Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29-2Les champs de menhirs du pays de ...

Les champs de menhirs du pays de Carnac. Patrimoine archéologique et géomorphologique

Presses Universitaires de Rennes, 384 p.
François Bétard
Référence(s) :

Sellier, D. (2023) - Les champs de menhirs du pays de Carnac. Patrimoine archéologique et géomorphologique, Presses Universitaires de Rennes, 384 p.

Texte intégral

1Dominique Sellier, professeur émérite de l’université de Nantes, spécialiste de la géomorphologie des régions de socle et de la façade atlantique européenne, nous offre ici une synthèse magistrale sur les champs de menhirs du pays de Carnac, dont il est également l’un des spécialistes reconnus, notamment auprès de la communauté des archéologues. Partiellement inédite, cette synthèse hors norme est en grande partie issue des travaux de recherche réalisés par l’auteur depuis plus de 30 ans sur ce site emblématique de Bretagne méridionale. Ses travaux précurseurs sur la météorisation des granites à partir des mégalithes bretons, initiés au début des années 1990, ont en effet largement dépassé le champ de la géomorphologie quantitative autour des vitesses d’érosion des granites, et ont trouvé des applications nombreuses dans le champ de l’archéologie préhistorique et de la reconstitution des paléoenvironnements pré-mégalithiques. C’est l’un des intérêts majeurs de cet ouvrage, qui illustre à merveille les apports réciproques de la géomorphologie à l’étude des sites archéologiques et de ces derniers à l’étude des reliefs, en l’occurrence granitiques, à travers un examen conjoint des mégalithes et de leur environnement selon un double regard géomorphologique et archéologique. Le sous-titre de l’ouvrage, Patrimoine archéologique et géomorphologique, le confirme et permet aussi d’inscrire clairement ce travail dans le champ patrimonial. Il permet de montrer d’emblée que les alignements de Carnac ne se résument pas seulement à un patrimoine archéologique, aussi exceptionnel soit-il, mais qu’il existe également un patrimoine géomorphologique remarquable associé aux sites et aux mégalithes eux-mêmes. Ce dernier aspect est au cœur de la démonstration, et nul doute que le lecteur en sortira convaincu après avoir lu l’ouvrage.

2D’un point de vue formel, le livre présenté en grand format (22 x 28 cm), pour un volume impressionnant de 384 pages, est magnifiquement illustré et entièrement imprimé en couleur. Les nombreuses photographies, schémas, cartes et croquis, presque tous de l’auteur, alternent avec un texte soigneusement rédigé et présenté sur deux colonnes, qui rendent la lecture extrêmement agréable. Le souci de pédagogie de l’auteur, qui conduit parfois à quelques répétitions, a le mérite de rendre l’ouvrage accessible au plus grand nombre, y compris à des lecteurs non-spécialistes, tout en étant d’une grande rigueur et d’une grande précision scientifique. Cette prouesse s’explique notamment par l’implication très forte et de longue date de Dominique Sellier dans le domaine de la vulgarisation scientifique et de la valorisation du patrimoine géomorphologique, qui trouvent à Carnac un magnifique terrain d’expression et d’expérimentation.

3L’ouvrage est structuré en huit chapitres environnés d’une introduction et d’une conclusion générales. Après une préface rédigée par Chris Scarre, Professeur émérite d’archéologie à l’université de Durham, l’introduction précise les objectifs du livre et les publics auxquels il s’adresse, et donne des indications générales sur le contexte mégalithique et les méthodes employées par l’auteur pour décrypter le site de Carnac et les marques d’érosion présentes sur les mégalithes. Si le premier objectif du livre est d’ordre scientifique et vise à présenter les résultats d’une analyse géomorphologique multiscalaire (de la microforme d’érosion à l’environnement géomorphologique des alignements à une échelle micro-régionale), le second objectif, d’ordre didactique, est d’offrir aux visiteurs les clés de lecture du paysage et des objets en partant de l’observation sur le terrain, tout en montrant l’intérêt d’une approche patrimoniale commune, géomorphologique et archéologique, tant sur un plan conceptuel que sur un plan pratique.

