Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 28 - n° 2Érosion hydrique au sud-ouest du ...

Érosion hydrique au sud-ouest du Niger : impacts des facteurs naturels et anthropiques sur les pertes en sols

Water erosion in south-western Niger: impacts of natural and anthropogenic factors on soil losses
Salifou Noma Adamou, Abdelali Gourfi, Amadou Abdourhamane Touré et Lahcen Daoudi

Résumés

Cette étude a été conduite dans l’extrême sud-ouest du Niger, à l’échelle du bassin versant du Kori Ouallam. Elle se propose d’évaluer les pertes potentielles en sols induites par l’érosion hydrique en lien avec les contraintes naturelles et l’anthropisation. La méthodologie adoptée implique des campagnes de terrain, des analyses au laboratoire confrontées aux outils composés du Système d’Information Géographique (SIG), de la Télédétection et de l’Equation Universelle des pertes en Sols Révisée (RUSLE). L’exploitation de ces données révèle que la moyenne annuelle des pertes potentielles en sols générée par l’érosion hydrique est de 1,54 t/ha/an. A l’échelle du bassin versant, le risque érosif varie d’un taux d’érosion très faible (0-0,5 t/ha/an) largement observé au nord à un taux d’érosion extrêmement sévère (> 5 t/ha/an) avec un gradient croissant vers le sud. La matrice de corrélation montre que les facteurs topographiques liés à la longueur (L) et l’inclinaison de la pente (S) constituent les principaux facteurs érosifs influençant les pertes en sols. L’érodibilité des sols et l’érosivité des pluies interviennent de façon secondaire. La dégradation progressive des sols par l’érosion hydrique est également amplifiée par des activités humaines inappropriées ce qui fragilise la résilience des écosystèmes et celle des communautés. Dans un contexte sahélien marqué par des incertitudes climatiques et une forte anthropisation, le schéma régional de la dynamique érosive des sols mérite davantage une surveillance adéquate pour une gestion durable des ressources naturelles.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 12 août 2020, reçu sous forme révisée le 13 mars 2021, définitivement accepté le 13 septembre 2021

Texte intégral

Le soutien financier a été fourni par le Projet du Centre National de la Recherche Scientifique et Technique (CNRST) “Domaines Prioritaires de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique/Ref. PPR1/2015/63 ” Nous vous en remercions. Le premier auteur bénéficie d'une bourse de l'Agence Nigérienne des Allocations et Bourses (ANAB) et de l'Agence Marocaine de Coopération Internationale (AMCI). Nos sincères remerciements à ces deux institutions.

1. Introduction

1Le Sahel est l’une des régions du monde la plus touchée par le phénomène de l’érosion hydrique des sols (Borrelli et al., 2017). Il forme une contrainte majeure pour l’économie et la mise en œuvre des projets de développement durable axés sur le potentiel du capital sol, eau et du couvert végétal (Wildemeersch et al., 2015). L’exploitation des ressources naturelles constitue la principale source de subsistance des populations sahéliennes (Thiombiano et al., 2012). En effet, avec un indice synthétique de fécondité le plus élevé au monde (6,8 enfants par femme au Niger), l’agriculture et l’élevage engagent 80 % de la population (World Population Prospects, 2019). Durant ces dernières décennies, les ressources naturelles font face à des menaces récurrentes engendrées par les variabilités climatiques et les actions anthropiques marquées par une mise en culture accélérée des sols, et un défrichement important (Millogo et al., 2017). La dynamique socio-démographique s’est accompagnée par un accroissement des besoins alimentaires et énergétiques. Les seules alternatives possibles pour les populations étaient l’intensification des systèmes de production et l’extension des surfaces cultivées (Moussa et al., 2009). Celles-ci enregistrent les pertes en sols les plus importantes dues à l’érosion hydrique (Fenta et al., 2020) avec en moyenne 1,92 t/ha/an à l’ouest du Niger (Descroix et al., 2012).

2Les régions du Sahel et plus particulièrement la partie sud-ouest du Niger sont soumises à l’érosion hydrique des sols aux conséquences multiples : le développement de plusieurs réseaux de ravinement, l’assèchement des lacs et l’envasement rapide des barrages, l’extension des surfaces productrices de l’érosion contribuant également à une baisse substantielle des productions agro-sylvo-pastorales et à l’insécurité alimentaire chronique (FAO, 1983). Elle constitue par ailleurs la principale source de l’ensablement du fleuve Niger (Mamadou, 2012).

3Malgré les stratégies d’aménagement visant à promouvoir une gestion durable des ressources naturelles à travers les mesures de conservation des eaux et des sols, et la mise en place d’opérations de restauration des terres dégradées, la maîtrise des effets de l’érosion hydrique demeure toujours un défi majeur. Néanmoins, plusieurs recherches ont été menées au Niger afin de mieux appréhender cette problématique. Il s’agit surtout des travaux axés sur des mesures de ruissellement et des pertes de terres à l’échelle des parcelles expérimentales intégrant les états de surface en lien avec l’occupation des sols et les croûtes d'érosion, sur la dynamique du ravinement (Descroix et al., 2012 ; Mamadou, 2012). Cependant, la gravité du phénomène de l’érosion hydrique sur les moyens de subsistances nécessite une évaluation quantitative des pertes en sols à une plus large échelle (bassin versant) et demeure capitale si l’on souhaite promouvoir une gestion durable des terres et renforcer la résilience des communautés. Il s’avère donc impérieux de développer de nouvelles approches basées sur l’identification et l’évaluation des aléas érosifs à cette échelle.

4Durant ces dernières décennies, la modélisation de l’érosion hydrique des sols a suscité le développement de plusieurs modèles visant la quantification et la prédiction des pertes en sols. Il s’agit des modèles physiques événementiels comme le SHE (Système Hydraulique Européen) (Abbott et al., 1986 ; Bathurst and O’Connell, 1992) ; des modèles physiques continus telle que le SWAT (Soil and Water Assessment Tool) (Neistch et al., 2002) et le PESERA (Pan-European Soil Erosion Risk Assessment) (Kirkby et al., 2008 ; Baggaley et Potts, 2017) basés sur une représentation mathématique des processus érosifs et hydrologiques fondamentaux ; des modèles conceptuels notamment le SedNet (Sediment River Network Model) qui s’appuie sur la mobilisation des charges de sédiments (Wilkinson et al., 2009 ; Dymond et al., 2016) ; le MESALES (Modèle d'Evaluation Spatiale de l'Aléa Erosion des Sols) basé sur la sensibilité des sols à l’érosion et au ruissellement (Hessel et al., 2014); ou encore des modèles spatiaux basés sur la distribution des traceurs radioactifs dont les plus couramment utilisés sont le Césium 137, le plomb 210 et le béryllium 7 (Moustakim et al., 2019 ; Zhang et al., 2019). Sur les bassins versants de grande superficie, l’application de ces modèles demeure cependant complexe car l’acquisition des données à incrémenter nécessitent des moyens importants, du temps et de nombreuses mesures de terrain. Le modèle empirique basé sur l’équation universelle des pertes en sols révisée (Wischmeier et Smith, 1978) combinée aux Systèmes d’Information Géographique (SIG) et à la télédétection demeure un outil simple mais performant pour la modélisation de l'érosion hydrique des sols sur différentes échelles spatio-temporelles à faible coût avec une économie de temps (Wang et al., 2003 ; Phinzi et al., 2020). Cette approche intègre cinq paramètres fondamentaux intervenant dans le processus des pertes en sols par l’érosion hydrique : l’agressivité climatique, les propriétés des sols, la topographie, l’occupation des sols, et les pratiques antiérosives.

5La présente étude a pour objectif de quantifier les pertes potentielles en sols induites par l’érosion hydrique en lien avec les contraintes naturelles et l’anthropisation à l’échelle du bassin versant du kori Ouallam, l’une des régions les plus affectées par ce phénomène au Niger. Il s’agit spécifiquement dans ce bassin (i) d’identifier et évaluer les différents facteurs qui contrôlent l’érosion hydrique ; (ii) de quantifier les pertes potentielles en sols avec l’apport du système d’information géographique, de la télédétection et de l’équation universelle des pertes en sols révisée ; (iii) d’identifier les zones à risques d'érosion.

2. Démarche méthodologique

2.1. Zone d’étude

6Le kori de Ouallam est un bassin versant situé au sud-ouest du Niger (fig. 1A-B). C’est un affluent fossile du fleuve Niger vaste de 10 740 km2 qui comporte dans son lit un chapelet de mares et de lacs. Les vallées se situent à une altitude moyenne de 215 m. Les plateaux sont constitués de dépôt gréseux friables 38 % tandis que les vallées sont dominées par des sables éoliens et des alluvions du quaternaire 61 %, et le socle 1 % (fig. 1C). Le climat est de type semi-aride avec une pluviométrie très contrastée du nord (~268 mm de pluie par an) au sud (~446 mm de pluie par an) qui s’étend sur la période de juin à septembre au cours de l’année. La végétation ligneuse (Guiera senegalensis, Combretum micranthum et Combretum glutinosum) et herbacée (Mitracarpus scaber, Eragrotis tremula et Cenchrus biflorus) se développent sur un sol sableux pauvre en nutriments (Boubacar, 2016).

7Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, cette zone a connu une croissance démographique accélérée marquée par un taux de croissance annuel moyen de 3,8 % (Institut National de la Statistique, 2014). L’agriculture, principal moyen de subsistance de la population est essentiellement pluviale dominée par un système traditionnel de cultures itinérantes (Pennisetum glaucum et Vigna unguiculata) pratiquées en permanence sans protection des sols (Hiernaux et al., 2009 ; Dardel et al., 2014). La déforestation induite par l’expansion des surfaces cultivées a entrainé le transfert des zones boisées en terres agricoles (Mortimore et Turner, 2005). Dans le terroir de Saga Gorou situé au centre sud du secteur d’étude sur une superficie d’environ 100 km², Toure (2011) a observé une extension des champs de cultures qui passent de 24,3 % à 71,8 % entre 1950 et 1975, avant de chuter à 53,9 % en 2009 en raison de la formation des croûtes d’érosion non propices à l’agriculture. Par ailleurs, les jachères qui occupaient 7 % du territoire en 1950 sont passées à 5 % en 1975 puis à 1 % en 2009. Pour des besoins en bois de feu, la végétation ligneuse des plateaux constitue la principale source d’approvisionnement des ménages (Fiorillo et al., 2017). Dans le Fakara, zone située à environ 60 km à l'Est de Niamey avec une superficie estimée à 500 km2, le défrichement a favorisé une tendance à la baisse de la végétation des plateaux qui passe de 65 % à 47 % entre 1950 et 1975 à seulement 27 % en 1992 (Leblanc et al., 2008). Au sud-ouest du Niger, les fortes pressions anthropiques exercées sur les ressources naturelles ont entrainé des mutations profondes marquées par une augmentation des coefficients de ruissellement et d’écoulement, de rupture d’endoréisme affectant le fonctionnement hydro-géomorphologique des bassins versants (Moussa et al., 2011). L’érosion hydriques des sols constitue l’une des conséquences majeures de ce phénomene (Mamadou et al., 2015), et se traduit par une dégradation exacerbéé des écosystèmes (fig. 1D-E) en lien avec une intensification des pratiques agricoles, l’augmentation des surfaces cultivées associées à une insuffisance des mesures antiérosives.

Fig. 1 Zone d'étude avec quelques exemples de dégradation par érosion hydrique.
Fig. 1 Study area with some examples of degradation by water erosion.

Fig. 1 – Zone d'étude avec quelques exemples de dégradation par érosion hydrique.Fig. 1 – Study area with some examples of degradation by water erosion.

A et B : Situation géographique ; C : Lithologie ; D : Perte des superficies cultivées ; E : Déracinement de la végétation.
A and B: Geographical location; C: Lithology; D: Loss of cultivated area; E: Vegetation Uprooting.

2.2. Approche méthodologique

8Nous avons fait le choix dans le cadre de cette étude de nous baser sur des méthodes récentes couramment employées dans le cadre de la prédiction des pertes en sols à l’échelle régionale et mondiale (Borrelli et al., 2017 ; Fenta et al., 2020) en lien avec la disponibilité des données. Pour tenir compte de la variabilité spatiale des données d’entrée, nous avons fait le choix d’une résolution spatiale de 15 mètres qui constitue la plus faible résolution de nos données et qui a été réalisé à travers un rééchantillonnage uniforme par interpolation (Yan et al., 2020).

9L’équation universelle des pertes en sols révisée (Eq. 1) (Wischmeier et Smith, 1978) a été adoptée pour la quantification de l’érosion hydrique des sols à l’échelle du bassin versant du Kori Ouallam :

10R : érosivité des pluies (MJ.mm/ha.h.an) déterminée à partir de la carte mondiale d’érosivité avec une résolution spatiale de 30 secondes d'arc (~1 km à l’équateur) (Panagos et al., 2017) ; K : érodibilité des sols (t.ha.h/ha.MJ.mm) issue de la carte des sols de l’Afrique sur une résolution spatiale de 250 mètres (Hengl et al., 2015) appuyée par les analyses granulométriques à diffraction laser  de 46 échantillons de sols ; LS : facteurs topographiques (adimensionnel), dont L représente la longueur de la pente et S son inclinaison calculées à partir d'un modèle numérique d'élévation avec une résolution spatiale de 30 mètres en s’appuyant sur les formules de (Desmet et Govers, 1996 ; Renard et al., 1997) ; C : couvert végétal (adimensionnel) déterminé à l’aide des images landsat 8 Oli avec une résolution spatiale de 15 mètres appliquées sur la formule de (Knijff van der et al., 2000) ; P : facteur pratiques antiérosives (adimensionnel) estimé 1 en référence à l’insuffisance des aménagements antiérosifs réalisés et à la littérature ; A : perte potentielle des sols en moyenne annuelle à long terme (t/ha/an) issue du produit des cinq paramètres cités précédemment.

Fig. Démarche méthodologique de la méthode RUSLE.
Fig. Methodological approach of the RUSLE method.

Fig. – Démarche méthodologique de la méthode RUSLE.Fig. – Methodological approach of the RUSLE method.

2.2.1. Érosivité des pluies (R)

11La pluie constitue le principal déclencheur de l'érosion hydrique. L'érosivité des pluies dépend essentiellement de la hauteur et de l’intensité des précipitations qui amplifient les forces motrices nécessaires à l’entrainement des particules du sol. Le risque érosif est d’autant plus fort que l’intensité des pluies augmente. Les données de précipitations précises et continues sont rares en Afrique (Alain et Mohamed, 2015). Sur le bassin versant du Kori Ouallam, quatre stations pluviométriques ont été identifiées dont les données sont discontinues dans le temps et ne prennent pas en compte la durée et l’intensité des précipitations. Ceci peut constituer une entrave dans l’utilisation des modèles et la mise en œuvre des stratégies d’adaptation aux aléas climatiques. Ainsi, pour pallier à l’insuffisance des données sur les pluies dans le bassin versant du Kori Ouallam, l’érosivité des pluies (facteur R) a été calculée à partir de la carte mondiale d’érosivité (Panagos et al., 2017). Cette carte a été élaborée à partir des données pluviométriques comprises entre 1950 à 2016 couvrant 3 625 stations réparties dans 63 pays avec une résolution spatiale de 30 secondes d'arc (~1 km à l’équateur) sur la base d’une régression de processus gaussienne (GPR) (Eq. 2-4) (Brown et Foster, 1987) choisie pour son aptitude à fournir des valeurs d'érosivité des précipitations plus importantes que la méthode proposée par Wischmeier et Smith (1978).

12R : l'érosivité moyenne annuelle des précipitations et du ruissellement (MJ.mm/ha.h.an) ; EI30 : érosivité des précipitations d'un seul événement k ; er : énergie cinétique des précipitations (MJ/ha mm) ; vr : volume des précipitations (mm) au cours d’un événement pluvieux divisé par k ; ir : intensité des précipitations (mm/h) ; I30 : intensité maximale des précipitations sur 30 minutes (mm/h), en relation avec la quantité d’eau ruisselée ; n : nombre d'années enregistrées ; mj : nombre d'événements érosifs au cours d'une année donnée, j et k désignent l'indice d'un seul événement.

132.2.2. Érodibilité des sols (K)

14L’érodibilité des sols (facteur K) exprime la résistance des sols au détachement et au transport sous l’influence des précipitations et présente une forte dépendance liée aux propriétés physico-chimiques des sols. Elle a été déterminée à partir de la formule de (Sharpley et williams, 1990) appliquée par (Amanambu et al., 2019) (Eq. 5-6)

15SAN, SIL, CLA, et MO désignent respectivement le pourcentage du sable, celui de limon, d’argile et de la matière organique. Ces paramètres ont été déterminés à partir de la carte des sols de l’Afrique avec une résolution de 250 mètres (Hengl et al., 2015) prenant en compte les propriétés physico-chimiques des sols.

16La carte des sols du bassin versant du Kori Ouallam (fig. 3) a été extraite à partir de la carte pédologique de reconnaissance de la république du Niger sur une échelle de 1/500.000 (Gavaud et Boulet, 1967).

17Une campagne de prélèvement d’échantillons de sols a été également conduite sur le bassin versant du Kori Ouallam afin de caractériser la texture des sols et de mieux appréhender leurs apports dans le processus des pertes en sols. Au total 46 échantillons ont été prélevés dans les dix premiers centimètres du profil pédologique. En référence à la carte lithologique en place, ces échantillons sont répartis sur l’ensemble du bassin versant excepté l’extrême nord pour des raisons sécuritaires (fig. 3). Les analyses granulométriques effectuées au Laboratoire de Géoressources, Géoenvironnement et Génie Civil (L3G) de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc) ont été réalisées à l’aide d’un granulomètre à diffraction laser du type HORIBA LA-300 dont le protocole repose sur la distribution de la taille des particules (argiles, limons, sables) à travers un faisceau laser monochromatique.

Fig. 3 Carte pédologique (Gavaud et Boulet, 1967, modifié) avec localisation des échantillons de sols.
Fig. 3 Soil map (Gavaud et Boulet, 1967, modified) with location of soil samples.

Fig. 3 – Carte pédologique (Gavaud et Boulet, 1967, modifié) avec localisation des échantillons de sols.Fig. 3 – Soil map (Gavaud et Boulet, 1967, modified) with location of soil samples.

