Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59La modernité française en RDA : u...Horizon d’attente et élargissemen...

La modernité française en RDA : un séminaire au Bundesarchiv

Horizon d’attente et élargissement d’horizon. Réception de l’œuvre de Paul Éluard en ZOS/RDA 1946-1991

Erwartungshorizont und Horizonterweiterung. Rezeption des Werks Paul Éluards in der SBZ/DDR (1946-1991)
Horizon of expectation and horizon-extension. Reception of Paul Éluard’s work in SOZ/ GDR (1946-1991)
Jérôme Okecki
p. 149-160

Résumés

On se propose ici d’étudier les tendances qui dominent la réception de l’œuvre de Paul Éluard en RDA, à partir des éditions de ses poèmes, de leur paratexte, et des « Gutachten » (expertises) recommandant leur publication. Cette réception est polarisée par une double focalisation, sur le caractère novateur de la partie surréaliste de son œuvre, et sur le caractère politique de la partie communiste : ce mode de réception présent en France est exacerbé en RDA, où Éluard est condamné sous l’étiquette de « moderniste », et valorisé comme poète du Parti Communiste. La tension entre reconnaissance et condamnation se résout de 1946 à 1953 au profit de la reconnaissance, qui prend la forme d’une canonisation ; par la suite, le « modernisme » est perçu comme une erreur du poète à justifier. La cohérence d’un parcours ainsi polarisé devient un problème. Les critères de valorisation du poète engagé, élaborés pendant sa canonisation (1946-1953), participent de cette manière à la constitution d’un horizon d’attente, dont les acteurs de la réception se voient obligés de satisfaire les exigences, et à partir duquel ils peuvent présenter une vision personnelle d’Éluard en faisant référence à la dimension révolutionnaire de son langage poétique ou en l’intégrant à un projet politique.

Haut de page

Texte intégral

Éluard entre modernisme et communisme

  • 1 De ce point de vue, le mot de préjugé n’a pas le sens de « jugement a priori faux porté a priori su (...)

1La réception de l’œuvre de Paul Éluard en RDA offre un cas intéressant d’imposition parfois contradictoire de deux préjugés sur l’objet d’étude. Ceux-ci sont le modernisme de l’auteur et son statut d’écrivain engagé et communiste. Déterminer la justesse de l’une ou l’autre de ces affirmations portant sur le contenu de l’œuvre du poète est un travail d’interprétation plutôt que d’histoire de l’interprétation : le présent travail se fixe au contraire pour but de déterminer, au sein de l’histoire littéraire de la RDA, le rôle de ces deux jugements prédéfinis dans la création d’un horizon d’attente, au sein duquel les textes ayant trait à la réception d’Éluard (traductions, réécritures, interprétations scientifiques, préfaces) se meuvent1. Le concept opératoire d’« horizon d’attente » désigne donc le phénomène résultant de la conglomération de ces préjugés : il subsume des jugements portés a priori sur une œuvre, en fonction d’une image que le lecteur a de l’auteur et souvent avant la première confrontation avec l’œuvre à proprement parler. Dans le cas d’Éluard, une série de thèmes incontournables peut être mise à jour, à propos desquels les acteurs de la réception sont contraints de se prononcer, que ce soit sous la forme de l’éloge ou de la condamnation. Ces thèmes – comme l’engagement communiste ou le supposé « modernisme » de l’auteur évoluent sous l’influence d’interprétations significatives de l’œuvre (telle celle de Stephan Hermlin ou celle de Klaus Möckel, ou la lecture officielle proposée par le PCF et la SED) qui orientent la réception selon leurs critères idéologiques. C’est ainsi que le thème de la poétique révolutionnaire des surréalistes, ou celui du parcours personnel du poète, se voient conférer une importance croissante : leur ajout transforme et élargit l’horizon d’attente avec lequel le lecteur et le censeur abordent l’œuvre d’Éluard.

