montre le bloc Der-27 dont la face initialement supérieure est gravée. La face supérieure des blocs dénués de gravures a été identifiée ici grâce aux traces d’altération spécifiques qui se forment sur les surfaces horizontale après un temps d’exposition long aux agents climatiques et aux acides humiques (clichés : J.‑J. Delannoy).
Picture ‘B’ shows boulder Der-27 the initial upper side of which is engraved. On the upper face of the engraving-free rocks, specific traces of weathering were identified. They form on horizontal surfaces after a long exposure time to climatic agents and humic acids (photos: J.‑J. Delannoy).

29Compte tenu de la forte activité végétale en contexte tropical humide (croissance rapide de la végétation et décomposition des arbres tombés), ce phénomène de déplacement phytomécanique des roches gravées s’est, sans nul doute, reproduit maintes fois, perturbant ainsi l’ordonnancement des blocs depuis la réalisation des pétroglyphes. Autant il est relativement aisé de restituer les logiques de déplacement gravitaire au sein d’un site orné, autant il est plus délicat de retracer les itinéraires, somme toute chaotiques, des roches gravées à mesure de la réitération de cycles de croissance et de chute d’arbres. Si ces cycles n’occasionnent que des basculements et des déplacements de faible amplitude (d’ordre métrique), leur récurrence sur de grandes durées de temps est un réel facteur de perturbation de l’organisation initiale des blocs gravés.

5.3. Sédimentation pré- et post-ornementation

30Si les précédents processus peuvent désorganiser l’agencement d’un dispositif donné de roches gravées, l’apport ultérieur de sédiments (alluvial, colluvial, décantation…) est également susceptible d’altérer la perception des ensembles gravés. Sur la base des relevés cartographiques, deux hypothèses peuvent être avancées : (i) les affleurements et les blocs rocheux ont été recouverts par des sédiments avant même d’être ornés ou (ii) le dépôt est postérieur à l’ornementation. Cette distinction est essentielle dans l’analyse de la répartition spatiale de l’art rupestre.

31Au Parc Archéologique, une sédimentation a été relevée sur le replat horizontal entre les monolithes du Cacique (Prg-05) et de la Tortue (Prg-01) (cf. supra 4.1 et la Figure 6). Le processus est ici clairement postérieur à l’ornementation. En effet, l’excavation qui a mis à jour des gravures à la base de la roche des « Capitaines » dès la fin du XIXème siècle (Prg-02) permet d’observer un dépôt fin de décantation de près d’un mètre d’épaisseur. Il a progressivement enfoui la base du secteur gravé et des blocs issus de l’écaillage d’un ancien monolithe (fig. 10-11). Ce dépôt résulte de la mise en place d’un espace de rétention (zone humide, bassin, étang, etc.) à l’arrière du barrage de blocs écroulés qui bordent la rive gauche de la « Petite Rivière ». Cette dynamique, peut-être déjà en place lors de la réalisation des pétroglyphes, s’est assurément poursuivie par la suite comme en témoigne le recouvrement sédimentaire d’une partie des gravures des « Capitaines » sur environ 1 m d’épaisseur. Sur le reste de la zone, l’épaisseur du remplissage post-gravures reste à préciser par de futurs relevés géophysiques. La topographie de cet espace concentrant les principaux ensembles ornés du Parc pourra être ainsi définie au moment de l’exécution des pétroglyphes.

32Sur la Station Dérussy, la mise à jour d’une roche gravée (Der-103) dans un sondage archéologique de l’Espace 3 (fig. 7), indique qu’à cet endroit au moins des roches gravées ont été recouvertes et/ou incorporées dans une formation alluviale composée de fines et de galets dont il reste à préciser la provenance. L’hypothèse d’une sédimentation post-ornementation est également à considérer dans l’Espace 5 même si on ne peut exclure un épierrement massif lié à sa mise en culture. Les prospections géophysiques envisagées sur le site devraient prochainement apporter des éléments de discussion à ce propos.

5.4. Les actions anthropiques

33Les mises en culture ainsi que l’aménagement des terrains (canaux, routes) depuis l’époque coloniale et, dans une moindre mesure, les aménagements touristiques (limités au seul Parc Archéologique des Roches Gravées) ont aussi pu être un facteur de déplacement de roches.

34Au Parc Archéologique, les changements liés à la mise en tourisme des ensembles gravés de la rotonde des Capitaines concernent essentiellement le cheminement et le déplacement de quelques blocs, notamment aux abords du pont qui enjambe la rivière (stabilisation des berges et ancrage du pont). Les archives cartographiques montrent, par ailleurs, la présence, au niveau du pont, d’une prise d’eau qui se prolongeait par un canal en rive droite, ainsi que l’arrivée en rive gauche d’une ancienne voie pavée encore visibles dans le paysage. Ces aménagements coloniaux ont pu être un moteur de déplacement de blocs de moindre taille et possiblement de fracturation de certains gros blocs, même si aucune trace de tir de mine n’a été identifiée.

35Au-delà des usages agricoles et des aménagements récents, d’autres actions anthropiques plus anciennes ont été relevées. En différents secteurs du lieu-dit Petit-Carbet, des alignements de blocs ont été identifiés. Leur disposition est clairement le reflet d’actes anthropiques volontaires. Sur la Station Dérussy, l’exemple le plus démonstratif est un double alignement de blocs de dimensions relativement homogènes (1,2 m sur 0,8 m), barré par un autre alignement de blocs disposé perpendiculairement au sein de l’Espace 4. Les fonctions et l’âge de la mise en place de cette structure restent à préciser notamment vis-à-vis de la réalisation des pétroglyphes (fig. 15). L’organisation des quinze blocs constituant cet aménagement répond indiscutablement à une structuration de l’espace. Des alignements plus chahutés de blocs aux côtés de certains monolithes gravés laissent penser que d’autres structures anthropiques caractérisent cet espace. Dans la mesure où ces structures sont potentiellement postérieures à la réalisation des pétroglyphes et qu’elles ont possiblement remobilisé des blocs déjà gravés, leur mise en place doit être réfléchie comme un facteur de dispersion des roches gravées parmi d’autres participant, dans ce cas, à la moindre lisibilité de leur disposition au moment de l’ornementation.