2.2.3. Topographie (LS)

18Elle comprend la longueur (L) et l’inclinaison (S) de la pente. Ce facteur est influencé par la forme (concave, convexe, rectiligne ou bosselée) des reliefs (Roose, 1994). C’est pourquoi dans le bassin versant du Kori de Ouallam, les facteurs L et S ont été déterminés avec les modèles de (Desmet et Govers, 1996 ; Renard et al.,1997) (Eq. 7-12). Ces modèles prennent en compte les complexités liées à la topographie et sont convenables pour la détermination des pertes en sols dues à l'érosion hydrique à l'échelle du paysage (Panagos et al., 2015).

19Ai,j-n : surface contributrice à l’entrée des cellules de la grille (i,j) exprimée en m2 ; D : taille des cellules de la grille en m ; ai,j : est l’aspect direction des cellules de la grille (i, j), θ : est l’angle de pente en degrés. Les paramètres L et S ont ainsi été calculés à l’aide d’un modèle numérique d’élévation (30 m de résolution spatiale) issu de la mission de topographie radar à navette (SRTM) avec une précision de 3 secondes d’arc.

2.2.4. Couvert végétal (C)

20La végétation joue un rôle prépondérant dans la protection des sols contre l’érosion (Guerra et al., 2016 ; Toure et al., 2019 ; Yan et al., 2021). Le suivi du couvert végétal est donc indispensable pour alimenter les modèles de l’érosion des sols et pour une gestion durable des terres (Kosmidou et al., 2014). La télédétection constitue un outil potentiel dans le cadre de la surveillance, la cartographie et l’évaluation de la dynamique spatio-temporelle des unités du paysage (Brandt et al., 2016). Toutefois, l’acquisition et le traitement des données génèrent des limites liées à l’influence de l’atmosphère, la présence des nuages résiduels et des tempêtes de sable, des effets dus à la précision géométrique. Dans les régions sahéliennes, l’indice normalisé de la végétation (NDVI) est très utilisé pour le suivi de l’état de la végétation (Dardel et al., 2014). Il est obtenu à partir de la différence entre la réflectance de la végétation dans le proche infrarouge et de celle obtenue dans le rouge (Eq. 13-14) (Rouse et al., 1973). Les images satellitaires du landsat 8 Oli avec une résolution spatiale de 15 mètres datant du mois de mars (2019) ont été choisies car au Niger, à cette période de l'année la végétation herbacée de la saison humide a déjà disparu, de sorte que les valeurs NDVI se réfèrent uniquement à la végétation buissonnante et ligneuse (Fiorillo et al., 2017).

21Le bassin versant du Kori Ouallam est caractérisé par des unités d’occupation dominées par une alternance de sols nus des vallées et de terrains de culture occupant 50,97 % de la superficie totale, des sols nus de plateau 37,53 %, d’une faible végétation ligneuse permanente de type éparse 11,15 %, et des surfaces d’eau permanentes à semi permanentes 0,35 % (fig. 4).

22NIR : réflectance de la végétation dans le proche infrarouge ; RED : réflectance de la végétation dans le rouge, avec α = 2 et β = 1 (van der Knijff et al., 2000).

Fig. 4 Carte d’occupation des sols.
Fig. 4 Land use map.

Fig. 4 – Carte d’occupation des sols.Fig. 4 – Land use map.

2.2.5. Pratiques antiérosives (P)

23Elles expriment l’apport des différents travaux d’aménagement dans la conservation des eaux et des sols. Les dispositifs antiérosifs améliorent les propriétés physico-chimiques des sols, réduisent le ruissellement et favorisent une reprise de la végétation sur les sols dégradés (Zouré et al., 2019 ; Martínez-Mena et al., 2020). Le facteur P varie de 0 sur les terrains aménagés à 1 sur les terrains sans pratiques antiérosives (Wischmeier et Smith, 1978). Des campagnes de terrain effectuées sur le bassin versant du Kori Ouallam et la digitalisation d’images Google Earth à haute résolution (210 mètres en moyenne) témoignent que les aménagements antiérosifs réalisés sont insignifiants couvrant environ 0,31 % de la superficie totale et restent localisés essentiellement sur les plateaux dégradés. Dans des zones similaires où les mesures de conservation sont rares ou inexistantes et qu’il n’a pas été possible de tirer des valeurs appropriées pour le facteur P, une valeur unitaire 1 a été attribuée à cet indice (Tamene et Le, 2015 ; Gourfi et al., 2018 ; Olorunfemi et al., 2020). Cela suppose que dans ce cas de figure, les pratiques antiérosives mises en place ne sont pas en mesure d’atténuer les pertes en sols dues à l’érosion hydrique. En référence à cette approche, une valeur de 1 a été également retenue pour le facteur P dans le cadre de cette étude.

3. Résultats

3.1. Évolution des paramètres érosifs

24Les paramètres d'entrée du modèle requis ont été générés : facteur d'érosivité des pluies (fig. 5A), facteur d'érodibilité des sols (fig. 5B), facteur topographique (fig. 5C), facteur du couvert végétal (fig. 5D).

25

Fig. 5 Carte des facteurs érosifs.
Fig. 5 Map of erosive factors.

Fig. 5 – Carte des facteurs érosifs.Fig. 5 – Map of erosive factors.

A : facteur d'érosivité des pluies ; B : facteur d'érodibilité des sols ; C : facteur topographique (LS) ; D : facteur du couvert végétal.
A: Rainfall-runoff erosivity factor; B: soil erodibility factor; C: topographical factor (LS); D: vegetation cover factor.

3.1.1. Facteur d'érosivité des pluies

26L’érosivité des pluies est marquée par une variabilité spatiale suivant un gradient croissant nord-sud très net. En effet, elle passe de 1 229 MJ.mm/ha.h.an au nord à plus de 2000 MJ.mm/ha.h.an au sud (fig. 5A). Ce gradient est fonction des pluies qui se raréfient du sud au nord du Niger (Bahari et al., 2018). Selon la classification de l’érosivité globale (Panagos et al., 2017), les pluies sur le bassin versant du Kori Ouallam présentent une forte agressivité (R > 1 500 MJ.mm/ha.h.an) sur plus de 60 % de sa superficie. Cette forte agressivité est soutenue par une recrudescence marquée des pluies extrêmes au Sahel au cours des deux dernières décennies (Taylor et al., 2011).

3.1.2. Facteur d'érodibilité des sols

27L’érodibilité des sols varie de 0 t.ha.h/ha.MJ.mm au nord pour atteindre 0.014 t.ha.h/ha.MJ.mm au sud (fig. 5B). Cette distribution spatiale de l’érodibilité des sols est fonction des formations pédologiques qui caractérisent le secteur d’étude. Les zones soumises à une forte érodibilité situées au sud, reposent sur des formations sableuses du Niger moyen dominées par le faciès toposéquence des vallées. Les zones faiblement érodées observées en grande partie au nord sont formées d’une association de sols ferrugineux lessivés, de sols à pseudogley, de sols bruts d’apport, sur roches argileuses et à des sols régiques sur sables éoliens (fig. 3).

28Sur le bassin versant du Kori Ouallam, l’érodibilité des sols est également soutenue par les résultats des analyses granulométriques. Le traitement des données issues du granulomètre à diffraction laser a mis en évidence 7 classes de texture pour les 46 échantillons traités. La distribution granulométrique est dominée par les textures limono-argilo-sableuses, limono-sableuses et sablo-limoneuses avec respectivement 32,61 %, 21,74 %, 19,57 %. Les textures limono-argileuses 8,7 %, sableuses et argileuses 6,52 % chacune, et limoneuses 4,35 % sont faiblement représentées (tab. 1).

Tab. 1 Résultats de l’analyse granulométrique à diffraction laser.
Tab. 1 Laser diffraction particle size analysis results.

Tab. 1 – Résultats de l’analyse granulométrique à diffraction laser.Tab. 1 – Laser diffraction particle size analysis results.

3.1.3. Facteur topographique

29Le facteur topographique est marqué par une variation liée à la toposequence ; il passe de 0 à 0,1 autour des oueds jusqu’à des valeurs supérieures à 3 au niveau des talus et des plateaux (fig. 5C). Les résultats du facteur LS expriment une topographie non moins accidentée, cependant il constitue l’un des principaux facteurs pris en compte lors de la réalisation des aménagements antiérosifs.

3.1.4. Facteur couvert végétal

30Le facteur du couvert végétal varie de 0,36 à 1 (fig. 5D). Les valeurs proches de 1 occupent plus de 80 % de la superficie totale du bassin versant ce qui traduit un faible taux du couvert végétal mis en évidence également par la carte d’occupation des sols (fig. 4). Ceci s’explique par des facteurs d’ordres climatiques et anthropiques. Au Sahel, la variabilité saisonnière des pluies est marquée par une fréquence élevée des jours sans pluie (Salack et al., 2012). Ces poches de sécheresse réduisent considérablement le développement de la végétation et mettent en péril les multiples efforts de reboisement puisqu’elles accentuent le taux de mortalité des jeunes plants qui sont très sensibles au stress hydrique (Ati et al., 2002). Au sud-ouest du Niger, la période de la mousson est marquée par des vents de forte intensité emportant les particules fines du sol et les éléments nutritifs nécessaires pour le développement de la végétation (Toure et al., 2019). Les changements d’usages des sols observés ces dernières décennies et les pratiques culturales inadéquates ont également entrainé une hausse significative de la superficie des sols nus avec le développement des croûtes d’érosion au détriment de la végétation (Moussa et al., 2011).

