Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Dossier„Galizien grenzt an Berlin“ – Jid...

Dossier

„Galizien grenzt an Berlin“ – Jiddische Übersetzungen deutschsprachiger Klassiker als ein Ausdruck selbstbewusster Jiddischkeit

“Galicia borders on Berlin” - Yiddish translations of German-language classics as an expression of assertive Yiddishkeit
« La Galicie aux portes de Berlin » : la traduction en yiddish des classiques de la littérature allemande comme expression d’une yiddishkeyt pleinement assumée.
Elke-Vera Kotowski
p. 193-208

Résumés

La citation « la Galicie aux portes de Berlin » est tirée de la pièce de théâtre Le Marchand de Berlin (1929) de Walter Mehring, dont l’arrière-fond est la crise inflationniste des années 1920. Le satiriste et observateur à l’œil acéré y dépeint le kaléidoscope qu’était Berlin au milieu des années 1920, creuset de mouvements politiques et culturels les plus variés. Faute d’être une destination rêvée et convoitée, Berlin était dans tous les cas un point de repère pour les nombreux immigrants en provenance de l’est de l’Europe. La capitale de la jeune République de Weimar jouait le rôle d’étape sur le chemin qui menait de l’oppression à la liberté, symbolisant ainsi, en tant que métaphore d’une culture et d’un état d’esprit, le passage de l’existence idéalisée au sein du shtetl à une yiddishkeyt assumée, éclairée, professée d’abord dans les métropoles est-européennes.
Il n’a pas fallu attendre le début des années 1920, lorsque Berlin devint l’une des places centrales de l’édition en langue yiddish, pour que les ouvrages classiques mais aussi les bestsellers de la littérature allemande suscitent l’intérêt du monde de la publication. Si c’est dans leur version originale que ces textes, jusque-là, étaient lus à Varsovie, Vilnius, Kiev ou encore Moscou, ici et là, des auteurs d’expression yiddish s’investissaient dans la traduction du Nathan de Lessing, des Livre des chants de Heine, des Brigands de Schiller ou encore du Capital de Marx afin de faire circuler dans la population juive d’Europe orientale les idées, idéaux et idéologies qui sous-tendaient ces œuvres. Le présent article offre un panorama de ce qu’étaient le paysage de la traduction ainsi que l’édition de littérature de langue allemande dans l’espace yiddishophone avant que n’éclate la Deuxième Guerre mondiale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Wos is jidischism? Der Jiddischismus und die Czernowitzer Sprachkonferenz
Joachim Heinrich Campes Entdeckung von Amerika in Wilna
Der Nathan in Odessa
Fremde Welten und Agitprop im Kinderbuchformat
Max und Moritz im Schtetl
Leichte Kost im Groschenformat
Im Westen nichts Neues aus Warschauer Sicht
Der Moskauer Faust
Berlin 1920-1925: Zentrum jiddischsprachiger Publizistik

Aperçu du début du texte

Gegen Ende des 19. Jahrhunderts interessierte sich die jiddischsprachige Leserschaft längst nicht mehr nur für die religiösen Schriften. Schriftsteller wie Scholem Alejchem (1859-1916), Isaak Leib Perez (1852-1915) und Mendele Moicher Sforim (1836-1917), die jene identitätsstiftende Jiddischkeit beflügelten und die Bedeutung der eigenen Sprache kulturell wie politisch hervorhoben, fanden eine breite Anhängerschaft. Die sich formierende Arbeiterbewegung wurde zum politischen Sprachrohr einer jiddischen Kulturbewegung, und das Jiddische avancierte über die reine Alltagssprache hinaus zum Merkmal einer national-jüdischen „Wir-Identität“. Exemplarisch für diese Bedeutung ist die Czernowitzer Sprachkonferenz von 1908, bei der es u.a. darum ging, das Jiddische zur „nationalen Sprache des jüdischen Volkes“ zu erheben – ein Vorhaben, für das sich der Organisator der Konferenz, der Wiener Publizist und Chefredakteur der Zeitschrift Selbst-Emancipation, Nathan Birnbaum (1864-1937), nachdrückl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elke-Vera Kotowski, « „Galizien grenzt an Berlin“ – Jiddische Übersetzungen deutschsprachiger Klassiker als ein Ausdruck selbstbewusster Jiddischkeit »Germanica, 67 | 2020, 193-208.

Référence électronique

Elke-Vera Kotowski, « „Galizien grenzt an Berlin“ – Jiddische Übersetzungen deutschsprachiger Klassiker als ein Ausdruck selbstbewusster Jiddischkeit »Germanica [En ligne], 67 | 4e trimestre 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/germanica/10248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.10248

Haut de page

Auteur

Elke-Vera Kotowski

Moses Mendelssohn Zentrum für europäisch-jüdische Studien, Potsdam

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cecille
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search