Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Comptes rendus de lectureGérard Raulet, Das befristete Das...

Comptes rendus de lecture

Gérard Raulet, Das befristete Dasein der Gebildeten. Benjamin und die französische Intelligenz

Konstanz University Press, 2020, 283 p.
Françoise Willmann
p. 229-232
Référence(s) :

Gérard Raulet, Das befristete Dasein der Gebildeten. Benjamin und die französische Intelligenz, Konstanz University Press, 2020, 283 p.

Texte intégral

1Ce livre de Gérard Raulet sur Walter Benjamin est issu, comme il le mentionne en fin d’introduction, de nombreuses années de cours, une précision qui vient rappeler opportunément l’intérêt du lien entre enseignement et recherche. S’appuyant sur une profonde familiarité avec les œuvres, il invite à un cheminement dans la pensée de Benjamin empreint du souci d’être compris et de comprendre qui fera le bonheur du familier du philosophe autant que de celui ou celle qui s’y plongera à cette occasion. Car on ne saurait lire cet ouvrage sans lire ou relire en même temps Benjamin (voire Gide, Proust, Benda, Valéry, Tarde, etc.), tant il sait éclairer et faire dialoguer les textes sans s’y substituer.

2C’est l’activité de critique littéraire de Benjamin, consacrée aux écrivains français de l’entre-deux-guerres, que Raulet veut interroger, en se focalisant sur l’intérêt de Benjamin pour les auteurs « de droite », un intérêt qui peut surprendre et dont il va montrer en quoi il a nourri sa philosophie. Titre et sous-titre de l’ouvrage promettent moins qu’ils ne proposent, car le fil directeur – la place et le rôle de l’intellectuel dans la société – dépasse le contexte historique (et national) dans lequel il est ancré. La structure en est claire : l’introduction expose la démarche et les enjeux ; les deux grandes parties, intitulées respectivement « Destruction » et « Engagement » ne débouchent pas sur une conclusion formelle, mais s’achèvent par un chapitre faisant apparaître l’importance philosophique et politique actuelle de la pensée du philosophe.

3Ce que les écrivains qui intéressent Benjamin ont en commun, c’est d’être « anticonformistes » ; en d’autres termes, leurs œuvres n’épousent pas la normalité bourgeoise. Les auteurs auxquels est consacrée la première partie du livre – Julien Green, Jouhandeau, Proust, les surréalistes, Céline, entre autres – sont, d’une manière ou d’une autre, en rupture avec leur classe, mais s’arrêtent en chemin, reculant devant l’abîme qu’ils craignent de voir s’ouvrir à leurs pieds, dès lors qu’ils s’éloigneraient de leur univers familier (p. 51). Selon Benjamin, leur anticonformisme s’épuise dans une marginalité stérile parce qu’ils esquivent la question de leur propre place dans le rapport de production. Quant à ceux qui sont de « bonne volonté » (Anatole France, Roger Martin du Gard, Georges Duhamel, Jules Romain, etc.), Benjamin leur reproche leur tiédeur, leur humanisme dépassé, voire leur aveuglement lorsqu’ils croient naïvement pouvoir se « prolétariser ». Comme l’explicite l’essai Der Autor als Produzent, une conférence donnée à Paris en 1934 à l’Institut d’études sur le fascisme, la solidarité de l’intelligentsia avec le prolétariat n’est pas simple question d’opinion. L’échec du surréalisme le montre bien : il ne s’agit pas de diffuser des idées, il faut, selon Benjamin, une « politique de l’image » (p. 82) – à laquelle il consacre ses propres Passages parisiens – et une véritable attention à la technique, y compris littéraire. L’enjeu, face au déclin du statut de l’écrivain et de l’artiste, est de trouver une voie qui lui permette de passer de sa position d’observateur-consommateur à celle d’acteur (p. 107).

  • 1 Gérard Raulet, Le caractère destructeur. Esthétique, théologie et politique chez Walter Benjamin, P (...)
  • 2 Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, Bd. II, 1, Frankfurt a. M., Suhrkamp, 1980, p. 215.

4La critique de Benjamin, outre qu’elle ignore un certain nombre d’alliés potentiels (ce que Raulet aborde notamment à travers l’évocation de Pierre Naville), est une « critique destructive » au sens du petit texte de 1931, Der destruktive Charakter, « celui qui démolit ce qui existe, non pas pour l’amour des décombres, mais pour l’amour du chemin qui les traverse »1, un motif qui sert de fil directeur à l’ouvrage de Raulet, associé à celui de la « barbarie positive » que Benjamin explicitera dans l’essai Erfahrung und Armut, deux ans plus tard, cette « barbarie positive » qui, suite à l’appauvrissement de l’expérience due aux développements de la technique, fait table rase du passé pour reconstruire « sans regarder ni à droite ni à gauche »2.