3.2. Perte potentielle des sols

31C’est la résultante d’une fonction multiplicative des facteurs érosifs (Eq. 1). Sur le bassin versant du Kori Ouallam, la moyenne annuelle des pertes potentielles en terres générée par l’érosion hydrique déduite de cette étude est de 1,54 t/ha/an (fig. 6). Selon la gravité du risque érosif (tab. 2) ; 45,58 % de la superficie totale du bassin versant est affectée par un taux d’érosion très faible (0-0,5 t/ha/an) ; 13,59 % par un taux d’érosion faible (0,5-1 t/ha/an) ; 24,93 % par un taux d’érosion modéré (1-3 t/ha/an) ; 5,61 % par un taux d’érosion élevé (3-4 t/ha/an) ; 3,71 % par un taux d’érosion sévère (4-5 t/ha/an) ; et 6,58 % par un taux d’érosion extrêmement sévère (> 5 t/ha/an). A l’échelle du bassin versant, la répartition spatiale des taux d’érosion suit un gradient nord-sud. Globalement, les taux d’érosion les plus élevés sont observés dans le secteur sud. Alors que dans la partie amont au nord, apparaissent les taux d’érosion relativement faibles.

Fig. 6 Taux d’érosion des sols.
Fig. 6 Soil erosion rate.

Fig. 6 – Taux d’érosion des sols.Fig. 6 – Soil erosion rate.

Tab. 2 Résultats statistiques du taux d’érosion des sols.
Tab. 2 Statistical results of soil erosion rate.

Tab. 2 – Résultats statistiques du taux d’érosion des sols.Tab. 2 – Statistical results of soil erosion rate.

4. Discussion

4.1. Facteurs de contrôle de l’érosion hydrique

32Les facteurs de contrôle de l’érosion hydrique des sols ont été largement discutés à différentes échelles spatio-temporelles. Sur le bassin versant du Kori Ouallam, les résultats obtenus montrent une forte corrélation entre le facteur LS (fig. 5C) et la carte érosive (fig. 6) avec un coefficient r = 0,78 (tab. 3). Cela explique que l’érosion hydrique des sols est largement contrôlée par le facteur topographique. Les résultats suggèrent que la perte potentielle des sols est d’autant plus élevée que la pente augmente (tab. 4). Cette vulnérabilité des zones de pente élevée au phénomène de l’érosion hydrique a été approuvée par les résultats de plusieurs études. Dans le sud-ouest du Niger près de Niamey, Chappell (1996) a évalué les variables de contrôle de la redistribution spatiale des sols induite par l’érosion hydrique et éolienne. A travers la confrontation des données issues des modèles numériques de terrain et l’interpolation des résultats de l’analyse du traceur radioactif (137Cs) sur des échantillons de sols extraits dans des fosses pédologiques, il conclut que l’érosion éolienne affecte l’ensemble de la zone d’étude, alors que l’érosion hydrique est principalement concentrée sur les pentes les plus abruptes. Maïga-Yaleu et al. (2015) et Zhang et al. (2019) ont examiné le mécanisme de l’érosion hydrique des sols sur des parcelles expérimentales situées respectivement sur le bassin versant de Tougou au Burkina Faso et le bassin versant de Liudaogou en Chine. Ces derniers observent que l’érosion hydrique des sols est fortement dépendante de la topographie et qu’une augmentation de l'ajustement du gradient de la pente agit significativement sur les pertes en sols et la mobilisation des nutriments. L’emploi combiné du modèle basé sur l’équation universelle des pertes en sols révisée, de la télédétection, du système d’information géographique et des mesures de rendement des sédiments ont permis également de tirer des conclusions similaires au sud-ouest du Nigéria sur l'État d'Ekiti (Olorunfemi et al., 2020), sur le bassin versant d'Umzintlava en Afrique du Sud (Phinzi et al., 2020), et à l’échelle de certains bassins versants du Maroc (Gourfi et al., 2018).

Tab. 3 Matrice de corrélation.
Tab. 3 Correlation matrix.

Tab. 3 – Matrice de corrélation.Tab. 3 – Correlation matrix.

Tab. 4 Évolution de la perte potentielle des sols en fonction de la pente.
Tab. 4 Evolution of potential soil loss as a function of the slope.

Tab. 4 – Évolution de la perte potentielle des sols en fonction de la pente.Tab. 4 – Evolution of potential soil loss as a function of the slope.

33L’érodibilité des sols constitue le second facteur influençant l’érosion hydrique des sols avec un coefficient de corrélation r = 0,24. Cette érodibilité des sols tropicaux sahéliens est associée aux propriétés physico-chimiques et à la nature lithologique des formations (Roose, 1994 ; Thornes, 1995). Les sols du bassin versant du Kori Ouallam se caractérisent par des fortes teneurs de sable 65,74 % en moyenne (fig. 7) avec un déficit en nutriments (Boubacar, 2016), évoluant sur des formations lithologiques très friables (fig. 1C). Ces propriétés physico-chimiques et lithologiques fragilisent la résistance des sols en amplifiant leurs susceptibilités à l’érosion hydrique (Govers et al., 2006 ; Rebai et al., 2013).

Fig. 7 Diagramme textural des sols.
Fig. 7 Soil texture diagram.

Fig. 7 – Diagramme textural des sols.Fig. 7 – Soil texture diagram.

34L’érodibilité des sols évolue également avec l’intensité des pratiques agricoles (Wang et al., 2016). En dépit d’un système de labour pratiqué en permanence sans mesures de protection efficaces des sols (fig. 8A), au sud-ouest du Niger, la mise en culture est accompagnée par des pratiques inappropriées marquées par le raccourcissement voire la disparition de la jachère, le défrichement, la collecte massive des résidus de culture exposant ainsi les sols à l’effet érosif (Toure et al., 2011 ; Mamadou et al., 2015). Une analyse des métadonnées issues de la synthèse de 25 études réalisées sur 8 pays sahéliens, indique qu’en raison de l’accroissement de la population, les terres cultivées ont connu une augmentation de 73 % entre 1960 à 2010 (Vliet et al., 2013). L’emprise humaine exercée sur les ressources en sol agit directement sur les conditions de surface liées aux propriétés hydrologiques des sols entrainant ainsi la formation des croûtes d’érosion, la baisse de la capacité de rétention des eaux de pluies, la production d’un fort taux de ruissellement (Malam Issa et al., 2011 ; Salem et al., 2015 ; Malam-Abdou et al., 2016). Moussa et al. (2009, 2011) ont observé l’evolution des changements d’usages des sols et leurs conséquences en lien avec l’anthropisation à l’échelle des bassins versants sahéliens. Ces derniers suggèrent que l’érodibilité des sols perdure aussi longtemps que persiste le travail intense des sols. A l’échelle mondiale, les surfaces cultivées constituent les principales zones sujettes à l’érosion dont les plus affectées se situent en Afrique subsaharienne, en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est (Borrelli et al., 2017), avec des impacts graves sur l’économie (Sartori et al., 2019). Néanmoins, la dynamique érosive des sols pourrait être atténuée à travers la mise en œuvre des mécanismes d’adaptation basés sur une gestion durable des sols (Luetzenburg et al., 2020).

Fig. 8 - A : Système de labour au sud-ouest du Niger ; B : Inondation des surfaces cultivées. .
Fig. 8 A: Ploughing system in southwestern Niger ; B: Flooding of cultivated areas.

Fig. 8 - A : Système de labour au sud-ouest du Niger ; B : Inondation des surfaces cultivées. .Fig. 8 – A: Ploughing system in southwestern Niger ; B: Flooding of cultivated areas.

35Avec un coefficient de corrélation r = 0,13, l’érosivité des pluies est le troisième facteur influençant l’érosion hydrique des sols. Cette agressivité climatique est la resultante des mutations recentes associées au régime pluviométrique. Nicholson et al. (2018) ont analysé l’évolution des précipitations à l’echelle du contiment africain sur une longue série chronologique allant de 1838 à 2014. Pour le cas du Sahel, il a été observé une tendance à la hause des precipitations depuis 1980. Ce rétablissement s’est accompagné par une détérioration progressive du régime pluviométrique donnant lieu à des incertitudes dans la gestion durable des écosystèmes (Taylor et al., 2017). Les pluies extrêmes enregistrées au cours de ces dernières décennies génèrent de forts ruissellements sur les zones hautes (Mahé et Paturel, 2009) et des inondations (fig. 8B) dans les bas-fonds (Descroix et al., 2013) occasionnant des pertes matérielles et humaines considérables.

