Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 28 - n° 2Le géosite du Lac Rose (NE Dakar,...

Le géosite du Lac Rose (NE Dakar, Sénégal) : enjeux de la préservation d’un géopatrimoine exceptionnel menacé de disparition

The Lac Rose geosite (NE Dakar, Senegal): Stakes of the preservation of an exceptional geopatrimony threatened of disappearance
Youm Cheikh Ibrahima, Sow El Hadji, Errami Ezzoura, Diedhiou Yankhoba, Gueye Adama et Sarr Raphaël

Résumés

La présente étude s’inscrit dans un vaste programme de recherche multidisciplinaire entamé au Sénégal pour la promotion de la géodiversité et fait suite aux travaux réalisés dans la Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo. Elle vise à renforcer la proposition de l’état du Sénégal pour que le Lac Rose acquière le statut de patrimoine mondial de l’UNESCO, de Réserve de Biosphère et de site Ramsar. Pour évaluer le géosites, nous avons essayé de prendre en compte les préoccupations de la méthode d'évaluation quantitative des sites selon Brilha (2016). Le Lac Rose est situé à 30 km environ au NE de Dakar et se caractérise par ses eaux sursalées renfermant l’algue verte halophile Dunaliella salina, responsable de sa coloration rose. Son fond est tapissé d’une mince croûte saline surmontant une vase riche en foraminifères, ostracodes et diatomées dont l’étude a permis de reconstituer son histoire. Autour du Lac Rose, plusieurs écosystèmes ont été décrits : les étangs, les dunes, la frange bordière du lac, dont la survie dépend de celle du lac menacé par un arrêt de l’alimentation en eau et sel et un comblement de la dépression. Notre proposition s’appuie sur quatre critères parmi les dix proposés par l’UNESCO pour la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial : le critère 8 vérifié par la reconstitution de l’histoire du lac ; le critère 5 justifié par l’exploitation du sel, des coquillages et du sable dunaire ; le critère 7 justifié par la coloration rose des eaux du lac et le critère 9 par le développement de Dunaliella salina. À terme, ce travail permettra de créer les prémices d’un Patrimoine Mondiale de l’Unesco et accompagner l’état du Sénégal dans son programme de mise en place d’un géoparc dans la région de Dakar.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 07 septembre 2020, reçu sous forme révisée le 18 septembre 2021, définitivement accepté le 15 février 2022.

Texte intégral

1. Introduction

1Pour améliorer son offre touristique et préserver la biodiversité, l’état du Sénégal a soumis depuis 2005 (Agenda culturelles et touristique du Sénégal, 2015), une liste indicative de sept sites à inscrire aux patrimoines de l’UNESCO dont le lac Retba connu sous son nom touristique de Lac Rose (2080 = Référence sur la liste indicative de 2005 envoyée à l’Unesco), site fortement menacé. Cette proposition de classement était basée sur des critères presque exclusivement culturels (critères : 1 à 6) et de biodiversité sans les critères de géodiversité (critères : 7 à 10).

2La géodiversité est la variété du monde non vivant (paysages, roches, fossiles, etc.), qui a façonné les civilisations humaines depuis 3 millions d’année à travers l’âge de pierre jusqu’à l’age du Silicone (Errami, 2020) ainsi que la biodiversité sur notre planète depuis 4,6 milliards d’années. Le géopatrimoine c'est l'ensemble des sites géologique (géosites) et géomorphologie (géomorphosites) ou des objet ex situ (musées) qui ont un intérêt scientifique (Brilha, 2016) et économiques, politiques, socio-culturel (Reynard et al., 2016). Le géosite a été défini (Panizza et Piacente, 1993, 2003 ; Grandgirard, 1999 ; Reynard et Panizza, 2005) comme une portion de la géosphère ayant acquis une signification particulière en termes scientifiques, culturels/historiques, socio-économiques et/ou scientifiques. La géoconservation consiste en la conservation des témoins du passé, des processus géologiques naturels et des sols qui supportent les habitats. Elle représente, un élément primordial pour notre compréhension du développement durable (Iosif, 2011 ; Brilha et Reynard, 2018).

3Le Lac Rose se caractérise par des eaux hypersalées (120 g/l à 340 g/l). Situé en bordure de l’océan Atlantique, il appartient à la zone des Niayes qui s’étend tout au long de la grande côte (150 km de long sur 10 à 15 km de large). La zone du Lac Rose, située dans le bassin sénégalo-mauritanien, offre une grande géodiversité qui supporte une importante biodiversité unique au Sénégal. La faune et la flore y sont assez diversifiées. Elle abrite de nombreux géosites (fig. 1) parmi lesquels on peut citer le Lac Tanma, le Lac Mbeubeuss, les dunes littorales, les dépressions interdunaires appelées Niayes ainsi que deux forêts classées dont la plantation de Casuarina equisetifolia (filaos) de Retba et la "réserve" botanique de Noflaye (RSBN) abritant le Village des Tortues. La zone est devenue une destination touristique et l’un des plus grands pôles économiques du pays grâce notamment à la présence du Lac Rose. Avec le « Rallye Paris-Dakar » depuis les années 1990 et la couleur rose de ses eaux, il est devenu le site le plus nominé du Sénégal, plus que l’île de Gorée (Agenda culturelles et touristique du Sénégal, 2015). Cette destination est prisée également pour les écoles de terrain des étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, ainsi que les instituts de formation et les établissements scolaires de Sénégal.

4Cette étude est la continuité d’un vaste programme de recherche multidisciplinaire prévu au Sénégal pour la promotion de la géodiversité. Elle fait suite aux travaux réalisés par Youm (2019), et Youm et al. (2018) dans la Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo (RNDC) située à 700 km de Dakar et vise à renforcer la proposition de l’état du Sénégal pour que le Lac Rose acquière le statut de Patrimoine Mondial de l’UNESCO, de Réserve de Biosphère et de Site Ramsar. Il s’agira de démontrer l’importance de ce géopatrimoine en tant que support économique et de biodiversité menacés de disparition, ainsi que les valeurs scientifiques, pédagogiques et socio-culturelles qu’il englobe en faisant appel : (i) aux Critères de sélection 8, 5, 7, et 9 de l’UNESCO (1972) ; (ii) au Programme MAB (Man And Biosphere) de l'UNESCO (1995), et (iii) à la Convention de Ramsar (1971). L’inventaire des ressources de la zone et les problèmes liés à la conservation du site permettront de proposer des stratégies quant à la préservation du Lac Rose. Il s’agira ici surtout de montrer le plus largement possible les caractéristiques exceptionnelles du Lac Rose pour établir son importance patrimoniale, ainsi que les menaces qui pèsent sur le site afin d’encourager sa conservation. D’autres papiers suivront pour une évaluation exhaustive en appliquant les méthodes d’évaluation du géopatrimoine (Brilha, 2016 ; Reynard et al., 2016).

Fig. 1 - Carte géographique et géomorphologique du Sénégal occidental.
Fig. 1 – Geographic and geomorphological map of Western Senegal.

Fig. 1 - Carte géographique et géomorphologique du Sénégal occidental.Fig. 1 – Geographic and geomorphological map of Western Senegal.

1. Massif de Diass ; 2. Dépression Somone-Taiba ; 3. Dépression de Sébikotane ; 4. Zones des Niayes ; 5. Dunes Rouges ; 6. Plateau de Bargny et de Mbao ; 7. Dakar ; 8. Horts de Dakar ; 9. Systéme Cambérène ; 10. Dunes littorales ; 11. Falaise de Thiès.
1. Massif of Diass ; 2. Somone-Taiba depression; 3. Sebikotane depression; 4. Niayes areas; 5. Red Dunes; 6. Bargny and Mbao Plateau; 7. Dakar; 8. Dakar Horts; 9. Cambere system; 10. Coastal dunes ; 11. Cliff of Thies.