2Le statut d’écrivain communiste conféré au poète dépend de sa réception immédiate : à partir de la Guerre d’Espagne, ses liens avec le PCF donnent à Éluard un lectorat privilégié, auquel revient en premier lieu la lecture et publication de ses œuvres. La reconnaissance qui lui est accordée en tant que représentant majeur de la poésie française indépendamment de son engagement politique vient plus tard, dans les années 1960, et culmine avec la publication de ses œuvres complètes dans la « Bibliothèque de la Pléiade » en 1968. Le concept d’écrivain « moderniste » est quant à lui inséparable des pratiques critiques spécifiques à la RDA, où la « modernité » (die Moderne) représente un outil discriminatoire permettant de créer une distance entre la doxa réaliste-socialiste et les expérimentations littéraires du début du xxe siècle, de Rimbaud au Nouveau Roman. La participation de Paul Éluard au mouvement surréaliste dans les années 1920, puis son engagement déclaré au sein du PCF des années 1930 à sa mort, le prédisposent à une affiliation à ces deux catégories simultanément. Dans cette optique, la réception d’Éluard gagnerait à être comparée à celle d’autres poètes « modernistes » et « communistes » du xxe siècle comme Maïakovski ou Neruda. On y observe une même dissociation, au sein de laquelle le caractère novateur des écrits dénués de coloration politique est mis à distance et le caractère politique des écrits engagés est porté aux nues.

3Le constat d’une dissociation au sein de l’œuvre entre sa dimension novatrice et sa dimension engagée peut être fait dans le cadre de la réception d’Éluard en France également, ce dont atteste la monographie de Bettina Bähr (1991) sur l’engagement, politique et privé, du poète :

  • 2 « Schematisiert gesagt, schätzt die marxistische Kritik vorzugsweise die politisch engagierte Lyrik (...)

Pour parler schématiquement, dans le cas d’Éluard, la critique marxiste accorde sa préférence à la poésie qui fait preuve d’un engagement politique (c’est-à-dire les cycles de poèmes à partir de 1936), condamnant sévèrement ses travaux surréalistes à cause de leur manque d’efficacité sociale. Par contraste, la critique non-marxiste accorde surtout de la valeur à la partie de son œuvre qui semble se situer au-dessus de tout esprit de parti, alors qu’elle disqualifie la majeure partie de son œuvre univoquement politique et l’identifie avec de la mauvaise poésie, répondant aux besoins d’une tendance ou d’une propagande2.

4De l’avis de l’auteur du passage cité, cette dissociation manque la nature unique de l’engagement politique et privé d’Éluard, tourné en premier lieu non vers la poésie dans son autonomie (ce qui serait caractéristique de la modernité littéraire), ni vers l’utopie communiste (ce qui serait caractéristique de l’engagement), mais vers un tiers terme qu’Éluard appelle La Vie ou La Raison, à l’amélioration duquel participent également poésie et politique :

  • 3 « In Übereinstimmung mit seiner eigenen nur unscharf gefaßten politischen Position proklamiert er n (...)

En accord avec sa position politique délimitée sans grande précision, il proclame, aux côtés des idéologies abstraites du front populaire, « humanité » et « fraternité », et avant tout la « raison », qu’il surestime en idéaliste, comme garants de la victoire antifasciste et, poétologiquement avec par là une référence polémique à Breton comme point de repère de la langue poétique3.

5Il s’agit ici de voir comment la critique de l’œuvre d’Éluard adopte a priori ces positions que B. Bähr décrit comme un jugement porté a posteriori, et comment dans l’interaction entre politiques, éditeurs et universitaires s’élargit cet horizon d’attente par avance imposé.

La période de canonisation (1946-1953)

  • 4 Paul Éluard, Politische Gedichte. Trad. de S. Hermlin, Berlin, Verlag Volk und Welt, 1949.
  • 5 Paul Éluard, Poèmes politiques, Paris, Gallimard, 1948.
  • 6 Paul Éluard, Řikám, co je Pravda. Politické bášně. Trad. de A. Kroupa, Praha, Klin Edice, 1950.