Fig. 15 – Exemple d’aménagement anthropique ancien (Espace 4 de la Station Dérussy).
Fig. 15 – Dérussy Station – Space 4: Example of an old anthropogenic layout.

Fig. 15 – Exemple d’aménagement anthropique ancien (Espace 4 de la Station Dérussy).Fig. 15 – Dérussy Station – Space 4: Example of an old anthropogenic layout.

Plusieurs des blocs mobilisés dans cette structure (blocs rouge) comportent des gravures (cercles jaunes). Ceci comprend les roches gravées Der-11, 12, 13 et 113 ainsi que le bloc à polissoir Der-65 (cliché J.‑J. Delannoy).
Several boulders present in this structure (red blocks) bear engravings (yellow circles). This includes the engraved rocks DER-11, 12, 13 and 113 as well as the polishing block DER-65 (photo: J.‑J. Delannoy).

6. Conclusions

36Dans le cadre d’une archéologie de l’art rupestre de plein-air en contexte tropical humide, l’identification et la mise en perspective des différents processus susceptibles d’avoir modifié la répartition des roches gravées depuis les périodes précolombiennes est essentielle. Une telle approche permet notamment d’évaluer l’importance respective de chacun d’entre eux dans la modification du paysage post-ornementation. Si les phénomènes gravitaires sont les plus conséquents en matière de masse déplacée, ils sont également les plus aisés à appréhender.

37Les actions anthropiques constituent également un facteur important de modification de la géographie des sites ornés, en particulier depuis l’avènement d’engins mécaniques capables de déplacer des blocs plurimétriques. Dans ce cas, l’existence de monticules de roches gravées à la périphérie de ces secteurs (tas de blocs en limites de propriété) permet néanmoins de rendre compte de leur présence sur le terrain à l’échelle de la parcelle. D’une manière générale, si les épierrements mécanisés ont pu être à l’origine de la disparition de sites archéologiques, les activités agricoles (monoculture et jardinage) ont également pu avoir un impact à plus petite échelle sur l’agencement des roches gravées de taille métrique et peuvent se traduire par des basculements ou des déplacements ponctuels des plus petits blocs sur de très courtes distances.

38Dans les secteurs où l’anthropisation est restée limitée (par exemple les zones de jardin créole), la dispersion spatiale des blocs implique aussi de prendre en compte d’autres processus de faible énergie. Jusqu’à présent, le rôle de processus phytomécaniques liés aux cycles de croissance et de chute des grands arbres, accentués par le passage régulier des ouragans, avait été peu mis en avant dans les déplacements de roches gravées bien qu’il constitue un facteur important de dispersion en particulier pour les blocs de dimensions restreintes (inférieurs à 1 m3 environ). L’évaluation de ces déplacements phytomécaniques est un chantier nouveau à mener sur les sites ornés en milieu tropical. Le traçage pétrographique permet alors d’appréhender l’ampleur et les directions de ces déplacements qui, dans les Antilles, sont en partie conditionnés par la direction préférentielle des vents. À l’avenir, il pourrait être intéressant de modéliser et de quantifier les déplacements de blocs provoqués par la croissance des arbres et les chablis au cours du temps.

39Dans le contexte tropical humide guadeloupéen, l’approche archéo-géomorphologique à haute résolution spatiale s’est ainsi avérée être un prérequis méthodologique indispensable à l’analyse des alignements actuels de blocs et à l’identification d’éventuelles structures d’âge précolombien. En mettant en évidence les blocs en position inattendue au regard de processus gravitaires et en apportant des éléments de chronologie relative, elle a notamment permis de discuter de la nature et de l’ancienneté des agencements observés en lien avec la réalisation des pétroglyphes (contemporains ou postérieurs).

40Au Parc Archéologique des Roches Gravées, la démarche a par ailleurs montré que l’espace plan entourant la roche des « Capitaines » n’était pas due à un aménagement précolombien destiné à dégager une forme de place cérémonielle, ni à un épierrement moderne, mais bien à des phénomènes naturels de comblement sédimentaire survenus après l’ornementation.

41Les observations proposées dans cet article ouvrent des perspectives en matière d’investigations géophysiques et archéologiques à même de déboucher sur une meilleure appréhension de la morphologie des lieux aux temps de l’ornementation, et potentiellement sur la mise à jour, sous les sédiments, d’ensembles ornés, préservés des aménagements coloniaux et modernes.

Auteur correspondant : Tél : + 33 (0)4 79 75 81 04
jean-jacques.delannoy@univ-smb.fr (J.-J. Delannoy)

Haut de page

Bibliographie

Agnew N., Deacon, J., Hall N., Little T., Sullivan S., Taçon P. (2015) - Rock Art: A cultural treasure at risk. The Getty Conservation Institute, Los Angeles, 62 p.

Alonso L., Creuze-Des-Chatelliers C., Trabac T., Dubost A., Moënne-Loccoz Y., Pommier T. (2018) - Rock substrate rather than black stain alterations drives microbial community structure in the passage of Lascaux Cave. Microbiome, 6, 216.

DOI : 10.1186/s40168-018-0599-9

Alonso L., Pommier T. Kauffmann B., Dubost A., Chapulliot D., Doré J., Douady C. Moënne-Loccoz Y. (2019) - Anthropization level of Lascaux Cave microbiome shown by regional‐scale comparisons of pristine and anthropized caves. Molecular Ecology, 28 (14), 3383-3394.

DOI : 10.1111/mec.15144

André M.F., Mercier D., Etienne S., Voldoire O., Vautier F. (2008) - Approche géographique de l'érosion des temples d'Angkor : enjeux et perspectives. Bulletin de l’Association des Géographes Français. 85 (1), 105-117.

DOI : 10.3406/bagf.2008.2603

André M.F., Vautier F, Voldoire O., Roussel E. (2014) - Accelerated stone deterioration induced by forest clearance around the Angkor temples. Science of the Total Environment, 493, 98-108.