2. Cadre géologique et géographique de la partie occidentale du bassin sénégalais

5La partie occidentale du bassin sénégalais est structurée en Horsts de Dakar et de Diass, séparés par le graben de Rufisque (fig. 2). Les terrains les plus anciens connus à l’affleurement dans cette partie du bassin sont d’âge Campano-maastrichtien et localisés au niveau du horst de Diass (Khatib et al., 1990 ; Sow, 1992, 1995 ; Sow et Diène, 1997-1998). Sur les flancs de ce horst, le Crétacé terminal est recouvert par des terrains cénozoïques dont les affleurements les plus importants se situent sur le Plateau de Thiès d’âge Paléocène, le Plateau de Bargny (Eocène inférieur à moyen), le volcanisme de Dakar (Tertiaire à Quaternaire) et les dunes littorales de l’Ogolien à nos jours (fig. 1). Trois types de dunes sont identifiés : (i) les dunes rouges ou continentales (altitudes 20 à 50 m) mises en place lors d’un épisode régressif (-100 à -120 m sous le niveau marin actuel) avec l’installation d’un climat aride et l’intensification des alizés ; (ii) les dunes jaunes (20 à 30 m), et (iii) les dunes blanches du cordon littoral actuel, parallèles à la côte (Ndao, 2012 ; Sow et al., 2008) (fig. 3A). La dérive littorale a érigé des cordons littoraux riches en minéraux lourds (ilménite, zircon, etc.) au cours de la période aride tafolienne (4200 et 2000 B.P.). Les dunes jaunes sont interrompues par des lacs parmi lesquels les lac Rose, Tanma (Nord-Est), et Mbeubeuss (Sud), etc. Ces dépressions interdunaires appelées Niayes et occupées au maraîchage et à l’arboriculture, longent la Grande Côte du Sénégal qui bénéficie d’un climat de type canarien avec une température moyenne annuelle de 24,5°C (météo Sénégal, 2020). La pluviométrie annuelle varie entre 300 et 500 mm. Les principaux types de sols sont : les sols ferrugineux tropicaux non lessivés, les sols brun-rouges isohumiques, les vertisols, les sols halomorphes et les sols minéraux à pseudogley.

6Les Niayes constituent un important réservoir de biodiversité : près de 419 espèces végétales soit 20 % de la flore sénégalaise dont 13 parmi les 31 espèces dites endémiques du Sénégal. Cette flore s'est appauvrie de près 57 % entre 1957 et 1992 (Ndiaye, 1992). Cette riche biodiversité est supportée par une grande diversité de biotopes avec deux forêts classées : (i) la Réserve de filao de Retba pour la fixation des dunes, et (ii) la Réserve Spéciale Botanique de Noflaye (RSBN) de 15,9 hectares. Sa flore présente un fond soudanien à guinéenne marquée avec 131 à affinité soudanienne et 43 à affinité guinéenne au moment de sa création en 1957.

Fig. 2 - Carte géologique du Sénégal occidental.
Fig. 2 – Geological map of Western Senegal.

Fig. 2 - Carte géologique du Sénégal occidental.Fig. 2 – Geological map of Western Senegal.

1. Lacs ; 2. Sable de plage ; 3. Dunes Ogoliennes du Graben de Bargny-Rufisque ; 4. Volcanisme tertiaire et quaternaire ; 5. Argile de Eocène moyen à Miocène ; 6. Calacires et calcaires argileux de Eocène inferieur à moyen ; 7. Argile et calcaire argileux de Eocène inférieur ; 8. Marno-calcaires du Paléocène s,l ; 9. Sables et grés du Campano-Maastrichtien ; 10. Failles.
1. Lakes; 2. Beach sand; 3. Ogolian Dunes of Bargny-Rufisque Graben; 4. Tertiary and quaternary volcanism; 5. Clays of Middle Eocene to Miocene; 6. Limostones and clayer limostones of Lower to Middle Eocene; 7. Clays and clavey limostones of lower Eocene; 8. Marl limostones of Paleocene s,l; 9. Campano-Maastrichtian sands ou sandtones; 10. Faults

7L’écosystème dunaire des Niayes abrite des espèces végétales ligneuses et herbacées. La végétation ligneuse est dominée par des arbustes avec Boscia senegalensis, Zizyphus mauritiana, etc. Des espèces arborées rencontrées, on peut citer : Acacia albida, Adansonia digitata, Aphania senegalensis, et Casuarina equisetifolia (espèce introduite). La végétation herbacée est dominée par Eragrostis tremula, Cenchrus biflorus, Leptadenia hastata etc. La faune est constituée de lièvres, d’écureuils, de singes etc. Le Village des Tortues de la RSBN, assure la conservation des tortues (200 individus et six espèces) depuis 2001. Le centre repeuple en organisant la reproduction et les lâchers dans des zones surveillées.

Fig. 3 – Flore dans les environs du Lac Rose : Dunes blanches stabilisées plantées de filao.
Fig. 3 – Flora in the vicinity of Lac Rose: Stabilized white dunes planted with filao.

Fig. 3 – Flore dans les environs du Lac Rose : Dunes blanches stabilisées plantées de filao.Fig. 3 – Flora in the vicinity of Lac Rose: Stabilized white dunes planted with filao.

3. Le géosite du Lac Rose

3.1. Présentation et approche méthodologique

8Le lac Retba, plus connu sous son nom touristique de Lac Rose, est situé à environ 35 km au Nord-Nord-Est de la ville de Dakar. Ses coordonnées géographiques sont entre 17°12’13’’W et 17°15’W ; 14°49’57’’N et 14°51’09’’N. Il s’allonge selon une direction NNE-SSW. Ses dépôts reposent sur les formations sableuses et coquillières du Nouakchottien (5 500 BP) (Garnier, 1978). Ces dernières, sur les bordures sud et sud-est du lac, s’insinuent entre les dunes continentales d’âge ogolien (20 000 BP) (fig. 4). Après la transgression nouakchottienne, le retrait de la mer (côte voisine de l’actuelle) est accompagné d’une dérive littorale importante qui érige des cordons coquilliers et un cordon dunaire qui bouche l’entrée de la lagune. Les activités économiques liées au Lac Rose tournent autour du tourisme, de l’exploitation du sel, du sable, du maraîchage, de l’extraction des coquillages et du petit commerce.

9Une stratégie de géoconservation repose sur plusieurs étapes successives : inventaire quantitatif, évaluation, conservation, interprétation et promotion, enfin, surveillance des sites. Pour évaluer le géosites, nous avons essayé de prendre en compte les préoccupations de la méthode d'évaluation quantitative des sites selon Brilha (2016). Dans un premier temps, nous avons analysé les travaux publiés d’intérêt pour l'étude complète afin de faire un inventaire préliminaire, suivi de trois missions de terrain pour collecter, compléter les données et évaluer l’état actuel du géosite et ses caractéristiques scientifiques. Enfin nous avons consulté par des questions orales et écrites des chercheurs et acteurs intervenant sur le Lac Rose. Les valeurs et critères d’évaluation du géopatrimoine (Brilha, 2016) sont répartis en : (i) valeur scientifique (valeur principale) représentées par les critères de représentativité, de rareté, d’intégrité et de connaissances scientifiques ; (ii) valeurs éducationnelle comme les critères de potentiel didactique, de diversité géologique, d’accessibilité, et de sécurité ; (iii) valeur touristique comme les critères scénique, de potentiel interprétatif, d’accessibilité et de sécurité ; (iv) risque de dégradation du géosite. Ce travail cherche à donner une vision générale de la situation du Lac et ses environs. Un autre papier en train d’être finaliser sur les méthodes d’évaluation du géopatrimoine (Brilha et al., 2005 ; Brilha, 2016 ; Reynard et al., 2016) appliquées au géosite du Lac rose et d’autres géosites.

Fig. 4 - Carte géologique du Lac Retba (modifiée d’après Sarr et al., 2009a).
Fig. 4 - Geological map of Lac Retba (modified after Sarr et al., 2009a).

Fig. 4 - Carte géologique du Lac Retba (modifiée d’après Sarr et al., 2009a).Fig. 4 - Geological map of Lac Retba (modified after Sarr et al., 2009a).

1. Lac Retba ; 2. Dunes Blanches Actuelles ; 3. Cordons Littoraux Coquilliers : 3 000–680 ans B.P ; 4. Dunes Jaunes : 3 000–2 000 ans B.P ; 5. Dépots coquilliers de plages du Nouakchottien : 4 000–6 000 ans B.P ; 6. Dunes Rouges Continentales l’Ogolien : 20 000–12 000 ans B.P.
1. Retba Lake ; 2 - Actual white dunes ; 3. Shelly offshore bars : 3,000680 ans B.P ; 4. Yellow Dunes : 3,0002,000 ans B.P ; 5. Nouakchottian shelly beach deposits : 4,0006,000 ans B.P. ; 6. Ogolien Continental Red Dunes : 20,00012,000 ans B.P.