6Les premières publications de poèmes d’Éluard après 1945 répondent au désir de donner une voix à la fois au pacifisme qui suit l’expérience de la guerre et à la nouvelle idéologie officielle en zone d’occupation soviétique. La maison Sachsenverlag Plauen publie pour cela en 1947 une brochure intitulée Gedichte für Friedensveranstaltungen contenant un choix de poèmes de Brecht, Neruda et Éluard. Ces poèmes ont pour vocation d’être, dans une pratique héritée de l’Union Soviétique, récités lors de réunions politiques. La prééminence d’Éluard dans la réception de la poésie française peut être constatée dans le recueil de poèmes pacifistes français Die Morgendämmerung löst die Ungeheuer der Nacht auf, rassemblé et traduit par Theodor Lücke et publié chez Volk und Welt en 1948. C’est un poème d’Éluard qui fournit le titre du recueil et la majorité des textes publiés dans le recueil provient de son œuvre. Cette prééminence s’explique par le fait qu’il partage avec Aragon le statut de représentant le plus significatif de la poésie résistante, une situation propice à la mise à profit de son image par le Parti Communiste Français et le Parti Communiste d’URSS, auquel le premier est rattaché. Aussi effectue-t-il à la demande de ces partis de nombreux voyages dans les nouvelles démocraties populaires. Le voyage de 1948 à Prague est d’une importance particulière parce qu’il donne occasion à une nouvelle rencontre entre Éluard et le poète allemand Stephan Hermlin dans le cadre d’une exposition sur Maïakovski organisée par le Parti communiste tchécoslovaque. Hermlin, ayant passé les années de guerre en exil en France, possède une bonne connaissance de la poésie résistante ; son travail de traducteur date de cette époque déjà, mais c’est en 1949 seulement que les premières traductions de Hermlin sont publiées4. Le fait que cette publication ait lieu très brièvement après la publication de l’original en France5 et juste avant une traduction tchèque du même ouvrage6 témoigne des liens forts qui unissent les partis communistes européens de l’époque ainsi que les politiques éditoriales qu’ils influencent.

  • 7 Paul Éluard, « La poésie de circonstance », in : Sinn und Form 4/1952 ; G. Baissette, « La poésie d (...)
  • 8 Louis Aragon, « Zum Tode Paul Éluards. Trauerreden auf dem Père-Lachaise », Sinn und Form 1/1953.

7Le choix de poèmes que fait Hermlin dans le volume de 1949 dépasse le cadre de l’adaptation de l’original français, mais donne une incontestable prééminence aux poèmes politiques (en majorité repris au recueil Poèmes Politiques de 1948, avec des ajouts issus de recueils plus anciens). Aussi peut-on parler d’un processus de canonisation d’Éluard, qui dessine pour l’histoire officielle une évolution du poète, des faiblesses de la poésie amoureuse de l’époque surréaliste, à la puissance du verbe poétique et politique de la poésie engagée (à partir de la Guerre d’Espagne environ). En atteste la publication dans Sinn und Form d’articles contribuant à la création d’un paradigme du poète politique7 et organisant la reconnaissance de celui-ci comme représentant majeur du PCF8. Les critiques formulées par la « critique traditionnelle » (B. Bähr) dès la fin des années 1940 à l’encontre de la poésie de la Résistance, notamment par Benjamin Péret (Le déshonneur des poètes, 1947) et Jean-Paul Sartre (Qu’est-ce que la littérature ?, 1950) ne touchent pas la scène est-allemande, où s’est imposée l’image positive du poète engagé. On peut y voir une conséquence des choix en matière de politique culturelle du PCF, sous la direction de Roger Garaudy qui ne cache pas qu’il prend parti pour Éluard contre Sartre, dont les ouvrages sont qualifiés par lui de « littérature de fossoyeur ». Ces choix trouvent une résonance en RDA du fait de l’étroite collaboration entre partis communistes européens.