DOI : 10.1016/j.scitotenv.2014.05.141

Aubert M., Setiawan P, Oktaviana A.A., Brumm A., Sulistyarto P.H., Saptomo E.W, Istiaawan B., Ma’rifat T.A., Wahyuono V.N., Atmoko F.T., Hao J.-X., Huntel J., Taçon P.S.C., Howard D.L, Brand H.E.A. (2018) - Palaeolithic cave art in Borneo. Nature, 564 (13), 254-257.

DOI : 10.1038/s41586-018-0679-9

Bastian F., Jurado V., Novakova A., Alabouvette C., Saiz-Jimenez C. (2010) - The microbiology of Lascaux Cave. Microbiology, 156 (3), 644-652.

DOI : 10.1099/mic.0.036160-0

Biswas J., Sharma K., Harris K.K., Rajput Y. (2013) - Biodeterioration agents: Bacterial and fungal diversity dwelling in or on the pre-historic rock-paints of Kabra-pahad, India. Iranian Journal of Microbiology, 5 (3), 309-314.

Bonnissent D. (2008) – Trois-Rivières – Parc archéologique des Roches Gravées. Bilan Scientifique de la Région Guadeloupe et des collectivités de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des Patrimoines, pp122-124.

Boudon G., Dagain J., Semet M.P., Westercamp D. (1988) - Carte géologique à 1/20000e du massif volcanique de la Soufrière (Département de la Guadeloupe, Petites Antilles). BRGM, Orléans.

Bouge L.J. (np)Les Pétroglyphes des Antilles : Contribution à l’Histoire des Îles avant et après Christophe Colomb. Fond Bouge, Chartres, Musée Des Beaux-Arts (non publié).

Canuto M.A., Estrada-Belli F., Garrison T.G., Houston S.D., Acuña M.J., Kovac M., Marken D., Nondédéo Ph., Aud-Thomas L., Castanet C., Chatelain D., Chitiboga C.R., Drapela T., Lisekovsky T., Tokovinine A., Velazquez A., Fernadez-Diaz J.C., Shrestha R. (2018) - Ancient lowland Maya complexity as revealed by airborne laser scanning of northern Guatemala. Science, 361, 6402.

DOI : 10.1126/science.aau0137

Chalmin E., Hoerle S., Reiche A. (2017) - Taphonomy on the Surface of the Rock Wall: Rock-Paint-Atmosphere Interactions. In David B., McNiven I.J.: The Oxford Handbook of the Archaeology and Anthropology of Rock Art, Oxford University Press, 857-884.

DOI : 10.1093/oxfordhb/9780190607357.001.0001/oxfordhb-9780190607357-e-47

Childers B. (1994) - Long-term lichen-removal experiments and petroglyph conservation: Fremont County, Wyoming, Ranch Petroglyph Site. Rock Art Research, 11 (2), 101-112.

David B., Delannoy J.J., Petchey F., Gunn R. Huntley J., Veth P., Genuite K., Skelly R.J., Mialanes J., Harper S., Ouzman S. Balagggara Aboriginal Corporation, Heaney P., Wong. V. (2019) - Dating painting events through by-products of ochre processing: Borologa 1 Rockshelter, Kimberley, Australia. Australian Archaeology, 85 (1), 57-94.

DOI : 10.1080/03122417.2019.1603263

Deacon J. (2006) - Sharing Resources: Issues in Regional Archaeological Conservation Strategies in Southern Africa. In Agnew N., Bridgland J. (Eds.): Of the Past, for the Future: Integrating Archaeology and Conservation. Los Angeles: Getty Conservation Institute, 306–311.

Delannoy J.-J., David B., Gunn R., Geneste J.-M., Jaillet S. (2017) - Archaeomorphological Mapping: Rock Art and the Architecture of Place. In David. B. (Eds.): The Oxford Handbook of the Archaeology and Anthropology of Rock Art, Oxford Univertity Press. 833-856.

Delannoy J.-J. (2018) - Le karst souterrain et ses temporalités : vecteurs de dialogues interdisciplinaires. Discussions autour des notions d’instants, d’archives, de mémoires et d’indicateurs. Karstologia Mémoires, 20, 31-51.

Delannoy J.-J., David B., Geneste J.M., Gunn Robert C., Katherine M. (2019) - Nawarla Gabarnmang (Terre d’Arnhem, Australie). L’architecture d’un site orné. Les Nouvelles de l’Archéologie, 154, 8-15.

Delannoy J.-J., Mauriac M. (2019) - La grotte de Lascaux, Montignac, dix années de dialogue entre sciences et conservation. Monumental, 154, 94-97.

Delannoy J.-J., David B., Genuite K., Gunn R., Finch D., Ouzman S., Green H., Veth P., Harper S. (2020) - Investigating the Anthropic Construction of Rock Art Site Through Archaeomorphology: the Case of Borologa, Kimberley, Australia Balanggarra Aboriginal Corporation, Kelly J. R. Journal of Archaelogical Method and Theory, 27, 631-669.

DOI : 10.1007/s10816-020-09477-4

Delannoy J.-J., Debard E., Ferrier C., Kervazo B., Jaillet S., Perrette Y., Perroux A.S., Et Sadier B. (2020) – La carte intégrée des sols : principes et sémiologie. In Delannoy J.J. et Geneste J.M. (Eds.) : Atlas de la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Volume 1 Monographie de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, Paris Éditions de la MSH, 45-84.

Delpuech A. (1995)Signes amérindiens : Les roches gravées en Guadeloupe (Trois-Rivières – Parc Archéologique ; 1er juillet – 31 octobre 1995). In DRAC Guadeloupe, Conseil Général de la Guadeloupe, Société d’Histoire de la Guadeloupe. 30 p.

Delpuech A. (2001)Guadeloupe amérindienne. In Monumental, Éditions du Patrimoine. Paris, 120 p.

Delpuech A., Hofman, C., Hoogland M. (1994) – Guadeloupe – Trois-Rivières – Anse Duquéry, Chemin de la Coulisse, Vallée d’Or, Pointe de Grande Anse. In Rapport de fouille, Université de Leiden, Service Régional de l’Archéologie Guadeloupe, Basse-Terre, 83 p.

Delpuech A., Hofman C., Hoogland M. (1995) - Trois-Rivières : La Vallée d'Or. Bilan Scientifique de la Région Guadeloupe 1992-1993-1994, 39-40.