10Les eaux du lac se caractérisent par leur forte concentration en sel (80 à 350 g/l) qui les rend presque azoïques. En revanche, en dessous de la croûte évaporitique au fond, s’observent une faune et une flore fossiles riches, constituées de mollusques, d’ostracodes, de foraminifères et de diatomées (Sow, 2001 ; Sow et al., 2006 et 2008 ; Sarr et al., 2005, 2009a, 2009b).

11Les bordures immédiates du lac sont occupées par une lumachelle de coquilles de mollusques marins formant un talus et datés du Nouakchottien (6 800–4 200 ans B. P.). De petits cordons littoraux coquilliers plus récents (3 000 et 680 ans B.P.) bordent également le lac en contrebas de la terrasse nouakchottienne (Elouard et al., 1975). Certains amas coquilliers ont une origine anthropique (kjökkenmödinger) et associés à des débris de poterie.

3.2. Le Lac Rose, un géosite à valeur écologique et paléoécologique

12Les eaux du lac sont pratiquement azoïques à l’exception de quelques algues vertes halophiles, notamment Dunaliella salina qui renferme des pigments rouges à l'origine de la couleur rose/rouge (fig. 5A-B) et associée à des archées (Halobacterium) (Sow et Sarr, 2010). La résistance au sel de cette algue microscopique (10 µm) vient de sa forte concentration en caroténoïdes qui la protège de la lumière et des teneurs élevées en glycérol. En effet, Dunaliella salina contient au moins quatre pigments antioxydants (bêta carotène, astaxanthine, lutéine et zéaxanthine). Ces conditions peu favorables engendrent une pression osmotique élevée que l'algue arrive à compenser. Cette précieuse algue permet ainsi de lutter de façon très efficace contre les effets délétères des radicaux libres et de limiter le vieillissement prématuré des cellules. Les résultats des analyses microbiologiques effectuées dans le lac ont montré l’absence de coliformes fécaux, permettant la commercialisation du sel sans traitement préalable (Sow et Sarr, 2010).

13Le Lac Rose constitue également un « reposoir » pour de nombreuses espèces d’oiseaux (fig. 5C). Les plus importantes sont le Combattant varié (Philomachus pugnax), le Bécasseau cocorli (Calidris ferruginea), la Sarcelle d’hiver (Anas crecca), le Petit Gravelot (Charadrius dubius), la Glaréole à collier (Glareola pratincola), le Cochevis huppé (Galerida cristata), le Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), le Faucon crécerellette (Falco naumanni), le Busard pâle (Circus macrourus). Le pourtour du lac constitue par ailleurs un site de nidification de l’Échasse blanche (Himantopus himantopus) (Baillon, 1985). On y distingue plusieurs types d’écosystèmes (Reynaud et Roger, 1978 ; Rey et al., 2009), comme décrit ci-dessous.

3.2.1. L’écosystème des étangs de l’ancien chenal et des résurgences d’eau douce sur les berges du lac (Fig. 5D-F).

14Le lac Retba communiquait jadis avec l’océan par l’intermédiaire d’un chenal colmaté par les dunes. Dans sa partie méridionale (côté lac), cet ancien chenal est occupé par une succession d’étangs permanents (profondeur 1 m), à salinité variable en fonction des saisons, se déversant par un mince filet d’eau dans le lac. Ils reçoivent de l’eau salée en provenance de l’océan, de l’eau douce de la nappe des sables quaternaires et des eaux de pluie.

Fig. 5 - Ecosystèmes du Lac Rose et ses environs immédiats.
Fig. 5: Overview of the Lac Rose, Ecosystem of old channel ponds and resurgence sources.

Fig. 5 - Ecosystèmes du Lac Rose et ses environs immédiats.Fig. 5: Overview of the Lac Rose, Ecosystem of old channel ponds and resurgence sources.

A : Le lac Rose vu de dessus ; B : Vue globale du lac Rose (photo de Destination Sénégal) ; C : oiseaux au lac Rose ; D : étang sud du chenal avec une végétation d’herbacées à gauche et une terrasse à Senilia plantée de filas en haut ; E : chenal rétrécis bordé d’amas coquilliers couverts par endroits d’herbacées ; F : étang nord du lac bordé de dunes stabilisées par une haie de plantes ligneuses.
A: Lac Rose seen from above; B: Global view of Lac Rose (photo by Destination Sénégal); C: Birds at Lac Rose; D: Southern pond with herbaceous vegetation on the left and a terrace of Senilia planted with filaos at the top; E: narrow area of the channel bordered by shell clusters covered in places of grass; F: north pond of the lake bordered by dunes stabilized by a hedge of woody plants.

15Une végétation herbacée luxuriante se développe autour des étangs (Fig. 5D-E). Le pourtour des étangs est également occupé par des activités maraîchères : patate douce, bananiers, etc. À l’intérieur des étangs vivent également de nombreux petits tilapias (Sarotherodon melanotheron Ruppell) ainsi qu’une microfaune à foraminifères et ostracodes et une microflore à diatomées. Tout autour des étangs la végétation ligneuse très clairsemée est constituée principalement de Philoxerus vermicularis. Les résurgences d’eau douce sur les berges du lac et le long des chenaux permettent le développement d’un couvert végétal herbacé dense (fig. 5H), essentiellement halophytes et psamophytes, composé de Portulacaria atra, Heleocharis geniculata, Heleocharis atropurpurea, Vulnaellus laevigatus (Reynaud et Roger, 1981a, 1981b, 2005). Ces résurgences sont parfois captées par des puits appelés Séance, notamment dans la partie ouest du lac, du côté des hôtels (fig. 6A-B).

Fig. 6 - Eaux douces autour du Lac Rose : Séanes ( = puits artisanaux).
Fig. 6 – Fresh water around Lac Rose : Séanes ( = artisanal wells).

Fig. 6 - Eaux douces autour du Lac Rose : Séanes ( = puits artisanaux).Fig. 6 – Fresh water around Lac Rose : Séanes ( = artisanal wells).

3.2.2. L’écosystème dunaire

16Le Lac Rose s’allonge entre les Dunes Jaunes orientées NW/SE (largeur 250 m à 2 km, altitudes entre 15 m et 20 m), les Dunes vives du littoral (quelques centaines à un millier de mètre et une altitude variant de quelques mètres à 25 m) et les dunes intérieures émoussées de l’Ogolien orientées NE/SW (altitude 25 à 50 m), mises en place lors d’un épisode régressif, avec l’installation d’un climat aride et l’intensification des alizés. Cet épisode aride de bas niveau marin correspond au maximum de la glaciation du Würm (vers 20 000 ans B.P.). Ces sables éoliens ont été rubéfiés ultérieurement par des oxydes de fer et aux abords du lac, le système dunaire abrite une végétation ligneuse dominée par des arbustes et une végétation herbacée. Les dunes jaunes (légèrement ferrugineuses et riches en minéraux lourds) et blanches du cordon littoral actuel sont plantées de filaos (Casuarina equisetifolia) (fig. 3) et font objet d’un reboisement renforcé depuis 1988. Ce peuplement de filaos est en cours de dégradation par suite de l’urbanisation incontrôlée qui est à l’origine d’autres problèmes environnementaux.

3.2.3. Valeur paléoécologique

17Sur des sédiments prélevés en 1988 à 1,5 m de profondeur au niveau à la zone dénoyée du lac, des bactéries anaérobies sulfato-réductrices ont été découvertes dont trois espèces nouvellement décrites. Il s’agit de Desulfohalobium retbaense (Ollivier et al., 1991), Haloincola saccharolytica (Cayol et al, 1994), Haloanaerobium lacusroseus (Cayol et al, 1995). Au-dessous de la croûte évaporitique qui tapisse le fond du lac, s’observent une faune et une flore sub-fossiles riches, constituées de coquilles brisées de mollusques, d’ostracodes (Sarr et al., 2009a), de foraminifères (Sarr et al., 2009b) et de diatomées (Sow et al., 2006) dont l’étude a apporté des informations utiles sur la reconstitution de l’histoire du lac. Le lac est ceinturé par une terrasse à coquilles de mollusques marins associées à des sables fins argileux. L’étude de ces mollusques a permis d’inventorier 23 espèces de mollusques appartenant à 21 genres et une espèce d’échinoderme (Rotula sp.). La faune de mollusques comprend 12 espèces de gastéropodes dont les plus fréquentes sont Turritella ungulina et Bulla striata et 11 espèces de bivalves dont les plus fréquentes sont Senilia senilis, Pelecyora isocardia, Ungulina rubra et Felania diaphana (Diedhiou et al., 2018).