Le modernisme comme problème (1955-1974)

  • 9 Paul Éluard, Vom Horizont eines Menschen zum Horizont aller Menschen. übers. von F. Hagen, Berlin, (...)

8À partir de la fin des années 1950, à mesure que croît l’hégémonie de l’esthétique réaliste-socialiste, la cohérence de l’œuvre d’Éluard prise dans son entier, entre surréalisme et poésie communiste, n’apparaît plus comme une évidence. La conciliation d’une première période de création, à dévaloriser sous l’accusation de modernisme, et d’une seconde, conforme au canon esthétique, devient un exercice d’adaptation politique par lequel les acteurs en question façonnent une image du poète. En 1955 paraît un choix de poèmes traduits par Friedrich Hagen, écrivain résistant et communiste établi en Allemagne de l’Ouest : Vom Horizont eines Menschen zum Horizont aller Menschen9.

  • 10 An., Verlagsgutachten zu Vom Horizont eines Menschen zum Horizont aller Menschen, BArch 117/54 pag. (...)

9Le choix du poème qui fournit son titre à l’ouvrage atteste d’une perception de l’évolution d’Éluard comme allant d’un modernisme privé et éthique vers une littérature engagée à dimension publique et politique. C’est de cette évolution que prennent acte les deux auteurs (inconnus) des expertises adressées au Ministère de la Culture et de l’Édition. Le premier a recours à des topoi de la critique surréaliste, mis au service d’une critique d’orientation marxiste : c’est la « puissance poétique » (« dichterische Potenz ») d’Éluard qui en fait le meilleur « représentant humaniste du camp de la paix mondiale » (« humanistischer Vertreter des Weltfriedenslagers »10). Au vu de l’acquisition de cette « dichterische Potenz », la participation au surréalisme parisien n’est pas niée, mais considérée comme une erreur de jeunesse des surréalistes, animés d’un véritable désir révolutionnaire mais mal avisés.

10La seconde expertise fait preuve d’une fidélité plus ostensible aux critères réalistes-socialistes en mettant en avant l’accessibilité de la poésie d’Éluard comme condition de la mise à profit pratique de celle-ci. Aussi y réclame-t-on la reformulation de la postface explicative de F. Hagen, dans le but de lui conférer une plus grande univocité et de séparer distinctement poésie politique et poésie apolitique :

  • 11 « Hier sollte der klaren Verständlichkeit für den nicht fachmännischen Leser wegen, für den diese A (...)

Ici, afin de faciliter la compréhension au lecteur non-spécialiste, pour qui, après tout, cette édition est prévue, il faudrait éviter le terme « poétique » et utiliser celui, plus univoque, de « apolitique-humanitaire »11.

  • 12 S. Hermlin, Nachdichtungen. 2., erweiterte Auflage, Berlin und Weimar, Aufbau Verlag, 1957.

11Les négociations portant sur la publication de l’œuvre laissent par ailleurs entendre que le statut d’écrivain communiste d’Éluard lui confère une place privilégiée dans la politique éditoriale de l’époque, qui pousse le ministère non seulement à autoriser l’impression de cette anthologie en 4 000 exemplaires, mais aussi à prévoir la parution de traductions supplémentaires sous la direction de Stephan Hermlin. Ce dernier a déjà publié en 1952 un recueil de traductions (Nachdichtungen) où sont repris la majorité des poèmes d’Éluard composés pendant la Résistance, et cette publication est renouvelée dans une édition agrandie en 195712.

  • 13 P. Éluard, Tod Liebe Leben. Auswahl und Übersetzung von S. Hermlin, Leipzig, Reclam Verlag, 1962.