4.2. Analyse comparative des résultats

36Cette étude de quantification et de modélisation de l’érosion hydrique des sols à l’échelle du bassin versant du Kori Ouallam a nécessité l’emploi combiné des données d’entrée marquées par des résolutions spatiales variables ce qui constitue un aspect critique pour l’approche réalisée en lien avec les principaux facteurs érosifs. Dans les différentes régions du Sahel, l’influence des facteurs érosifs sur les pertes en sols a été perçue de manières différentes d’une étude à une autre. Selon Casenave et Valentin (1989) les propriétés liées aux états de surface sont les principaux moteurs des pertes en sols. Moussa et al. (2009) attribuent ce phénomène à l’érodibilité des sols, au faible couvert végétal, et à l’érosivité des pluies. Pour Hountondji (2008) et Amanambu et al. (2019), il s’agit plutôt de l’agressivité climatique notamment l’intensité et la fréquence des précipitations. Cette étude apporte une compréhension substantielle sur l’apport des différents facteurs érosifs contrôlant l’érosion hydrique dans cette zone. En plus des autres facteurs érosifs déjà énumérés dans des travaux précédents, il ressort que les facteurs topographiques (la longueur L de la pente et son inclinaison S) ont un apport significatif dans le processus des pertes en sols.

37À l’échelle mondiale, Borrelli et al. (2017) ont évalué la perte potentielle des sols à partir d’une approche combinée du système d’information géographique, de la télédétection, et de l’équation universelle des pertes en sols révisée. Les résultats obtenus dans cette étude rejoignent les conclusions de cette étude globale où pour le cas du Niger, les zones sujettes à un taux d’érosion élevé (supérieures à 5 t/ha/an) sont localisées au sud.

38À l’échelle régionale, la perte moyenne annuelle des sols engendrés par l’érosion hydrique a été estimée à 1,9 t/ha/an au Soudan (Fenta et al., 2020). À l’échelle nationale, les travaux de Descroix et al. (2012) réalisés sur des parcelles expérimentales installées sur le bassin versant de Tondi kiboro ont montré une perte moyenne annuelle des terres de 1,92 t/ha/an. Cette similitude entre nos résultats pourrait s’expliquer par le fait que ces zones présentent des caractéristiques biophysiques similaires notamment la topographie. Cependant, des pertes en sols plus importantes ont été observées dans les zones dont le relief est accidenté présentant des pentes raides. C’est le cas au Rwanda, au Burundi, en Ethiopie où la perte moyenne annuelle des sols a été quantifiée respectivement à 34,2 t/ha/an, 18,7 t/ha/an et 16,9 t/ha/an (Fenta et al., 2020). En appliquant le modèle MESALES à l’échelle de trois zones en Europe et au Maroc, Hessel et al. (2014) concluent que les zones sensibles à l’érosion des sols se caractérisent par des pentes modérées à raides.

39Cette étude a permis de constater que la dégradation des terres par le phénomène de l’érosion hydrique affecte gravement les ressources en sols dont principalement ceux des plateaux et glacis. Par ailleurs, les sédiments produits en amont participent au comblement des points d’eau réduisant ainsi leur capacité de stockage. Malheureusement, en raison du manque de données bathymétriques fiables et continues, il n’existe pas encore d’étude de quantification de l’érosion à partir de l’estimation de sédiments accumulés au niveau des réservoirs de barrages au Niger.

4.3. Limites du modèle RUSLE

40Les modèles d’érosion basés sur l’équation universelle des pertes en sols révisée sont largement utilisés dans le cadre de la prédiction des pertes en sols résultant de l’érosion en nappe et en rigole. Cependant, cette approche présente des limites liées à la variabilité spatio-temporelle des données d’entrée, la non prise en compte explicite du ruissellement incorporé dans le facteur R, ou encore l’évaluation précise de l’apport des aménagements (Mitasova et al., 2013 ; Evans et Boardman, 2016). Les limites du modèle RUSLE apparaissent également quant à l’évaluation effective de l’apport des facteurs anthropiques liés aux pratiques agricoles ou encore au défrichement qui constituent des éléments majeurs intervenant dans le déclanchement des processus érosifs dans un contexte sahélien. Néanmoins, l’efficacité globale du modèle a été estimée à 75 % (Risse et al., 1993) et plus de 60,2 % (Lin et al., 2020) sur la base d’une moyenne annuelle. Les résultats de cette étude, tout comme la modélisation en générale, n’offrent pas une prédiction précise des mesures ponctuelles. Nos travaux indiquent une compréhension générale des processus d’érosion hydrique des sols à l’échelle du bassin versant du Kori Ouallam et se traduisent par une estimation des pertes en sols à long terme, l’identification des zones à risques et les principaux facteurs de contrôle.

5. Conclusion

41Durant ces dernières années, l’étude de l’érosion hydrique au Sahel est devenue récurrente en raison des contraintes naturelles et anthropiques. Cette étude réalisée à l’échelle du bassin versant du Kori Ouallam apporte une amélioration significative sur la compréhension du phénomène en comparaison avec les études antérieures. Les campagnes de terrain, les analyses au laboratoire, l’exploitation des outils de la télédétection, du système d’information géographique et de l’équation universelle des pertes en sols révisée, ont permis une meilleure quantification des pertes potentielles en sols impliquant l’apport des différents facteurs qui l’influencent et l’identification des zones à risques à l’échelle du bassin versant du kori Ouallam.

42La moyenne annuelle des pertes potentielles en sols est évaluée à 1,54 t/ha/an sur une superficie de 10 740 km2. Selon la gravité du risque érosif, 45,58 % de la superficie totale du bassin versant est affectée par un taux d’érosion très faible (0-0,5 t/ha/an) ; 13,59 % par un taux d’érosion faible (0,5-1 t/ha/an) ; 24,93 % par un taux d’érosion modéré (1-3 t/ha/an) ; 5,61 % par un taux d’érosion élevé (3-4 t/ha/an) ; 3,71 % par un taux d’érosion sévère (4-5 t/ha/an) ; et 6,58 % par un taux d’érosion extrêmement sévère (> 5 t/ha/an). Ces résultats suggèrent que cette zone est marquée par une dynamique hydroérosive très active avec un secteur sud particulièrement affecté. Ce phénomène est principalement influencé par les facteurs topographiques marqués par la longueur de la pente (L) et son inclinaison (S), les facteurs d’érodibilité des sols et d’érosivité des pluies ainsi que les actions anthropiques. La dégradation progressive des sols témoigne de l’ampleur gravissant de l’érosion hydrique qui sévit dans cette zone. Elle engendre des dommages socio-économiques et environnementaux d’où la nécessité de la mise en œuvre de stratégies d’aménagement au niveau des secteurs prioritaires qui sont les plus affectés. La carte d’érosion que nous avons établie constitue un bon outil d’aide à la prise de décision dans ce sens.

*Auteur correspondant : Tel (+212) 524 43 34 04

salifounoma2000@gmail.com (S. Noma Adamou)

Haut de page

Bibliographie

Abbott M. B., Bathurst J. C., Cunge J. A., O’Connell P. E., Rasmussen J. (1986) - An Introduction to the European Hydrological System Système Hydrologique Européen, ‘SHE’, 1: History and philosophy of a physically-based, distributed modelling system. Journal of Hydrology, 87 (1–2), 45–59.

DOI: 10.1016/0022-1694(86)90114-9.

Alain F., Mohamed T. (2015) - L’Afrique face aux changements climatiques. Les cahiers d’Outre-Mer, 260, 459-462.

Amanambu A.C., Lanhai L., Christiana N.E., Omon A.O., Christophe M., Ditao C. (2019) - Spatio-temporal variation in rainfall-runoff erosivity due to climate change in the lower Niger basin, west Africa. Catena, 172, 324–34.

DOI : 10.1016/j.catena.2018.09.003

Ati O. F., Stigter C.J., Oladipo E.O. (2002) - A comparison of methods to determine the onset of the growing season in Northern Nigeria. International Journal of Climatology, 22 (6), 731–42.

DOI : 10.1002/joc.712

Baggaley N., Potts J. (2017) - Sensitivity of the PESERA soil erosion model to terrain and soil inputs. Geoderma Regional, 11, 104 –112.

DOI : 10.1016/j.geodrs.2017.07.006.

Bahari I.M., Moussa I.B., Oumarou F.M. (2018) - Evolution des caractéristiques pluviométriques et recrudescence des inondations dans les localités riveraines du fleuve Niger. VertigO - La Revue Électronique En Sciences de l’environnement.

DOI : 10.4000/vertigo.19891

Bathurst J.C., O’Connell P.E. (1992) - Future of distributed modeling: The Systeme Hydrologique Européen. Hydrological Processes, 6 (3), 262-277.

DOI : 10.1002/hyp.3360060304

Boubacar M.M. (2016) - Caractérisation des stades de dégradation des écosystèmes de l’Ouest du Niger et proposition de techniques simples de restauration des stades dégradés. Thèse de Doctorat de l’Université Abdou Moumouni, 138 p.

Borrelli P., Robinson D.A., Fleischer L.R., Lugato E., Ballabio C., Alewell C., Meusburger K., Modugno S., Schütt B., Ferro V., Bagarello V., Oost K. Van., Montanarella L., Panagos P. (2017) - An assessment of the global impact of 21st century land use change on soil erosion. Nature Communications, 8, 2013.

DOI : 10.1038/s41467-017-02142-7

Brandt M., Hiernaux P., Rasmussen K., Mbow C., Kergoat L., Tagesson T., Ibrahim, Y.Z., Wélé A., Tucker C.J., Fensholt R. (2016) - Assessing woody vegetation trends in Sahelian drylands using MODIS based seasonal metrics. Remote Sensing of Environment, 183, 215–225.

