Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 29 - n°4Les géomorphosites du Parc Nature...

Les géomorphosites du Parc Naturel régional de la Montagne de Reims (Marne - France).

Alain Marre

Résumés

La géomorphologie a la capacité d’apporter des réponses aux demandes sociales. Dans cet article on essaye de montrer comment la crise sanitaire due à la Covid 19 que connait la France va très probablement changer les modes de vie des gens en recentrant leurs activités de travail et de loisirs vers des espaces plus proches de chez eux. Les parcs naturels régionaux connaitront ainsi une attractivité accrue. Il est donc indispensable de préparer cet avenir. A travers l’exemple du Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims, on réalise une étude des géomorphosites, objets patrimoniaux naturels. C’est en utilisant la méthode de l’analyse intégrée du relief et de la sélection des géomorphosites qu’il a été possible d’établir une typologie de géomorphosites. En s’appuyant sur les deux composantes géomorphologiques principales que sont les conditions structurales et les conditions géomorphoclimatiques auxquelles sont ajoutées les actions anthropiques, on montre l’opposition des parties orientale et occidentale du territoire du PNR et la déclinaison de plusieurs sous types de géomorphosites caractéristiques des paysages de cette région. Cette démarche de géomorphologie appliquée peut contribuer à la mise en valeur et à la conservation d’un espace naturel.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 26 juillet 2021, reçu sous forme révisée le 22 décembre 2022, accepté définitivement pour publication le 9 mai 2024.

Texte intégral

L’auteur remercie les deux rapporteurs anonymes pour leur contribution sympathique et leurs remarques constructives.

Introduction

1L’objectif de cet article est de montrer, à travers un exemple, comment la géomorphologie peut jouer un rôle important dans l’évolution de notre société grâce au concept de géomorphosite. (Reynard et Panizza, 2005). En 2009, C. Portal écrivait à propos des parcs naturels régionaux de l’Ouest de la France  : «  Cette étude tire son origine de la constatation d’une carence actuelle de la documentation relative à la géomorphologie mise à la disposition du public dans les parcs naturels français , notamment dans ceux de la façade atlantique, alors que ces structures ont parmi leurs vocations de sensibiliser à l’environnement et de diffuser des informations scientifiques par des publications ou par des aménagements in situ ». Force est de constater que la situation n’a pas suffisamment évoluée en plus de dix ans ! On doit donc reprendre cette réflexion avec, ici, le cas du parc naturel régional de la Montagne de Reims.

2Situé en Champagne, l’espace occupé par le parc naturel régional de la Montagne de Reims correspond à une avancée vers l’est du revers de la Côte de l’Ile de France. Il est entouré par trois agglomérations de moyenne importance : Reims, Châlons-en-Champagne, et Epernay et recouvre un espace rural où se côtoient forêts, champs labourés et vignobles (fig. 1). Mais depuis sa création en 1976, la société française ne perçoit pas ces espaces ruraux de la même façon (Delfosse et Poulot, 2019). On peut même parler d’un total renversement dans les relations entre les villes et les campagnes.

Figure 1 : Carte de localisation du Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims.
Figure 1 : Location map of the natural regional park of the Montagne de Reims.

Figure 1 : Carte de localisation du Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims.Figure 1 : Location map of the natural regional park of the Montagne de Reims.

1. Pourquoi établir des géomorphosites dans le PNR de la Montagne de Reims ?

3Malgré son nom de Montagne, l’espace du PNR est constituée d’un plateau auquel on attribue traditionnellement peu de charmes : un point culminant à seulement 280 m d’altitude, un plateau forestiers avec des rebords sans longues et fortes pentes attirant les sportifs (sauf ceux du Tour de France !) mais il est vrai, couvertes par le vignoble de Champagne, pas de grands lacs pour les voiliers, pas de hauts escarpements pour l’escalade, plus de circuit automobile à Gueux qui, en son temps, attirait les Fangio et autres champions (même Michel Vaillant y serait venu d’après la BD de J. Graton !). Seul un circuit d’acrobranche peut encore attirer quelques aventuriers.

4Cependant, la nouvelle situation sociétale créée par la crise de la Covid 19 des années 2020 et 2021 pourrait avoir modifié la donne avec notamment la pratique du télétravail qui a montré qu’il n’était pas forcement nécessaire de résider à proximité de son lieu de travail. De nouvelles classes sociales, fuyant l’agitation de la grande ville et ses prix trop élevés, pourraient migrer vers les espaces ruraux. Or l’espace du parc naturel régional de la Montagne de Reims a plusieurs atouts dans cette nouvelle situation.

5Il est proche de trois villes moyennes (Reims, Châlons-en-Champagne, et Epernay), il est à peu de distance de la grosse agglomération parisienne avec des relations rapides (une heure trente par l’autoroute et 45 minutes avec le TGV qui vous dépose en gare de Bezannes à la porte du parc). Une importante population parisienne est donc susceptible d’être attirée par cet espace forestier et rural soit pour une simple visite de un à quelques jours, soit pour une nouvelle résidence. En effet, la situation sanitaire de la Covid 19 a fait redécouvrir un tourisme de proximité dit vert. Les parcs naturels régionaux retrouvent ainsi toutes leurs vertus en attirant des populations en quête de tranquillité et de nature dans un contexte plus écologique. Leur accueil devient un enjeu économique et humain, important. Cette nouvelle situation va très probablement provoquer un recentrage des activités économiques, touristiques et sociétales.

6Encore faut-il s’y préparer pour accueillir les nouveaux arrivants en leur offrant des conditions agréables pour découvrir le milieu naturel de ces pays. Contrairement aux parcs nationaux français qui ont une fonction de réserve naturelle intégrale, les parcs régionaux ont pour vocation de promouvoir le contact avec le milieu environnant, de sensibiliser les habitants aux problèmes écologiques et d’inciter les visiteurs à découvrir le territoire grâce à des activités éducatives, culturelles et touristiques. Dans cet espace, on doit offrir une information sur le fonctionnement du milieu naturel qui devient ainsi un patrimoine au même titre que la vieille église romane ou l’écomusée présentant les anciens métiers. Il y a un devoir d’éducation pour que les nouveaux arrivants apprennent à comprendre et à respecter les anciens habitants et leurs activités traditionnelles. C’est le rôle des administrations dirigeantes des parcs naturels régionaux d’organiser, d’une part une éducation aux milieux naturels et d’autre part, une gestion de l’espace afin que les nouveaux arrivants s’adaptent à leur pays d’adoption. La diffusion d’une information scientifique solide doit être destinée autant aux populations autochtones qu’aux touristes. Il faut donc mettre en œuvre de nombreuses actions pour répondre à cette demande sociétale. La géomorphologie peut aider à répondre à ce besoin.

7Le territoire du parc naturel régional de la Montagne de Reims offre de belles possibilités. Pour le seul patrimoine naturel on constate, une habitude d’échelle de valeurs qui place en tête la faune puis la flore et enfin seulement, le relief et sa constitution avec la géologie. C’est seulement quand on est arrivé à ce point qu’on parle de paysages en omettant très souvent de citer la géomorphologie qui apporte tant d’informations.

8Le mot paysage apparaît, dans le domaine pictural, en 1549 pour désigner la représentation d’un site champêtre qui constitue l’arrière-plan d’un tableau souvent religieux. À partir de 1573, le mot paysage désigne l’ensemble du pays que l’œil peut embrasser dans son ensemble. C’est cette valeur visuelle qui l’a emporté. Ainsi et comme le rappelle clairement Reynard (2005) « Le paysage représente une étendue du pays pouvant être embrassé d’un regard ». De son côté la géomorphologie qui est la science qui étudie les formes du relief terrestre a une démarche qui commence par l’analyse du paysage avant de rechercher les éléments qui l’expliquent et qui peuvent être géologiques, climatiques ou biologiques. Lorsque la géomorphologie permet de mettre en valeur un site paysager remarquable on parle de géomorphosite.

9Les géomorphosites sont des objets intégrables à l’éducation à la nature. Un géomorphosite, appelé aussi un site géomorphologique ou encore un géotope géomorphologique est défini comme une portion de la surface terrestre portant des formes de relief qui ont une valeur scientifique, esthétique, culturelle, historique et socio-économique en raison de leur exploitation par l’homme. Ils ont une importance particulière car ils permettent la compréhension de l’histoire de la Terre, de son climat et de la vie.

10Depuis quelques décennies, les géomorphosites sont l’objet de réflexions et de recherches. Des groupes de travail appelés aussi commissions au sein des associations scientifiques nationales comme le Groupe Français de Géomorphologie (GFG) ou le Comité National Français de Géographie (CNFG) ou internationales comme l’Association Internationale de Géomorphologie (AIG), ont réalisé des travaux qui ont porté sur quatre niveaux : la définition des géomorphosites, les méthodes d’évaluation, les méthodes de cartographie et leur protection.

11Dans le cadre d’une politique de développement local fondé sur un tourisme vert, il y a nécessité de prendre en compte le patrimoine naturel. Il est à noter que cette démarche remonte au XIXe siècle avec l’apparition de la notion de patrimoine naturel. Il faut cependant sortir de l’attitude du naturaliste amateur-collectionneur et mettre en avant les continuums de grandes dimensions car le relief actuel a une dimension spatiale mais cache aussi une dimension temporelle parfois trop négligée. Le concept de géomorphosite se situe ainsi à l’interface des sciences de la Terre (exprimées par les géosites) et des sciences de l’Homme avec des différences d’échelle de terrain et de pensée. Les géomorphosites se distinguent ainsi des géosites par trois caractères particuliers : la valeur esthétique qui les transforme parfois en monuments naturels, la permanence des processus de la géodynamique externe et enfin l’emboitement des échelles spatiales.

