Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Même s’il est parfois difficile d’opérer des distinctions aussi précises, il est possible de mentio (...)
  • 2 Par exemple Opernball de Josef Haslinger, la série « Selb » de Bernhard Schlink, Der Klavierstimmer(...)

1Ces dernières années, on assiste dans les pays de langue allemande à une multiplication des romans policiers, qu’ils prennent la forme de romans de détective, thrillers, polars régionaux, romans policiers historiques…1 L’engouement du public pour les polars en allemand dépasse même les frontières des territoires germanophones, grâce à de nombreuses traductions. Du côté des auteurs, il apparaît que le roman policier n’est plus considéré comme un sous-genre puisque d’éminents écrivains se sont lancés dans l’aventure2.

  • 3 Environ 30% des livres publiés sous le registre « Belletristik » des principales maisons d’édition (...)
  • 4 Peter Nusser, Der Kriminalroman, Stuttgart, Metzler, 4. aktualisierte Auf., 2009 [1. Auf. 1980]. Jo (...)
  • 5 Nouvelles analyses de roman policier : Thomas Kniesche, Einführung in den Kriminalroman, Darmstadt, (...)

2Or, tandis que la vente des romans policiers ne cesse d’augmenter en Allemagne et en Autriche3, la critique littéraire ne semble pas répondre à cette fièvre éditoriale. Les ouvrages de référence de Peter Nusser et Jochen Vogt datent d’une dizaine d’années4, et les nouvelles analyses se développent lentement.5 Pourtant le Krimi n’a plus rien à envier au whodunit, hard-boiled novel ou au roman à énigme et roman noir à la française. S’il trouve son essor plus tardivement, il offre aujourd’hui une grande variété dont ce numéro de Germanica propose un panorama.

3Organisé en six sections, le présent ouvrage aborde le roman policier de langue allemande de façon diachronique (du IIIeReich à nos jours), mais aussi dans sa diversité spatiale (le roman policier en Autriche, RFA, RDA), sociologique et générique. Il s’ouvre sur une contribution inaugurale de Jochen Vogt sur l’actualité du roman policier de langue allemande qui brosse un tableau du genre et fournit de nombreux exemples de polars des années 1990 à 2015.

4Les contributions suivantes se penchent sur le roman policier sous le IIIe Reich. Elena Giovannini traite du roman Die Spur im Hafen de Georg von der Vring et précise que cette œuvre, certes ancrée dans son époque, n’est pourtant pas un vecteur de l’idéologie nazie. Dans son article sur le roman policier Strogany und die Vermißten (1941) d’Adam Kuckhoff et Peter Tarin, Vincent Platini montre que ce roman critique vis-à-vis du régime apparaît comme un ouvrage véritablement subversif, que l’on peut apparenter à la littérature de l’Innere Emigration.

5La section suivante, intitulée Le roman policier entre passé et présent, rassemble des contributions qui posent la question du rapport à la tradition du genre. Valentina Serra interroge le lien au genre traditionnel du roman policier dans l’œuvre de Wolf Haas, en particulier au sujet du jeu et des oppositions entre le bien et le mal, la culpabilité et la justice. L’article d’Ingeborg Rabenstein-Michel, quant à lui, démontre le détournement des schémas traditionnels dans la « Trilogie Selb » de Bernhard Schlink et interprète ce travail comme l’expression d’une interrogation sur l’Histoire et sur le passé de l’Allemagne.

6L’histoire occupe également une place importante dans la quatrième section, y apparaissant davantage dans sa dimension documentaire. Wolfgang Brylla analyse les romans de Horst Bosetzky, qui se fondent sur des meurtriers de la République de Weimar, du IIIe Reich et de l’Allemagne d’après-guerre afin de montrer que ces romans se rapprochent plus des « causes célèbres » à la manière de François Gayot de Pitival que des romans policiers. La République de Weimar est également au cœur de la contribution de Sandra Beck consacrée aux romans policiers de Volker Kutscher. Il s’agit alors de mettre au jour la tension entre la situation de crise que connaît l’Allemagne à l’époque et le choix de l’auteur de laisser les perspectives ouvertes quant au devenir de cette République. Dans l’article d’Hélène Yèche, la question du traitement de l’histoire dans le roman policier est posée de manière différente puisque le roman Polyplay de Marcus Hammerschmitt est une uchronie. L’action se déroule en 2000 dans une Allemagne où la RDA l’aurait emporté sur la RFA. L’enquête policière se double alors d’une quête historique. Enfin, Hélène Boursicaut s’intéresse aux romans Verbrechen et Schuld de Ferdinand von Schirach, qui puise son inspiration de son activité d’avocat tout en prenant ses distances par rapport aux schémas classiques et, ce faisant, il déstabilise le lecteur afin de le pousser à s’interroger sur la frontière entre innocence et culpabilité.