DOI : 10.1016/j.rse.2016.05.027

Brown L. C., Foster G.R. (1987) Storm erosivity using idealized intensity distributions. American Society of Agricultural and Bioogical Engineers, 30, 0379–0386.

Casenave A., Valentin C. (1989) - Les états de surface de la zone sahélienne : influence sur l'infiltration. Collection didactique. Paris. ORSTOM Éditions, 229 p.

Chappell A. (1996) - Modelling the spatial variation of processes in the redistribution of soil: digital terrain models and 137Cs in Southwest Niger. Geomorphology, 17 (1-3), 249–61.

DOI : 10.1016/0169-555x(95)00092-j

Dardel C., Kergoat L., Hiernaux P., Mougin E., Grippa M., Tucker C.J. (2014) - Re-Greening Sahel: 30 years of remote sensing data and field observations (Mali, Niger). Remote Sensing of Environment, 140, 350–64.

DOI : 10.1016/j.rse.2013.09.011

Descroix L., Mamadou I, Malam-Abdou M., Bachir A., Moussa I.B., Eric L.B., Kadidiatou S.Y. (2012) - État des lieux et proposition de restauration des sols sur le bassin versant de Tondi kiboro (Niger). In Roose E., Duchaufour H., De Noni G. (Eds.) : Lutte antiérosive : réhabilitation des sols tropicaux et protection contre les pluies exceptionnelles. Marseille : IRD, 10 p.

DOI : 10.4000/books.irdeditions.12983

Descroix L., Aïda D.N., Honoré D., Gérémy P., Guillaume Q., Arona D. (2013) - Evolution des pluies de cumul élevé et recrudescence des crues depuis 1951 dans le bassin du Niger moyen (Sahel). Climatologie, 10 (10), 37–49.

DOI: 10.4267/climatologie.78

Desmet P., Govers G. (1996) - A GIS procedure for automatically calculating the USLE LS Factor on topographically complex landscape units. Journal of Soil and Water Conservation, 51 (5), 427-433.

Dymond J.R., Herzig A., Basher L., Betts H.D., Marden M., Phillips C.J., Ausseil A.G.E., Palmer D.J., Clark M., Roygard J. (2016) - Development of a New Zealand SedNet model for assessment of catchment-wide soil-conservation works. Geomorphology, 257, 85–93.

DOI : 10.1016/j.geomorph.2015.12.022

Evans R., Boardman J. (2016) -The new assessment of soil loss by water erosion in Europe. Panagos P. et al., 2015 Environmental Science & Policy 54, 438–447 – A response. Environmental Science & Policy, 58, 11–15.

DOI: 10.1016/j.envsci.2015.12.013

FAO (1983) - Garder la terre en vie, l’érosion des sols ses causes et ses remèdes. Bulletin Pédologique, 50, 62p.

Fenta A.A., Tsunekawa A., Haregeweyn N., Poesen J., Tsubo M., Borrelli P., Panagos P., Vanmaercke M., Broeckx J., Yasuda H., Kawai T., Kurosaki Y. (2020) - Land susceptibility to water and wind erosion risks in the East Africa Region. Science of The Total Environment, 703, 135016.

DOI : 10.1016/j.scitotenv.2019.135016

Fiorillo E., Maselli F., Tarchiani V., Vignaroli P. (2017) - Analysis of land degradation processes on a tiger bush plateau in South West Niger using MODIS and LANDSAT TM/ETM+ data. International Journal of Applied Earth Observation and Geoinformation, 62, 56–68.

DOI : 10.1016/j.jag.2017.05.010

Gavaud M., Boulet R. (1967) - Carte pédologique de reconnaissance de la république du Niger, échelle 1/500.000.

Gourfi A., Daoudi L., Shi Z. (2018) - The assessment of soil erosion risk, sediment yield and their controlling factors on a large scale: example of Morocco. Journal of African Earth Sciences, 147, 281–99.

DOI : 10.1016/j.jafrearsci.2018.06.028

Govers G., Van Oost K., Poesen J. (2006) - Responses of a semi-arid landscape to human disturbance: A simulation study of the interaction between rock fragment cover, soil erosion and land use change. Geoderma, 133 (1–2), 19–31.

DOI: 10.1016/j.geoderma.2006.03.034

Guerra C.A., Maes J., Geijzendorffer I., Metzger M.J. (2016) - An assessment of soil erosion prevention by vegetation in Mediterranean Europe: Current trends of ecosystem service provision. Ecological Indicators, 60, 213–222.

DOI : 10.1016/j.ecolind.2015.06.043

Hengl T., Heuvelink G.B.M., Kempen B., Leenaars J.G.B., Walsh M.G., Shepherd K.D., Sila A., MacMillan R.A., De Jesus J.M., Tamene L., Tondoh, J.E. (2015) - Mapping Soil Properties of Africa at 250 m Resolution: Random Forests Significantly Improve Current Predictions. PLoSONE, 10 (6).

DOI: 10.1371/journal.pone.0125814

Hessel R., Daroussin J., Verzandvoort S., Walvoort D., (2014) - Evaluation of two different soil databases to assess soil erosion sensitivity with MESALES for three areas in Europe and Morocco. Catena, 118, 234–247.

DOI : 10.1016/j.catena.2014.01.012

Hiernaux P., Ayantunde A., Kalilou A., Mougin E., Gérard B., Baup F., Grippa M., Djaby B. (2009) -Trends in productivity of crops, fallow and rangelands in Southwest Niger: Impact of land use, management and variable rainfall. Journal of Hydrology, 375 (1-2), 65–77.

DOI : 10.1016/j.jhydrol.2009.01.032

Hountondji H.Y.C. (2008) - Dynamique environnementale en zones sahélienne et soudanienne de l’Afrique de l’Ouest : Analyse des modifications et évaluation de la dégradation du couvert végétal. Thèse de doctorat de l’Université de Liège. 131 p.

Institut National de la Statistique (2014) - présentation des résultats préliminaires du quatrième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGP/H), INS 2012. République du Niger. 9 p.

Kirkby M.J., Irvine B.J., Jones R.J.A., Govers G. (2008) - The PESERA coarse scale erosion model for Europe. I. - Model rationale and implementation. European Journal of Soil Science, 59, 1293–1306.

DOI : 10.1111/j.1365-2389.2008.01072.x

Kosmidou V., Petrou Z., Bunce R.G. H., Mücher C.A., Jongman R.H.G., Bogers M.M. B., Lucas R.M., Tomaselli V., Blonda P., Padoa-Schioppa E., Manakos I., Petrou M. (2014) - Harmonization of the Land Cover Classification System (LCCS) with the General Habitat Categories (GHC) classification system. Ecological Indicators, 36, 290–300.

DOI : 10.1016/j.ecolind.2013.07.025

Leblanc M. J., Favreau G., Massuel S., Tweed S. O., Loireau M., Cappelaere B. (2008) - Land clearance and hydrological change in the Sahel: SW Niger. Global and Planetary Change, 61 (3-4), 135–150.

DOI : 10.1016/j.gloplacha.2007.08.011

Lin J., Guan Q., Tian J., Wang Q., Tan Z., Li Z., Wang N. (2020)Assessing temporal trends of soil erosion and sediment redistribution in the Hexi Corridor region using the integrated RUSLE-TLSD model. Catena, 195, 104756.

DOI : 10.1016/j.catena.2020.104756

Luetzenburg G., Bittner M. J., Calsamiglia A., Renschler C. S., Estrany J., Poeppl R. (2020) - Climate and land use change effects on soil erosion in two small agricultural catchment systems Fugnitz – Austria, Can Revull – Spain. Science of The Total Environment, 704, 135389.

DOI : 10.1016/j.scitotenv.2019.135389

Mahé G., Paturel J. (2009) - 1896 -2006 Sahelian annual rainfall variability and runoff increase of Sahelian Rivers. Comptes Rendus Geoscience, 341 (7), 538–546.

DOI : 10.1016/j.crte.2009.05.002

Maïga-Yaleu S.B., Chivenge P., Yacouba H., Guiguemde I., Karambiri, H., Ribolzi O., Bary A., Chaplotn V. (2015) - Impact of sheet erosion mechanisms on organic carbon losses from crusted soils in the Sahel. Catena, 126, 60–67.

DOI : 10.1016/j.Catena.2014.11.001

Malam-Abdou M., Vandervaere J.P., Moussa B.M., Descroix L., Mamadou I., Faran-Maiga O. (2016) - Genèse des écoulements sur deux petits bassins versants cristallins de l’ouest du Niger : Approche Multi-Échelles Du Fonctionnement Hydrodynamique. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 22 (4), 363–75.

DOI : 10.4000/geomorphologie.11537

Malam Issa O., Valentin C., Rajot J.L., Cerdan O., Desprats J.F., Bouchet T. (2011) - Runoff generation fostered by physical and biological crusts in semi-arid sandy soils. Geoderma, 167-168, 22–29.

DOI : 10.1016/j.geoderma.2011.09.013

Mamadou I. (2012) - La dynamique accélérée des Koris de la région de Niamey et ses conséquences sur l’ensablement du fleuve Niger. Thèse de Doctorat de l’Université Abdou Moumouni et de l’Université Paris 1, 290 p.