12L’étude des géomorphosites d’une région donnée a plusieurs objectifs : contribuer à l’avancement de la science, définir des éléments du patrimoine naturel, mettre en évidence les aspects esthétiques, montrer un intérêt pédagogique, et enfin avoir une finalité socioculturelle et économique. Un géomorphosite présente une hiérarchie de valeurs avec des critères scientifiques (rôle des mouvements de terrain, rôle du réseau hydrographique, etc.) et des critères additionnels esthétiques (panorama à partir d’un sommet, etc.). Un géomorphosite pourra être choisi en fonction de trois critères : l’exemplarité et la représentativité à l’intérieur d’un type géomorphologique, la valeur pédagogique des sites et un aspect pratique avec les conditions d’accès et d’observation. Enfin il est à noter que les géomorphosites peuvent éveiller aux problèmes environnementaux comme ceux liés à la gestion des ressources en eau d’une région. Pour cela il faut procéder méthodiquement en exploitant une analyse intégrée pour sélectionner les géomorphosites (Sellier, 2010).

13L’espace du parc naturel régional de la Montagne de Reims est riche en géomorphosites qu’il est bon de mettre en valeur afin qu’ils puissent jouer un rôle attractif nécessaire à l’accueil des nouvelles populations. Il est indispensable d’en faire un inventaire pour envisager leur mise en valeur comme cela existe déjà dans d’autres parcs naturels régionaux (Portal, 2009 ; Sellier, 2009 ; Ambert et Cayla, 2020). Pour réaliser ce travail nous avons utilisé une méthode qui a déjà fait ses preuves : l’analyse intégrée du relief et de la sélection des géomorphosites. (Sellier, 2010).

14Cette méthode permet de réaliser un inventaire des géomorphosites en s’appuyant sur leur évaluation (Reynard et Panizza, 2005) qui demande une analyse géomorphologique de la région à plusieurs niveaux scalaires. Elle se fonde sur des observations de terrain accompagnées par une cartographie géomorphologique. Or la Montagne de Reims, a déjà fait l’objet, de nombreuses cartographies géomorphologiques depuis la fin des années 1970 (Wiedemann, 1976 ; Guérémy et al., 1996 ; Lejeune, 2000 ; Simon, 2000 ; Marre, 2007). Il y a donc là une bonne source d’information qui rend possible une démarche en quatre étapes. La première étape détermine les caractéristiques géomorphologiques générales de la région, la seconde définit les composants géomorphologiques de l’espace considéré, la troisième identifie des unités géomorphologiques caractéristiques et la quatrième permet de définir des géomorphosites.

15Le territoire du parc naturel régional de la Montagne de Reims concerne les bas plateaux de l’Est du Bassin parisien caractérisés par une alternance de plateaux et de talus appelés côtes (Tricart, 1949). Les composantes géomorphologiques de ces reliefs sont d’une part la structure monoclinale qui caractérise de relief de cuesta et d’autre part l’histoire géomorphologique du Quaternaire responsable des formes de terrain et de leurs modelés sans oublier le rôle des hommes qui, par des actions volontaires ou involontaires, a fortement contribué à sculpter ces reliefs. On peut ainsi identifier des unités géomorphologiques qui organisent un emboitement d’échelles suivant qu’elles soient réalisées sur un temps long (compté en millions d’années), sur un temps court (compté en dizaine de milliers d’année) ou un temps très court (compté en millier ou en centaine d’années). Dans ces derniers cas le rôle des actions anthropiques devient majeur.

16Une telle analyse des géomorphosites contribue totalement à l’étude patrimoniale de la région car elle permet de comprendre comment les habitants se sont installés sur ces reliefs et comment, en utilisant les ressources du milieu naturel, ils ont organisé leur vie, leurs traditions tout en modelant les paysages.

2. Comment établir une typologie des géomorphosites du PNR de la Montagne de Reims

17Les deux composantes géomorphologiques principales qui se dégagent ici sont d’une part les conditions structurales qui déterminent le relief de cuesta responsable du volume de la Montagne de Reims dans lequel un réseau hydrographique s’est mis en place et d’autre part, l’histoire et l’évolution des paysages depuis le début du Quaternaire.

18Les conditions structurales apportent une des principales originalités géomorphologiques de la Montagne de Reims. Comme le montre la carte géomorphologique de la Figure 2A, cette partie champenoise du Bassin parisien, offre, de l’ouest vers l’est, une succession de côtes : la Côte de l’Ile de France, la Côte de Champagne, la Côte de l’Argonne et celle du Barrois. Chacune de ces côtes correspond à une cuesta. La Montagne de Reims est installée sur une avancée vers l’est de la Côte de l’Ile de France entre les vallées de la Vesle au nord et de la Marne au sud (fig. 2B). Cette cuesta met en contact les formations géologiques du Tertiaire qui reposent sur celles du Secondaire. La mer tertiaire, qui venait de l’ouest, s’étendait jusqu’aux environs de la cuesta actuelle qui correspond ainsi à la localisation d’un ancien littoral où les variations de faciès sont nombreuses. De plus, la valeur du pendage des couches géologiques est plus importante que celle des pentes de la Marne et de la Vesle. Ainsi, actuellement, dans la Montagne de Reims, les roches du Tertiaire présentent d’une part, une importante variété de faciès, et d’autre part une position perchée au sommet des versants de la partie orientale, alors qu’elles affleurent dans le fond des talwegs dans la partie occidentale. Ces positions dues à la géomorphologie structurale sont responsables d’une opposition entre les moitiés orientale et occidentale de la Montagne de Reims, et d’une multiplication des types de géomorphosites.

19Dans la partie orientale, la plus grande partie du front de la cuesta et des versants des vallées, est taillée dans la craie du Crétacé au sommet de laquelle reposent les formations sableuses, marneuses ou argileuses du Tertiaire. Elles sont surmontées par des argiles à meulières qui jouent le rôle d’une roche plus résistante (fig. 2C). En revanche dans la partie occidentale, c’est le calcaire lutétien, absent à l’est, qui joue le rôle de la roche résistante. Il arme la topographie du revers de la cuesta. Par ailleurs, les formations tertiaires sont de plus en plus épaisses en allant vers le centre du Bassin parisien. L’incision de la Marne et de la Vesle, les deux rivières principales, s’est faite uniquement dans les roches du Tertiaires, meubles, épaisses et variées. La craie n’affleure plus. C’est la combinaison de ces conditions structurales qui est responsable de plusieurs types de géomorphosites et au sein du PNR de la Montagne de Reims de l’opposition entre ceux de la partie orientale et ceux de la partie occidentale.

20Les conditions climatiques du Quaternaires sont responsables, pour leur part, de géomorphosites qui viennent accentuer l’opposition structurale décrite plus haut. Pendant le Quaternaire, la Montagne de Reims a connu une alternance de climats de type périglaciaire proches de celui de l’Islande actuelle et de climats plus chauds, proches de celui que nous connaissons aujourd’hui

21Pendant les périodes de climat froid, certes cette montagne n’a pas été englacée, mais elle a connu un climat qui d’une part, permettaient l’existence d’un pergélisol qui transformait les roches perméables en roches imperméables facilitant ainsi les ruissellements du printemps et, d’autre part, multipliaient les alternances gel-dégel favorisant la gélifraction des roches. Les fragments et débris rocheux, produits en grande masse, constituent aujourd’hui des formations superficielles, parfois épaisses (Marre et al., 1997). Aujourd’hui, et suivant leurs caractéristiques, elles sont (ou ont été) utilisées par l’homme soit comme matériaux de construction (les limons en briqueteries par exemple) soit comme support des sols des différents terroirs viticoles classés depuis juillet 2015 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Au printemps les fragments et débris rocheux étaient facilement transportés par de grands ruissellements qui façonnaient sur les pentes, des formes longues, lisses et régulières appelées glacis (Wiedemann J.F., 1976). Plusieurs niveaux de glacis sont toujours observables sur le front de la cuesta et donnent de belles topographies régulières sur lesquelles sont plantées les vignes. Ainsi se sont construits autant de géomorphosites.

22Pendant les périodes chaudes, les conditions changeaient complètement. Le pergélisol fondait en libérant de grandes quantités d’eau qui venaient s’ajouter à celles des précipitations. Cette forte humidité permettait aux roches meubles du Tertiaire d’atteindre leurs limites de plasticité et même de liquidité. Sur les pentes raides du front de la cuesta et des versants des vallées, il y avait alors une nette instabilité responsable du déclenchement de mouvements de terrain. Plusieurs générations ont été observées le long des versants des vallées (Coulon et al., 1990 ; Guérémy et al., 1991). C’est lors du passage d’une période froide à une période chaude que le plus grand nombre de glissements se sont déclenchés car ils bénéficiaient d’une grosse quantité d’eau libérée par la fonte de la partie supérieure du pergélisol à laquelle s’ajoutait celle des précipitations. Actuellement ces mouvements de terrain créent encore bien de tracas aux habitants de la Montagne de Reims. Pendant longtemps ils ont été ignorés car se produisant aux dépens des formations tertiaires, ils se localisaient essentiellement dans les bois et perturbaient peu la vie agricole. Mais, les années 1980 ont connu une réduction des surfaces boisées au profit du vignoble. Les mouvements de terrain sont ainsi devenus un risque majeur dans le parc naturel régional (Guérémy et al., 1991). En fait, ils sont un des processus géomorphologiques majeurs de l’évolution des versants du pourtour de la Montagne de Reims car plusieurs générations de mouvements ont été cartographiées. Elles montrent qu’ils ont existé à chacune des périodes chaudes du Quaternaire. Aujourd’hui encore, lors des années humides, les formations rocheuses plastiques (argiles et marnes du Tertiaire) atteignent leur limite de plasticité et glissent sur les versants en pente forte. Ce risque de mouvements de terrain demeure permanent (Ortonovi et al., 2021).

23Les conditions structurales décrites plus haut, sont responsables de deux types de glissements et de leur répartition. Dans la partie orientale du PNR de la Montagne de Reims, les formations tertiaires étant perchées au sommet des versants, les glissements se prolongent par des coulées qui s’engouffrent dans des vallons crayeux pour rejoindre le fond des vallées. En revanche, dans la partie occidentale, les roches plastiques affleurant jusqu’au fond des vallées, les glissements se suivent en donnant plusieurs replats successifs sur le versant.