3.3. Le Lac Rose, un géosite à valeur scientifique et pédagogique

183.3.1. Le Lac Rose, un géosite archéologique d’importance historique

19Toute la partie méridionale du Lac Rose est bordée d'amas coquilliers, témoins de vestiges des foyers domestiques des anciennes populations : céramique à décor cordé, poteries, perles, bracelets de fer, ossements humains et restes de poissons ou de mammifères domestiqués. (Joire, 1955). Au plan scientifique, des études récentes permettent de comprendre l’évolution de l’hydro-système du lac et de reconstituer son histoire.

3.3.2. Evolution de l’hydro-système du lac

20À l’origine, le lac s’étendait au fond d’une dépression longue de 9,5 km avec une superficie de 15 km2. A la suite, il s’est comporté en bac évaporatoire et sa superficie a beaucoup diminué, passant successivement de 15 km2 (au XVe siècle lors de la fermeture de la lagune) à 4,2 km2 en 1976 (Garnier, 1978), et à 3,12 km2 en 2008 (Sow et al. 2010). Malgré cette réduction de sa surface, le lac reste résilient. En effet, pour comprendre la résilience du lac à la sécheresse Gueye et al. (2016) ont étudié les interactions entre les différentes composantes du système hydraulique (lac, nappe dunaire, étangs et océan) par l'utilisation de la résistivité électrique, la tomographie (ETR) et les outils chimiques et isotopiques. Les résultats obtenus sont concordants pour montrer que l'alimentation du lac est assurée par la mer à travers le biseau salé et les étangs, et par la nappe phréatique alimentée par les pluies (fig. 7). Cet afflux d'eau de mer dans le lac, dont la côte est située à 6,5 m au-dessous du niveau marin, est à l'origine de sa salinisation et de sa pérennité.

Fig. 7 - Schéma du système hydrogéologique du Lac Rose.
Fig. 7 – Diagram of the hydrogéological system of Lac Rose.

Fig. 7 - Schéma du système hydrogéologique du Lac Rose.Fig. 7 – Diagram of the hydrogéological system of Lac Rose.

3.3.3. Reconstitution de l’histoire du lac

21Les études menées sur des échantillons prélevés dans ces étangs entre octobre 2008 et juin 2010 ont permis de recenser (i) 3 espèces de foraminifères : Ammonia tepida (Cushman), largement dominante, Ammonia parkinsoniana (d’Orbigny) rare et Triloculina sp. dans un seul échantillon en juin 2010 (Sow et al. 2010) ; (ii) 2 espèces d’ostracodes : Cyprideis nigeriensis Omatsola largement dominante et Pseudoconcha bucculenta Witte rare, et (iii) 54 espèces de diatomées appartenant à 26 genres dont les plus représentés sont : Nitzschia (6 espèces), Navicula (5 espèces), Achnanthes, Amphora, Cocconeis et Fallacia (4 espèces chacune) ; la microflore est dominée par Amphora subturgida, Fallacia subforcipata et cocconeis sp.1 en fin de saison des pluies et par Cocconeis scutellum var. parva et Paralia sulcata en fin de saison sèche. Ces études ont montré par ailleurs que la salinité des étangs est élevée en fin de saison sèche et faible en fin d’hivernage.

22Au-dessous de la croûte de sel qui tapisse le fond du lac, s’observent une faune et une flore sub-fossiles riches, constituées de coquilles brisées et entières de mollusques, 24 espèces d’ostracodes (Sarr et al., 2009a), 37 espèces de foraminifères (Sarr et al., 2009b) et 135 espèces de diatomées (Sow et al., 2006). Ces travaux ont montré que la répartition de ces faunes et flores est fonction de la lithologie. En effet, le faciès dominant est une pélite riche en diatomées et quasi-dépourvue de faune, interstratifiée de niveaux sableux pauvres en diatomées et riches en coquilles de mollusques, foraminifères et ostracodes. L’étude de cette faune et flore sub-fossiles, analysée à la lumières des facteurs physico-chimiques qui ont conditionné l’existence de la faune et flore actuelle des étangs, a apporté des informations utiles sur la reconstitution de l’histoire du lac qui peut être résumée en six étapes (fig. 8) : (i) Au maximum de la transgression nouakchotienne (5 500 ans B.P.) le lac Retba était un golfe marin bordé de mangrove (fig. 8A) ; (ii) lors du bas niveau marin du Tafolien (4 200 à 2 000 ans B.P.) le lac correspondait à une lagune abritée en climat semi-aride (peuplement oligospécifique de foraminifères, rares diatomées de milieux marin à saumâtre), communicant avec la mer à l’occasion de fortes marées ou de tempêtes (fig. 8B), recevant des apports d’eau douce et bordée d’une végétation de mangrove ; (iii) durant la période humide du « Saint-Louisien » (2 000 à 1 000 ans B.P.) la paléo-lagune Retba a été envahie par la mer et transformée en petit golfe marin (fig. 8C) marqué par la présence d’espèces planctoniques de foraminifères (Globigerina bulloides et Globigerinoides cf ruber) et la quasi-absence de diatomées et une abondance de coquilles de Senilia senilis et Pelecyora isocardia ; (iv) au Subactuel (1 000 à 750 ans B.P.) la paléo-lagune Retba s’isole davantage de la mer avec l’édification de cordons de sables sous l’action de la dérive littorale (fig. 8D), dans ce milieu calme et abrité, les diatomées marines à saumâtres benthiques se développent et leurs frustules bien conservés sont restés très souvent en chaînes tandis que les foraminifères et les ostracodes sont peu diversifiés ; (iv) des incursions marines de faible amplitude plus ou moins associées à des périodes climatiques humides se sont produites entre 750 et 250 ans B.P. (fig. 8E) avec la réapparition de Globigerina bulloides et l’abondance de coquilles de Senilia et Pelecyora ; (vi) de 250 ans B.P. à l’Actuel on assiste à la fermeture du lac consécutive à l’édification des Dunes Blanches du littoral (fig. 8F), marquée par la disparition des diatomées et la réduction brusque de la densité des microfaunes dont les populations deviennent oligospécifiques.

Fig. 8 - Evolution paléoenvironnementale du Lac Rose (modifié, d’après Sow et al., 2010).
Fig. 8 – Palaeoenvironmental evolution of Lac Rose (modified from Sow et al., 2010).

Fig. 8 - Evolution paléoenvironnementale du Lac Rose (modifié, d’après Sow et al., 2010).Fig. 8 – Palaeoenvironmental evolution of Lac Rose (modified from Sow et al., 2010).

1. Dunes Blanches Actuelles ; 2. Cordons Littoraux Coquilliers ; 3. Dunes Jaunes ; 4. Dépôts coquilliers de plages du Nouakchottien ; 5. Dunes Rouges Continentales l’Ogolien.
1. Actual white dunes; 2. Shelly offshore bars; 3. Yellow Dunes; 4. Nouakchottian shelly beach deposits; 5. Ogolien Continental Red Dunes.

23Sur le plan pédagogique, le lac reçoit régulièrement des visites pédagogiques d’élèves de Dakar et banlieue et des étudiants des universités du Sénégal. Les compétences qui motivent ces visites concernent des études botaniques, sur l’environnement, la géologie, la pédologie, la socio-économie ; mais aussi des sorties récréatives pour les élèves des préscolaires, des écoles primaires et secondaires.

