Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvariaLes impacts spatiaux du changemen...

Les impacts spatiaux du changement climatique

Ouvrage édité sous la direction de Denis Mercier, Editions ISTE (2021), Encyclopédie Sciences, Géographie et Démographie, Géographie physique, construction des milieux et des paysages, Londres, 321 p.
Monique Fort
p. 73-76
Référence(s) :

Mercier, D. (dir) (2021) - Les impacts spatiaux du changement climatique, Editions ISTE, Londres, 321 p.

ISBN :

Texte intégral

1Sur un thème de plus en plus d’actualité, paru juste avant que ne se tienne la COP 26 et à la fin d’une année où des événements (feux de forêts, crues, cyclones, sécheresses) ont frappé des régions jusque-là épargnées, Denis Mercier a réuni autour de lui 17 auteurs pour examiner des impacts spatiaux du changement climatique (CC) dans différents types de milieux à l’échelle de l’ensemble de la planète. Structuré en quatorze chapitres, cet ouvrage de 321 pages a pour objectifs de montrer les différentes facettes de ce changement et leurs impacts. Il existe en deux versions, l’une anglaise et l’autre française, à partir de laquelle ce compte-rendu a été préparé.

2Comme le résume bien l’introduction, ces impacts sont analysés à travers des approches systémiques qui prennent en compte à la fois les espaces atmosphériques et océaniques et leurs dynamiques (circulations géographiques, cycles temporels), régies par des lois physiques mais aussi par les activités humaines. Les impacts sont également estimés à différentes échelles (globale, régionale et locale), et concernent des thématiques très variées.

3Dans le chapitre 1 (pp. 5-24), D. Mercier présente « Le changement climatique à différentes échelles temporelles et spatiales ». Le chapitre débute par une synthèse à l’échelle mondiale de la littérature existante, appuyée par des graphiques montrant l’élévation globale des températures, avec de fortes nuances régionales (continents vs. océans ; basses vs. hautes latitudes) illustrées par ce qui se passe en Arctique, domaine bien connu de l’auteur. Les projections futures faites par le GIEC selon divers scenarii sont ensuite présentées, puis les implications de ce CC à l’échelle de l’Arctique. Les causes des CCs sont ensuite évoquées (radiation solaire, gaz à effets de serre relâchés par les actions anthropiques depuis l’ère industrielle, mais aussi éruptions volcaniques) ainsi que leurs effets sur l’albédo et le bilan radiatif, en prenant là encore l’exemple des régions arctiques et des différents états de surface que l’on y observe.

4Le chapitre 2 (pp. 25-44), également rédigé par D. Mercier, analyse « Le changement climatique et la fonte de la cryosphère ». Représentant un quart de la surface terrestre, la cryosphère marine et continentale est très sensible au CC, du fait du changement d’état de l’eau en fonction de la température. La fonte de la cryosphère marine est d’abord présentée (recul et diminution d’épaisseur de la banquise, fonte des inlandsis du Groenland et de l’Antarctique), puis la fonte des glaciers de montagne, la diminution du pergélisol et des espaces enneigés. Si l’élévation du niveau global des mers est une conséquence bien connue et de plus en plus vécue, à l’échelle régionale et surtout locale, les risques « paraglaciaires », en particulier ceux liés à la rupture de lacs de fonte glaciaire ou au développement de glissements de terrain, sont également à prendre très au sérieux.

5S’appuyant sur les données du chapitre précédent, Eric Cannobio aborde dans le chapitre 3 (pp. 45-72) une question éminemment géopolitique : « Entre réchauffement et mondialisation, repenser l’Arctique au cœur d’un système d’enjeux ». Avec la fonte de la banquise et l’ouverture de routes maritimes, on est passé des « isolats polaires » à de nouveaux acteurs « régionaux » et à des mobilités multinationales, ce qui questionne la notion de souveraineté des acteurs classiques. De nouvelles approches intégratives sur certaines ressources polaires et leur conservation sont donc nécessaires, comme le montrent bien les cartes de ce chapitre et les réflexions autour de la notion de « nordicité ». Les enjeux portent notamment sur les conditions réglementaires de transit de navires et l’exploitation des ressources off-shore (gaz et pétrole). Dans cet espace, fragmenté physiquement et politiquement, des cadres d’action ont été proposés par les différents États, débouchant sur un nouveau système de relations entre acteurs. À travers plusieurs schémas très pédagogiques, E. Cannobio illustre la complexité et la fragilité de la situation, révélatrice à l’échelle de la planète des bouleversements induits à la fois par le CC et les mutations socio-économico-politiques actuelles, dans un contexte d’incertitude pesant sur le futur proche.