24Ces formes de terrains héritées des climats quaternaires viennent accentuer l’opposition est-ouest des géomorphosites du PNR de la Montagne de Reims, les restes de glacis sont nombreux dans la partie orientale, tandis que les mouvements de terrain investissent les versants de la partie occidentale.

Fig. 2 - La position structurale du PNR de la Montagne de Reims.
Fig. 2 - The structural position of the NRP of the Montagne de Reims.

Fig. 2 - La position structurale du PNR de la Montagne de Reims.Fig. 2 - The structural position of the NRP of the Montagne de Reims.

A : Carte géomorphologique de la Champagne ; B Agrandissement sur la Montagne de Reims ; C : Log stratigraphique de l’extrémité est de la Montagne de Reims (Source : Atlas régional de Champagne Ardenne et auteur).
A: Géomorphologic map of the Champagne region; A Zoom on the Montagne de Reims; C: Geological section of the extremity of the Montagne de Reims.

25Enfin, les actions anthropiques récentes voire actuelles, doivent être ajoutées. Elles constituent une composante géomorphologique supplémentaire, comme Tricart et Kilian le mentionnaient déjà dès 1979. En effet, grâce à la mécanisation, l’homme maîtrise aujourd’hui de grandes énergies qui lui permettent de devenir un agent géomorphologique. Deux types de formes peuvent être distingués. Certaines sont volontaires et d’autres pas. Tracteurs et autres pelles mécaniques permettent de modifier volontairement des valeurs de pente, de déplacer des masses de formations superficielles, d’en produire de nouvelles et de créer de nouveaux paysages. Ailleurs, on observe des formes qui, au premier abord, semblent bien énigmatiques. Elles sont construites par des actions géomorphologiques anthropiques involontaires. Elles sont le résultat des conflits militaires qui ont eu lieu dans cette région.

26C’est grâce à la combinaison de ces composantes géomorphologiques principales qu’il est possible de créer une typologie de géomorphosites. Dans la partie orientale de la Montagne de Reims, elle est guidée par le dispositif structural caractérisé par le perchement des roches tertiaires qui permet le développement de longs versants crayeux sur lesquels s’étalent des glacis hérités des périodes froides du Quaternaire. Entre eux des vallons sont le siège de pentes plus raides où il existe toujours une instabilité qui facilite les processus de mouvements de terrain et de coulées. En revanche dans la partie occidentale, les roches tertiaires constituant la totalité des versants, ce sont d’autres processus géomorphologiques qui ont créé des géomorphosites tout autant originaux. Enfin les actions anthropiques récentes qui touchent indifféremment les deux parties sont aussi responsables de formes de terrain caractéristiques. Ces géomorphosites sont autant de sites à vocations culturelle et patrimoniale.

3. Typologie des géomorphosites de la Montagne de Reims

27Les conditions structurales guident une répartition opposant deux types majeurs de géomorphosites : ceux de la partie orientale et ceux de la partie occidentale du PNR de la Montagne de Reims. Dans chacune de ces catégories, des sous-types de géomorphosites témoignent d’une grande variété de cas.

3.1. Les géomorphosites de la partie orientale de la Montagne de Reims

28Quatre sous types de géomorphosites sont identifiables dans cette partie orientale du parc. Ici, les paysages sont marqués par une forte dénivellation entre le plateau et le fond des vallées. Ainsi le front de cuesta et les versants de vallées qui ceinturent la Montagne de Reims présentent des longues pentes. Sur lesquelles règne une instabilité toujours active.

3.1.1. L’extrémité orientale de la Montagne de Reims

29Cette extrémité constitue le géomorphosite 1 qui correspond aux beaux paysages du front de la cuesta sur lequel subsistent plusieurs glacis. Au-dessus du village de Bouzy, grâce à une petite route de vignes, on peut accéder à un point de vue qui offre un beau panorama. Ici la cuesta a une dénivellation d’environ 130 m. Les formations tertiaires, peu épaisses, sont perchées et constituent une corniche tandis que la concavité du front de la cuesta est entièrement taillée dans la craie. Elle joue le rôle de roche fragile à cause de sa sensibilité aux alternances gel-dégel nombreuses pendant les périodes froides du Quaternaire. Ce front constitue une longue pente régulière qui descend jusqu’aux villages de Bouzy et d’Ambonnay (fig. 3).

Fig. 3 - Le géomorphosite 1 : l’extrémité orientale du front de la cuesta au site de Bouzy.
Fig. 3 - The geomorphosite 1: the oriental extremity of the front of the cuesta, near Bouzy village.

Fig. 3 - Le géomorphosite 1 : l’extrémité orientale du front de la cuesta au site de Bouzy.Fig. 3 - The geomorphosite 1: the oriental extremity of the front of the cuesta, near Bouzy village.

A : La coupe géologique montre les formations tertiaires perchées au sommet du front de la cuesta taillé dans la craie du Crétacé ; B : Vue panoramique du front de la cuesta avec le village de Bouzy (Cliché, A. Marre, 25 juin 2021).
A: Stretch with the tertiary formations on the summit of the front; B: Panorama view with Bouzy village.

30Toujours sur ce front de cuesta, mais plus au sud-est, le Mont Aigu offre un autre panorama depuis un très bon chemin de randonnée (Collectif, 2021). Là, le front de cuesta semble disparaître. Mais il n’en est rien car le revers de la cuesta a été ici, fortement érodé par la Livre (fig. 4A) Cette rivière nait sur le plateau un peu en amont de la Neuville en Chaillois. Son tracé d’abord péné-anaclinal jusqu’à Louvois, devient péné-orthoclinal jusqu’à Avenay-Val-d’Or où il reprend un itinéraire péné-anaclinal pour rejoindre la Marne qui coule à 70 m d’altitude. La Livre a une pente générale importante ce qui lui donne une énergie conséquente. Ainsi s’explique, d’une part, son fort pouvoir érosif et d’autre part la présence de nombreux moulins à eau qui l’ont anciennement jalonné. Elle a ainsi entaillé une vallée large et profonde qui, juste derrière le front de la cuesta, a complètement éventré le revers, le réduisant à une simple ligne de crête qui jalonne le sommet du front de la cuesta. Là, est le Mont Aigu. La carte de la Figure 4A illustre ce dispositif géomorphologique avec le front de la cuesta qui a un tracé rectiligne de direction nord-est sud-ouest. La position structurale donne une très faible épaisseur des formations tertiaires, qui en plus, ici, ont été fortement érodées. Le panorama visible vers le sud-est montre la pente régulière du front de la cuesta qui porte le vignoble (fig. 4B).

Fig. 4 - Le géomorphosite 1 : le front de la cuesta vu depuis le Mont Aigu.
Fig. 4 - The geomorphosite 1 : the front of the cuesta, near The Mont Aigu.

Fig. 4 - Le géomorphosite 1 : le front de la cuesta vu depuis le Mont Aigu.Fig. 4 - The geomorphosite 1 : the front of the cuesta, near The Mont Aigu.

Le croquis géomorphologique montre comment la vallée de la Livre a érodé le revers de la cuesta. Le panorama du Mont Aigu avec le front de la cuesta montre une longue pente couverte de vignes. En arrière-plan, on voit le profil de la cuesta de la Côte des Blancs (Cliché A. Marre 14 juin 2020).
The geomorphologic map show the erosion of the plateau by the Livre valley. The Panorama from the Mont Aigu with the long slope of the front of the cuesta covered by the vineyard. In the second part the cuesta of the Côte des Blancs.

31Dans cette extrémité orientale, le front de cuesta porte de longs glacis car, ici, la craie, qui est particulièrement sensible aux actions gel-dégel, affleure sur la quasi-totalité du front de la cuesta. Elle a permis le développement de trois niveaux de glacis. Chacune de ces formes offre une pente conséquente et une belle exposition aux rayons solaires du levant. De plus, les formations superficielles et la craie sous-jacente offrent une bonne réserve hydrique à la plante qui est moins touchée par un fort stress hydrique estival (fig. 5). Autant de conditions favorables à une bonne maturation des raisins !

Fig. 5 - Le géomorphosite 1: les niveaux de glacis du front oriental de la cuesta à Bouzy-Ambonnay.
Fig. 5 - The geomorphosite 1: the levels of glacis on the front of the cuesta, near Bouzy and Ambonnay villages.

Deux niveaux de glacis dominent le village d’Ambonnay. Chacun constitue un beau plan incliné couvert de vignes et bien exposé vers l’est (Cliché A. Marre, 25 juin 2021).
Two levels of glacis dominates the Ambonnay village. Each are a beautiful inclinated plan covered by the vineyard. with a good east exposition.

3.1.2. Le versant nord de la Montagne de Reims

32Ce géomorphosite 2 est illustré par le versant septentrional de la Montagne de Reims au moulin de Verzenay. De part et d’autre du village de Verzenay, deux interfluves offrent de beaux panoramas ; l’un porte un ancien moulin à vent (le moulin de Verzenay) et l’autre un ancien phare publicitaire (Champagne Joseph Goulet) devenu le musée de la vigne. Sur ce versant nord de la Montagne de Reims c’est toujours la craie qui donne la plus grande partie du front de la cuesta qui, là aussi, est recouvert par le vignoble. Au toit de la craie des replats structuraux portent le moulin et le musée. Les formations tertiaires, toujours perchées au sommet du versant offrent une pente plus forte et sont couvertes par la forêt (fig. 6). Un sentier géologique, installé par le PNR dans une ancienne carrière à l’entrée du village voisin de Mailly-Champagne, permet d’observer le long d’un cheminement des affleurements de craie et de toutes les formations du Tertiaire jusqu’au sommet du plateau (Marre, 2020).

Fig. 6 - Le géomorphosite 2 : le front de la cuesta du versant nord vu depuis le site du moulin de Verzenay.
Fig. 6 - The geomorphosite 2: the front of the cuesta on the septentrional slope near the windmill of Verzenay.

Fig. 6 - Le géomorphosite 2 : le front de la cuesta du versant nord vu depuis le site du moulin de Verzenay.Fig. 6 - The geomorphosite 2: the front of the cuesta on the septentrional slope near the windmill of Verzenay.