4Le premier chapitre présente les champs de menhirs carnacois en tant qu’entité et patrimoine archéologiques. Il replace le site de Carnac parmi les grands ensembles mégalithiques d’Europe, desquels il se distingue immédiatement par la densité exceptionnelle de « pierres dressées » à laquelle s’ajoute une grande variété architecturale de mégalithes (menhirs isolés ou intégrés dans de vastes alignements, enceintes, dolmens à couloir et allées couvertes…). Les caractères généraux des alignements de Carnac et de ses environs sont ensuite minutieusement décrits et illustrés par de nombreuses photographies des différents sites, faciles à localiser grâce aux nombreux croquis de situation. Le problème de l’âge des champs de menhirs, qui fait toujours débat, est discuté, mais la somme des arguments avancés conduit à placer leur période de construction et/ou de fréquentation entre 4000-3500 BC et 2000 BC, soit majoritairement au Néolithique moyen et récent et jusqu’à la transition avec le Bronze ancien. La dernière partie de ce chapitre présente les processus de patrimonialisation des alignements de Carnac, essentiellement dans une perspective historique. Elle met en lumière le rôle déterminant joué par certaines personnalités scientifiques (James Miln, Zacharie Le Rouzic…) et souligne les actions des institutions et des services de l’État dans la reconnaissance patrimoniale et archéologique du site, du siècle des Lumières jusqu’à nos jours. C’est finalement l’ensemble de la chaîne patrimoniale qui est présentée au lecteur, de manière totalement inédite pour le patrimoine archéologique carnacois, depuis les modalités de l’appropriation patrimoniale jusqu’à la transmission et à la valorisation, en passant par les aspects conservatoires.

5Le chapitre II est le pendant du chapitre I sur les aspects géomorphologiques et géopatrimoniaux. Il présente d’abord, et de manière très didactique, le relief de plateaux granitiques dans lequel s’inscrivent les alignements de Carnac, puis il insiste sur les propriétés lithostructurales des granites, qui constituent à la fois le matériau et le substrat sur lequel reposent les mégalithes. À l’échelle moyenne du paysage, les héritages des systèmes morphogéniques préquaternaires et quaternaires sont soulignés et permettent d’expliquer les particularités de la topographie à « manés et touls », ainsi que la fréquence des « rochs » et autres affleurements granitiques inscrits dans le plan d’un ancien front d’altération dégagé par l’érosion (etch surface). Les différentes formes de rochers enracinés, tout comme les microreliefs inscrits sur les rochs, constituent ici un référentiel précieux pour analyser et comprendre les formes des mégalithes et les micromodelés qui s’y inscrivent. L’environnement littoral et maritime, indissociable de l’environnement géomorphologique des champs de menhirs carnacois, est analysé de la même manière, et prépare le lecteur aux reconstitutions paléogéographiques et paléoenvironnementales en relation avec les variations du niveau marin et l’évolution du trait de côte, présentées plus loin (chapitre VII). Par effet miroir avec le chapitre I, la fin de ce chapitre est consacrée à la patrimonialisation des reliefs carnacois et s’attache d’abord à présenter les notions de patrimoine géomorphologique et de géomorphosite, d’apparition relativement récente. De façon tout aussi méthodique, les modalités de l’appropriation patrimoniale du relief sont examinées, tout comme le sont les moyens de conservation et de transmission, encore balbutiants.

6Le chapitre suivant (III) s’intéresse de manière plus détaillée aux « pierres », c’est-à-dire aux blocs rocheux employés comme menhirs. Les caractères pétrographiques du granite de Carnac y sont précisés, mais l’auteur s’emploie aussi à montrer les effets des déformations sur la forme des menhirs, amenant à identifier des formes génomorphiques, héritées des propriétés structurales du granite (par opposition aux formes phénomorphiques, réalisées par les agents d’érosion). L’opposition entre face d’arrachement et face d’affleurement est l’une des « pierres angulaires » de l’approche proposée par l’auteur, en ce qu’elle constitue une pièce maîtresse dans la construction logique d’un raisonnement géomorphologique appliqué aux menhirs. Raisonnement que chaque visiteur peut facilement tenir à partir de la seule observation des blocs rocheux sur le terrain. Dans ce chapitre, Dominique Sellier dépasse l’approche purement qualitative et utilise certains indicateurs quantifiés ou calculés à partir de mesures faites sur le terrain (élévation, indice d’aplatissement…) pour caractériser la physionomie et la morphologie des menhirs. Afin de préciser les limites du travail de quantification auquel l’auteur s’emploie dans les chapitres suivants, plusieurs pages consacrées à l’état actuel des menhirs (chutes, renversements, enlèvements de menhirs ; lésions et mutilations ; dégradations et restaurations successives) viennent utilement conclure ce chapitre.