12La réception d’Éluard en France dans les années 1960 est marquée, d’une part, par sa consécration comme représentant majeur de la poésie française, dont la reconnaissance la plus ostensible est la publication dans la « Bibliothèque de la Pléiade », et, d’autre part, par un intérêt renouvelé pour la partie apolitique de sa création. On retrouve le premier phénomène en RDA des années 1960 aux années 1970, mais le second est remplacé par un maintien ferme de l’image du poète communiste, seul habilité à entrer dans des anthologies de poésie française dont la plupart des symbolistes, dadaïstes, surréalistes se voient fermer les portes. Qu’en 1962 Éluard soit publié dans une maison d’édition se concentrant sur les classiques allemands et, dans une moindre mesure, étrangers, manifeste la reconnaissance qui lui est accordée13.

13La requête d’impression a le soutien écrit du romaniste Klaus Möckel, qui, dans la postface de l’ouvrage, aborde le problème de la cohérence de l’œuvre d’Éluard sous l’angle de la tradition littéraire. Pour lui, le surréalisme représente un mouvement de révolte culturelle, attaché à la dissolution de toute tradition. Si le surréalisme en tant que mouvement échoue, c’est parce qu’il en reste au stade de l’avant-gardisme culturel sans se donner une dimension politique, et par là même se ferme les portes d’une tradition littéraire humaniste, moins novatrice sur le plan formel mais plus univoque dans ses choix politiques. On voit ici se profiler les exigences normatives de l’esthétique réaliste-socialiste.

  • 14 « Vor allem ging es den Surrealisten darum, die innerste Natur des Menschen bloßzulegen. Dabei war (...)

Il s’agissait avant tout pour les surréalistes de mettre à découvert la nature la plus profonde de l’homme. De ce point de vue le problème de l’action sociale n’était « qu’une des formes du problème général, que le surréaliste s’était fixé pour devoir de poser » (A. Breton). C’était là la maladie de tout le mouvement. En dégradant la question sociale au rang de détail, le surréalisme négligeait le fait qu’il ne devait sa naissance qu’à la situation de crises et d’inflation après la Première Guerre mondiale, et se privait de la possibilité de révolutionner véritablement l’art aussi, par le biais de la transformation de la réalité sociale14.

14La conciliation d’un traditionalisme esthétique et d’un progressisme politique est caractéristique de la distanciation d’avec toutes les esthétiques soupçonnées de « formalisme » en tant qu’il s’agit d’une forme du « modernisme » et le rejet de tout autotélisme de la forme. Ces sont ces conditions qui donnent à l’engagement politique et culturel d’Éluard le cadre adapté à son développement. Un contenu révolutionnaire demande donc une forme traditionnelle, qui n’attire pas sur elle-même l’attention, et laisse apparaître le contenu idéologique du poème dans son univocité :

  • 15 « Er hat wie keiner bewiesen, daß die moderne Dichtung sehr wohl mit Formen und Bildern des 19. Jh. (...)

Il a montré mieux que quiconque que la poésie moderne peut tout à fait travailler avec des images et formes du xixe siècle, qu’il s’agit avant tout de montrer un nouveau chemin vers la clarté, l’intelligibilité et l’humanité15.

15La conclusion nuancée de ce document offre un exemple de conciliation de l’antinomie tradition – révolution qu’il est difficile de rapporter à des contraintes idéologiques extérieures ou aux convictions marxistes de l’auteur : malgré l’idéal classiciste exprimé, ou grâce à lui, c’est bien une force novatrice que Möckel reconnaît en Éluard :

  • 16 K. Möckel, ibid.

C’est en novembre 1952 que meurt le grand poète français, qui voulait « tout dire » et qui parvint, à l’aide d’une langue imprégnée des traditions de la poésie française, à exprimer parfaitement une nouvelle pensée communiste16.

  • 17 Französische Lyrik von Baudelaire bis zur Gegenwart. Hg. von Kurt Schnelle, Leipzig, Reclam Verlag, (...)