La cuesta superpose les formations tertiaires sur la craie du Crétacé dont le toit donne un léger replat qui porte le phare et le musée de la vigne. Alors que la forêt occupe les formations tertiaires mal drainées, la vigne prospère sur la craie poreuse (Cliché A. Marre août 2011).
The tertiary formations are on the top of the chalk where a shelf bring the vine museum. The forest is on the tertiary formations and the vineyard on the chalk.

33Sur ce long front crayeux se sont également développés plusieurs niveaux de très longs glacis qui avaient pour niveau de base le talweg de la Vesle (Wiedemann, 1976). Aujourd’hui le haut niveau de glacis est érodé mais il reste jalonné par des buttes jusqu’aux portes de la ville de Reims. C’est près du village de Mailly-Champagne, depuis la route qui monte au Craon de Ludes qu’il est possible d’observer, en profil, un magnifique exemple de ce glacis qui se raccordait au plateau de la Montagne de Reims dont il est séparé, aujourd’hui, par un col de flanc. La topographie du glacis est conservée. Elle supporte la sculpture Pagès et porte une couverture peu épaisse de formations superficielles. C’est la craie qui en assure le volume principal. Un beau vignoble le recouvre (fig. 7).

Fig. 7 - Le géomorphosite 2 : le glacis de Mailly-Champagne et la sculpture Pages (Cliché A. Marre).
Fig. 7 - The geomorphosite 2: the glacis of Mailly-Champagne with the Pages sculpture.

Fig. 7 - Le géomorphosite 2 : le glacis de Mailly-Champagne et la sculpture Pages (Cliché A. Marre).Fig. 7 - The geomorphosite 2: the glacis of Mailly-Champagne with the Pages sculpture.

34Cependant, c’est entre ces lambeaux de glacis qu’il est possible de voir des glissements de terrain, comme celui de Rilly-la-Montagne. Survenu le 23 août 1986 il est un des plus spectaculaires exemples de la Montagne de Reims. Il a fait les grands titres de la presse locale et perturbe toujours la vie des habitants. Il offre la possibilité d’observer de très belles formes de terrain produites récemment ainsi que leur évolution géomorphologique actuelle. Ce fut un évènement brutal qui est survenu en pleine nuit et probablement en quelques minutes. Il a provoqué des dommages à des maisons d’habitation et à une route ce qui a défrayé la chronique (Marre, 1987, 1988a, 1988b). Un mouvement de terrain est un phénomène brutal qui a pour but de rétablir un équilibre sur un versant instable. Or, dans ce cas, cet équilibre n’étant toujours pas complètement retrouvé, ce mouvement de terrain est toujours actif. Depuis le sommet de la cicatrice de départ on peut voir le grand escarpement de tête dont les formes changent d’une saison à l’autre. De vertical aux premiers jours (fig.8A) il a évolué vers une forme plus régulière grâce au jeu de multiples petites coulées boueuses qui l’ont lissé (fig. 8B). Mais en permanence des arbres chutent encore. A son pied, la topographie du bois reste bouleversée avec des contre-pentes parfois transformées en zones humides voire même en étangs. C’est là un magnifique exemple de la dynamique actuelle. Cependant il n’est pas unique. Autour de la Montagne de Reims, lors des années pluvieuses ; des glissements sont réactivés. Cela provoque des difficultés et des frais importants pour les exploitants viticoles… et parfois de bonnes affaires pour les avocats.

Fig. 8 - Le géomorphosite 2 : le glissement de Rilly-le-Montagne (Clichés A. Marre).
Fig. 8 - The geomorphosite 2: the landslide of Rilly-le-Montagne.

Fig. 8 - Le géomorphosite 2 : le glissement de Rilly-le-Montagne (Clichés A. Marre).Fig. 8 - The geomorphosite 2: the landslide of Rilly-le-Montagne.

A : La cicatrice de départ en juillet 1987 ; B : La cicatrice de départ en mars 2011.
A: The main scarp in July 1987; B: The main scarp in march 2011.

3.1.3. La haute vallée de la Marne

35Le géomorphosite 3 concerne les paysages de la partie amont de la vallée de la Marne dans la région d’Epernay. Ils sont aisés à observer à partir de la petite route qui longe l’aire de pique-nique du village de Hautvillers, La vallée de la Marne dessine ici un très bel entonnoir de percée cataclinale. Large de 10 km en amont d’Epernay et d’environ 4 km au droit d’Hautvillers, il est profond de près de 170 m. et sépare la Montagne de Reims de la Brie Champenoise, revers forestier de la Côte des Blancs. A plus de 250 m d’altitude, la surface plane du plateau forestier de la Montagne de Reims repose sur les formations tertiaires et se termine par un talus raide et toujours couvert par la forêt. Un petit replat marque le sommet de la craie et le début du vignoble. Il se prolonge par un versant légèrement convexe qui plonge sous la topographie du fond de la vallée (fig. 9).

Fig. 9 - Le géomorphosite 3 : le paysage de la partie amont de la vallée de la Marne : la région d’Epernay vue depuis le site d’Hautvillers (Cliché A. Marre 21 octobre 2012).
Fig. 9 - The geomorphosite 3: the landscape of the Marne high valley near Epernay.

Dans le fond de la vallée le remplissage alluvionnaire permet de distinguer un lit mineur où la Marne coule en toute saison, une plaine d’inondation occupée lors des hautes eaux et un niveau de terrasse sur lequel sont construits les villages au-dessus du niveau actuel des crues (fig.10). Ce sont les conditions structurales qui expliquent l’aspect grandiose du paysage de la région d’Epernay.

Fig. 10 - Le géomorphosite 3 : le paysage de la partie amont de la vallée de la Marne : la plaine d’inondation de la Marne au droit de Damery (Cliché A. Marre 27 janvier 2018).
Fig. 10 - The geomorphosite 3: the landscape of the Marne valley with the flood plain near Damery.

Fig. 10 - Le géomorphosite 3 : le paysage de la partie amont de la vallée de la Marne : la plaine d’inondation de la Marne au droit de Damery (Cliché A. Marre 27 janvier 2018).Fig. 10 - The geomorphosite 3: the landscape of the Marne valley with the flood plain near Damery.

En hiver lors des hautes eaux, la plaine d’inondation est complètement recouverte d’eau. Seules les terrasses ne sont pas inondées, comme, ici, celle qui porte le village de Damery.
In winter, the flood plain is completely covered of water. Only the terraces are not covered wtith the water like this one of Damery. high water.

36C’est l’architecture structurale qui est responsable d’un type de glissement de terrain prolongé par de longues coulées rejoignant le fond des vallées. On le trouve dans la vallée du Cubray, petit affluent de la Marne, près d’Aÿ (Coulon et al., 1990). Les formations tertiaires situées au sommet du versant se trouvent dans une position de grande instabilité. Lors des périodes chaudes et humides du Quaternaire des glissements de terrain se sont produits dans les secteurs où les pentes étaient les plus fortes, c’est à dire en amont des vallons creusés dans la craie. Des glissements sont ainsi localisés en tête de tous les vallons. Depuis la route du vignoble qui jalonne la rive droite du Cubray, il est possible d’observer sur le versant de rive gauche, des vallons alternant avec des interfluves de craie. Chacun de ces vallons est occupé par une coulée de matériel hétérogène. Elle est issue d’un glissement qui affecte les formations tertiaires du sommet du versant (fig. 11). De tels géomorphosites sont caractéristiques de tous les versants de rive droite de la Marne depuis l’entonnoir de percée cataclinale d’Epernay, jusqu’à la région de Damery. Sur tout ce versant de rive droite, de nombreux villages sont installés sur des replats de glissement (Ventueil, Tincourt,), qui se prolongent par une coulée descendant jusqu’au niveau de la rivière.

Fig. 11 - Le géomorphosite 3 : les glissements de la vallée du Cubray en amont d’Aÿ (Cliché A. Marre, 1990).
Fig. 11 - The geomorphosite 3: the landslides of the Cubray valley near Aÿ.

Fig. 11 - Le géomorphosite 3 : les glissements de la vallée du Cubray en amont d’Aÿ (Cliché A. Marre, 1990).Fig. 11 - The geomorphosite 3: the landslides of the Cubray valley near Aÿ.

Entre trois interfluves de craies, deux vallons sont remplis par le matériel d’une coulée née à partir de glissements qui affectent les formations tertiaires du haut du versant, couvertes par la forêt. Chacune de ces coulées descend jusqu’au fond du talweg où coule le ruisseau du Cubray.
Between three interfluves two small valleys are full by flow material coming from the landslides in the tertiary formations covered by forest.

3.1.4. La partie orientale du revers de la cuesta

37Au premier abord le revers apparaît comme un plateau unique chapeautant le sommet de la Montagne de Reims. Cependant la variété lithologique héritée de la paléogéographie du Tertiaire le différencie en deux parties qui donnent deux géomorphosites différents.

38Le géomorphosite 4 correspond à la partie orientale du revers de la cuesta, où ce sont les argiles à meulières qui arment la topographie sommitale. Cette formation, résistante, siliceuse et imperméable est impropre à l’agriculture et c’est un paysage forestier qui couvre ce revers (fig. 12).

Fig. 12 - Le géomorphosite 4 : le revers de la cuesta dans sa partie orientale : route forestière de la Fontaine à L’Aulne (Cliché, A. Marre 31 octobre 2015).
Fig. 12 - The geomorphosite 4 : the oriental part of the reverse of the cuesta : the forest road of the Fontaine à l’Aulne

Fig. 12 - Le géomorphosite 4 : le revers de la cuesta dans sa partie orientale : route forestière de la Fontaine à L’Aulne (Cliché, A. Marre 31 octobre 2015).Fig. 12 - The geomorphosite 4 : the oriental part of the reverse of the cuesta : the forest road of the Fontaine à l’Aulne

La partie orientale du revers de la cuesta sur des roches imperméable, reste un milieu humide. Le paysage est forestier avec des routes surélevées, empierrées et drainées afin de les garder praticables en toutes saisons.

