Navigation – Plan du site

AccueilNuméros73Ödön von Horváth dans les mises e...

Ödön von Horváth dans les mises en scène d’André Engel : la « cinématisation » du théâtre

Ödön von Horvath in André Engels Inszenierungen: Die "Cinematographisierung" des Theaters
Ödön von Horvath in the theatre productions of André Engel: the "cinematization" of drama
Véronique Perruchon
p. 123-130

Résumés

André Engel fut un metteur en scène français phare des années 1970-1980, période de pleine explosion artistique, où son théâtre « hors les murs » incarnait la volonté de contourner la tradition théâtrale bourgeoise et la recherche d’un nouveau rapport au public. Durant sa carrière, qui s’étire jusqu’à la première décennie des années 2000, André Engel s’empare à trois reprises de l’œuvre d’Ödön von Horváth : les Légendes de la forêt viennoise en 1992, Le Jugement dernier en 2003 et enfin, en 2013, La Double mort de l’horloger, son dernier spectacle de théâtre créé d’après deux courtes pièces de Horváth présentées en diptyque, Meurtre dans la rue des Maures de 1923 et L’Inconnue de la Seine de 1933. Les trois spectacles sont imprégnés d’un réel revu par le cinéma d’après-guerre qui réactive une histoire collective constituée à travers et par la représentation cinématographique. La forme et le fond « cinématisés » créent un lien avec la fausseté de l’univers des personnages du théâtre d’Ödön von Horváth dans un rapport complexe entre vérité et mensonge que l’auteur dénonce de manière subtile par les faux-semblants du langage.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Fascination cinématographique
Puissance du langage

Aperçu du début du texte

André Engel fut un metteur en scène français phare des années 1970-1980, période de pleine explosion artistique, où son théâtre « hors les murs » incarnait la volonté de contourner la tradition théâtrale bourgeoise et la recherche d’un nouveau rapport au public. Durant sa carrière, qui s’étire jusqu’à la première décennie des années 2000, André Engel s’empare à trois reprises de l’œuvre d’Ödön von Horváth : Légendes de la forêt viennoise [Geschichten aus dem Wiener Wald] en 1992, Le Jugement dernier [Der Jüngste Tag] en 2003, et, enfin, en 2013, La Double mort de l’horloger, son dernier spectacle de théâtre créé d’après deux courtes pièces de Horváth présentées en diptyque, Meurtre dans la rue des Maures [Mord in der Mohrengasse] de 1923 et L’Inconnue de la Seine [Die Unbekannte aus der Seine] de 1933. À suivre le fil de ces trois créations, il semblerait que, tous les dix ans, André Engel ait eu besoin de retrouver l’univers d’Ödon von Horváth. Qu’avait-il de fascinant pour lui ? Q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Perruchon, « Ödön von Horváth dans les mises en scène d’André Engel : la « cinématisation » du théâtre »Germanica, 73 | 2023, 123-130.

Référence électronique

Véronique Perruchon, « Ödön von Horváth dans les mises en scène d’André Engel : la « cinématisation » du théâtre »Germanica [En ligne], 73 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/germanica/20739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.20739

Haut de page

Auteur

Véronique Perruchon

Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search