7Le chapitre IV concerne l’état de surface des menhirs, autrement dit l’érosion superficielle des pans de menhirs (faces, côtés et sommets). Il traite donc de la météorisation des granites et des processus élémentaires de l’érosion mécanique et chimique affectant les surfaces des menhirs. Si elle peut passer facilement inaperçue, cette altération élémentaire et « aréolaire » est pourtant fondamentale, et distincte des marques d’érosion ponctuelle ou linéaire qui sont l’objet du chapitre suivant. Comme pour les chapitres précédents, le sujet est d’abord mené à partir de ce qui est directement visible sur les menhirs (e.g., écailles élémentaires, plaques de desquamation, réseaux polygonaux), ce qui permet donc de caractériser les états de surface. L’analyse se poursuit avec la recherche des facteurs explicatifs, en particulier la détermination des agents responsables de la météorisation des surfaces rocheuses. Les images prises au microscope électronique à balayage (MEB) permettent un nouveau changement d’échelle et ainsi d’illustrer, à l’échelle minérale, les actions chimiques, mécaniques et biologiques de la météorisation. Le chapitre se termine par une vision synthétique de la répartition des formes d’érosion superficielle sur les menhirs – en soulignant l’importance des relais de processus et de substitutions de formes qui relèvent, là encore, d’un raisonnement géomorphologique – ainsi que par une évaluation de la vitesse de l’érosion superficielle – incluant une comparaison avec d’autres marqueurs de l’érosion à partir de monuments protohistoriques et historiques environnants, comme les chapelles édifiées au XVIe siècle.

8Avec le chapitre V, ce sont les microreliefs d’érosion situés sur les menhirs qui font l’objet d’une analyse systématique. Prenant largement appui sur des recherches déjà publiées qui ont fait la réputation de l’auteur dans le domaine de la quantification des vitesses de l’érosion des granites à partir de l’analyse géomorphologique des mégalithes, ce chapitre repose sur la distinction fondamentale entre microreliefs postmégalithiques (majoritairement développés sur les sommets des menhirs : vasques et sillons sommitaux, cannelures et crénelures, pseudolapiés) et microreliefs prémégalithiques (principalement conservés sur les faces d’affleurement et sur les côtés des menhirs : vasques latérales, rainures). La démonstration de l’existence de ces deux générations de microformes d’érosion est implacable, et riche de significations géomorphologiques et archéologiques. Elle offre non seulement des éléments de quantification de la vitesse de l’érosion linéaire et ponctuelle des granites depuis environ 5000 ans (c’est-à-dire depuis l’édification des mégalithes) en milieu tempéré océanisé, mais elle apporte aussi des informations précieuses aux archéologues, tant sur les modalités de dégradation des monuments mégalithiques que sur les problèmes d’attribution de certains blocs rocheux (la méthode permet par exemple de reconnaître d’anciens menhirs abattus).

9Les formes héritées des blocs rocheux prémégalithiques, objets du chapitre VI, sont un prolongement logique des chapitres précédents, reprenant ainsi les notions-clés (faces d’affleurement et d’arrachement) et les principaux enseignements de l’analyse géomorphologique (sur la forme des mégalithes et la répartition des microreliefs d’érosion), complétés par de nouveaux éléments visibles à la base et sur le corps des blocs rocheux, pour avancer vers une nouvelle démonstration : établir le lien existant entre les paléoreliefs associés aux faces d’affleurement des mégalithes et la morphologie des dalles rocheuses naturelles d’où ils ont été extraits. Cette démonstration aboutit à une typologie morphologique des blocs rocheux prémégalithiques en 7 types différents, illustrant à merveille la filiation qui existe entre les affleurements granitiques et les mégalithes, en majorité issus des « rochs » à coupoles et rochers enracinés, ce qui atteste donc une origine très locale des blocs utilisés. Ce chapitre renseigne finalement sur les conditions d’approvisionnement en pierres ainsi que sur les conditions de leur déroctage et de leur traitement par les Néolithiques.