3.4. Le Lac Rose, géosite menacé de disparition

24Plusieurs menaces pèsent sur l’environnement du lac Retba initialement relié à l’océan atlantique sous forme de lagune. Depuis sa déconnexion avec l’océan et son isolement, la surface du plan d’eau se rétrécit au fil du temps. Les rythmes d’atterrissement s’accélèrent en réponse à la sécheresse climatique débutée dans les années 1970. A côté de ce forçage climatique, la pression démographique et le poids des activités humaines perturbent le fonctionnement « naturel » de l’espace littoral du lac Retba qui ne possède pas une capacité de charge suffisante pour s’ajuster à la demande. Les changements environnementaux sont alors multiples et rapides. Emergent alors des risques environnementaux mais aussi phytosanitaires pour les populations, agriculteurs et les exploitants de sel. De ce fait, l’avenir de cet espace semble compromis sans une meilleure gestion des activités et des pratiques agricoles, garante de la préservation de ce milieu littoral dont l’importance socio-économique et culturelle est essentielle pour le Sénégal. La croissance incontrôlée, de ces dernières décennies, a abouti à une urbanisation massive de cette zone fragile et exposée : les Niayes. Les amas coquilliers à Senilia senilis, situés sur les rives sud et nord-est, sont exploités d’une façon anarchique et aucune quantification de leur exploitation n’est disponible. Le cordon sableux sur les plages et dunes est quotidiennement pris d’assaut par les « voleurs de sable ». Le maraîchage et l’arboriculture sont très développés dans le périmètre compris entre le lac et les dunes. Ces activités exposent le géosite « Lac Rose » à des menaces qui peuvent impacter sur deux aspects : l’alimentation en eau et sel et le maintien de la dépression.

3.4.1. L’alimentation en eau et en sel

25Du côté continental, le lac reçoit des apports d’eau douce de la nappe des sables ogoliens, particulièrement en période hivernale. Le lac reçoit également des eaux de la nappe des sables littoraux qui est une nappe d’eau salée sur laquelle flotte une nappe d’eau douce saisonnière de très faible extension. Ainsi il est en permanence alimenté par la mer avec laquelle il est en équilibre hydrodynamique sous un régime de flux entrant. Cette eau de mer est le pourvoyeur du lac en sel avec une sédimentation haline annuelle estimée à 3,6 x 105 tonnes, largement supérieure au taux d’exploitation estimé à environ 1 x 105 tonnes par an (Sow et al., 2010).

3.4.2. Le maintien de la dépression

26Il est sous la menace de l’ensablement et du dépôt de sel. L’ensablement peut avoir comme origine (i) le déplacement du sable dunaire d’où l’intérêt de leur fixation par le renouvellement de la bande de filao qui est en cours de dégradation notamment par suite de l’urbanisation incontrôlée accélérée par le développement, depuis les années 1990, du tourisme ; (ii) l’érosion hydrique par ruissellement qui est facilitée par les activités de maraîchage sur le bassin versant et ralentie par les amas coquilliers qui constituent une dalle protectrice.

27La sédimentation haline est la première menace de comblement du lac. Sans l’extraction du sel, la dépression serait comblée en quelques années par le dépôt de sel. Il y a donc lieu d’encourager cette exploitation saline tout en mettant en place des mécanismes de contrôle des quantités extraites.

3.5. Stratégies de préservation du Lac Rose

28Pour la préservation du Lac Rose, des stratégies doivent être développées en vue d’éradiquer ou de minimiser les menaces évoquées dans le précédent paragraphe. Il s’agira de :

  • interdire l’exploitation des amas coquilliers car il joue un rôle de dallage permettant aux hommes et même aux véhicules de circuler autour du lac sans risque de s’embourber. Il protège également le sol contre l’érosion et sa destruction facilitera l’ensablement du lac, affectera la qualité du sel et provoquera un comblement rapide de la dépression ;

  • interdire l’exploitation des sables dunaires. En effet, le plan d’eau actuel du lac se situant à 6,50 m sous le niveau de la mer, la destruction du cordon dunaire entrainerait une incursion marine qui détruirait brutalement l’écosystème si fragile ainsi que les activités socio-économiques autour du Lac Rose ;

  • encadrer (1) les activités maraichères et arboricoles en évitant leur implantation sur les versants immédiats des points d’eau, (2) l’installation des réceptifs touristiques, (3) l’exploitation du sel pour éviter de dépasser la limite maximale ;

  • renouveler la haie de filao qui fixe les dunes ;

  • mettre en place une gestion intégrée profitable à la faune et aux populations locales, une éducation environnementale et une sensibilisation des populations ;

  • aménager des espaces adéquats pour la vente des produits locaux, la création de musées, des centres d'information et d'interprétation de la géodiversité et la biodiversité.

29Cela nécessite la mise en place d’un cadre réglementaire et juridique pour une gestion intégrée et participative. Les lois et règlements en vigueur au Sénégal, notamment ceux relatifs à la décentralisation, ont cependant créé des conditions favorables pour susciter la participation de tous les citoyens aux initiatives de gestion durable.

4. Discussion

30Le Sénégal a ratifié en 1976 la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de l’Unesco (1972). Depuis, notre pays compte 7 sites inscrits au patrimoine mondial dont 5 culturels : l’île de Gorée en 1978, l’île de Saint-Louis en 2000, le Cercles mégalithiques de Sénégambie en 2006, le Parc du Saloum en 2006 et le Pays Bassari (paysages culturels Bassari, Peulh et Bédik) en 2012 et 2 naturels : le Parc national des oiseaux du Djoudj et celui du Niokolo-Koba en 1981. Depuis 2005, d’autres sites ont été proposés par le Sénégal, il s’agit de : l’Aéropostale, l’île de la Carabane, l’Architecture rurale de Basse-Casamance, le Parc National des îles de la Madeleine, les Escales du Fleuve Sénégal, les tumulus de Cekeen, le Lac Rose et le Vieux Rufisque.

31La proposition du Lac Rose comme site naturel de l’UNESCO en 2005 (UNESCO, 2006) se basait uniquement sur les critères 3, 5, et 6 de la convention du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui privilégient surtout les patrimoines économique, culturel et de biodiversité sans tenir en compte sa géodiversité qui est à l’origine de ces activités socio-culturelles et constitue en même temps le support de la biodiversité (Bétard et al., 2011 ; Youm et al., 2018 ; Arrad et al., 2018 ; Youm, 2019).

32Dans le cadre de cette étude, nous avons essayé de démontrer l’importance de la géodiversité du Lac Rose et ses environs dans la compréhension de l’histoire de la Terre et son rôle en tant que support culturel et de biodiversité. Ce géosite représente un paysage scénique, d’une beauté exceptionnelle marqué par la coloration rose de ses eaux et abrite des activités socio-économiques qui constituent une contribution notable au développement durable.

33Comme le Réseau des lacs du Kenya dans la vallée du Grand Rift classé Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2011 (UNESCO, 2017), la géodiversité du Lac Rose et son environnement présente une gamme exceptionnelle de processus géologiques et biologiques à la beauté naturelle exceptionnelle, y compris, des eaux libres et roses, des pâturages sur un territoire relativement restreint. Le décor est marqué par (i) un système dunaire d’âge Ogolien à actuel qui protège le lac d’une invasion brutale par la mer ; (ii) des amas coquilliers qui constituent un dallage autour du lac ; (iii) une croûte de sel qui tapisse son fond, faisant l’objet d’une exploitation intensive et (iv) la sédimentation détritique située au-dessous de la croûte de sel dont le contenu en microfaune et microflore a permis de reconstituer l’histoire du lac.

34Comparé au Lac Tana, Patrimoine Mondiale de l’UNESCO depuis 2015 (Endalkachew et Suzanne, 2017), la biodiversité du lac Rose et son environnement est riche et variée. Ceci permet de distinguer plusieurs écosystèmes parmi lesquels nous pouvons citer : l’écosystème du lac sensu-stricto ne renfermant qu’une algue verte du nom de Dunaliella salina associée à des archées (Halobacterium) ; l’écosystème des étangs avec sa microflore à diatomées, sa microfaune à foraminifères et ostracode et sa macrofaune à tilapia ; l’écosystème des dunes avec ses plantations de filao ; l’écosystème de la frange bordière du lac avec sa végétation ligneuse et herbacée, à laquelle s’ajoute une faune ornithologiques abondante et diversifiée.