Dubelaar C. (1995) - The Petroglyphs of the Lesser Antilles, the Virgin Islands and Trinidad. In Natuurwetenschappelijke Studiekring voor het Caraïbisch Gebied. Amsterdam, N.S.C.G. Editor. 492 p.

Froidevaux H. (1920)La station de Trois-Rivières (Guadeloupe) et ses pétroglyphes. Journal de la Société des Américanistes, 12, 127-40.

Genuite K., Delannoy J.-J., David B., Cazes G., Green H., Ouzman S., Harper S., Veth P., Balanggarra Aboriginal Corporation, Urwin Ch. (2021) - Determining the origin and changing shape of landscape-scale rock formations with three-dimensional modelling: The Borologa rock shelters, Kimberley region, Australia. Geoarchaeology, 36, 662-680.

DOI : 10.1002/gea.21863

Gibbons G.S. (1984) - Research needs for physical conservation of rock art. Rock Art Research, 1 (1), 46-49.

Gilbert A. (1992) – Dossier de protection des pierres gravées de Guadeloupe et de Saint-Martin. In rapport final d’opération, COREPHAE, Service Régional de l’Archéologie Guadeloupe, Basse-Terre, 47 p.

Gillespie, D. (Eds.) (1983) - The rock art sites of Kakadu National Park – some preliminary research findings for their conservation and management. In Australian National Parks and Wildlife Service, Canberra. n° 10 Service, 216 p.

Gupta A. (2011) - Anthropogenic alteration of geomorphic processes in the tropics. In Gupta A. (Eds.): Tropical Geomorphology. Cambridge: Cambridge University Press, 307-324.

DOI : 10.1017/CBO9780511978067.018

Hamy E.-T. (1902) – Roches gravées de la Guadeloupe. Journal de la Société des Américanistes, 4-1, 82-97.

Harris E., Gunn R. (2018) – The use of Harris Matrices in Rock art Research. In David B., McNiven I. (Eds.): Oxford Handbook of the Archaeology and Anthropology of Rock Art, Oxford University Press, 911-926.

Hoerle S., Salomon A. (2004) - Microclimatic data and rock art conservation at game pass shelter in the kamberg nature reserve, kwazulu-natal. South African Journal of Science, 100, 7-8, 340-341.

Jaillet S., Delannoy J. J., Monney J., Sadier B. (2017) – 3-D modelling in rock art research: Terrestrial laser scanning, photogrammetry and the time factor. In B. David and I. McNiven (Eds) Oxford Handbook of the Archaeology and Anthropology of Rock Art, Oxford: Oxford University Press, pp. 811-831.

Langin F. (1848)Voyage à la Guadeloupe, Le Mans, Monnoyer. 337 p.

Lenoble A., Queffelec A., Bonnissent D., Stouvenot Ch. (2013) - Rock art taphonomy in Lesser Antilles: Study of wall weathering and engravings preservation in two pre-Columbian caves on Marie-Galante Island. In 25th International Congress for Caribbean Archaeology, Jul 2013, San Juan, Puerto Rico. 634-657.

Lespez L., Garnier A. (Eds.) (2018) - Géomorphologie, paléoenvironnements et géoarchéologie des mondes tropicaux. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 24 (3), 219-325.

DOI : 10.4000/geomorphologie.12530

de Mello Araujo A.G., Piló L.B. (2017) - Towards the development of a tropical geoarchaeology: Lagoa Santa as an emblematic case study. In Da-Gloria P., Neves W.A., Hubbe M. (Eds.): Archaeological and Paleontological Research in Lagoa Santa. The Quest for the First Americans. Springer, 373-391.

Merwart E. (1916) – Antiquités précolombiennes de Trois-Rivières. Revue Mensuelle de la Guadeloupe, novembre 1916, 300-303.

Merwart E. (1922)Renseignements sur les pétroglyphes Guadeloupéens. Actes du 20e Congrès International des Américanistes, Rio de Janeiro, 20-30 août 1922, 20 (2), 127-38.

Monney J. (2009) – Roches gravées de Guadeloupe : Élaboration d’un outil de gestion patrimoniale informatisé et mise à jour de l’inventaire documentaire. Rapport final d’opération, Service Régional de l’Archéologie Guadeloupe, Basse-Terre, 241 p.

Monney J. dir. (2018) Roches gravées de Guadeloupe : Archéologie, Sens et Société (Trois-Rivières ; Guadeloupe,) In Rapport triennal 2015-2017, Service Régional de l’Archéologie Guadeloupe, Basse-Terre, 517 p.

Monney J. (2019) – Roches gravées de Guadeloupe : Nouvelles prospections, nouvelles découvertes. INORA, 85, 2-8.

Monney J. (2020) – Interactions symboliques en milieu insulaire : Les roches gravées précolombiennes de Guadeloupe et leur relation au paysage. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 117 (4), 673-707.

Monney J. Et Jaillet S. (2019) – Fréquentations humaines, ornementation pariétale et processus naturels : mise en place d’un cadre chronologique. Karstologia, 73, 49-62.

O’Connor S., Kealy Sh., Black A., Ririmasse M., Mahirta M., Hawkins St., Husni M., Tanudirjo, D. Wattimena L., Handoko W., Mujabuddawat Mujabuddawat. (2020) - The rock art of Kisar Island, Indonesia: A small island with a wealth and diversity of artistic expression. Journal of Indo-Pacific Archaeology 44, 19-51.

DOI : 10.7152/jipa.v44i0.15645

Perrot-Minnot S., (2019) - Une roche gravée à Fort-De-France (Martinique). INORA, 85, 9-13.

Roman Ramos I. (2020) - Gravures rupestres, abris et habitats sur le site archéologique de Tehuacalco, Guerrero, Mexique. INORA, 88, 23-31.

Richard G. (1991)Au sujet des pétroglyphes de la Guadeloupe : découvertes récentes. IACA Proceedings, actes du 14e Congrès International d'Archéologie de la Caraïbe (Barbados, 22-28 juillet 1991), 618-623.