39Cependant on y a la surprise d’y observer des dolines résultat de processus karstiques. Elles s’expliquent par le fait que c’est la craie qui constitue le soubassement de ce plateau. Cette roche carbonatée est très sensible à la dissolution par les eaux, surtout lorsqu’elles sont acides et froides. Le climat actuel avec parfois de la neige apporte ces eaux froides. Les formations sommitales du plateau, avec notamment les argiles à meulières, apportent l’acidité. Les phénomènes karstiques sont donc actifs dans cette partie du plateau, d’autant plus que la disposition structurale donne un gradient hydraulique important. Il facilite la descente rapide des eaux vers la profondeur. Il s’organise ainsi une circulation des eaux dans la craie, sans qu’il y ait de très belles formes karstiques facilement visitables. Les réseaux de galeries existant en profondeur, sont peu ou pas pénétrables car la craie est une roche peu cohérente qui connait beaucoup de fontis. Elles sont donc dangereuses et non accessibles au public. Seuls des spéléologues scientifiques, sportifs et bien entrainés ont pu étudier ces formes karstiques. Le plus important de ces réseaux débouche à Trépail où il est bien fermé car c’est de là que vient l’alimentation en eau du village. En surface, sur le plateau, on observe, sous les bois, des dépressions fermées qui correspondent à des dolines dues à l’effondrement d’une galerie karstique de la craie. Cet effondrement s’est répercuté jusqu’à la topographie en entrainant les formations tertiaires (fig. 13A). Lors des saisons pluvieuses, des ruissellements courent sous les bois avant de disparaitre dans un trou. Il s’agit d’une perte dont l’eau va rejoindre le réseau karstique de profondeur et contribuer à son fonctionnement (fig. 13 B-C).

Fig. 13 - Le géomorphosite 4 : le revers de la cuesta dans sa partie orientale : les formes karstiques des bois de Trépail (Clichés A. Marre, février 1987 et 21 avril 2001).
Fig. 13 - The geomorphosite 4: the oriental part of the revers of the cuesta: the karstic forms in the wood of Trépail.

Fig. 13 - Le géomorphosite 4 : le revers de la cuesta dans sa partie orientale : les formes karstiques des bois de Trépail (Clichés A. Marre, février 1987 et 21 avril 2001).Fig. 13 - The geomorphosite 4: the oriental part of the revers of the cuesta: the karstic forms in the wood of Trépail.

A : Doline d’effondrement ; B : Ruissellement de surface sur les argiles imperméables ; C : Perte d’eau qui va alimenter le réseau karstique sous-jacent.
A: Sinkhole; B: Rill on the argils; C: Hole with water going into the karst.

3.2. Les géomorphosites de la partie occidentale de la Montagne de Reims

40Dans cette partie occidentale, c’est le réseau hydrographique qui devient le principal guide de la genèse des géomorphosites Ce réseau hydrographique est organisé suivant deux axes principaux. Au sud la Marne, la rivière au plus fort débit et à la plus forte dynamique, passe à Epernay et va rejoindre la Seine à l’entrée de Paris. Au nord, la Vesle passe à Reims pour rejoindre l’Aisne en amont de Soissons. Entre ces deux cours, l’Ardre nait sur le revers de la cuesta et rejoint la Vesle à Fismes La Marne et la Vesle sont les niveaux de base à partir desquels s’organisent la dynamique d’incision des vallées et le fonctionnement des processus géomorphologiques. Dans cette partie de ces vallées, la craie n’affleurant plus, leur creusement a été fait entièrement dans les formations tertiaires où les versants sont plus irréguliers. Cette opposition géomorphologique avec la partie orientale du PNR est particulièrement facile à observer dans la vallée de la Marne.

3.2.1. Le versant de rive droite de la vallée de la Marne

41Le géomorphosite 5 illustre les paysages de cette partie de la vallée de la Marne, notamment dans la région de Chatillon-sur-Marne. Ce village est la cité natale du pape Urbain II dont la statue est plantée au centre des ruines de l’ancien château médiéval. Ce versant de rive droite de la Marne est taillé dans les formations du Tertiaire qui sont constituées par une alternance de sables, de marnes et de calcaires dont ceux du Lutétien marin et ceux au faciès meuliérisé du Bartonien qui donnent le plateau sommital en partie recouvert par la forêt. Les calcaires du Lutétien donnent parfois un replat comme celui sur lequel est la statue d’Urbain II. Les roches marneuses sont très plastiques et lors des saisons humides, elles sont encore sensibles aux mouvements de terrain d’autant plus que la Marne coulant à leur pied exerce un sapement à la base du versant. Les formes irrégulières de ces versants témoignent de la permanence de ce processus (fig. 14).

Fig. 14 - Le géomorphosite 5 : le versant de rive droite de la Marne au droit de Chatillon-sur-Marne (Cliché A. Marre, 7 juillet 2021).
Fig. 14 - The geomorphosite 5: the side of the right bank of the Marne near Chatillon-sur-Marne.

Fig. 14 - Le géomorphosite 5 : le versant de rive droite de la Marne au droit de Chatillon-sur-Marne (Cliché A. Marre, 7 juillet 2021).Fig. 14 - The geomorphosite 5: the side of the right bank of the Marne near Chatillon-sur-Marne.

42A partir de la route qui descend du plateau depuis le hameau de Trotte vers le village de Vandières, on observe deux grandes alvéoles séparées par un lambeau de versants réglés sur lequel court la route. Ces deux alvéoles sont dues à des mouvements de terrain.

43L’alvéole occidentale présente un grand replat couvert de vignes et sur lequel on voit des petites collines avec des contre pentes. (fig. 15). Il s’agit de deux glissements successifs. Le plus ancien descend jusqu’au niveau de la plaine d’inondation de la Marne. Il est corrélatif de la phase d’incision de la vallée. La Marne ayant exercé un sapement à la base du versant a créé une forte instabilité qui a déclenché ce premier glissement. Le second, de moindre taille, est dû à une instabilité sur la cicatrice de départ où les pentes sont raides. Il vient se poser sur le replat de glissement du premier mouvement.

44L’alvéole orientale, au fond de laquelle est le village de Vandières, est aussi due à un mouvement de terrain. L’instabilité règne toujours sur cette forme comme en témoigne le glissement visible derrière le château (fig. 16).

Fig. 15 - Le géomorphosite 5 : le grand glissement de l’alvéole occidentale de Vandières (Cliché A. Marre, 7 juillet 2021).
Fig. 15 - The geomorphosite 5: the great landslide of the occidental alveolus of Vandières.

Fig. 15 - Le géomorphosite 5 : le grand glissement de l’alvéole occidentale de Vandières (Cliché A. Marre, 7 juillet 2021).Fig. 15 - The geomorphosite 5: the great landslide of the occidental alveolus of Vandières.

Fig. 16 - Le géomorphosite 5 : le glissement actif du château de Vandières (Cliché A. Marre, janvier 2012).
Fig. 16 - The geomorphosite 5: the active landslide near the castle of Vandières.

Fig. 16 - Le géomorphosite 5 : le glissement actif du château de Vandières (Cliché A. Marre, janvier 2012).Fig. 16 - The geomorphosite 5: the active landslide near the castle of Vandières.

3.2.2. Les géomorphosites des vallées de la Vesle et de l’Ardre

45Chacune des vallées de la Vesle et de l’Ardre présente un géomorphosite qui leur est caractéristique.

46Le géomorphosite 6 illustre les paysages de la vallée de la Vesle au droit de Gueux. Au nord de la Montagne de Reims, la Vesle, traverse un bel entonnoir de percée cataclinale qui a une ouverture de 5 à 6 km. Il sépare la Montagne de Reims du Massif de Saint Thierry. Le point de vue de Saint Lié au-dessus de Ville–Dommange offre un beau panorama sur ce géomorphosite. Sur le plan structural il y a ici deux caractéristiques nouvelles. D’une part, la craie n’affleure plus qu’au pied du versant, au fond du thalweg et d’autre part ce sont les calcaires du Lutétien qui affleurent sur le plateau (fig. 17).

Fig. 17 - Le géomorphosite 6 : le versant de l’entonnoir de percée cataclinale de la Vesle au droit du village de Coulommes-la-Montagne. Vue prise depuis Saint Lié au-dessus de Ville-Dommange (Cliché A. Marre 7 juillet 2021).
Fig. 17 - The geomorphosite 6: the slope near the village of Coulommes-la-Montagne. View from St Lié above Ville-Dommage.

Fig. 17 - Le géomorphosite 6 : le versant de l’entonnoir de percée cataclinale de la Vesle au droit du village de Coulommes-la-Montagne. Vue prise depuis Saint Lié au-dessus de Ville-Dommange (Cliché A. Marre 7 juillet 2021).Fig. 17 - The geomorphosite 6: the slope near the village of Coulommes-la-Montagne. View from St Lié above Ville-Dommage.

47Le paysage est ainsi marqué par une corniche sommitale convexe et un long versant entaillé dans les formations du Tertiaire dans lesquelles peuvent se déclencher des instabilités lors des saisons humides. Le type de mouvement de terrain observé ici est celui des extensions latérales de roche (Dikaü et al., 1996). Les diaclases de la corniche de calcaire du Lutétien parallèles au versant s’ouvrent sur l’effet de l’appel au vide. Des blocs rocheux isolés, glissent, les uns après les autres, sur le versant pour atteindre le fond des vallons. A proximité du village de Janvry, on observe des parcelles de vignes en escalier le long d’un versant (fig. 18A). Chacune est posée sur une dalle de calcaire lutétien qu’on peut voir sur le talus séparant deux de ces parcelles. (fig. 18B).

Fig. 18 - Le géomorphosite 6 : extension latérale de roche près du village de Janvry (Clichés A. Marre, 8 juillet 2020).
Fig. 18 - The geomorphosite 6: lateral spreading near the village of Janvry.

Fig. 18 - Le géomorphosite 6 : extension latérale de roche près du village de Janvry (Clichés A. Marre, 8 juillet 2020).Fig. 18 - The geomorphosite 6: lateral spreading near the village of Janvry.