Mamadou I., Gautier E, Descroix L., Noma I, Moussa I.B., Faran-Maiga O., Genthon P., Amogu O., Malam-Abdou M, Vandervaere J.P. (2015) - Exorheism Growth as an Explanation of Increasing Flooding in the Sahel. Catena, 131, 130–139.

DOI : 10.1016/j.catena.2015.03.017

Martínez-Mena M., Carrillo-López E., Boix-Fayos C., Almagro M., García F.N., Díaz-Pereira E., Montoya I., De Vente J. (2020) - Long-term effectiveness of sustainable land management practices to control runoff, soil erosion, and nutrient loss and the role of rainfall intensity in mediterranean rainfed agroecosystems. Catena, 187, 104352

DOI : 10.1016/j.catena.2019.104352

Millogo D., Nikiema A., Koulibaly B., Zombre N.P. (2017) - Analyse de l’évolution de l’occupation des terres à partir de photographies aériennes de la localité de Loaga dans la province du Bam, Burkina Faso. International Journal of Biological and Chemical Sciences, 11 (5), 2133-2143.

DOI :10.4314/ijbcs.v11i5.16

Mitasova H., Barton M., Ullah I., Hofierka J., Harmon R.S. (2013) - GIS-Based Soil Erosion Modeling. In Shroder J., Bishop M.P. (Eds.): Treatise in Geomorphology: Vol. 3 Remote Sensing and GI Science in Geomorphology. Academic Press, 228–258.

DOI : 10.1016/B978-0-12-374739-6.00052-X

Moussa I.B., Maiga O.F, Ambouta J.M. K., Sarr B., Descroix L., Adamou M.M. (2009) - Les conséquences géomorphologiques de l’occupation du sol et des changements climatiques dans un bassin-versant rural sahelien. Sécheresse, 20 (1), 145-152.

Moussa I.B., Descroix L., Maiga O.F., Gautier E., Adamou M.M., Michel E., Yéro K.S., Abdou M.M., Mamadou I., Breton E. Le, Abba B. (2011) - Les changements d’usage des sols et leurs conséquences hydrogéomorphologiques sur un bassin-versant endoréique sahélien. Sécheresse, 22, 13–24.

DOI : 10.1684/sec.2011.0297

Moustakim M., Benmansour M., Zouagui A., Nouira A., Benkdad A., Damnati B. (2019) - Use of caesium -137 re-sampling and excess lead-210 techniques to assess changes in soil redistribution rates within an agricultural field in Nakhla watershed. Journal of African Earth Sciences, 156, 158–167.

DOI : 10.1016/j.jafrearsci.2019.04.017

Mortimore M., Turner B. (2005) - Does the Sahelian smallholder’s management of woodland, farm trees, rangeland support the hypothesis of human-induced desertification? Journal of Arid Environments, 63 (3), 567–595.

DOI : 10.1016/j.jaridenv.2005.03.005

Neistch S.L., Arnold J.G., Kiniry J.R., Williams J.R., King K.W. (2002) - Soil and Water Assessment Tool Theoretical Documentation. Department of Agriculture Agricultural Research Service, Temple, Texas.

Nicholson S. E., Funk C., Fink A. H. (2018) - Rainfall over the African continent from the 19th through the 21st century. Global and Planetary Change, 165, 114–127.

DOI : 10.1016/j.gloplacha.2017.12.014

Olorunfemi I.E., Komolafe A.A., Fasinmirin J.T., Olufayo A.A., Akande S.O. (2020) A GIS-based assessment of the potential soil erosion and flood hazard zones in Ekiti State, Southwestern Nigeria using integrated RUSLE and HAND models. Catena, 194, 104725.

DOI : 10.1016/j.catena.2020.104725

Panagos P., Borrelli P., Meusburger K. (2015) - A new european slope length and steepness factor (LS-Factor) for modeling soil erosion by water. Geosciences, 5, 117-126.

DOI :10.3390/geosciences5020117

Panagos P., Borrelli P., Meusburger K., Yu B., Klik A., Lim K.J., Yang J. E., Ni J., Miao C., Chattopadhyay N., Sadeghi S.H., Hazbavi Z., Zabihi M., Larionov G.A., Krasnov S.F., Gorobets A.V., Levi Y., Erpul G., Birkel C., Hoyos N., Naipal V., Oliveira P.T.S., Bonilla C.A., Meddi M., Nel W., Al Dashti H., Boni M., Diodato N., Van Oost K., Nearing M., Ballabio C. (2017) - Global rainfall erosivity assessment based on high-temporal resolution rainfall records. Scientific Reports, 7, 4175.

DOI : 10.1038/s41598-017-04282-8

Phinzi K., Ngetar N. S., Ebhuoma O. (2020) - Soil erosion risk assessment in the Umzintlava catchment (T32E), Eastern Cape, South Africa, using RUSLE and random forest algorithm. South African Geographical Journal, 103 (2), 139-162.

DOI : 10.1080/03736245.2020.1716838

Rebai H., Raclot D., Ben Ouezdou H. (2013) - Efficacité des aménagements de lutte contre le ravinement : cas du bassin versant d’El Hnach (Tunisie). Hydrological Sciences Journal, 58 (7), 1532–41.

DOI: 10.1080/02626667.2013.824087

Renard K.G., Foster G.R., Weesies G.A., McCool, D.K. Yoder D.C. (1997) - Predicting soil erosion by water: A guide to conservation planning with the Revised Universal Soil Looss Equation (RUSLE). United State Department of Agriculture, Agricultural Handbook 703, 407 p.

Risse L.M., Nearing M.A., Laflen J.M., Nicks A.D. (1993) - Error Assessment in the Universal Soil Loss Equation. Soil Science Society of America Journal, 57 (3), 825–833.

DOI : 10.2136/sssaj1993.03615995005700030032x

Roose E. (1994) - Introduction à la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin Pédologique FAO n° 70, Rome, 420 p.

Rouse J.W., Hass R.H., Schell J.A., Deering D.W. (1973) - Monitoring vegetation systems in the great plains with erts. Third Earth resources technology satellite (ERTS) Symposium 1: 309–317.

Salack S., Muller B., Gaye A.T. (2012) - Analyses multi-échelles des pauses pluviométriques au Niger et au Sénégal. Sécheresse, 23, 3–13.

DOI : 10.1684/Sec.2012.0335

Salem H.M., Valero C., Muñoz M.Á., Rodríguez M.G., Silva L.L. (2015) - Short-term effects of four tillage practices on soil physical properties, soil water potential, and maize yield. Geoderma, 237-238, 60–70.

DOI : 10.1016/j.geoderma.2014.08.014

Sartori M., Philippidis G., Ferrari E., Borrelli P., Lugato E., Montanarella L., Panagos P. (2019) - A linkage between the biophysical and the economic: assessing the global market impacts of soil erosion. Land Use Policy, 86, 299–312.

DOI : 10.1016/j.landusepol.2019.05.014

Sharpley A.N., Williams J.R. (1990) - Epic-erosion/productivity impact calculator: 1. model documentation. US Department of Agriculture Technical Bulletin no.1768, Washington DC, 235 p.

Tamene L., Le Q.B. (2015) - Estimating soil erosion in sub-Saharan Africa based on landscape similarity mapping and using the revised universal soil loss equation (RUSLE). Nutrient Cycling in Agroecosystems, 102 (1), 17–31.

DOI: 10.1007/s10705-015-9674-9

Taylor C.M., Parker D.J., Kalthoff N., Gaertner M.A., Philippon N., Bastin S., Harris P.P., Boone A., Guichard F., Agusti-Panareda A. (2011) - New perspectives on land-atmosphere feedbacks from the african monsoon multidisciplinary analysis. Atmospheric Science Letters, 12 (1), 38–44.

DOI : 10.1002/asl.336

Taylor C.M., Belušić D., Guichard F., Parker D.J., Vischel T., Bock O., Harris P.P., Janicot S., Klein C., Panthou G. (2017) - Frequency of extreme Sahelian storms tripled since 1982 in satellite observations. Nature. Nature, 544 (7651), 475–478.

DOI: 10.1038/nature22069

Thiombiano D.N.E., Lamien N., Dibong D.S., Boussim I.J., Belem B. (2012) - Le rôle des espèces ligneuses dans la gestion de la soudure alimentaire au Burkina Faso. Sécheresse, 23, 8693.

DOI : 10.1684/Sec.2012.0341

Thornes J.B. (1995) Mediterranean desertification and the vegetation cover. Editors. Desertification in a European context: physical and socioeconomic aspects. European Commission Report EUR 15415, 169194.

Toure A.A., Tidjani A.D., Rajot J.L., Marticorena B., Bergametti G., Bouet C., Ambouta K.J.M., Garba Z. (2019) - Dynamics of wind erosion and impact of vegetation cover and land use in the Sahel: A case study on sandy dunes in southeastern Niger. Catena, 177, 272–85.

DOI : 10.1016/j.catena.2019.02.011

Toure A.A., Rajot J.L, Garba Z, Marticorena B, Petit C, Sebag D. (2011) - Impact of very low crop residues cover on wind erosion in the Sahel. Catena, 85 (3), 205–14.