35Le tourisme est l’une des activités les plus importantes au Lac Rose et au Sénégal, donc l’un des piliers du développement durable de la zone. La promotion du géotourisme comme dans le cadre du volcanisme d’Eboga au Cameroune (Zangmo Tefogoum et al, 2020) permettrait de conserver et protéger l’espace, de rapporter des bénéfices économiques et créer de l’emploi.

36Le Lac Rose et son environnement plus proche et plus accessible, jouent les mêmes rôles scientifiques et socio-économiques que la Réservée Naturelle communautaire de Dindéfélo au Sénégal oriental (Youm, 2019) dans la Vallée de Walidiala au Sénégal oriental. Il s’agit d’un site dont le patrimoine géologique d’âge Holocène à l’actuel, est totalement différent au plan âge comme nature de celui de la Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo d’âge précambrien. Ce géosite représente un paysage scénique, d’une beauté exceptionnelle marqué par la coloration rose de ses eaux et abrite des activités socio-économiques qui constituent une contribution notable au développement durable. Il présente une valeur scientifique et culturelle remarquée à travers les travaux scientifiques menés dans les domaines de la géologie, de l’hydrogéologie, de l’archéologie ; et les visites pédagogiques qui y sont régulièrement organisées. Ces deux zones peuvent constituer les pôles pilotes pour la mise en place de géoparcs au Sénégal afin de créer une nouvelle niche touristique : le géotourisme.

37Ainsi, le Lac Rose et ses environs constituent un géosite à valeur socio-économique locale, nationale et même internationale avec le tourisme, l’exploitation du sel, le maraîchage et l’arboriculture, le petit commerce.

5. Conclusion

38Cette étude avait pour objectif principal de démontrer l’importance de la géodiversité du Lac Rose et ses environs dans la compréhension de l’histoire de la Terre et son rôle en tant que support culturel et de biodiversité afin de renforcer la proposition de l’état du Sénégal pour que le Lac Rose acquière le statut de patrimoine mondial de l’UNESCO, de Réserve de Biosphère et de site Ramsar. La proposition du Lac Rose comme géosite à protéger et valoriser s’est appuyée sur au moins 4 critères (8 ; 5 ; 7 ; 9) parmi les 10 proposés par l’UNESCO (2006) pour la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial.

  • Ainsi, la reconstitution de l’histoire du lac par la microflore et la microfaune sub-fossiles, l’évolution de l’hydro-système du lac, l’évolution géomorphologique et la précipitation actuel du sel offrent « un exemple éminemment représentatif des grands stades de l'histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d'éléments géomorphologiques ou physiographiques ayant une grande signification » (critère viii : naturel).

  • Les vestiges des foyers domestiques des anciennes populations et l’exploitation du sel, des coquillages et du sable dunaire offre « un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer, qui soit représentatif de cultures, ou de l'interaction humaine avec l'environnement, spécialement quand celui-ci est devenu vulnérable sous l'impact d'une mutation irréversible » (critère 5 : culturels). Ces informations apportent également un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue (critère 3 : culturel).

  • La coloration rose des eaux du lac « représente des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles » (critère 7 : naturel).

  • Le développement de Dunaliella salina montre « des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d'animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins » (critères 9 : naturel).

39L’association de ces différents critères recoupe parfaitement les critères de sélection du patrimoine mondial de l’UNESCO ainsi que les préoccupations du Programme sur l’Homme et la biosphère et de la Convention de Ramsar. Il est impératif d’inscrire les concepts de géoprotection, de géovalorisation et de géotourisme aux objectifs du développement durable au Sénégal, particulièrement dans les zones sensibles et menacées comme celle des Niayes.

* auteur correspondant ; (221) 33 824 78 05
youma.ramou@hotmail.fr (C. I. Youm)

Haut de page

Bibliographie

Agenda culturelle et touristique du Sénégal (2015) – Document Ministère de la Culture et de la Communication et Ministère du Tourisme et des Transports aériens, 160 p.

Arrad T.Y., Errami E., Ennih N. (2018) – From scientific inventory to socio-economic sustainable development: Tidzi Diapir geosite (Essaouira basin, Morocco). Journal of Chemical, Biological and Physical Sciences, 9 (1), 1-17.

DOI: 10.24214/jcbps.D.9.1.00117.

Baillon F. (1985) – Contribution à l’étude de l’avifaune du Sénégal. Note sur Himantopus himantopus. Fond Documentaire ORSTOM, notice 49, 10 p.

Bétard F., Peulvast J.P., d’Oliveira M.A. (2011) – Biodiversité, géodiversité et enjeux de leur conservation dans les montagnes humides du Nordeste brésilien. Bulletin de l'Association de géographes français, 88 (1), 17-26.

DOI : 10.3406/bagf.2011.8201

Brilha, J. (2016) – Inventory and quantitative assessment of geosites and geodiversity sites : a Review. The European Geoheritage, 8, 119–134.

DOI: 10.1007/s12371-014-0139-3

Brilha J., Reynard E. (2018) – Geoheritage and Geoconservation. The Challenges. In Reynard E., Brilha J. (Eds): Geoheritage: assessment, protection, and management. Elsevier, Amsterdam, 433-438.

DOI: 10.1016/B978-0-12-809531-7.00025-3

Cayol J.L., Ollivier B., Lawson A. S. A., Fardeau M.L., Ageron E., Grimont P. A. D., Prensier G., Guezennec J., Magot M., Garcia J.L. (1994) – Haloincola saccharolytica subsp. senegalensis subsp. nov., isolated from sediments of a hypersaline lake, and emended description of Haloincola saccharolytica. International Journal of Systematic Bacteriology, 44 (4), 805-811.

Cayol J.L., Ollivier B., Patel B. K. C., Ageron E., Grimont P. A. D., Prensier G., Garcia J.L. (1995) – Haloincola lacusroseus sp. nov., an extremely halophilic fermentative bacterium from sediments of hypersaline lake. International Journal of Systematic Bacteriology, 45 (4), 790-797.

DOI : 10.1099/00207713-45-4-790

Diédhiou Y., Youm C.I., Sow E., Sarr R., Malou R. (2018) – Les amas coquilliers d’âge Holocène du lac Retba (Sénégal, Afrique de l’Ouest) : inventaire faunistique, lithologie et paléo-environnement. Bulletin de l’Institut Scientifique, Rabat, Section Sciences de la Terre, 40, 39-52.

Elouard P., Evin J., Hébrard L. (1975) – Observations et résultats de mesures au radiocarbone sur les cordons littoraux coquilliers du lac Retba, Sénégal. Bulletin de Liaison de l’Association Sénégalaise pour l’Etude du Quaternaire de l’ouest Africain, 46, 15-19.

Endalkachew C., Suzanne L. (2017) - Le plus grand lac d'Éthiopie envahi par les jacinthes d'eau. Global Voices (en ligne).

https://fr.globalvoices.org/2017/07/21/213252/

Errami E. (2020) – Valorisation du patrimoine géologique marocain - Modalités d’inventaire du patrimoine géologique et sa protection. Session plénière solennelle 2020, Rabat, 25-27 février.

Garnier J.M. (1978) – Evolution géochimique d’un milieu confiné, le lac Retba (Cap Vert), Sénégal. Revue de Géographie Physique et de Géologie Dynamique, 20 (1), 43-58.

https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_6/b_fdi_43-44/010005890.pdf

Grandgirard V. (1999) – L'évaluation des géotopes. Geologia Insubrica, 4, 59-66.

Gueye M., Gning A. A., Ngom Diop F., Malou R. (2016) – Hydrodynamic and hydro-geochemical processes in the catchment area of Lake Retba and their implications in relationship between groundwater, lake and ocean. American Journal of Water Resources, 4, 91-101.

DOI : 10.12691/ajwr-4-4-3

Iosif, D., 2011 – La recherche géographique des géosites : quelles perspectives ? Cinq Continents, 1 (3), 218-231. http://www.cinqcontinents.uv.ro/1/1_3_Iosif.pdf.

Joire J. (1955) – Découvertes archéologiques dans la région de Rao (Bas-Sénégal). Bulletin de l’Istitut d’Afrique Noire, 3-4, 249 333.