A : Succession de trois blocs glissés successifs le long du versant ; B : Coupe entre les blocs 1 et 2, montrant la dalle lutétienne glissée (en dessous de la carte bleue).
A: Succession of three blocks slided on the slope; B: Cutting between the blocks 1 and 2 showing the lutetian limestone( under the blue map).

48Le géomorphosite 7. Entre les deux cours principaux que sont la Marne et la Vesle, l’Ardre prend naissance à la Fontaine à L’Aulne, dans la partie orientale et imperméable du revers de la cuesta et s’écoule vers l’ouest en incisant sa vallée dans la partie occidentale du revers pour rejoindre la Vesle à Fismes. Dans la région du village de Marfaux, la vallée est profonde de 80 m. Ses versants sont taillés dans les roches meubles du Tertiaire dominées par les calcaires lutétiens qui donnent une corniche souvent forestière (fig. 19). Tout au long de cette vallée on peut mesurer l’importance de cette incision qui, plus en aval aux environs du village de Courville, dépasse les 100m. Dans cette région on retrouve aussi des mouvements de terrain de type extension latérales de roches (Sosson, 2014).

Fig. 19 - Le géomorphosite 7 : la vallée de l’Ardre aux environs de Marfaux (Cliché A. Marre, 25 juin 2021).
Fig. 19 - The geomorphosite 7: the Ardre valley near Marfaux village.

Fig. 19 - Le géomorphosite 7 : la vallée de l’Ardre aux environs de Marfaux (Cliché A. Marre, 25 juin 2021).Fig. 19 - The geomorphosite 7: the Ardre valley near Marfaux village.

La vallée de l’Ardre offre un paysage de bocage taillé dans les roches meubles du Tertiaire. Au sommet des versants sous la bordure boisée, quelques parcelles de vignes couronnent ce paysage agricole.
The Ardre valley is incised into the tertiary soft rocks. On the top of the slopes there is woods and little particles of vines.

3.2.3. La partie occidentale du revers

49Dans la partie occidentale du PNR de la Montagne de Reims, le revers prend le nom de Tardenois. Il constitue le géomorphosite 8. En effet, ce sont ici les calcaires du Lutétien inférieur recouverts par une épaisseur plus ou moins importante de marnes du Lutétien supérieur qui constituent la surface sommitale. Grâce à ces roches plus perméables que les argiles à meulière de l’est, cette partie du plateau connaît un égouttage des sols en hiver. Il porte des champs cultivés avec des céréales et des prairies permanentes qui lui donnent un paysage agricole (Ffig.20).

Fig. 20 - Le géomorphosite 8 : le revers de la cuesta dans sa partie occidentale : le site de la Neuville-aux-Larris (Cliché A. Marre, 25 juin 2021).
Fig. 20 - The géomorphosite 8 : the reverse of the occidental part near the village of La Neuville-aux-Larris.

Fig. 20 - Le géomorphosite 8 : le revers de la cuesta dans sa partie occidentale : le site de la Neuville-aux-Larris (Cliché A. Marre, 25 juin 2021).Fig. 20 - The géomorphosite 8 : the reverse of the occidental part near the village of La Neuville-aux-Larris.

La partie occidentale d revers de la cuesta est armée par des calcaires qui permettent le drainage du plateau qui ainsi peut porter de grands champs labourés ou des prairies permanentes.
The occidental part of the revers of the cuesta is made by the lutetian limestone with large fields and prairies.

3.3. Les géomorphosites dus aux actions anthropiques récentes

50Enfin, l’homme est aussi capable de construire des formes de terrain qui sont à l’origine de géomorphosites. Il y a des actions volontaires pour aménager des pentes et des actions involontaires.

51Les actions volontaires modifient la topographie, perturbent voire même créent des formations superficielles. Elles sont essentiellement localisées dans le vignoble où on observe, sur certains versants, de très grands aménagements A grands coups de bulldozers, la valeur, la longueur des pentes et les formations superficielles sont totalement bouleversés. Ces pratiques sont peu rependues dans le vignoble qui ceinture la Montagne de Reims car il s’agit d’un vignoble ancien. En revanche dans les régions où le vignoble a été replanté récemment ces pratiques sont plus fréquentes.

52Dans l’espace du PNR de la Montagne de Reims, il est en revanche fréquent de rencontrer des formes de terrain qui semblent bien énigmatiques. Ce sont des dépressions allongées ou circulaires qui peuvent être considérées comme des géomorphosites dont la genèse est due à des actions anthropiques qui datent des conflits militaires que cette région a connu. La Première Guerre Mondiale a fortement affecté la Montagne de Reims qui est restée pendant toute la durée du conflit quasiment sur la ligne de front. Lors de la Seconde Guerre Mondiale les combats y ont été moins nombreux, mais elle a aussi laissé quelques traces.

53Le géomorphosite 9, donne un bel exemple de ce type de géomorphosite anthropique militaire. Entre 1914 et 1918, le front s’est maintenu quasiment le long du cours actuel de la Vesle. Le versant nord de la Montagne de Reims était une position militaire tenue par l’armée française. De nombreux postes d’observations et de batteries d’artillerie y étaient installés. Pour rejoindre chacun de ces postes militaires il y avait un réseau de tranchées. A la fin de la guerre, les tranchées qui se trouvaient dans des régions agricoles ont été comblées afin de reprendre l’activité originaire. En revanche, celles situées dans les espaces boisés ont été simplement abandonnées sans aucun réaménagement (Combaud et al., 2011 ; Devos et al., 2015). Aujourd’hui, on trouve sur le plateau des fossés au tracé en baïonnette qui sont des vestiges de tranchées, une géomorphologie totalement anthropique. De plus, ces tranchées peuvent encore avoir un rôle géomorphogénétique certain en accumulant les eaux de ruissellement qui sont concentrées et infiltrées dans les formations tertiaires favorisant, par-là, leur humidification et leur plasticité. Ainsi peuvent encore se déclencher des mouvements de terrain.

54Au-dessus de Verzy, au Mont Sinaï, très facilement accessible par une route et un parking, un tel géomorphosite rassemble toutes ces formes. Il y avait là un observatoire militaire important avec plusieurs blockhaus toujours existants. Ils étaient reliés par un réseau de tranchées dont on peut voir les vestiges. Près d’un des blockhaus, une tranchée a été interrompue par un mouvement de terrain postérieur à la Grande Guerre (fig. 21). Ce géomorphosite, totalement anthropique, évoque l’histoire de la région, autre patrimoine.

Fig. 21 - Le géomorphosite 9 – le site du Mont Sinaï au-dessus de Verzy (Clichés, A. Marre, 7 mars 2011).
Fig. 21 - The geomorphosite 9: the Mont Sinaï above Verzy.

Fig. 21 - Le géomorphosite 9 – le site du Mont Sinaï au-dessus de Verzy (Clichés, A. Marre, 7 mars 2011).Fig. 21 - The geomorphosite 9: the Mont Sinaï above Verzy.

Il montre l’emplacement d’un ancien poste d’observation militaire de la guerre de 1914-1918 L’ancien réseau de tranchées a laissé des fossés au tracé sinueux qui courent d’un blockhaus à un autre. L’une d’entre-elle est trépanée par un mouvement de terrain nourri par une suralimentation des eaux de ruissellement accumulée dans l’ancienne tranchée. A : Ancien blockhaus, point d’observation de l’artillerie française ; B : L’ancienne tranchée (tracé jaune) qui menait au blockhaus est aujourd’hui trépanée par la cicatrice de départ d’un mouvement de terrain (tracé orange).
It shows the location of an old observatory of the first war and its network of trenches. One is cutted by a landslide. A: Blockhaus of the french artillery; B: An old trench (yellow line) cutted by a landslide (orange line).

55Le géomorphosite 10 témoigne des vestiges de la Seconde Guerre Mondiale qui sont moins nombreux car la Montagne de Reims a connu moins de combats que lors de la guerre précédente. Cependant, au-dessus de Villers-Allerand, perdue dans les bois, une dépression fermée large de 30 mètres et profonde de 7, ne s’explique pas comme étant une doline. Elle est nommée le trou du 6 tonnes car elle est le résultat d’un bombardement. En effet, en 1944, dans le tunnel ferroviaire de Rilly-la-Montagne, un train équipé de rampes de lancement de missiles V1 était stationné en position d’abri, ne sortant que pour lancer ses missiles. C’est l’aviation anglaise qui est venue bombarder l’entrée du tunnel pour l’obstruer. Aujourd’hui on peut encore observer plusieurs trous de bombes tombées autour de cette entrée. Le plus important est celui laissé par une bombe de 6 tonnes lancée depuis un bombardier Lancaster. Sans cette explication anthropique ce géomorphosite resterait bien énigmatique (fig.22).

Fig. 22 - Le géomorphosite 10 : le trou dit du 6 tonnes près de Villers-Allerand (Cliché, A. Marre, 13 décembre 2020).
Fig. 22 - The geomorphosite 10: the hole of the 6 tonnes near Villers-Allerand village.

Fig. 22 - Le géomorphosite 10 : le trou dit du 6 tonnes près de Villers-Allerand (Cliché, A. Marre, 13 décembre 2020).Fig. 22 - The geomorphosite 10: the hole of the 6 tonnes near Villers-Allerand village.

Il est dû à une bombe lancée en 1944 depuis un bombardier anglais Lancaster.
This hole is made by a bomb launched from an English plane Lancasterin 1944.

Conclusion

56Le croisement des deux composantes géomorphologiques principales auxquelles on ajoute la composante anthropique, permet de créer une typologie de géomorphosites. La géomorphologie permet ainsi d’expliquer les paysages du PNR de la Montagne de Reims et contribue à apporter une réponse à une crise sociétale importante.

57En effet, on constate que la crise sanitaire que la France traverse, provoque des changements dans les modes de vie des gens. Les premières constatations montrent un développement du tourisme vert et un début de redistribution de la répartition de la population qui grâce, au télétravail, semble vouloir revenir habiter dans des milieux plus naturels. Il faut donc anticiper cette évolution pour mieux gérer les espaces. Le rôle des parcs naturels régionaux peut devenir très important et ils doivent se préparer à ce nouveau défi.