Richard G. (2008) – Inventaire de l’art rupestre en Guadeloupe. In Sanz N. (dir.), L’art rupestre dans les Caraïbes, Paris, Unesco (World Heritage papers 24), 269-278.

Romon T. (2019)Fouilles archéologiques préventives au Parc archéologique des roches gravées à Trois-Rivières « Entrée du Parc ». Rapport de diagnostic archéologique, INRAP, Service régional de l’Archéologie Guadeloupe, Basse-Terre, 195 p.

Ruig M. (2001) – Roches gravées de Guadeloupe. Bilan Scientifique de la Région Guadeloupe 2000, 65 p.

Samper A. (2007) - Étude géochronologique, aspects géomorphologiques et géochimiques du volcanisme de l’île de Basse Terre (Guadeloupe), et datation des structures d’effondrement de flanc majeures de l’Arc des Petites Antilles. Thèse. Université Paris Sud - Paris XI, 198 p.

Samuelian C. (2014)Guadeloupe, Trois-Rivières, Petit-Carbet. In rapport de diagnostic archéologique, INRAP, Service régional de l’Archéologie Guadeloupe, Basse-Terre, 60 p.

Serrand N. (2021)Trois-Rivières (971), parc archéologique des Roches Gravées, "parking" : Traces de fréquentation et d’occupation précolombiennes et historiques en bordure du parc archéologique des Roches Gravées. Rapport de fouilles archéologiques, INRAP, Service régional de l’Archéologie Guadeloupe, Basse-Terre, 286 p.

Standish C.D, Garcia-Diez M., O’Connor S., Oliveira N.V. (2020) - Hand stencil discoveries at Lene Hara Cave hint at Pleistocene age for the earliest painted art in Timor-Leste. Archaeological Research in Asia, 22, 100191.

DOI : 10.1016/j.ara.2020.100191

Strecker M. and Taboada F. (1999) - Rock art protection in Bolivia. In Rock Art Research, 16 (1), 36-41.

Sullivan H. (1991) - Site Management in Kakadu and Uluru National Park. In Pearson C., Swartz B. K. Jr (Eds.): Rock art and posterity: conserving, managing and recording rock art - Australian Rock Art Research, Melbourne, N°4, 3-6.

Taçon P.S.C., Tan N.H., O’connor S., Ji, X., Gang L., Curnoe D., Bulbeck D., Hakim B., Sumantri I., Than H., Sokrithy I., Chia S., Khun-Neay K., Kong. S. (2014) - Global implications of early surviving rock art of greater Southeast Asia. Antiquity, 88 (342), 1050–1064.

DOI : 10.1017/S0003598X00115315

Tyagi G. S. (1991) - Conservation of Indian rock art. In Pearson C., Swartz B. K. Jr. (Eds.): Rock art and posterity: conserving, managing and recording rock art - Australian Rock Art Research, Melbourne, N° 4, 28-29.

Zilhao J. (1998) - The rock art of the Côa valley, Portugal: Significance, conservation and management. In Conservation and Management of Archaeological Sites, London, 2, 193- 206.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

This work deals with the benefits of the archaeo-geomorphological approach applied to rock art sites in semi-tropical environment. In such environments, bioclimatic conditions impact the rock art, its spatial distribution and its legibility. While different research has made it possible to identify the main factors in the degradation of rock surfaces, the role and share of alterations of the rock art and its material supports constitute a fundamental current research issue that requires new integrative approaches.

The present study was undertaken in Trois-Rivières (Guadeloupe) (Fig. 1) in order to identify the processes that shaped the current landscape, hence the spatial organization of the engraved rocks at the time of engraving. Such archaeo-geomorphological approach was initially developed in rock art cave contexts. It is applied here to two open-air pre-Colombian engraved sites: the Parc Archéologique des Roches Gravées and the Petit Carbet site in order to discuss the landscape evolution pre- and post- rock art.

Less than 200 m from the coast and at an altitude of 20 to 60 m (Fig. 2), the Archaeological Park is a major rock art site of the Lesser Antilles. It is located in a natural amphitheatre bounded to the north by a 30 m high escarpment. At its bottom, a glacis slopes towards the coast. Large monoliths and boulders are spread across its surface (Fig. 2). This site is also drained by a small stream called "Petite Rivière" fed by springs rising at the foot of the northern escarpment.

The study focused on the south-eastern part of the Park, known as the "Captains’ Rotunda". This sector contains most of the rock art and shows a representative sample of the main morphological characteristics of the Park.

The Petit-Carbet site has the highest concentration of rock art in Trois-Rivières. Unlike the majority of Guadeloupean rock art sites, it is located on a plateau far away from the river and the coast. Here, the study focused on the north-eastern half of the Dérussy station. The engraved rocks are mostly of modest size (metric to sub-metric) and of a 'floating' nature (Fig. 3). This sector has not undergone any significant mechanisation likely to dismantle the spatial organization of engraved rocks since the colonial period. The flat topography of this sector and its luxuriant vegetation (Fig. 4) needed a preliminary clearing in order to understand the geomorphological connections with the surroundings.

A petrographic tracing was carried out to identify the origin of the 'floating' boulders and to understanding the morphogenic evolution of the pre- and post-engraved monoliths (e.g. Fig. 5). This work required a terrestrial LiDAR 3D recording and a high-resolution geomorphological mapping of both sites (Figs. 6 and 7).

Within the "Captains’ Rotunda ", two types of rock formations could be distinguished: monoliths in place and plurimetric boulders set on the surface of the glacis. Following their removal from the weathering cover, they were subjected to a generalized mechanical stress. This resulted in a spalling in multi-sided elements delimited by decompression cracks (Fig. 8). Different stages of dismantling could be distinguished (Fig. 9). The large blocks visible in the northwestern sector (Fig. 10) come from the northern escarpment which marks the termination of a porphyritic andesite flow dated at 87 ± 5 ka by 40K/39Ar. They potentially bear witness to past seismic events. The analysis shows that most of this relief was already in place at the time of the ornamentation. Nevertheless, some modifications took place after the pre-Columbian frequentations. In particular, post-ornamentation sedimentation was noted on the horizontal flat that forms the Captains' Rotunda (Fig. 11).

