Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Comptes rendus de lectureDaniel Baric, Ute Weinmann (dir.)...

Comptes rendus de lecture

Daniel Baric, Ute Weinmann (dir.), Finis Austriae : la chute de l’aigle bicéphale

octobre-novembre 1918, Austriaca n° 87/2019, 325 p.
Anne-Marie Corbin
p. 228-229
Référence(s) :

Daniel Baric, Ute Weinmann (dir.), Finis Austriae : la chute de l’aigle bicéphale, octobre-novembre 1918, Austriaca n° 87/2019, 325 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les contributions du colloque Finis Austriae qui s’est tenu les 8 et 9 février 2018 à la Maison Heinrich Heine (Paris) avec pour objectif de mettre l’accent sur la fin des hostilités avec l’Autriche-Hongrie lors de la Grande Guerre, une césure importante à bien des égards entre apocalypse et renaissance, instaurant un nouvel ordre en Europe et dans le monde avec la disparition de la double-monarchie. Dans la réflexion mémorielle française, le souvenir en reste très vivant, les souffrances endurées par les hommes n’ayant pas été oubliées un siècle plus tard, comme en témoignent les différentes manifestations et célébrations lors du centenaire (François Genton).

2Dans une première partie se pose la question des enjeux intellectuels du conflit. À partir de trois exemples, ceux d’Otto Bauer, Robert Musil et Ludwig Wittgenstein, Wolfgang Maderthaner s’interroge sur la genèse d’œuvres majeures, liée au phénomène de désintégration vécu à la fin de la guerre. Gerald Stieg propose une analyse des numéros de Die Fackel, que Karl Kraus a rédigés pendant la guerre ou immédiatement après.

3La seconde partie se focalise sur les enjeux politiques. Christopher Brennan expose les interrogations de Charles Ier, peu apte à gouverner, qui ne peut se résoudre dans les deux derniers mois de son règne à accepter la disparition de l’Empire en dépit du chaos qui y règne. Alfred Pfoser montre quelles contradictions traversent Vienne, à la recherche de stabilité, mais aussi entraînée sur la pente révolutionnaire. L’objet de l’étude d’Ute Weinmann est la Carinthie, abordée au travers de la presse de l’époque, qui glisse vers une posture tantôt défensive, tantôt agressive, menant au conflit frontalier avec les Slovènes et une contre-attaque massive du nouvel État sud-slave. Une issue saluée par Edvard Beneš est la naissance de la Tchécoslovaquie, conçue comme une libération et une condition indispensable à la paix (Antoine Marès). Une autre perspective est celle de la Hongrie et de son indépendance sur fond de démantèlement (Catherine Morel). Une étude sur les confins orientaux des territoires habsbourgeois avec la mémoire de Guillaume de Habsbourg, devenu un Ukrainien d’adoption, clôt ce panorama (Iryna Dmytrychyn).

4La dernière partie prolonge les questions sur les bouleversements provoqués par l’éclatement brutal de l’Empire. Une pièce de théâtre de Franz Theodor Csokor, 3 novembre 1918, porte initialement un titre plus percutant : Die Grablegung (La mise au tombeau). Dans son étude sur cette pièce, Herta Luise Ott montre le déclin d’une petite communauté isolée en des lieux insolites de Cisleithanie dans un refuge enneigé et la lente prise de conscience de destins séparés. Daniel Baric traite du navire amiral de la marine austro-hongroise, le Viribus unitis coulé le 1er novembre 1918. La relecture de cet événement en 1987 par un écrivain croate, Ivan Katušić, élargit la perspective à la situation d’une Yougoslavie profondément déstabilisée par les soubresauts de l’empire soviétique.

5Toutes ces contributions remettent en cause des idées toutes faites sur cette période. Les différents cas de figure examinés témoignent des liens qui existent entre ces parcours biographiques, des lieux précis et la chronologie de la fin de l’Empire. L’étude de cette période charnière riche en événements permet à partir des multiples interprétations, de croiser les perspectives et d’apporter, grâce à leur multiplication, de nouveaux éclairages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Corbin, « Daniel Baric, Ute Weinmann (dir.), Finis Austriae : la chute de l’aigle bicéphale »Germanica, 67 | 2020, 228-229.

Référence électronique

Anne-Marie Corbin, « Daniel Baric, Ute Weinmann (dir.), Finis Austriae : la chute de l’aigle bicéphale »Germanica [En ligne], 67 | 4e trimestre 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/germanica/10376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.10376

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Corbin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Alithila
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search