Khatib R., Ly A., Sow E., Sarr R., (1990) – Rythmes sédimentaires liés aux variations eustatiques globales au Campanien et au Maastrichtien du Sénégal. Révision stratigraphique de la série du Crétacé terminal du Cap de Naze. Compte-rendu de l’Académie des Sciences de. Paris, 311, série II, 1089–1095.

Ndao M. (2012) – Dynamiques et gestion environnementale de 1970 à 2010 des zones humides au Sénégal : étude de l'occupation du sol par télédétection des Niayes avec Djiddah Thiaroye Kao (à Dakar), Mboro (à Thiès) et Saint-Louis. Thèse de Doctorat de l’Université de Toulouse 2 Le Mirail, cotutelle internationale avec l’Université Gaston Berger de Saint-Louis au Sénégal, 370 p.

Ndiaye P. (1992) – La politique de l’environnement : analyse d’une gestion. In Diop M.C. (Eds.) : Sénégal : trajectoires d’un État. Codesria Edition (Dakar), 137-176. 

Ollivier B., Hatchikian C.E., Prensier G., Guezennec J., Garcia J.L. (1991) – Desulfohalobium retbaense gen. nov. sp. nov., a halophilic sulphate-reducing Bacterium from sediments of a hypersaline lake in Senegal. International Journal of Systematic Bacteriology, 41 (1), 74-81.

DOI: 10.1099/00207713-41-1-74

Panizza M. and Piacente S. (1993) – Geomorphological Assets Evaluation. Zeitschrift für Geomorphologie N.F. Suppl. Bd., 87, 13-18.

Panizza M. and Piacente S. (2003) - Geomorfologia culturale. Pitagora Editrice, Bologna, 350 p.

Rey T., Diop A., Ndeye M., Denain J.C. (2009) – Modifications environnementales dans l’espace du lac Retba (Grande Côte, Sénégal) in Africa. Africa Geoscience Review, 16 (4), 233-246.

Reynaud P.A., Roger P.A. (1978) – Phototactisme et photocinèse agrégative chez Oscillatoria sp. 77S23. Cahiers ORSTOM, série Biologie, 13 (2), 157-164.

Reynaud P. A., Roger P.A. (1981a) – Variations saisonnières de la flore algale et de l’activité fixatrice d’azote d’un sol engorgé de bas de dune. Revue d’Ecologie et de Biologie du Sol, 18 (1), 9-27.

Reynaud P.A., Roger P.A. (1981b) – Distribution verticale des algues et de l’activité fixatrice d’azote dans un tapis algal. Cahiers ORSTOM, série Biologie, 43, 67-73.

Reynaud P.A., Roger P.A. (2005) – Les tapis microbiens photosynthétiques du Lac Retba. Document IRD, 32 p.

Reynard, E. et Panizza M. (2005) – Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie. Une introduction. Géomorphologie: relief, processus, environnement, 11 (3), 177-180.

DOI: 10.4000/geomorphologie.336

Reynard, E., Perret, A., Bussard, J., Grangier L. et Martin S. (2016) – Integrated approach for the inventory and management of geomorphological heritage at the regional scale. Geoheritage, 8, 43-60.

DOI: 10.1007/s12371-015-0153-0

Sarr R., Sow E., Sarr B., Fofana C.A.K. (2005) Marine intrusions in the upper Holocene of the Retba and Mbawane lakes (Senegal) evidenced by ostracode faunas. Actes of the 15th International Symposium on Ostracoda, 12-15 September 2005 (Freie Universität Berlin, Germany), 105.

Sarr R., Debenay J.P., Sow E. (2009a) – Enregistrement des fluctuations du niveau marin dans l’Holocène supérieur du lac Retba (Sénégal) par les foraminifères. Revue de micropaléontologie, 52, 31–41.

Sarr R., Sow E., Bodergat A.M. (2009b) – Ostracodes et incursions marines dans l’Holocène terminal du lac Retba (Cap Vert, Sénégal). Geobios, 42 (3), 381-395.

DOI : 10.1016/j.geobios.2008.09.005

Sow E. (1992) Etude sédimentologique et révision chronostratigraphique du Crétacé terminal du horst de Ndiass (Sénégal occidental). Thèse doctorat de 3ème cycle, université Cheikh-Anta-Diop, Dakar, 145 p.

Sow E. (1995) – Le Crétacé terminal du Sénégal occidental : un exemple de sédimentation de plate-forme détritique gouvernée par l’eustatisme. Africa Geoscience Review, 2 (2), 267-278.

Sow E. (2001) – Le Quaternaire récent du Sénégal occidental (lacs Retba et Tanma : estuaire de la Casamance). Implications eustatique et paléoclimatique des Diatomées. Thèse d’état ès sciences, Université de Dakar, 182 p.

Sow E., Compère P., Sarr R. (2006) Diatomées fossiles du lac Retba (Sénégal, Afrique de l’Ouest). Aperçu paléo-écologique. Algological Studies, 120, 65-82.

DOI : 10.1127/1864-1318/2006/0120-0063

Sow E., Diène M. (1997-1998) – Mise en évidence de chenaux géants subtidaux au Cap Rouge : Crétacé terminal du horst de Ndiass (Sénégal occidental). Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, série A, 49, 79–101.

Sow E., Fofana C.A.K., Aw C., Sarr R. (2008) Mise en évidence d’une période d’isolement du Lac Retba (Sénégal) entre 1200 et 250 B.P. par l’abondance de Paralia sulcata (Ehrenberg) Cleve. Journal des Sciences, 8 (2), 52-58.

Sow E., Sarr R. (2010) –Environnement et écosystèmes ; cartographie géologique du bassin sédimentaire du Sénégal, volet « Etude du Lac Rose ». Rapport d’étude GTR/PASMI/0810 du Projet 9 ACP SE 009, 22 p.

Sow E., Sarr R., Malou R. (2010) –Synthèse paléogéographique, hydro-climatique et recommandations ; cartographie géologique du bassin sédimentaire du Sénégal, volet « Etude du Lac Rose ». Rapport GTR/PASMI/0810 du Projet 9 ACP SE 009, 17 p.

UNESCO (1972) –Résolutions, recommandations. Actes de la Conférence générale, 17e session, Paris, 17 octobre-21 novembre, UNESCO, 176 p.

UNESCO (1995) – International Conférence on Biosphere Reserves. Commission B: Biosphere Reserve Management, working documents, Sevilla, 20-25 March.

UNESCO (2006) - Révision des critères des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial conformément aux orientations de 2005. https://whc.unesco.org/fr/orientations

UNESCO (2017) - Le réseau des lacs du Kenya dans la vallée du grand rift. In Patrimoine mondial de l’UNESCO : Le Kenya.

http://www.visiterlafrique.com/destinations/afrique-de-lest/kenya/patrimoine-mondial-de-lunesco-le-kenya/

Youm C.I. (2019) – Le bassin de Madina Kouta (Sénégal oriental) : contribution à l’étude lithostratigraphique sédimentologique et pétrographique. Valorisation géopatrimoniale et développement. Thèse de doctorat, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 291 p.

Youm C.I., Errami E., Sow E.H. (2018) – Neoproterozoic Dindéfélo waterfall geosite (DCNR, Bassari country, Eastern Senegal): biodiversity and geodiversity between conservation and valorization. Journal of Chemical, Biological and Physical Sciences, 8 (3), 197-224.

DOI:10.24214/jcbps.D.8.3.19724

Zangmo Tefogoum G, Quesada-Román A, Pérez-Umaña D. (2020) – Geomorphosites inventory in Eboga volcano, Cameroon: Contribution for geotourism promotion. Géomorphologie: Relief, Processus, Environnement, 26 (1), 19-33.

DOI: 10.4000/geomorphologie.14006.

Haut de page

Annexe

Abridged English Version

This study is the continuation of a wide multidisciplinary research program initiated in Senegal for the promotion of geodiversity. It is the continuity of the research work carried out by Youm et al (2018) in the Dindéfélo Community Nature Reserve and aims to strengthen the proposal of Senegalese state provide Lac Rose with the status of UNESCO World Heritage Site, Biosphere Reserve and Ramsar site.