The relief of the Dérussy station is much attenuated. The main bedrock outcrop is located between two depressions marked by the accumulation of alluvial material. The in situ and sub-in situ engraved assemblages are on this interfluve. Elsewhere, most of the engraved rocks are now floating on the ground surface.

The discovery of an engraved rock (Der-103) in an archaeological test pit (fig. 7) indicates that at this location at least, engraved rocks were covered and/or incorporated in an alluvial formation composed of fines and pebbles. The hypothesis of a post-ornamentation sedimentation is also to be considered in the area south of the bedrock outcrop.

Different processes at the origin of the redistribution of the engraved rocks could be identified.

Gravitational processes mainly affect monoliths and rock outcrops near slope breaks. These phenomena essentially predate the production of rock art, with the possible exception of a flake on monolith Prg-01 (Fig. 12).

“Phytomechanical" processes are also responsible for the displacement of rocks. The cartographic survey underlines that in the vicinity of uprooted trees, engraved rocks are tilted, turned over and even uncovered (Figs. 13 and 14). This observation brings a new look at the 'floating' rocks whose arrangement does not respond to gravitational displacements or to anthropic actions. They could be the result of the growth and fall of big trees, following the regular passage of cyclones; this process leading to a progressive displacement of the rocks.

The development and land use since the colonial era (canals, roads, cultivation, tourist infrastructures, etc.) could also have been a factor in the displacement of rocks.

In the Petit-Carbet area some rocks alignments were identified. They are clearly the result of anthropic voluntary acts. One of these structures, whose functions and age remain to be specified, is a double alignment of boulders, perpendicularly crossed by a third alignment (Fig. 15). In the current state of research, it is not excluded that this structure could be pre-Columbian

As a conclusion, in the humid tropical context of Guadeloupe, the archaeo-geomorphological approach at high spatial resolution has proved to be an indispensable methodological prerequisite for the analysis of the present alignments of rocks and the identification of possible pre-Columbian structures.

