Skip to navigation – Site map

HomeNuméros59Le Nouveau Roman, pierre de touch...

Le Nouveau Roman, pierre de touche de la modernité littéraire

Der Nouveau Roman, ein Prüfstein der literarischen Moderne
The Nouveau Roman, a touchstone for literary modernity
Solange Arber
p. 19-32

Abstracts

This article examines the reception of the Nouveau Roman in East and West Germany. The radical way these authors broke with the traditional forms of the novel ensured them early on to be known outside of France as leading figures of literary modernism. The reception of the Nouveau Roman in West Germany is characterized by a wish to join the movement as shown by the attempts of the Feuilleton to find in Uwe Johnson the « German Nouveau Romancier ». In the GDR the works of Nathalie Sarraute, Michel Butor, Alain Robbe-Grillet and Claude Simon met with a late and limited response, but this response reveals that the country of socialist realism dealt with the Nouveau Roman in order to confront the question of literary modernism. A comparison between the reactions in West and East Germany sheds light on what unites the two German states, since they both take issue with the Nouveau Roman’s lack of humanism.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article is available on Cairn platform in open access. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

La route des Allemagnes
Allemagne de l’Ouest
Allemagne de l’Est
La réception du Nouveau Roman
Les écrivains germanophones à l’aune du Nouveau Roman
Points d’achoppement
Conclusion

First lines

En 1950, Ernst Robert Curtius écrivait : « seule la France nous enseigne ce qu’est la littérature ». L’idée de la France comme figure de proue de la littérature mondiale est encore vivante dans les années 1960. C’est d’ailleurs en citant Curtius que deux romanistes de part et d’autre du rideau de fer, Gerd Krause et Werner Krauss, abordent la question la plus brûlante de l’actualité littéraire des dix dernières années : le Nouveau Roman. Ce dernier a connu une grande fortune critique, aussi bien internationale que française. Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs. L’idée d’une « école » du refus ou du regard et les interventions polémiques de son « pape » Alain Robbe-Grillet séduisent les médias et assurent la visibilité de ses membres. Plus profondément, la rupture radicale avec les normes du roman réaliste, le refus de notions constitutives du genre, comme le héros ou l’histoire, et surtout l’affirmation de l’autonomie de l’art, contribuent à faire du Nouveau Roman, ainsi dé...

Top of page

References

Bibliographical reference

Solange Arber, « Le Nouveau Roman, pierre de touche de la modernité littéraire »Germanica, 59 | 2016, 19-32.

Electronic reference

Solange Arber, « Le Nouveau Roman, pierre de touche de la modernité littéraire »Germanica [Online], 59 | 2016, Online since 30 December 2018, connection on 25 October 2020. URL: http://journals.openedition.org/germanica/3339 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.3339

Top of page

About the author

Solange Arber

Université Paris-Sorbonne, Université de Lausanne

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cecille
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search