Navigation – Plan du site

Georg Trakl : les poèmes du non–retour

Georg Trakl: die Gedichte der Heimkehr
Jean–Daniel Krebs
p. 35-48

Résumés

De mai à juin 1914 Georg Trakl entreprend, sur les voies du souvenir, un « retour » vers l’enfance, demeure perdue d’une pureté originelle de l’être ; cette remémoration que jalonnent trois poèmes (Heimkehr, Herbslliche Heimkehr, Die Heimkehr) constitue une des figures de l’expérience caractéristique du déclin. Le repère utopique de l’absolu retour (Ein Winterabend) donne la mesure du délabrement progressif de l’espoir en une grâce qui se refuse. Ce phénomène de dégradation, souvent signalé dans l’écriture de Trakl, se manifeste ici dans la corruption accélérée d’un groupe de textes organiquement apparentés. D’un poème à l’autre l’ombre gagne avec l’évidence d’un irrémédiable déclin dont l’exploration mnémonique relève la trace. Ainsi se dessine un iti­néraire destructeur – métaphore de l’œuvre entière – qui poursuit l’objet dans son absence, l’espoir dans la désespérance, l’être jusqu’au plus profond de sa négation. Abordé sur les pentes d’une complaisante mélancolie, le chemin du retour débouche sur le gouffre d’où monte la vision d’une « dernière demeure » signalant le néant comme ultime refuge de l’être: c’est le retour enfin accompli au bout du non-retour.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les poèmes cités renvoient aux textes établis par Walther Killy et Hans Szkle. NAR, Historisch-kritische Ausgabe, Salzburg, O. Müller, 1969 (2 vol.). Abréviation : H.K.A.
On pourra en consulter la traduction française dans : Georg Trakl, Œuvres complètes, trad. de l’allemand par Marc Petit et Jean-Claude Schneider, Paris, Gallimard, 1972.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

The night is long that never finds the day
Macbeth, IV, 3.

E.T., la créature fantastique du film de Steven Spielberg, ne nous paraît jamais aussi humaine que lorsque s’exprime son désir de rentrer à la « maison ». Le scénariste a prêté à l’extra-terrestre cette image nostalgique de la maison qui, enfouie au plus profond de l’être, oriente selon G. Bachelard les pensées, les souvenirs et les rêves de l’homme :

Et toujours, en nos rêveries, la maison est un grand berceau.

Plusieurs poèmes de Trakl, qui mentionnent le « retour chez soi » («Heimkehr») dans leur titre, s’enracinent dans cette nostalgie primordiale, mais c’est pour circonscrire un vide, une exclusion, l’impossible retour de l’« étranger » qui poursuit son « errance inquiète dans un désert de pierres loin des villages du soir, loin des troupeaux rentrant au bercail » (Offenbarung und Untergang). Ces textes ne « traitent » pas le thème du retour : ils relèvent une trace perdue, poursuivant une enquête incertaine sur les voie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean–Daniel Krebs, « Georg Trakl : les poèmes du non–retour », Germanica, 1 | 1987, 35-48.

Référence électronique

Jean–Daniel Krebs, « Georg Trakl : les poèmes du non–retour », Germanica [En ligne], 1 | 1987, mis en ligne le 16 octobre 2015, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/2803 ; DOI : 10.4000/germanica.2803

Haut de page

Auteur

Jean–Daniel Krebs

Université de Lille IIIfr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page