The integration of all those observations also allowed to reconstruct the shape of landscape at the time of the engravings. Moreover, large planar spaces devoid of any rock art were identified on both sites. They are the consequence of sediment infills linked with ancient flow paths. Thus, at the Archaeological Park, the flat space forming the "Captains’ rotunda" was not due to a pre-Columbian arrangement intended to clear a kind of ceremonial place, nor to a modern spalling, but rather to natural phenomena. These results open new perspectives in terms of geophysical and archaeological investigations that could potentially lead to the discovery, under the sediments, of engraved ensembles, preserved from colonial and modern developments.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation générale du complexe de sites de Trois-Rivières et de son environnement géologique.Fig. 1 - Location of the sites complex of Trois-Rivières in the Guadeloupe archipelago and Geological map.
Légende A : Situation du complexe de sites de Trois-Rivières dans l’archipel de Guadeloupe ; B : Situation géographique de la Station Dérussy et du Parc Archéologique des Roches Gravées sur la commune de Trois-Rivières. La densité relative en roches gravées est indiquée par le dégradé de rouge (crédits numériques : IGN Litto3D® ; DAO : J. Monney) ; C : Carte géologique : les plus anciennes unités magmatiques sont pliocènes et visibles sur la bordure littorale (Parc Archéologique des Roches Gravées et zone portuaire). Elles sont recouvertes par des coulées labradoritiques quaternaires provenant du complexe volcanique de la Madeleine (q α cI), elles-mêmes surmontées par les coulées andésitiques supérieures de la Madeleine (q α cII). Le contact de ces dernières sur les coulées inférieures se marque dans le paysage par des ruptures de pente perceptibles sur le MNT (Fond topographique ombré : J. Berthet – Styx 4D – d’après données numériques IGN Litto3D® – Données géologiques d’après Samper, 2007 et carte géologique Basse Terre - BRGM).A: Location of complex of sites Trois-Rivières (Guadeloupe archipelago); B: Location of Dérussy Station and the Engraved Rocks Archaeological Park. The gradation of red shows the relative density of rock art (from IGN Litto3D®; digital drawing: J. Monney); C: Geological map: the oldest magmatic units date from Pliocene and can be seen on the shoreline (Archaeological Park and harbour). They are covered by quaternary labradorite flows coming from the volcanic complex of the Madeleine (q α cI). These are overlapped by the upper andesitic lava flows of the Madeleine (q α cII). The contact of the latter with the lower lava flows is clearly marked in the landscape by slope breaks visible on the digital elevation model (shaded topographic background: J. Berthet - Styx 4D - from IGN Litto3D® digital data - Geological data from Samper, 2007 and Basse-Terre geological map - BRGM).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 2 – Carte de situation du Parc Archéologique des Roches Gravées et localisation du relevé géomorphologique au sein du parc (carré).Fig. 2 – Map of the Engraved Rocks Archaeological Park of Trois-Rivières and location of the area where the geomorphological mapping was made (square).
Légende Les points rouges indiquent la position des roches gravées (DAO et cliché : J.-J. Delannoy ; Fond topographique d’après cabinet Simon Floriant, avril 1996).The red dots are for the engraved rocks (Tracing and photo: J.-J. Delannoy; Topographic map after Simon Floriant, April 1996).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 3 – Station Dérussy : exemple de disposition de blocs gravés ou non à la surface du sol après débroussaillage du secteur et ratissage des débris végétaux.Fig. 3 – Dérussy Station: layout of the boulders, engraved or not.
Légende Cliché : J. Monney.Photo: J. Monney.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 4 - Exemple des environnements rencontrés avant débroussaillage dans et aux abords des sites ornés de Trois-Rivières (ici au lieu-dit Petit-Carbet).Fig. 4 - Example of the vegetation cover on the rock art sites of Trois-Rivières prior to clearance.
Légende La visibilité ne dépasse pas quelques mètres et rend très complexe, voire impossible, la prospection archéologique et le relevé géomorphologique sans procédures de débroussaillage de grande envergure (Photo J. Monney).Visibility does not exceed a few meters and makes archaeological and geomorphological investigations very complex, if not impossible, without the implementation of large-scale clearing procedures (photo: J. Monney).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 5 – Relevé lithologique des lits magmatiques du monolithe démantelé et gravé Der-04, 05 et 08. Restitution de son évolution morphogénique.Fig. 5 – Lithological survey of the magmatic beds on the dismantled monolith now comprising the engraved rocks DER-04, 05 and 08 and reconstruction of its morphological evolution.
Légende Sur la photo, les lettres sur les différents blocs se réfèrent aux niveaux lithologiques (relevé : J.‑J. Delannoy ; clichés : J. Monney et J.-J. Delannoy).On the photo, the numbering of the boulders devoid of rock art refers to the geological levels (survey: J.-J. Delannoy; photos: J. Monney and J.-J. Delannoy).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6 – Carte géomorphologique du secteur méridional du Parc Archéologique.Fig. 6 – Archaeological Park: Geomorphological map of the southern sector.
Légende 1 : Écoulement actuel (février 2018). 2 : Dépression en eau. 3 : Ancien tracé d’écoulement. 4 : (a) Rebord topographique escarpé ; (b) moyennement escarpé ; (c) peu escarpé. 5 : Surplomb. 6 : Disposition des blocs au sol (a) incliné ; (b) à 90° ; (c) : retourné à 180°. 7 : Affleurement rocheux. 8 : Monolithe en place. 9 : Bloc issu d’un écroulement de masse. 10 : Morphologie de dissolution. 11 : Blocs et galets transportés par des écoulements. 12 : Sédimentation de fines (décantation). 13 : Limite de zone de sédimentation fine. 14 : Détente généralisée des monolithes en place. 15 : Fissures de détente mécanique au cœur du monolithe. 16 : Lien entre blocs issus de la détente mécanique (et/ou de phénomènes gravitaires). 17 : Lien entre la zone de départ et d’atterrissage du bloc écroulé. 18 : Rupture de pente liée à un écroulement localisé. 19 : Surface de départ de l’écroulement (zone hachurée). 20 : Bloc écroulé. 21 : Bloc écroulé récent. 22 : Desquamation de paroi liée à un impact thermique (feu) et bloc associé. 23 : Surface gravée avec numéro d’inventaire de la roche gravée. 24 : Bloc à Polissoir(s). 25 : Bloc déplacé (aménagement ancien du site). 26 : Ancienne piste coloniale. 27 : Pavage. 28 : Bloc déplacé en lien avec la piste coloniale. 29 : Sentier cimenté. 30 : Sentier touristique pavé. 31 : Bloc déplacé suite à l’aménagement touristique. 32 : Excavation du sol. Fonds numérique : J. Berthet – STYX 4D / Localisation et inventaire des roches gravées : J. Monney / Relevé et cartographie géomorphologique : J.-J. Delannoy.1: Current river flows (February 2018). 2: Deep filled by water. 3: former river course. 4: (a) steep scarps; (b) moderately steep scarps; (c) shallow scarps. 5: Overhang. 6: Boulder arrangement on the ground (a) tilted; (b) at 90°; (c) flipped at 180°. 7: Outcrops. 8: In-situ monoliths. 9: Block from mass collapse. 10: Dissolution morphology. 11. Boulder and pebbles transported by river flows. 12: Thin sedimentation (decantation). 13: Limit of the thin sedimentation zone area. 14. Mechanical release of the in-situ monoliths. 15: Mechanical relaxation inside the monolith. 16: Link between blocs separated by mechanical release and gravitational processes. 17. Link between the release area and the fallen bloc. 18: Gully formed by a local mass movement. 19: Rockfall scar (dashed lines). 20. Collapsed block. 21: recently collapsed bloc. 22: Flaking linked to thermic contribution (fires) and associated blocs. 23: Engraved surface with inventory number of the engraved rock. 24: Polishing block. 25: Displaced block (old colonial development of the site). 26. Old colonial road. 27. Pavement. 28. Displaced block in connection with the colonial road. 29: Cemented road. 30: Paved touristic road. Block displaced due to touristic development. 32: Excavation. DEM : J. Berthet – STYX 4D / Rock art mapping: J. Monney / Geomorphological mapping: J.-J. Delannoy.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende A : Carte de zonation archéo-géomorphologique ; B : Focus sur le secteur de concentration des roches gravées (fonds numérique : J. Berthet – STYX 4D et P. Mora – Archéotransfert / localisation et inventaire des roches gravées : J. Monney / inventaire des objets lithiques et céramiques : Ch. Stouvenot et J. Monney / relevé et cartographie géomorphologique : J.‑J. Delannoy).A: Archaeo-geomorphological location map; B: Focus on the area of concentration of engraved rocks (DEM: J. Berthet - STYX 4D and P. Mora - Archaeotransfer / rock art location: J. Monney / lithic and ceramic survey: C. Stouvenot and J. Monney / geomorphological tracing and mapping: J.-J. Delannoy).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 8 – Exemples de différents stades de détente mécanique des monolithes andésitiques au Parc Archéologique des Roches Gravées.Fig. 8 – Engraved Rocks Archaeological Park: Examples of andesite monoliths at different stages of mechanical scaling.