The Lac Rose, formerly called Retba Lake is located about 35 km NE of Dakar and is characterized by the pink coloration of its over-salted waters (80 to 350 g/l) containing a mesophilic aerobic flora, composed of green halophilic alga Dunaliella salina associated with archaea such as Halobacterium, responsible for the pink coloration observed in salt marshes. Apart from this flora, no trace of life has been reported in the lake waters. Its bottom is a thin saline crust that overlies an organic black mud rich in foraminifera, ostracods and diatoms that have been used to reconstruct the lake history. Around Lac Rose, several ecosystems have been described: ponds and their flora and fauna, the dunes stabilized by filao plantations (Casuarina equisetifolia), the lakeshore fringe with its shell clusters, its woody and herbaceous flora and ornithological fauna as well. The survival of these ecosystems depends on the lake conservation threatened by a fall in the water and salt supply, along with the depression backfilling.

The submission of Lac Rose, as a geosite to be protected and valued, is based on at least 4 among 10 criteria proposed by UNESCO (2006) for the World Heritage Convention implementation: for instance, the reconstitution of the lake history through sub-fossil microflora and macrofauna (criterion 7: natural); the salt shells and sand dune exploitation, offers "an very good example of human interaction with the environment, especially when the environment has become vulnerable under the impact of irreversible change" (criterion 5 "The salt, shells and dune sand exploitation is an outstanding example of a landscape illustrating a significant period or periods in human history": cultural); the pink coloration of the lake "represents natural phenomena or areas of exceptional natural beauty and aesthetic importance" (criterion 7: natural); the development of Dunaliella salina shows " prominent examples of on-going ecological and biological processes in the evolution and development of terrestrial, aquatic, coastal and marine ecosystems and communities of plants and animals" as well (criterion 9: natural). The combination of these different criteria perfectly fits the objectives developed by the Man and the Biosphere (MAB) Programme and the Ramsar Convention.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Carte géographique et géomorphologique du Sénégal occidental.Fig. 1 – Geographic and geomorphological map of Western Senegal.
Légende 1. Massif de Diass ; 2. Dépression Somone-Taiba ; 3. Dépression de Sébikotane ; 4. Zones des Niayes ; 5. Dunes Rouges ; 6. Plateau de Bargny et de Mbao ; 7. Dakar ; 8. Horts de Dakar ; 9. Systéme Cambérène ; 10. Dunes littorales ; 11. Falaise de Thiès.1. Massif of Diass ; 2. Somone-Taiba depression; 3. Sebikotane depression; 4. Niayes areas; 5. Red Dunes; 6. Bargny and Mbao Plateau; 7. Dakar; 8. Dakar Horts; 9. Cambere system; 10. Coastal dunes ; 11. Cliff of Thies.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16878/img-1.png
Fichier image/png, 794k
Titre Fig. 2 - Carte géologique du Sénégal occidental.Fig. 2 – Geological map of Western Senegal.
Légende 1. Lacs ; 2. Sable de plage ; 3. Dunes Ogoliennes du Graben de Bargny-Rufisque ; 4. Volcanisme tertiaire et quaternaire ; 5. Argile de Eocène moyen à Miocène ; 6. Calacires et calcaires argileux de Eocène inferieur à moyen ; 7. Argile et calcaire argileux de Eocène inférieur ; 8. Marno-calcaires du Paléocène s,l ; 9. Sables et grés du Campano-Maastrichtien ; 10. Failles.1. Lakes; 2. Beach sand; 3. Ogolian Dunes of Bargny-Rufisque Graben; 4. Tertiary and quaternary volcanism; 5. Clays of Middle Eocene to Miocene; 6. Limostones and clayer limostones of Lower to Middle Eocene; 7. Clays and clavey limostones of lower Eocene; 8. Marl limostones of Paleocene s,l; 9. Campano-Maastrichtian sands ou sandtones; 10. Faults
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16878/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 3 – Flore dans les environs du Lac Rose : Dunes blanches stabilisées plantées de filao.Fig. 3 – Flora in the vicinity of Lac Rose: Stabilized white dunes planted with filao.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16878/img-3.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Fig. 4 - Carte géologique du Lac Retba (modifiée d’après Sarr et al., 2009a).Fig. 4 - Geological map of Lac Retba (modified after Sarr et al., 2009a).
Légende 1. Lac Retba ; 2. Dunes Blanches Actuelles ; 3. Cordons Littoraux Coquilliers : 3 000–680 ans B.P ; 4. Dunes Jaunes : 3 000–2 000 ans B.P ; 5. Dépots coquilliers de plages du Nouakchottien : 4 000–6 000 ans B.P ; 6. Dunes Rouges Continentales l’Ogolien : 20 000–12 000 ans B.P.1. Retba Lake ; 2 - Actual white dunes ; 3. Shelly offshore bars : 3,000680 ans B.P ; 4. Yellow Dunes : 3,0002,000 ans B.P ; 5. Nouakchottian shelly beach deposits : 4,0006,000 ans B.P. ; 6. Ogolien Continental Red Dunes : 20,00012,000 ans B.P.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16878/img-4.png
Fichier image/png, 915k
Titre Fig. 5 - Ecosystèmes du Lac Rose et ses environs immédiats.Fig. 5: Overview of the Lac Rose, Ecosystem of old channel ponds and resurgence sources.
Légende A : Le lac Rose vu de dessus ; B : Vue globale du lac Rose (photo de Destination Sénégal) ; C : oiseaux au lac Rose ; D : étang sud du chenal avec une végétation d’herbacées à gauche et une terrasse à Senilia plantée de filas en haut ; E : chenal rétrécis bordé d’amas coquilliers couverts par endroits d’herbacées ; F : étang nord du lac bordé de dunes stabilisées par une haie de plantes ligneuses.A: Lac Rose seen from above; B: Global view of Lac Rose (photo by Destination Sénégal); C: Birds at Lac Rose; D: Southern pond with herbaceous vegetation on the left and a terrace of Senilia planted with filaos at the top; E: narrow area of the channel bordered by shell clusters covered in places of grass; F: north pond of the lake bordered by dunes stabilized by a hedge of woody plants.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16878/img-5.png
Fichier image/png, 902k
Titre Fig. 6 - Eaux douces autour du Lac Rose : Séanes ( = puits artisanaux).Fig. 6 – Fresh water around Lac Rose : Séanes ( = artisanal wells).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16878/img-6.png
Fichier image/png, 584k
Titre Fig. 7 - Schéma du système hydrogéologique du Lac Rose.Fig. 7 – Diagram of the hydrogéological system of Lac Rose.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16878/img-7.png
Fichier image/png, 364k
Titre Fig. 8 - Evolution paléoenvironnementale du Lac Rose (modifié, d’après Sow et al., 2010).Fig. 8 – Palaeoenvironmental evolution of Lac Rose (modified from Sow et al., 2010).
Légende 1. Dunes Blanches Actuelles ; 2. Cordons Littoraux Coquilliers ; 3. Dunes Jaunes ; 4. Dépôts coquilliers de plages du Nouakchottien ; 5. Dunes Rouges Continentales l’Ogolien.1. Actual white dunes; 2. Shelly offshore bars; 3. Yellow Dunes; 4. Nouakchottian shelly beach deposits; 5. Ogolien Continental Red Dunes.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16878/img-8.png
Fichier image/png, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Youm Cheikh Ibrahima, Sow El Hadji, Errami Ezzoura, Diedhiou Yankhoba, Gueye Adama et Sarr Raphaël, « Le géosite du Lac Rose (NE Dakar, Sénégal) : enjeux de la préservation d’un géopatrimoine exceptionnel menacé de disparition », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 28 - n° 2 | 2022, mis en ligne le 07 juillet 2022, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/16878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.16878

Haut de page

Auteurs

Youm Cheikh Ibrahima

Département de Géologie, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Dakar-Fann, Sénégal.

Sow El Hadji

Département de Géologie, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Dakar-Fann, Sénégal.

Errami Ezzoura

Equipe de Géodynamique, Géo-éducation et Patrimoine géologique, Université Chouaïb Doukkali, Faculté des Sciences, B.P. 2024000, El Jadida, Maroc.

Diedhiou Yankhoba

Département de Géologie, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Dakar-Fann, Sénégal.

Gueye Adama

Département de Géologie, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Dakar-Fann, Sénégal.

Sarr Raphaël

Département de Géologie, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Dakar-Fann, Sénégal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search