7Après l’approche historique, l’accent est mis, dans la section suivante, sur la dimension spatiale avec des articles consacrés au polar régional et au détournement du genre en lien avec cette catégorie de roman policier. Dans son article, Julie Bartosch propose une définition du genre du « polar régional » en mettant en évidence deux types principaux : l’un s’appuyant sur le stéréotype de la province, l’autre le déconstruisant. Jürgen Heizmann se penche lui aussi sur l’évolution du genre du polar régional à partir de la série « Tschonnie-Tschenett » de Kurt Lanthaler. Au fil des romans, l’auteur dépasse tous les cadres du genre : l’espace est élargi, le but des enquêtes n’est plus de rétablir l’ordre établi, la notion de Heimat est problématisée. Enfin, l’article de Gábor Kerekes aborde un autre aspect de la dimension spatiale en s’intéressant à la production et à la réception des romans policiers autrichiens des années 1960 à aujourd’hui.

8La dernière section de l’ouvrage traite de la relation entre roman policier et discours social. Ainsi, Stefan Seeber analyse les romans de Jakob Arjouni en se référant à la théorie de l’espace social de Bourdieu. Robin-M. Aust s’intéresse également aux textes d’Arjouni en relation avec l’architexte du hard-boiled novel et le contexte de migration. Monika Wolting, quant à elle, interroge les aspects irritants, à la fois thématiques et narratifs, du roman Abgeschnitten de Sebastian Fitzek et Michael Tsokos, ces éléments perturbants et perturbateurs conduisant à un questionnement sur le traumatisme des victimes et sur le système judiciaire actuel en Allemagne.

9La variété des contributions de ce numéro permettra, nous l’espérons, de mettre en évidence la diversité des romans policiers germanophones ainsi que leur apport à l’évolution du genre et leurs spécificités, liées à la tradition littéraire (polar régional et Heimatliteratur), mais aussi aux événements historiques qui ont marqué les pays de langue allemande au xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Même s’il est parfois difficile d’opérer des distinctions aussi précises, il est possible de mentionner parmi les romans de détective les œuvres de Jakob Arjouni ou Wolf Haas. Du côté des thrillers, évoquons les romans de Sebastian Fitzek ou d’Andreas Winkelmann. Pour les polars régionaux, Jean-Luc Bannalec, Andreas Wagner et Rita Falk et pour les romans policiers historiques, Volker Kutscher, Uwe Klausner et Bettina Balaká, pour ne citer que quelques noms parmi les plus connus.

2 Par exemple Opernball de Josef Haslinger, la série « Selb » de Bernhard Schlink, Der Klavierstimmer de Paul Mercier, Über Raben et Eine kurze Geschichte vom Fliegenfischen de Paulus Hochgatterer.

3 Environ 30% des livres publiés sous le registre « Belletristik » des principales maisons d’édition allemandes sont des romans policiers ou apparentés. http://www.boersenblatt.net/artikel-extra_krimi___thriller.448321.html [page consultée le 17.05.2016] et http://www.boersenblatt.net/artikel-spezial_krimi___thriller.586008.html [page consultée le 17.05.2016].

4 Peter Nusser, Der Kriminalroman, Stuttgart, Metzler, 4. aktualisierte Auf., 2009 [1. Auf. 1980]. Jochen Vogt, Der Kriminalroman. Poetik – Theorie – Geschichte, München, Fink, 1998.

5 Nouvelles analyses de roman policier : Thomas Kniesche, Einführung in den Kriminalroman, Darmstadt, WBG Verlag, 2015. Achim Saupe, Der Historiker als Detektiv – der Detektiv als Historiker, Bielefeld, Transcript Verlag, 2015. Jochen Schmidt, Gangster, Opfer, Detektive. Eine Typengeschichte des Kriminalromans, Hillesheim, KBV, 2009. Alexandra Krieg, Auf Spurensuche. Der Kriminalroman und seine Entwicklung von den Anfängen bis zur Gegenwart, Marburg, Tectum Verlag, 2002. Brigitte Frizzoni, Verhandlungen mit Mordsfrauen. Geschlechterpositionierungen im « Frauenkrimi », Zürich, Chronos, 2009. Jürg Brönnimann, Der Soziokrimi : ein neues Genre oder ein soziologisches Experiment, Wuppertal, Nordpark, 2004. Alida Bremer, Kriminalistische Dekonstruktion : zur Poetik der postmodernen Kriminalromanen, Würzburg, Königshausen&Neumann, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Le Née et Elisabeth Kargl, « Avant-propos »Germanica, 58 | 2016, 7-9.

Référence électronique

Aurélie Le Née et Elisabeth Kargl, « Avant-propos »Germanica [En ligne], 58 | 2016, mis en ligne le 15 octobre 2016, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/germanica/3166 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.3166

Haut de page

Auteurs

Aurélie Le Née

Elisabeth Kargl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cecille
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search