Légende Clichés et relevé : J.-J. Delannoy.Photos and tracing: J.-J. Delannoy.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 9 - La Roche gravée des « Capitaines » (Prg-02) : lecture géomorphologique.Fig. 9 - Engraved rock called « the Capitains »: geomorphological analysis.
Légende Le tiret rouge souligne l’excavation réalisée à la fin du XIXème siècle puis approfondie dans les années 1970. Les blocs basculés a et b étaient initialement verticaux et accolés à l’assise en place portant les pétroglyphes (Prg-02). Les autres écailles issues de ce monolithe ne sont pas visibles sur la photo mais sont indiquées sur la carte géomorphologique (relevé et cliché J.-J. Delannoy).The red dash outlines the excavations carried out at the end of the 19th century and deepened in the 1970s. The tilted boulders ‘a’ and ‘b’ were initially vertical and attached to the rock bearing the petroglyphs (Prg-02). The other scales from this monolith are not visible on the photo but are indicated on the geomorphological map (tracing and photo: J.-J. Delannoy).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 10 – Ensemble de blocs écroulés provenant de l’escarpement nord du Parc Archéologique des Roches Gravées.Fig. 10 – Cluster of collapsed boulders coming from the northern escarpment of the Archaeological Park.
Légende Outre leur emboîtement, les blocs sont disposés en de longues trainées à la surface du glacis qui bordent le cours actuel de « Petite Rivière » (cliché : J. Monney).In addition to their interlocking, the boulders are arranged in long trails on the surface of the glacis that borders the current course of the watercourse named "Petite Rivière" (photo: J. Monney).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Fig. 11 – Coupe géomorphologique dans le secteur méridional du Parc Archéologique.Fig. 11 – Engraved Rocks Archaeological Park – Southern sector: geomorphological cross-section.
Légende 1. Monolithe en place/partie sous la surface du sol ; 2. Bloc écroulé partiellement sous la surface du sol ; 3. Blocs écroulés depuis l’escarpement Nord ; 4. Remplissage sédimentaire (décantation) ; 5. Blocs et galets transportés par écoulement ; 6. Déplacement gravitaire ; 7. Connexion entre blocs écroulés ; 8. Traces anthropiques (anciens aménagements ; polissoirs) ; 9. Excavation dans remplissage : 10. Gravures (relevé J.-J. Delannoy).1. Monolith partly burried; 2. Collapsed boulder partly burried; 3. Collapsed boulder from North Escarpment; 4. Sedimentary filling (settling); 5. Boulders and pebbles transported by flow; 6. Gravity movements; 7. Connection between collapsed boulders; 8. Anthropic traces (past installations; polishers); 9. Excavation in filling: 10. petroglyphs (tracing: J.-J. Delannoy).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 12 – Le monolithe de la « Tortue » (Prg-01), relevé des gravures et positionnement du bloc glissé.Fig. 12 – Engraved Rocks Archaeological Park – Monolith Prg-01 called “the Turtle”: Rock art tracing and location of the fallen slab.
Légende Le bloc glissé ‘c’ fait référence à celui représenté sur la Figure 14. Les repères morphologiques sont matérialisés par des connecteurs permettant de visualiser la position initiale du bloc avant son détachement du monolithe (cliché : J. Monney ; relevé des gravures d’après Ruig, 2001 ; lecture géomorphologique, relevé et clichés J.‑J. Delannoy).The slab ‘c’ that slipped off the main monolith is also shown on Figure 14. The morphological landmarks are materialised by connectors showing the initial position of the slab before it felt from the monolith (photo: J. Monney; rock art tracing after Ruig, 2001 ; geomorphological analysis, tracing and photo: J.‑J. Delannoy).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Titre Fig. 13 – Station Dérussy : Exemple de blocs délogés, basculés et déplacés sur de courtes distances par le déracinement d’un arbre après le passage du cyclone Maria en septembre 2017.Fig. 13 – Dérussy Station: Example of boulders dislodged, tilted and moved over short distances by the uprooting of a tree after the passage of cyclone Maria in September 2017.
Légende Cliché J.‑J. Delannoy.Photo: J.‑J. Delannoy.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3M
Titre Fig. 14 – Exemples de blocs soulevés, relevés et retournés par la croissance des grands arbres.Fig. 14 – Examples of boulders lifted, raised and turned upside down by the growth of large trees.
Légende La photo ‘B’ montre le bloc Der-27 dont la face initialement supérieure est gravée. La face supérieure des blocs dénués de gravures a été identifiée ici grâce aux traces d’altération spécifiques qui se forment sur les surfaces horizontale après un temps d’exposition long aux agents climatiques et aux acides humiques (clichés : J.‑J. Delannoy).Picture ‘B’ shows boulder Der-27 the initial upper side of which is engraved. On the upper face of the engraving-free rocks, specific traces of weathering were identified. They form on horizontal surfaces after a long exposure time to climatic agents and humic acids (photos: J.‑J. Delannoy).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Titre Fig. 15 – Exemple d’aménagement anthropique ancien (Espace 4 de la Station Dérussy).Fig. 15 – Dérussy Station – Space 4: Example of an old anthropogenic layout.
Légende Plusieurs des blocs mobilisés dans cette structure (blocs rouge) comportent des gravures (cercles jaunes). Ceci comprend les roches gravées Der-11, 12, 13 et 113 ainsi que le bloc à polissoir Der-65 (cliché J.‑J. Delannoy).Several boulders present in this structure (red blocks) bear engravings (yellow circles). This includes the engraved rocks DER-11, 12, 13 and 113 as well as the polishing block DER-65 (photo: J.‑J. Delannoy).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16561/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Delannoy, Johan Berthet, Christian Stouvenot et Julien Monney, « Morphogenèse des espaces ornés de plein-air en milieu tropical humide : analyse archéo-géomorphologique des sites d’art rupestre précolombiens de Trois Rivières (Guadeloupe, Petites Antilles) », Géomorphologie : relief, processus, environnement,  | 2022, 33-51.

Référence électronique

Jean-Jacques Delannoy, Johan Berthet, Christian Stouvenot et Julien Monney, « Morphogenèse des espaces ornés de plein-air en milieu tropical humide : analyse archéo-géomorphologique des sites d’art rupestre précolombiens de Trois Rivières (Guadeloupe, Petites Antilles) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne],  | 2022, mis en ligne le 18 février 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/16561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.16561

Haut de page

Auteurs

Jean-Jacques Delannoy

Laboratoire EDYTEM UMR 5204 CNRS, Université Savoie Mont Blanc, Bâtiment « Pôle Montagne », 5, bd de la mer Caspienne, F-73376 Le Bourget du Lac cedex, France.

Articles du même auteur

Johan Berthet

STYDX4D, HB9, 12 Allée du lac de Garde, 73370 Le Bourget-du-Lac, France

Articles du même auteur

Christian Stouvenot

Laboratoire Archéologie des Amérique UMR 8096 CNRS, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 9 rue Malher, 75004 Paris, France.

Julien Monney

Laboratoire EDYTEM UMR 5204 CNRS, Université Savoie Mont Blanc, Bâtiment « Pôle Montagne », 5, bd de la mer Caspienne, F-73376 Le Bourget du Lac cedex, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search