58Dans ce contexte nouveau, le parc naturel régional de la Montagne de Reims a une position stratégique. Sa localisation dans la région Grand Est, au centre d’un triangle constitué par trois villes (Reims, Châlons-en-Champagne et Epernay) et à proximité de la région parisienne, peut le transformer en milieu attractif pour de nouvelles populations. Faire un recensement de ses ressources et notamment une typologie de ses géomorphosites pour envisager l’accueil de nouveaux résidents est une façon d’anticiper l’avenir.

59De nombreuses cartographies géomorphologiques ont déjà été réalisées dans le périmètre de ce parc. Elles concernent le front de la cuesta et tous les versants des vallées. Il est ainsi facile d’envisager de réaliser une cartographie géotouristique comme le proposent Ghram Messidi et al., (2021) pour compléter la boite à outils nécessaire pour l’accueil de nouvelles populations. C’est là une façon d’envisager une géomorphologie appliquée.

DOI : 10.4000/bagf.5818

DOI : 10.4000/physio-geo.4615

DOI : 10.4000/geomorphologie.15394

DOI : 10.3406/bagf.2007.2537

https://www.persee.fr/​doc/​bagf_0004-5322_2009_num_86_1_2658

DOI : 10.4000/geomorphologie.338

DOI : 10.3406/bagf.2009.2655

DOI : 10.4000/geomorphologie.7931

The goal of this article is to show trough the example of the Montagne de Reims why the geomorphology can be important in the evolution of our society thank the concept of geomorphosite (fig.1).

The crisis of the Covid 19 had modified the way of life of the populations with the development of the teleworking that allow a residence far of the work place. This situation do a return to the rural space. So the natural regional park of the Montagne de Reims know an attractively increased. It’s necessary to show the quality of the landscape s of this territory with the concept of geomorphosite. With a methodology based on the integrated analysis of the relief and a selection of the geomorphosites.

The two geomorpologic components of this region are the structural conditions, and the climatic evolution during the Quaternary. It’s necessary to add the anthropic actions.

The structural conditions are one of a sedimentary basin. The Montagne de Reims is an advanced to the East of the cuesta of the Côte de l’Ile de France. In the north and in the south are la Vesle and the Marne, the main rivers of the region. With these structural conditions the eastern part is opposite to the western part. In the eastern part the tertiary formations are located on the top of the slope and the chalk shows on the surface. In the western part, the chalk doesn’t show on the surface and there are only the tertiary formations in the valleys (fig. 2).

The climatic conditions of the Quaternary are marked by a succession of cold periods and hot one. During the cold periods the gelifraction give a lot of debris and shape longs glacis. During the hot periods it was landslides on the slopes.

The recent anthropic actions are responsible of landforms built during the wars.

In the eastern part of the territory of the NRP we can see 4 types of geomorphosites.

The geomorphosite 1 is located on the eastern extremity of the front of the cuesta where several levels of glacis give longs slopes covered with the vineyard (fig. 3-5).

The geomorphosite 2 is located on the northern slope of the Montagne de Reims with longs glacis and landslides into the little valleys (fig. 6-8).

The geomorphosite 3 is located on the right bank of the Marne valley near Epernay, where the landslides are numerous (fig. 9-11).

The geomorphosite 4 is the eastern part of the reverse of the cuesta where exist karstic process (fig. 12-13).

In the western part of the NRP the tertiary formations are deeper with limestone on the top.

The lower part of the right bank of the Marne valley near Chatillon-sur-Marne is the geomorphosite 5 where landslides are very important (fig. 14-16).

The Ardre valley and the Vesle valley give the geomorphosites 6 and 7 The geomorphosite 8 with the type of lateral spreading as landslides (fig. 17-19).

The geomorphosite 8 is a good illustration of the western part of the reverse, of the cuesta.

The anthropic actions are marked by the two World Wars and are responsible of the geomorphosite 9 and 10 (fig. 21-22).

In conclusion we can see that with such method is possible to do a typology of geomorphosites. More with all the geomorphic maps in existence it’s possible to draw in future, a geotouristic map of this region.

*Auteur correspondant : tél : +33 (0)3 26 91 39 91 ; marre.alain51@orange.fr (A. Marre)

Haut de page

Bibliographie

Delfosse C., Poulot M. (2019) - Le rural, une catégorie opératoire pour penser les mutations socio-spatiales françaises. La géographie rurale d’hier à aujourd’hui. Bulletin de l’association de géographes français, 96 (4), 528-554.

Ambert M., Cayla N., coordination de (2020) - Guide pratique de valorisation des géomorphosites. Editions des Presses Universitaires de Savoie, 339 p.

Collectif (2021) - Topoguide. Le parc naturel régional de la Montagne de Reims…..à pied. Edition de la Fédération Française de Randonnée, Nouvelle édition, 72 p.

Combaud A., Marre A., (2011) - Impact des tranchées de la guerre de 14-18 sur les territoires viticoles champenois. Cas du versant nord de la Montagne de Reims, Communication au colloque de la chaire UNESCO La construction contemporaine des territoires du Champagne, Troyes 7, 8, et 9 avril 2011.

Coulon M., Guérémy P., Laurain M., Marre A. (1990) - Mouvements de terrain dans le vignoble champenois : cartographie, chronologie relative et risques naturels. Communication à la 13eme Réunion des Sciences de la Terre. Grenoble 2-4 avril 1990.

Devos A., Taborelli P., Dodici M., Chalumeau L., Burident J., Bollot N., Combaud A., Desfossé Y. (2015) - Rôle des conditions géographiques sur l’organisation spatiale des réseaux de défense de la Grande Guerre. Application à la Champagne (region de Reims). Physio-Géo, 9, 157-174.

Dikaü R., Brunsden D., Schrott L., Ibsen M.L. (1996) - Landslides recognition: identification, movements and causes. John Wiley and sons, Chichester, 251 p.

Dupin Th. (2014) - Le Lutétien moyen. Le tuffeau de Damery et les fossiles de Fleury-le-Rivière. Ouvrage imprimé pour la cave aux coquillages de Fleury-la-Rivière, 125 p.

Ghram Messedi A. Ben Fraj T., Ben Ouezdou H., Clivaz M., Cormisso C., Lambiel Ch., Reynard E. (2021) - De la carte géomorphologique à la carte géotouristique : proposition et application d’une méthode de représentation cartographique par SIG. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 27 (1), 69-87.

Guérémy P., Marre A (1991) - Les mouvements de terrain dans le vignoble champenois. La Champagne Viticole, Numéro Spécial Environnement et aménagement du vignoble, 8-16, Epernay.

Guérémy P., Marre A. (1996) - Une nouvelle méthode de cartographie géomorphologique applicable aux risques naturels. Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, 93-94, 5-40.

Lejeune O. (2000) - Mouvement de terrain et karst sur le flanc septentrional de la montagne de Reims (Marne - France) : cartographie, explication et interrelation entre les deux phénomènes. Mémoire de DEA, Université de Reims Champagne-Ardenne et Université des Sciences et Technologies de Lille, 139 p.

Marre A. (1987) - Le mouvement de terrain de Rilly-la-Montagne du 23 août 1986. Bulletin de la Société d’Etude des Sciences Naturelles de Reims, 1, 37-40.

Marre A. (1988a) - Le mouvement de terrain du 23 Août 1986 à Rilly-la-Montagne (Marne) : naissance et évolution, Travaux de l’Institut de géographie de Reims, 69-72, 95-111.

Marre A. (1988b) - Processus d'évolution de l'escarpement de tête du mouvement de terrain de Rilly-la-Montagne (Marne). Revue de Géomorphologie Dynamique, 4, 114-115.

Marre A. (2007) - Cartographie géomorphologique et cartographie des risques. Géographies, Bulletin de l’Association des Géographes Français, 84 (1), 3-21.

Marre A. (2020) - Le sentier-découverte de Mailly Champagne dans le PNR de la Montagne de Reims. In Ambert M. et Cayla N., Guide pratique de valorisation des géomorphosites, Presses Universitaires de Savoie Mont Blanc, 336 p.

Marre A., Laurain M., Guérémy P. (1997) - Etude des relations spatiales et temporelles entre les formations superficielles et les mouvements de terrain sur la Côte de l'Ile de France. Un moyen de préparer les cartes d'aléas. Géologie de la France, 2, 39-49.

Ortonovi S., Bollot N., Pierre G., Deroin JP. (2021) - Cartographie de la susceptibilité aux glissements de terrain dans le vignoble champenois entre Epernay et Dormans (France) : apport de la télédétection multispectrale. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 27 (2), 147-158.

DOI : 10.4000/geomorphologie.15147

Portal C. (2009) - Vulgarisation de la géomorphologie dans les parcs naturels régionaux de l’Ouest de la France. Expériences dans les Parcs naturels régionaux de Brière (Loire-Atlantique) et d’Armorique (Finistère). Bulletin de l’Association de Géographes Français, 86 (1), 110-123.

Reynard E, (2005) - Géomorphosites et paysages. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 11 (3), 181-188.

Reynard E., Panizza M. (2005) - Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie. Une introduction. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 11 (3), 177-180.

DOI : 10.4000/geomorphologie.336

Sellier D (2009) - Vulgarisation du patrimoine géomorphologique : objets, moyens et perspectives. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 86 (1), 67-81.

Sellier D. (2010) - L’analyse intégrée du relief et la sélection déductive des géomorphosites : application à la Charente maritime. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 16 (2), 199-214.

Simon F. (2000) - Les glissements de terrain affectant le versant nord de la vallée de la Marne entre Ambonnay et Barzy : synthèse. Mémoire de DEA, Université de Reims Champagne-Ardenne et Université des Sciences et Technologies de Lille, 262 p.

Sosson C. (2014) - Les dynamiques géomorphologiques de l’est des bas-plateaux tertiaires du Bassin parisien. Apport d’une approche souterraine. Thèse de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, 566 p.

Tricart J.L.F. (1949) - La partie orientale du Bassin de Paris. Etude morphologique. Éditions SEDES, 474 p.

Tricart J.L.F., Kilian J. (1979) - L’éco-géographie et l’aménagement du milieu naturel. Éditions Maspero, Paris, 326 p.