DOI : 10.1016/j.catena.2011.01.002

Toure A.A. (2011) - Erosion en milieu sableux cultivé au Niger : Dynamique actuelle et passée en liaison avec la pression anthropique et les changements climatiques. Thèse de Doctorat de l’Université de Bourgogne, 224 p.

van der Knijff J.M., Jones R.J.A., Montanarella L. (2000) - Soil erosion risk assessment in Europe. EUR 19044. Office for Official Publications of the European Communities, Luxembourg, 34 p.

Vliet N.V, Reenberg A., Rasmussen L.V. (2013) - Scientific documentation of crop land changes in the Sahel: A half empty box of knowledge to support policy? Journal of Arid Environments, 95, 1–13.

DOI : 10.1016/j.jaridenv.2013.03.010

Wang G., Gertner G., Fang S., Anderson A.B. (2003) - Mapping multiple variables for predicting soil loss by geostatistical methods with tm images and a slope map. Photogrammetric Engineering & Remote Sensing, 69 (8), 889–898.

DOI : 10.14358/PERS.69.8.889

Wang Y., Zhang J.H., Zhang Z.H., Jia L.Z. (2016) - Impact of tillage erosion on water erosion in a hilly landscape. Science of The Total Environment, 551552 (9), 522–532.

DOI: 10.1016/j.scitotenv.2016.02.045

Wildemeersch J.C.J., Garba M., Sabiou M., Sleutel S., Cornelis W. (2015) - The Effect of Water and Soil Conservation (WSC) on the Soil Chemical, Biological, and Physical Quality of a Plinthosol in Niger. Land Degradation & Development, 26, 773–783.

DOI : 10.1002/ldr.2416

Wilkinson S.N., Prosser I.P., Rustomji P., Read A.M. (2009) - Modelling and testing spatially distributed sediment budgets to relate erosion processes to sediment yields. Environmental Modelling & Software, 24, 489–501.

DOI : 10.1016/j.envsoft.2008.09.006.

Wischmeier W.H., Smith D.D. (1978) - Predicting rainfall erosion losses. Agriculture Handbook n° 537, 67 p.

DOI: 10.1029/TR039i002p00285

World Population Prospects. (2019) - The 2019 Revision of World Population Prospects. United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Dynamics, 46 p.

Yan H., Wang L., Wang T.W., Wang Z., Shi Z.H. (2020) - A synthesized approach for estimating the C-factor of RUSLE for a mixed-landscape watershed: A case study in the Gongshui watershed, southern China. Agriculture, Ecosystems & Environment, 301, 107009.

DOI : 10.1016/j.agee.2020.107009

Yan Y., Zhen H., Zhai X., Li J., Hu W., Ding C., Qi Z., Qiao B., Li H., Liu X., Zhang X. (2021) - The role of vegetation on earth bunds in mitigating soil erosion in Mollisols region of Northeast China. Catena, 196, 104927.

DOI : 10.1016/j.catena.2020.104927

Zhang J., Yang M., Deng, X., Liu Z., Zhang F. (2019) - The effects of tillage on sheet erosion on sloping fields in the wind-water erosion crisscross region of the Chinese Loess Plateau. Soil and Tillage Research, 187 (26), 235–245.

DOI : 10.1016/j.still.2018.12.014

Zouré C., Queloz P., Koïta M., Niang D., Fowé T., Yonaba R., Consuegra D., Yacouba H., Karambiri H. (2019) - Modelling the water balance on farming practices at plot scale: Case study of Tougou watershed in Northern Burkina Faso. Catena, 173, 59–70.

DOI : 10.1016/j.catena.2018.10.002

Haut de page

Annexe

Abridged English version

In the Sahel, natural resources play a substantial role in the socio-economic development of populations (Thiombiano et al., 2012). In recent decades, they have faced threats of climatic and anthropogenic orders (Millogo et al., 2017). The phenomenon of soil degradation by water erosion is a major problem in Niger. This study, carried out on the deep-sea Kori Ouallam watershed in south-west Niger (fig. 1A-B), aims to assess the potential soil losses induced by water erosion in connection with natural and anthropogenic constraints.

Erosive factors assessed include rainfall erosivity, soil erodibility, topography, vegetation cover and anti-erosive practices (Eq. 1). The erosivity factor of the rains ranges from 1,229 MJ.mm/ha.h.yr-1 in the north to more than 2,000 MJ.mm.ha.h.yr-1 in the south (fig. 6A). This strong aggressiveness is supported by a marked upsurge in extreme rains in the Sahel over the past two decades (Taylor et al., 2011). Soil erodibility factor ranges from 0 t.ha.h/ha.MJ.mm to the north to reach 0.014 t.ha.h/ha.MJ.mm to the south (fig. 5B). These soils with low structural stability (fig. 5, tab. 2) are under high human pressure. The topographical factor (LS factor) is marked by a variation related to toposequence; it goes from 0 to 0.1 in the turn of the wads to the values above 3 at the slope and plateaus (fig. 5C). The plant cover factor ranges from 0.36 to 1 (fig. 5D). Values close to 1 occupy more than 80% of the total area of the watershed, reflecting a low rate of vegetation cover induced by climate and human activities. With a unit value 1, the impact of anti-erosive practices is unaffected by soil losses.

The multiplier function of erosive factors shows an annual average of potential soil losses of 1.54 t.ha.yr-1 (fig. 6). Depending on the severity of the erosive risk, 45.58% of the total watershed area is affected by a very low rate of erosion (0-0.5 t.ha.yr-1); 13.59% by a low rate of erosion (0.5-1 t.ha.yr-1); 24.93% at a moderate rate of erosion (1-3 t.ha.yr-1); 5.61% by a high rate of erosion (3-4 t.ha.yr-1); 3.71% by a severe erosion rate (4-5 t.ha.yr-1); and 6.58% by an extremely severe rate of erosion (up to 5 t.ha.yr-1) (tab. 2). These results suggest that this area is marked by a very active hydroerosive dynamic with a southern sector particularly affected. The correlation matrix (tab. 3) shows that topographical factors related to slope length (L) and slope steepness (S) are the main erosive factors influencing soil loss. Soil erodibility and erosivity of rainfall are secondary factors. This study is a good tool for helping to make decisions for the defence and restoration of degraded land.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Zone d'étude avec quelques exemples de dégradation par érosion hydrique.Fig. 1 Study area with some examples of degradation by water erosion.
Légende A et B : Situation géographique ; C : Lithologie ; D : Perte des superficies cultivées ; E : Déracinement de la végétation.A and B: Geographical location; C: Lithology; D: Loss of cultivated area; E: Vegetation Uprooting.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. Démarche méthodologique de la méthode RUSLE.Fig. Methodological approach of the RUSLE method.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 3 Carte pédologique (Gavaud et Boulet, 1967, modifié) avec localisation des échantillons de sols.Fig. 3 Soil map (Gavaud et Boulet, 1967, modified) with location of soil samples.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 4 Carte d’occupation des sols.Fig. 4 Land use map.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 5 Carte des facteurs érosifs.Fig. 5 Map of erosive factors.
Légende A : facteur d'érosivité des pluies ; B : facteur d'érodibilité des sols ; C : facteur topographique (LS) ; D : facteur du couvert végétal.A: Rainfall-runoff erosivity factor; B: soil erodibility factor; C: topographical factor (LS); D: vegetation cover factor.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Tab. 1 Résultats de l’analyse granulométrique à diffraction laser.Tab. 1 Laser diffraction particle size analysis results.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 6 Taux d’érosion des sols.Fig. 6 Soil erosion rate.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tab. 2 Résultats statistiques du taux d’érosion des sols.Tab. 2 Statistical results of soil erosion rate.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tab. 3 Matrice de corrélation.Tab. 3 Correlation matrix.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tab. 4 Évolution de la perte potentielle des sols en fonction de la pente.Tab. 4 Evolution of potential soil loss as a function of the slope.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 7 Diagramme textural des sols.Fig. 7 Soil texture diagram.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 8 - A : Système de labour au sud-ouest du Niger ; B : Inondation des surfaces cultivées. .Fig. 8 A: Ploughing system in southwestern Niger ; B: Flooding of cultivated areas.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16744/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salifou Noma Adamou, Abdelali Gourfi, Amadou Abdourhamane Touré et Lahcen Daoudi, « Érosion hydrique au sud-ouest du Niger : impacts des facteurs naturels et anthropiques sur les pertes en sols », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 28 - n° 2 | 2022, mis en ligne le 16 mai 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/16744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.16744

Haut de page

Auteurs

Salifou Noma Adamou

Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences et Techniques, Laboratoire de Géoressources, Géoenvironnement et Génie Civil (L3G), B.P. 549, Marrakech, Maroc.

Abdelali Gourfi

Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences et Techniques, Laboratoire de Géoressources, Géoenvironnement et Génie Civil (L3G), B.P. 549, Marrakech, Maroc.

Amadou Abdourhamane Touré

Université Abdou Moumouni, Département de Géologie, B.P. 10662, Niamey, Niger.

Lahcen Daoudi

Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences et Techniques, Laboratoire de Géoressources, Géoenvironnement et Génie Civil (L3G), B.P. 549, Marrakech, Maroc.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search