Navigation – Plan du site

L’exotisme fantastique de Hanns Heinz Ewers

Exatik und Phantastik bei H.H. Ewers
Jean-Jacques Pollet
p. 49-65

Résumés

En recherchant, dans les fictions dites « exotiques » de H.H. Ewers, comment s’opère l’évaluation de l’Ailleurs, comment fonctionne le jeu des références, des décalages, des transgressions entre les codes culturels, se dégagent, autour de la césure de la Grande Guerre, du « retour chez soi » de l’écrivain globe-trotter et de sa conversion nationaliste, deux modes d’écriture qui résument bien toute la dérive de H.H. Ewers, de l’esthétisme décadent vers la «Trivialliteratur».
L’exotisme offre d’abord une scène sauvage : le moment, le lieu où se déchaîne, devant l’Européen, une frénésie reconnue sans doute d’abord comme « indigène », mais dans laquelle il se trouve bientôt (involontairement ?) impliqué - contagion où vacillent les certitudes axiologiques les mieux partagées.
À la scène sauvage succède, dans les derniers récits de H.H. Ewers, la scène morbide : pantomime macabre offerte à la curiosité détachée et arrogante d’un témoin-narrateur ravalé au rang de voyeur et conforté dans son assurance de supériorité culturelle.
Le retour chez soi, après l’aventure exotique, n’est pas sans risque. La compromission avec le national-socialisme, pour H.H. Ewers, en fut en quelque sorte le prix.

Haut de page

Notes de l’auteur

N.B. : L’étude à ce jour la plus complète, sur H.H. Ewers. est le livre de Michael Sennewald, Hanns Heinz Ewers. Phantastik und Jugendstil, Verlag Anton Hain, Meisenheim. 1973.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La scène sauvage
La scène morbide

Aperçu du début du texte

Taumelnd, wie ein Trunkener, schwankte
er dem Hause zu…
«Ich will nach Hause»,
flüsterte er. «Die Muntter wartet».
H.H. Ewers, Alraune (derniers mots)

Le héros fantastique, dans les grands classiques du genre du XIXe siècle, est en général le contraire d’un aventurier. Il est confiné dans l’espace clos de son univers propre, auquel il ne peut, ne veut échapper. C’est souvent quelqu’un qui, littéralement, « ne sort pas de chez lui » : le comte d’Athol (Véra, de Villiers de l’Isle-Adam), « après l’affreuse cérémonie du caveau familial », s’enferme, seul, dans « la chambre veuve » ; Roderick Usher (The Fall of the House Usher, de B.A. Poe), bien qu’il fût conscient de la fatale influence des lieux sur son esprit, « n’avait jamais osé sortir de ce manoir depuis plusieurs années » ; enfin à peine le narrateur du Horta de Maupassant a-t-il fait quelques pas dans la campagne environnante qu’il éprouve « ce besoin douloureux de rentrer qui vous oppresse quand on a laissé au logis un malade ai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Pollet, « L’exotisme fantastique de Hanns Heinz Ewers », Germanica, 1 | 1987, 49-65.

Référence électronique

Jean-Jacques Pollet, « L’exotisme fantastique de Hanns Heinz Ewers », Germanica [En ligne], 1 | 1987, mis en ligne le 20 octobre 2015, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/2805 ; DOI : 10.4000/germanica.2805

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Pollet

Université de Lille III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page