Wiedemann J.F. (1976) - L’escarpement septentrional de la Montagne de Reims, Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, 27-28, 3-14.

Haut de page

Annexe

Abridged version.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation du Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims.Figure 1 : Location map of the natural regional park of the Montagne de Reims.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Fig. 2 - La position structurale du PNR de la Montagne de Reims.Fig. 2 - The structural position of the NRP of the Montagne de Reims.
Légende A : Carte géomorphologique de la Champagne ; B Agrandissement sur la Montagne de Reims ; C : Log stratigraphique de l’extrémité est de la Montagne de Reims (Source : Atlas régional de Champagne Ardenne et auteur).A: Géomorphologic map of the Champagne region; A Zoom on the Montagne de Reims; C: Geological section of the extremity of the Montagne de Reims.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 - Le géomorphosite 1 : l’extrémité orientale du front de la cuesta au site de Bouzy.Fig. 3 - The geomorphosite 1: the oriental extremity of the front of the cuesta, near Bouzy village.
Légende A : La coupe géologique montre les formations tertiaires perchées au sommet du front de la cuesta taillé dans la craie du Crétacé ; B : Vue panoramique du front de la cuesta avec le village de Bouzy (Cliché, A. Marre, 25 juin 2021).A: Stretch with the tertiary formations on the summit of the front; B: Panorama view with Bouzy village.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 4 - Le géomorphosite 1 : le front de la cuesta vu depuis le Mont Aigu.Fig. 4 - The geomorphosite 1 : the front of the cuesta, near The Mont Aigu.
Légende Le croquis géomorphologique montre comment la vallée de la Livre a érodé le revers de la cuesta. Le panorama du Mont Aigu avec le front de la cuesta montre une longue pente couverte de vignes. En arrière-plan, on voit le profil de la cuesta de la Côte des Blancs (Cliché A. Marre 14 juin 2020).The geomorphologic map show the erosion of the plateau by the Livre valley. The Panorama from the Mont Aigu with the long slope of the front of the cuesta covered by the vineyard. In the second part the cuesta of the Côte des Blancs.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 6 - Le géomorphosite 2 : le front de la cuesta du versant nord vu depuis le site du moulin de Verzenay.Fig. 6 - The geomorphosite 2: the front of the cuesta on the septentrional slope near the windmill of Verzenay.
Légende La cuesta superpose les formations tertiaires sur la craie du Crétacé dont le toit donne un léger replat qui porte le phare et le musée de la vigne. Alors que la forêt occupe les formations tertiaires mal drainées, la vigne prospère sur la craie poreuse (Cliché A. Marre août 2011).The tertiary formations are on the top of the chalk where a shelf bring the vine museum. The forest is on the tertiary formations and the vineyard on the chalk.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 7 - Le géomorphosite 2 : le glacis de Mailly-Champagne et la sculpture Pages (Cliché A. Marre).Fig. 7 - The geomorphosite 2: the glacis of Mailly-Champagne with the Pages sculpture.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 8 - Le géomorphosite 2 : le glissement de Rilly-le-Montagne (Clichés A. Marre).Fig. 8 - The geomorphosite 2: the landslide of Rilly-le-Montagne.
Légende A : La cicatrice de départ en juillet 1987 ; B : La cicatrice de départ en mars 2011.A: The main scarp in July 1987; B: The main scarp in march 2011.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 10 - Le géomorphosite 3 : le paysage de la partie amont de la vallée de la Marne : la plaine d’inondation de la Marne au droit de Damery (Cliché A. Marre 27 janvier 2018).Fig. 10 - The geomorphosite 3: the landscape of the Marne valley with the flood plain near Damery.
Légende En hiver lors des hautes eaux, la plaine d’inondation est complètement recouverte d’eau. Seules les terrasses ne sont pas inondées, comme, ici, celle qui porte le village de Damery.In winter, the flood plain is completely covered of water. Only the terraces are not covered wtith the water like this one of Damery. high water.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 11 - Le géomorphosite 3 : les glissements de la vallée du Cubray en amont d’Aÿ (Cliché A. Marre, 1990).Fig. 11 - The geomorphosite 3: the landslides of the Cubray valley near Aÿ.
Légende Entre trois interfluves de craies, deux vallons sont remplis par le matériel d’une coulée née à partir de glissements qui affectent les formations tertiaires du haut du versant, couvertes par la forêt. Chacune de ces coulées descend jusqu’au fond du talweg où coule le ruisseau du Cubray.Between three interfluves two small valleys are full by flow material coming from the landslides in the tertiary formations covered by forest.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 12 - Le géomorphosite 4 : le revers de la cuesta dans sa partie orientale : route forestière de la Fontaine à L’Aulne (Cliché, A. Marre 31 octobre 2015).Fig. 12 - The geomorphosite 4 : the oriental part of the reverse of the cuesta : the forest road of the Fontaine à l’Aulne
Légende La partie orientale du revers de la cuesta sur des roches imperméable, reste un milieu humide. Le paysage est forestier avec des routes surélevées, empierrées et drainées afin de les garder praticables en toutes saisons.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 13 - Le géomorphosite 4 : le revers de la cuesta dans sa partie orientale : les formes karstiques des bois de Trépail (Clichés A. Marre, février 1987 et 21 avril 2001).Fig. 13 - The geomorphosite 4: the oriental part of the revers of the cuesta: the karstic forms in the wood of Trépail.
Légende A : Doline d’effondrement ; B : Ruissellement de surface sur les argiles imperméables ; C : Perte d’eau qui va alimenter le réseau karstique sous-jacent.A: Sinkhole; B: Rill on the argils; C: Hole with water going into the karst.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 14 - Le géomorphosite 5 : le versant de rive droite de la Marne au droit de Chatillon-sur-Marne (Cliché A. Marre, 7 juillet 2021).Fig. 14 - The geomorphosite 5: the side of the right bank of the Marne near Chatillon-sur-Marne.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 15 - Le géomorphosite 5 : le grand glissement de l’alvéole occidentale de Vandières (Cliché A. Marre, 7 juillet 2021).Fig. 15 - The geomorphosite 5: the great landslide of the occidental alveolus of Vandières.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 16 - Le géomorphosite 5 : le glissement actif du château de Vandières (Cliché A. Marre, janvier 2012).Fig. 16 - The geomorphosite 5: the active landslide near the castle of Vandières.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 17 - Le géomorphosite 6 : le versant de l’entonnoir de percée cataclinale de la Vesle au droit du village de Coulommes-la-Montagne. Vue prise depuis Saint Lié au-dessus de Ville-Dommange (Cliché A. Marre 7 juillet 2021).Fig. 17 - The geomorphosite 6: the slope near the village of Coulommes-la-Montagne. View from St Lié above Ville-Dommage.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 18 - Le géomorphosite 6 : extension latérale de roche près du village de Janvry (Clichés A. Marre, 8 juillet 2020).Fig. 18 - The geomorphosite 6: lateral spreading near the village of Janvry.
Légende A : Succession de trois blocs glissés successifs le long du versant ; B : Coupe entre les blocs 1 et 2, montrant la dalle lutétienne glissée (en dessous de la carte bleue).A: Succession of three blocks slided on the slope; B: Cutting between the blocks 1 and 2 showing the lutetian limestone( under the blue map).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Fig. 19 - Le géomorphosite 7 : la vallée de l’Ardre aux environs de Marfaux (Cliché A. Marre, 25 juin 2021).Fig. 19 - The geomorphosite 7: the Ardre valley near Marfaux village.
Légende La vallée de l’Ardre offre un paysage de bocage taillé dans les roches meubles du Tertiaire. Au sommet des versants sous la bordure boisée, quelques parcelles de vignes couronnent ce paysage agricole. The Ardre valley is incised into the tertiary soft rocks. On the top of the slopes there is woods and little particles of vines.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. 20 - Le géomorphosite 8 : le revers de la cuesta dans sa partie occidentale : le site de la Neuville-aux-Larris (Cliché A. Marre, 25 juin 2021).Fig. 20 - The géomorphosite 8 : the reverse of the occidental part near the village of La Neuville-aux-Larris.
Légende La partie occidentale d revers de la cuesta est armée par des calcaires qui permettent le drainage du plateau qui ainsi peut porter de grands champs labourés ou des prairies permanentes.The occidental part of the revers of the cuesta is made by the lutetian limestone with large fields and prairies.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 21 - Le géomorphosite 9 – le site du Mont Sinaï au-dessus de Verzy (Clichés, A. Marre, 7 mars 2011).Fig. 21 - The geomorphosite 9: the Mont Sinaï above Verzy.
Légende Il montre l’emplacement d’un ancien poste d’observation militaire de la guerre de 1914-1918 L’ancien réseau de tranchées a laissé des fossés au tracé sinueux qui courent d’un blockhaus à un autre. L’une d’entre-elle est trépanée par un mouvement de terrain nourri par une suralimentation des eaux de ruissellement accumulée dans l’ancienne tranchée. A : Ancien blockhaus, point d’observation de l’artillerie française ; B : L’ancienne tranchée (tracé jaune) qui menait au blockhaus est aujourd’hui trépanée par la cicatrice de départ d’un mouvement de terrain (tracé orange).It shows the location of an old observatory of the first war and its network of trenches. One is cutted by a landslide. A: Blockhaus of the french artillery; B: An old trench (yellow line) cutted by a landslide (orange line).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Fig. 22 - Le géomorphosite 10 : le trou dit du 6 tonnes près de Villers-Allerand (Cliché, A. Marre, 13 décembre 2020).Fig. 22 - The geomorphosite 10: the hole of the 6 tonnes near Villers-Allerand village.
Légende Il est dû à une bombe lancée en 1944 depuis un bombardier anglais Lancaster.This hole is made by a bomb launched from an English plane Lancasterin 1944.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/18206/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Marre, « Les géomorphosites du Parc Naturel régional de la Montagne de Reims (Marne - France). »Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 29 - n°4 | 2023, mis en ligne le 17 mai 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/18206 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p7w

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Professeur honoraire des universités.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search