Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29-2Hommage à Armelle Billard (1936 –...

Hommage à Armelle Billard (1936 – 2023)

Tatiana Muxart

Texte intégral

1(Directrice de recherches CNRS, honoraire)

2Armelle BILLARD, ancienne directrice de recherche au CNRS, est décédée le lundi 16 octobre 2023 à Viroflay où elle demeurait.

3Géomorphologue de formation, recrutée attachée de recherche au CNRS dans les années 60 afin de préparer une thèse sous la direction du professeur P. BIROT, elle a été naturellement rattachée au Laboratoire de Géographie Physique (URA141), dirigé par ce dernier, lors de sa création par le CNRS en janvier 1969.

4Elle y effectua toute sa carrière, d’abord à l’Institut de Géographie, rue Saint-Jacques à Paris puis, lorsque cette formation déménagea en 1982 dans le campus du CNRS à Meudon (92).

5Elle s’intéressa d’abord à la stratigraphie et à la paléoclimatologie du Quaternaire. Dans ce cadre, elle travailla sur les paléosols résultant de l’altération différentielle des formations superficielles meubles des terrasses fluvio-glaciaires périalpines en liaison avec la succession des cycles climatiques du Quaternaire. Dans les années 80, cette orientation la conduisit à assumer la coresponsabilité du groupe français participant au projet 24 du Programme International des Corrélations Géologiques de l’UNESCO.

  • 1 L’URA 141 deviendra l’UMR 8591 et le Laboratoire déménagera en 2022 dans le campus du CNRS à Thiais (...)

6Lorsque le professeur A. GODARD succéda à P. BIROT à la tête de la direction de l’URA 1411 en 1980, elle intégra logiquement l’équipe de recherche « Météorisation des roches. Dynamique physique et biologique des versants ».

7Dès le milieu et surtout à la fin des années 80, avec le début de la généralisation de l’intérêt porté aux recherches sur l’Environnement, cette équipe orienta une partie de ses travaux sur les conséquences des activités humaines passées et/ou actuelles sur les milieux biophysiques et, plus généralement, sur la thématique des multiples interactions Homme-milieux au cours du temps. Les équipes de recherche du Laboratoire se réorganisèrent et A. BILLARD prit la direction de l’équipe « Dynamique des versants et des lits fluviaux. Aspects théoriques et appliqués ».

8Aux côtés de plusieurs autres membres de l’équipe, A. BILLARD s’investit alors dans une étude lancée et financée par l’axe thématique « Milieu rural » relevant du Programme Interdisciplinaire de Recherches sur l’ENvironnement (PIREN) du CNRS. L’objectif affiché par cet axe concernait la « Gestion écologique des ressources terrestres » via un « Observatoire des changements de l’environnement en zone rurale et perception sociale du phénomène ».

9L’étude particulière portait sur les changements environnementaux récents ou actuels liés aux activités humaines dans un secteur géographique englobant le Causse Méjan et une partie de la région granitique cévenole proche du Mont Aigoual. Outre les géographes physiciens, le programme comprenait des géographes humains et des chercheurs d’autres disciplines telles la sociologie, la zootechnie, l’économie des systèmes ruraux.

10L’équipe de l’URA 141 installa des dispositifs de mesures de l’érosion actuelle, aussi bien sur le Causse Méjan que dans le vallon cévenol de l’Airette, près du village de l’Espérou (avec, pour certains dispositifs, le concours du CEMAGREF et de l’IGN). Les résultats permirent de mieux comprendre le fonctionnement actuel des milieux physiques, d’identifier les facteurs naturels qui conditionnent l’érosion hydrique et de préciser les déterminants anthropiques qui peuvent l’amplifier. Par ailleurs, grâce à l’analyse palynologique faite à l’URA 141 et à une datation au 14C des sédiments de fond du vallon, l’étude put mettre en évidence l’ampleur et les fluctuations de l’érosion passée des versants en liaison avec les modes d’occupation du sol modulés par les événements historiques récents (féroce guerre de religion, exécution ou déportation des Camisards protestants, surpâturage, abandon pastoral, ….). L’expérience de l’étude des formations superficielles meubles d’A. BILLARD fut précieuse dans l’analyse et l’interprétation de ces dernières données. En fin de programme les travaux firent l’objet de plusieurs articles dans des revues scientifiques, de nombreux rapports et in fine de la publication d’une carte et d’un ouvrage dont elle fut co-autrice.

11A partir de fin 1987 et jusqu’en 1995, A. BILLARD assura, pour la partie française, la responsabilité d’un programme européen de recherche mis en place par la DG XII de la CEE. Il comprenait des chercheurs britanniques (responsable global : le professeur E. DERBYSHIRE, géographe de l’Université de Leicester), français (de l’URA 141 et des ingénieurs de l’IGN), grec et chinois de l’Université de Lanzhou. Ce programme était axé sur l’étude des glissements de terrain et des coulées de débris dans les loess épais (jusqu’à 300 m de dépôts) de la province de Gansu en Chine, sur leurs mécanismes et leur mitigation. Présentant une forte sismicité en raison du soulèvement proche du système Himalaya-Tibet et donc caractérisée par des versants de vallées aux fortes pentes (Fleuve Jaune et ses affluents), cette région semi-aride ne subit des pluies, pouvant être intenses, que durant 3 à 4 mois dans l’année. Elles peuvent déclencher des inondations brutales accompagnées de glissements de terrain et de coulées de boue présentant un grand danger pour les populations rurales locales. Les objectifs furent d’une part, d’analyser la distribution et la typologie des glissements de terrain et d’autre part, de déterminer les facteurs naturels et anthropiques et leurs interactions et enchainements temporels dans le déclenchement de ces catastrophes. L’équipe du Laboratoire procéda, entre autres, à des enquêtes de terrain auprès des populations rurales cultivant les terrasses lœssiques proches de la ville de Lanzhou et monta un dispositif de mesures de déclenchement du ruissellement par des pluies artificielles d’intensité connue sur ces sols cultivés. Les résultats firent l’objet de plusieurs articles dans des revues scientifiques, de rapports auprès de la DG XII et de la publication en GB d’un ouvrage, dont elle fut co-autrice de plusieurs chapitres, synthétisant données et recommandations de mitigation.

12La personnalité d’un chercheur ne se résume pas à ses orientations de recherche et aux résultats scientifiques obtenus, il convient d’y ajouter ses qualités morales.

13Animée d’une grande rigueur intellectuelle, A. BILLARD fit preuve aussi d’intégrité morale dans ses choix de vie personnelle et professionnelle en sachant et donc en assumant que ces derniers puissent parfois lui nuire. En témoigne, à titre d’exemple, son engagement en tant qu’élue syndicale durant plusieurs mandats au sein de la section de Géographie du Comité National du CNRS.

14Digne, courageuse et combative, tant dans sa vie privée que professionnelle, Armelle BILLARD fut une femme sur laquelle on pouvait compter et s’appuyer lorsqu’elle s’engageait dans un projet. A ceux qui l’ont connue et appréciée, elle laisse le souvenir indéfectible d’une « belle » personne.

Haut de page

Notes

1 L’URA 141 deviendra l’UMR 8591 et le Laboratoire déménagera en 2022 dans le campus du CNRS à Thiais (94).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Muxart, « Hommage à Armelle Billard (1936 – 2023) »Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], 29-2 | 2023, mis en ligne le 11 décembre 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/17808 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.17808

Haut de page

Auteur

Tatiana Muxart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search