6Le chapitre 4, rédigé par Axel Creach (pp. 73-94), est consacré aux « Littoraux à la vulnérabilité accrue face à l’élévation du niveau des mers » : s’appuyant sur des exemples emblématiques situés dans les différentes parties du globe, A. Creach accorde une place égale aux différentes causes (CC, isostatisme) et évolutions possibles (submersion, érosion littorale) liées à la montée des eaux marines d’une part, et à l’augmentation des enjeux liée à la littoralisation, tant touristique qu’économique d’autre part. Chiffres à l’appui, A. Creach insiste sur les dangers futurs, et sur la nécessité d’élaborer des stratégies d’adaptation et donc d’anticipation pour les prochaines décennies.

7Avec le chapitre 5 sur « Les conséquences du changement climatique sur la cascade sédimentaire paraglaciaire » (pp. 95-120), Denis Mercier et Etienne Cossart abordent des questions plus spécifiquement géomorphologiques. Après un rappel des concepts désormais devenus classiques de système paraglaciaire (spatial et temporel) et de cascade sédimentaire (production et exportation de sédiments, (dé)phasages temporels et (dis)connectivités spatiales), les auteurs s’attachent à quelques exemples qu’ils connaissent bien (Islande et Hautes Alpes). Les processus fondamentaux de cette cascade sont analysés : décohésion post-sédimentaire des parois rocheuses, évolution des écoulements (ruissellement, métamorphoses fluviales), à l’origine de la complexité des paysages actuels autrefois façonnés par les glaces.

8Dans le chapitre suivant (pp. 121-143), les mêmes auteurs détaillent « Les impacts spatiaux du changement climatique sur les environnements périglaciaires ». Ils introduisent la notion de « parapériglaciaire », qui intègre les processus et les accumulations sédimentaires conditionnés par la dégradation du pergélisol. Là encore, deux types d’exemples sont considérés : les environnements littoraux et les environnements de hautes altitudes, en analysant les conséquences de la dégradation du pergélisol selon le type de matériau (rocheux ou meuble) affecté. Les réajustements observés ne sont pas sans conséquence ni risques, en particulier sur les pratiques de la haute montagne.

9Un autre impact majeur du changement climatique est celui portant « sur les dynamiques hydrologiques des milieux périglaciaires de hautes latitudes », présenté par Emmanuèle Gautier dans le chapitre 7 (pp. 145-168). Dans ces milieux, le pergélisol est prédominant, l’élévation actuelle des températures est bien plus prononcée que dans les autres zones bioclimatiques, et la présence de la neige et son épaisseur sont des paramètres importants. Si le pergélisol actif et profond agit comme une barrière imperméable et limite les débits des écoulements, la fonte progressive de ce pergélisol sous l’influence du réchauffement de l’air engendre de nombreuses réactions en chaîne : extension du thermokarst, fonte des coins de glace, extension spatiale et approfondissement des lacs, augmentation des flux d’eau dans les cours d’eau. Ce dernier effet est amplifié par le fait que les cours d’eau de ces régions s’écoulent en direction du pôle, vers des milieux plus froids et gelés, donc imperméables. En hiver et au sud, les débits hivernaux augmentent avec le réchauffement. Au printemps, ce sont des crues-débâcles de plus en plus précoces, d’autant plus destructrices qu’au nord la glace fluviale persistante fait barrage et induit une montée des eaux, laquelle augmente l’érosion des berges, l’instabilité des lits fluviaux et la fonte du pergélisol, ce qui pose de graves problèmes aux populations et à la navigation fluviale.

10Gilles Drogue enchaîne, dans le chapitre 8 (pp. 169-188), sur « Les impacts du changement climatique sur les cours d’eau des milieux tempérés ». Après avoir évoqué les enjeux portant sur l’usage de l’eau et ses caractéristiques bio-sédimentaires, il rappelle les (des)équilibres entre précipitations, évaporation et écoulement et, à partir des situations passées, il s’interroge sur l’évolution future des débits et sur la façon de l’appréhender scientifiquement (recueil de données et modélisation). S’appuyant d’abord sur l’exemple français, puis élargissant son analyse à l’Europe occidentale, G. Drogue montre les variations de débits observées sur plusieurs décennies et attribuées à des anomalies de l’oscillation atlantique. Les projections hydrologiques pour les décennies à venir suggèrent un accroissement des extrêmes : diminution des débits d’étiage en France et, dans certains secteurs européens, une intensité accrue des crues.