5La réalité du fascisme ébranlera fortement la confiance que l’on pouvait faire à cette figure : au lieu de favoriser une réorientation de l’histoire qui ne se satisfait pas d’une critique de la culture réactionnaire, elle risque de voir se refermer sur elle le piège de la violence. La question de l’engagement, de son sens, des formes qu’il peut ou doit prendre, se pose de manière pressante dès 1929, au plus tard après 1934, et la critique de Benjamin se fait de plus en plus dure. Son propre engagement se traduit dans des prises de position plus radicales. Raulet constate à la lecture du texte André Gide und sein neuer Gegner : « Contrairement à toutes ses chroniques et comptes rendus, le regard critique de Benjamin est à la fois obscurci par son dogmatisme et embrouillé par la souplesse de l’objet qu’il décrit, Gide, ainsi que par l’extrême instabilité et confusion des débats intellectuels et politiques » (p. 230). Cela vaut encore bien davantage pour son hostilité proprement stalinienne à l’écrit de Gide, Retour de l’URSS.

6Au terme de son parcours, Raulet note qu’il peut se lire comme un règlement de comptes avec « les égarements et les impasses de l’intelligentsia française » (p. 236). Mais ce sont aussi bien les affinités théoriques de Benjamin avec les œuvres de Benda, Valéry, Péguy, Léon Bloy, Caillois etc., faites de rencontres et de divergences, qu’il met en lumière. Évoquons par exemple la proximité du caractère destructeur et de M. Teste, et son repli solitaire d’intellectuel pur, inconciliable néanmoins avec la recherche de Benjamin du caractère social, ou encore l’importance de Joseph de Maistre pour sa réflexion sur la violence dans la civilisation. Ici, le passage par la correspondance de Benjamin avec Horkheimer et la mention des Soirées de Saint-Pétersbourg dans un passage remarquable de la Dialektik der Aufklärung (p. 193) témoignent également de l’influence de la pensée de Benjamin sur Horkheimer et Adorno. Et c’est à travers la confrontation des positions de ce dernier avec celles de Benjamin autour de Caillois, spécialement au sujet du mythe, que l’on s’achemine vers l’aboutissement de cette étude : le dernier chapitre de l’ouvrage fait émerger le bénéfice de ces « liaisons dangereuses » pour une théorie critique fondée sur une anthropologie, qui ne s’arrête pas au seuil de la raison, mais intègre à sa vision historique une dimension phylogénétique tentant de remonter en deçà de la séparation du sujet et de l’objet. La pensée de la mimésis y tient une place centrale. Raulet l’éclaire par un dialogue avec Gabriel Tarde qui s’impose, même s’il n’en existe de traces ni dans la correspondance, ni dans les écrits. La mimésis, insiste Raulet, n’est pas réductible à un mysticisme ; elle ouvre aussi un nouvel accès à une critique de la réification qui, précise-t-il, signifie pour Benjamin « l’ère de la technique, des masses et de l’échange universel de marchandises, c’est-à-dire du fétiche » (p. 275).

7Le livre de Gérard Raulet se garde de lisser l’image qu’il donne de la philosophie de Benjamin ou de l’enfermer dans un camp. Les multiples formes sous lesquelles ce dernier mène ses débats et controverses avec les intellectuels de droite français font sans aucun doute partie de son engagement. Confronter, comme le fait Raulet pour finir, deux tendances de la théorie critique contemporaine, l’une avec ses mots-clés bien connus de communication ou de reconnaissance, l’autre qui se situe résolument sur le plan des formations économiques et sociales, revient à affirmer la fécondité et l’actualité de l’apport anthropologique de Benjamin à cette dernière approche.

Haut de page

Notes

1 Gérard Raulet, Le caractère destructeur. Esthétique, théologie et politique chez Walter Benjamin, Paris, Aubier, 1997, p. 331-333.

2 Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, Bd. II, 1, Frankfurt a. M., Suhrkamp, 1980, p. 215.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Willmann, « Gérard Raulet, Das befristete Dasein der Gebildeten. Benjamin und die französische Intelligenz »Germanica, 67 | 2020, 229-232.

Référence électronique

Françoise Willmann, « Gérard Raulet, Das befristete Dasein der Gebildeten. Benjamin und die französische Intelligenz »Germanica [En ligne], 67 | 4e trimestre 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/germanica/10391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.10391

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Alithila
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search