10Le chapitre VII, consacré au paléo-environnement des champs de menhirs, permet d’aller plus loin encore dans la reconstitution de l’environnement prémégalithique des alignements de Carnac. Les relations mises en évidence entre la disposition des menhirs et le dispositif du relief conduisent l’auteur à proposer un modèle schématique du relief prémégalithique élaboré à partir du site de Kerlescan, l’un des alignements les mieux étudiés de la région de Carnac. Ce modèle archéo-géomorphologique est finalement étendu aux champs de menhirs voisins, malgré la pluralité des vestiges d’alignements, en raison de la coïncidence systématique entre élévation des menhirs et altitude du relief (les menhirs les plus hauts sont systématiquement dans les positions topographiques les plus élevées et inversement). Habitué aux changements d’échelles qui rythment l’ouvrage, le lecteur est alors invité à regarder, à l’aune de ces nouveaux éléments, la situation des champs de menhirs par rapport aux reliefs d’échelle micro-régionale : des sites de hauteur relative, implantés au sommet d’un coteau rectiligne et au contact avec un avant-pays côtier. Les liens avec la mer sont alors précisés et permettent d’en savoir plus sur le paléo-environnement maritime et côtier du pays de Carnac, antérieur, contemporain et postérieur à l’édification des monuments mégalithiques. Les cartes paléogéographiques holocènes des pages 298 à 300 sont particulièrement édifiantes de ce point de vue. On comprend mieux alors les choix opérés par les sociétés du Néolithique, qui ne doivent rien ou presque au hasard quant à l’emplacement des champs de menhirs.

11Le dernier chapitre (VIII) sonne comme un plaidoyer final pour une approche patrimoniale conjointe, archéologique et géomorphologique, des champs de menhirs carnacois. L’auteur justifie les raisons d’une patrimonialisation commune à travers, notamment, les enseignements réciproques des faits géomorphologiques et archéologiques. Il précise également les conditions d’une vulgarisation conjointe sur l’un des sites archéologiques les plus visités de France, et fournit des pistes très concrètes de mise en valeur en termes de contenus pédagogiques et de médias d’interprétation, in situ et ex situ. Le chapitre se termine par une offre pédagogique et touristique élaborée autour de trois propositions, qui permettront au lecteur d’organiser une future visite des alignements de Carnac : (1) sélection de quelques menhirs individuels remarquables à formes pluriséculaires et méritant assurément un détour ; (2) proposition d’un circuit de visite à l’intérieur du champ de menhirs de Kerlescan (avec 7 stations d’observation soigneusement choisies) ; (3) valorisation de points de vue permettant de mettre les alignements en perspective avec leur environnement spatio-temporel. Le chapitre se conclut sur une sélection d’archéo-géomorphosites représentatifs du pays de Carnac, selon une méthode déductive mise au point par l’auteur et publiée dans un article de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement en 2010 (Sellier, 2010).

12La conclusion générale remet en perspective les principaux enseignements tirés de l’étude archéo-géomorphologique des champs de menhirs de Carnac. La figure 267 (p. 342) propose une classification synthétique des formes d’érosion inventoriées sur les alignements de Carnac, selon un organigramme hiérarchisé de grande valeur pédagogique, qui constitue l’une des « marques de fabrique » de l’auteur. L’ouvrage est complété par des annexes d’une grande utilité pour le lecteur : on y trouve les principales dates de la patrimonialisation des champs de menhirs carnacois, présentées sur trois pages selon un ordre chronologique croissant (Annexe I), un lexique des principaux éléments toponymiques (Annexe II), un lexique de termes de géomorphologie (Annexe III), une fiche de relevé-type des caractères morphologiques des menhirs (Annexe IV). Enfin, l’abondante bibliographie de fin d’ouvrage témoigne d’un travail d’envergure de recherche dans les publications anciennes et récentes, au moins aussi important que le travail d’observation et de mesures de terrain qui est à la base de l’approche archéo-géomorphologique mise au point sur le site de Carnac.

13En ayant réussi la prouesse de faire la somme et la synthèse scientifiquement articulée de plus de trente années de recherches, inédites pour certaines, Dominique Sellier nous livre ici une œuvre monumentale, à l’image des alignements mégalithiques de Carnac auxquels l’ouvrage se consacre. Nul doute que ce dernier rencontrera un grand succès, tant auprès des archéologues que des géomorphologues, et qu’il éveillera la curiosité des publics non-spécialistes auxquels le livre est également destiné. En raison de la fascination qu’exercent ces alignements à l’étranger et par la dimension mondiale et universelle qu’ils revêtent, cet ouvrage mériterait d’être traduit en langue anglaise en vue d’assurer une large diffusion à l’international, à l’heure où les sites mégalithiques de Carnac sont en passe d’être classés au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Haut de page

Bibliographie

Sellier D. (2010) – L’analyse intégrée du relief et la sélection déductive des géomorphosites : application à la Charente-Maritime (France) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16, n° 2, 199-214.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bétard, « Les champs de menhirs du pays de Carnac. Patrimoine archéologique et géomorphologique »Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], 29-2 | 2023, mis en ligne le 12 janvier 2024, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/17819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.17819

Haut de page

Auteur

François Bétard

Professeur, Sorbonne Université – 191, rue Saint Jacques 75005 Paris, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search