11Dans le chapitre 9 (pp. 189-209), Alain Cariou s’interroge sur « Les impacts spatiaux de la fonte des glaciers d’Asie centrale : vers une « guerre de l’eau ? ». De fait, dans ces régions continentales arides, les quatre-cinquièmes des débits des fleuves et rivières sont alimentés par les eaux de fonte glaciaire et nivale des « châteaux d’eau » transfrontaliers du Pamir et des Tian Chan. Cela a favorisé le développement d’une agriculture traditionnelle oasienne, qui fut plus tard réorganisée par le système soviétique. Mais depuis plusieurs décennies l’eau et ses usages (consommation, irrigation et surtout hydroélectricité) sont devenus un enjeu régional majeur et une source de tensions - surtout depuis la disparition de l’URSS -, tensions liées aux droits de l’eau entre les pays situés en amont (où ont été construits les barrages) et ceux en aval (irrigation). Avec le recul observé de la cryosphère en dessous de 5000 m, lié à l’élévation des températures, c’est non seulement une pénurie d’eau mais aussi une évolution des régimes hydrologiques qui sont attendues : diminution des débits estivaux et déphasage avec la saison végétative et les cultures irriguées ; recrudescence d’événements extrêmes car les glaciers joueront de moins en moins leur rôle de régulateurs. Cela entraîne davantage de constructions de barrages en amont et l’apparition, dans certains pays, de nouvelles politiques de gestion de l’eau, ce qui nécessite, à l’échelle régionale, une gouvernance de l’eau concertée entre les différents pays (entre ceux de l’amont et de l’aval) pour éviter de futurs conflits.

12« L’impact spatial du changement climatique sur les sécheresses hivernales en Méditerranée et ses conséquences sur l’agriculture » sont abordés dans le chapitre 10 (pp. 211- 226) par Florian Raymond et Albin Ulmann. Du fait de leur spécificité géographique (transition climats tempéré-tropical, reliefs, mer, etc.) et d’après les projections, ces régions péri-méditerranéennes devraient être parmi les plus affectées par le CC, en particulier par l’occurrence de sécheresses pluviométriques au cours de la saison hivernale, normalement pluvieuse. En s’appuyant sur des cartes très démonstratives, les auteurs mettent l’accent sur trois zones, Balkans, péninsule ibérique, et Levant, qui subissent des sécheresses impactant fortement leurs agrosystèmes. À partir de modélisations, les projections futures de ces sécheresses sont très préoccupantes, car elles se traduisent par un retard du début de la saison des pluies et par une réduction sensible de cette saison liée à l’augmentation du nombre de journées sans pluie. Ces anomalies seraient de plus en plus fréquentes, de plus en plus intenses et variables selon les lieux, du fait de la grande complexité géographique du bassin méditerranéen, mettant en péril l’agriculture pluviale traditionnelle.

13Avec le chapitre 11 « Les impacts spatiaux du changement climatique sur la viticulture dans le monde » (pp. 227- 245), Hervé Quénol et Renan Le Roux montrent comment l’évolution actuelle du climat tend à modifier la répartition latitudinale, voire altitudinale des vignobles à travers le monde. Plus précisément, et à partir de l’utilisation d’indices bioclimatiques basés sur les quantités d’eau et de chaleur accumulées (paramètres qui jouent sur les stades phénologiques et le taux de sucre, et donc le degré d’alcool du vin), des climats viticoles ont été cartographiés ainsi que leur évolution au cours des dernières décennies. Les modélisations en cours montrent des changements potentiels de la répartition future des vignobles (décalage vers le nord dans l’hémisphère nord, vers le sud dans l’hémisphère sud), entraînant une redistribution des régions viticoles, illustrée entre autres par l’exemple français. Ces tendances générales ne doivent pas faire oublier que la qualité d’un vin dépend aussi de facteurs très locaux (topographie, nature des sols) et donc du climat local, d’où l’interrogation finale sur l’adaptation des vignobles au CC.

14Dans le chapitre suivant consacré à l’Amazonie (pp. 247- 270), Vincent Dubreuil et ses co-auteurs adoptent aussi une approche multi-scalaire adaptée à cet espace, le plus vaste domaine continental chaud et humide du globe, et dont on parle de plus en plus à propos du CC. Après la question du bilan radiatif et de la circulation générale, celle de l’interaction forêt-climat est abordée par les auteurs, qui s’interrogent ensuite sur les évolutions récentes : déforestation, réchauffement et assèchement. On constate, en dépit d’un réseau d’observation peu dense, une tendance saisonnière à la diminution des précipitations et une variation de la durée des saisons, avec un allongement de la saison sèche (notamment au sud) au détriment de la saison pluvieuse, ce qui produirait des effets négatifs sur les activités agricoles. À l’échelle locale, les changements d’occupation des sols (agriculture, pâturages, urbanisation) modifient certains paramètres (albédo, infiltration de l’eau), et vont dans le sens d’une élévation des températures. Cette évolution est déjà perçue par les populations locales qui tentent d’adapter leurs pratiques (types et rythmes de cultures) et, même si les autorités brésiliennes actuelles ne veulent pas le reconnaître, l’Amazonie occupe une place essentielle, à l’échelle planétaire, dans les conséquences du CC.

