Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Theodor Lessing, – Nachtkritiken – Kleine Schriften 1906-1907

Hrsg. Von Rainer Marwedel (Göttingen, Wallstein, 2006, 620 p., 49 €)
Martine Benoit
p. 187
Référence(s) :

Theodor Lessing. – Nachtkritiken – Kleine Schriften 1906-1907. Hrsg. Von Rainer Marwedel (Göttingen, Wallstein, 2006, 620 p., 49 €).

Texte intégral

1Rainer Marwedel; biographe et archiviste de Theodor Lessing, poursuit son travail de mémoire sur ce professeur de philosophie, feuilletoniste, essayiste, écrivain inclassable dont on ne retient aujourd’hui plus que le titre accrocheur d’un ouvrage paru en 1930, Der jüdische Selbsthass. Après une très belle biographie publiée chez Luchterhand en 1987, Theodor Lessing 1872-1933 – Eine Biographie, et deux recueils de textes chez la même Maison d’édition (Ich warf eine Flaschenpost ins Eismeer der Geschichte – Essays und Feuilletons en 1986 et Haarmann – die Geschichte eines Werwolfs und andere Gerichtsreportagen), Rainer Marwedel reproduit dans Nachtkritiken de nombreuses critiques théâtrales, des essais mais aussi deux études plus longues, l’une consacrée au théâtre, Theatersele – Studie über Bühnenäshetik und Schauspielkunst, la seconde proposant une réflexion psychologique, Über Hypnose und Suggestion – eine psychologisch-medizinische Studie. Theodor Lessing a été critique théâtral au Göttinger Zeitung de l’automne 1906 au printemps 1907 – le choix de Göttingen avait cependant été universitaire : Theodor Lessing souhaitait habiliter auprès de Edmund Husserl – mais la rencontre entre les deux hommes fut brève et peu réjouissante, les Journaux intimes consultables au Stadtarchiv de Hanovre en témoignent largement. Theodor Lessing dresse ici avec bonheur des tableaux de Carla Mann et de son frère Heinrich, il rencontre Hugo von Hofmannsthal lors d’une lecture publique, il nous présente entre autres Harry Liedtke qui devait devenir un des plus grands acteurs du film muet. On entre facilement dans ces portraits qui font revivre une époque où le théâtre occupait une place centrale. Et Theodor Lessing nous fait souvent oublier que Göttingen n’est pas Berlin! Il est à espérer que ce volume soit le prodrome à une édition complète des œuvres de Theodor Lessing.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Benoit, « Theodor Lessing, – Nachtkritiken – Kleine Schriften 1906-1907 », Germanica, 40 | 2007, 187.

Référence électronique

Martine Benoit, « Theodor Lessing, – Nachtkritiken – Kleine Schriften 1906-1907 », Germanica [En ligne], 40 | 2007, mis en ligne le 29 juin 2009, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/272

Haut de page

Auteur

Martine Benoit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page