15Le chapitre 13, rédigé par Delphine Gramond (pp. 271-292), est consacré aux « impacts du changement climatique sur les biomes », définis comme des macro-unités d’assemblages végétaux et de populations animales, se développant tant sur un plan horizontal que vertical (incluant océan et atmosphère) et, dans la grande majorité, structurés en fonction du climat (eau et température notamment). C’est en ce sens qu’ils peuvent être de très bons indicateurs du CC. Face au CC, la réponse potentielle des biomes, des communautés ou des espèces est soit de s’acclimater, s’adapter, migrer, ou de disparaître, selon les conditions spatio-temporelles qui s’offrent à chaque élément étudié. Les variations climatiques saisonnières ou interannuelles sont importantes, mais les réponses peuvent être différentes selon les différentes espèces du biome, et entraîner des effets en chaîne sur la dynamique des populations et la distribution des espèces. Les résultats de modélisations montrent une fragilité plus grande des biomes des zones tempérées, boréales et montagnardes, comme cela est illustré pour l’Amérique du Nord. Le chapitre se termine par un croquis de synthèse montrant, selon les biomes, leur réponse potentielle au CC.

16Le quatorzième et dernier chapitre (pp. 293-315) porte sur « Les impacts spatiaux du changement climatique sur les oiseaux », rédigé par Laurent Godet. Les aires de distribution des oiseaux sont déterminées par des facteurs géographiques (latitude et altitude) mais aussi biotiques (compétition, prédation, parasitisme). Le CC peut donc entraîner des changements de répartition spatiale (remontées latitudinales et altitudinales) de certaines populations d’oiseaux et, comme précédemment pour les biomes, entraîner des adaptations évolutives, ou phénotypiques, voire des disparitions (faute d’accès à la nourriture). On observe des remontées latitudinales et altitudinales de certaines populations d’oiseaux : dans le premier cas, les aires océaniques polaires limitent ces progressions, tandis qu’en montagne, c’est la plutôt la réduction de l’aire de distribution en altitude qui agit. Dans la zone intertropicale, les effets du CC limiteront probablement l’accès à la nourriture épiphytique. Néanmoins, L. Godet reconnaît que le CC est un facteur parmi d’autres, tels les changements d’utilisation des sols induisant des fragmentations d’habitats des oiseaux, ou les capacités de dispersion ou de reproduction des espèces elles-mêmes. L’évolution des aires de répartition des oiseaux et la diminution de certaines espèces imposent donc la prise rapide de mesures conservatoires, telles que des aires de protection ou le maintien de corridors écologiques.

17Au final, cet ouvrage représente un apport majeur sur les impacts du CC, étayé par des exemples variés, s’attachant aux différentes composantes de la géosphère et de la biosphère d’une part, et à diverses régions du globe d’autre part. La teneur des chapitres et leur orientation dépend des spécialités des auteurs — géomorphologues certes, mais aussi climatologues, hydrologues, biogéographes, géographes et géopoliticiens —, ce qui élargit le champ de la réflexion. Les exemples retenus alternent considérations à valeur générale et études de cas très locaux, avec peut-être parfois un manque de transition d’un chapitre à l’autre et, au niveau de l’ouvrage, l’absence d’un chapitre de conclusion. On peut regretter aussi le fait que certaines régions du globe (Afrique sud saharienne, Amérique andine, Océanie, Asie du Sud et du Sud-Est) soient peu évoquées malgré la densité de leurs populations humaines, mais l’ouvrage étant déjà épais, on comprend bien qu’il a fallu faire des choix. À l’appui du texte, le lecteur trouvera dans chacun des chapitres des illustrations variées, pédagogiques et, dans un certain nombre de cas, une bibliographie ouvrant largement sur l’international. Par ailleurs, l’ouvrage est complété par un index fort utile pour se repérer dans les thématiques et les lieux cités.

18Au total, cet ouvrage a parfaitement sa place dans une série d’ouvrages de géographie : il montre bien que les impacts du changement climatique sont multiformes, et que si les géomorphologues apportent une contribution essentielle à ce débat, leurs liens avec les autres spécialités proches et également concernées sont particulièrement enrichissants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Fort, « Les impacts spatiaux du changement climatique », Géomorphologie : relief, processus, environnement,  | 2022, 73-76.

Référence électronique

Monique Fort, « Les impacts spatiaux du changement climatique », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne],  | 2022, mis en ligne le 08 février 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/16656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.16656

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Professeur émérite Université de Paris (Paris Diderot)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search