16Cette synthèse des deux concepts formels tradition et révolution se présente dans la postface par la même occasion comme synthèse du parcours poétique d’Éluard entre une phase négative et une phase positive. Aussi ce modèle cristallise-t-il la perception du poète des années 1960 aux années 1990 et acquiert une telle légitimité qu’il peut être retrouvé dans les jugements portés par la suite sur son œuvre. Un exemple en est l’anthologie de poésie française du xixe et xxe siècle, où une telle synthèse entre modernisme et tradition est étendue à l’évolution générale de la poésie française de 1850 à 196017.

  • 18 Hasselbach/Pradel, Verlagsgutachten zu Französische Lyrik von Baudelaire bis zur Gegenwart, BArch 1 (...)

17Au sein de cette anthologie, la place réduite accordée aux auteurs accusés de modernisme (entre autres Rimbaud, Mallarmé, Baudelaire, Breton) va de pair avec une prééminence incontestable d’Éluard et Aragon, une stratégie planifiée consciemment par les éditeurs, à en croire les recommandations qui accompagnent la requête d’impression18.

Éluard par le biais de Stephan Hermlin (1974-1986)

  • 19 P. Éluard, Trauer schönes Antlitz. Hg. von S. Hermlin, Berlin, Volk und Welt, 1974.

18Les traductions de Hermlin se trouvent à nouveau utilisées dans Trauer schönes Antlitz, une anthologie où la répartition entre poèmes surréalistes et poèmes de la Résistance, suivant le choix de Hermlin lui-même, est de 5 pour 4319.

  • 20 « Bei Éluard sind Biographie und poetischer Werdegang eine seltene Einheit eingegangen. » R. Links, (...)

19Les deux expertises soutenant la publication tentent de résoudre le problème de la cohérence de l’œuvre en le subsumant sous le concept de « parcours » (Werdegang) du poète : « Chez Éluard, biographie et parcours poétique forment une unité exceptionnelle20. »

20Cette unité implique que la période surréaliste d’Éluard ait aussi répondu à des principes d’engagement non seulement « humaniste » mais aussi « politique ». Partant du constat d’unité, le modernisme d’Éluard se laisse ou bien résumer comme une erreur de jeunesse, où le poète trahit sa vocation profonde, ou comme la phase de germination de sa création plus tardive. La lettre de recommandation de Roland Links relève de la première stratégie argumentative :

  • 21 « Einfachheit, Klarheit – was Schwierigkeit nicht ausschließt –, für Éluards gesamtes Werk zutreffe (...)

Simplicité, clarté, ce qui n’exclut pas la difficulté, sont des mots qui peuvent s’appliquer à toute l’œuvre d’Éluard, et qui caractérisent tout particulièrement les poèmes de sa période dite surréaliste, qui en rien ne se manifeste de façon aussi systématique et radicale que chez Breton et Tzara21.

21Pour appuyer son argumentation, R. Links laisse entendre que la période surréaliste d’Éluard prend fin avec son voyage autour du monde de 1924, une thèse que contredit la parution de ses recueils de poésie surréaliste après ce voyage (notamment Capitale de la Douleur en 1926).

22La seconde argumentation sous-tend l’expertise de la romaniste Thea Mayer qui met en avant le caractère révolutionnaire de l’esthétique surréaliste et la cohérence du parcours menant du surréalisme à la poésie engagée. En ce sens il ne faut pas, selon T. Mayer, déduire l’esthétique d’Éluard de son engagement politique, mais bien plutôt son engagement politique de ses principes esthétiques. C’est pourquoi elle conseille d’élargir la section du recueil consacrée à la poésie surréaliste, une décision qui se heurte cependant au choix de S. Hermlin.

23La postface de ce recueil donne à S. Hermlin l’occasion de s’exprimer dans les mêmes termes sur l’unité de l’œuvre d’Éluard. Il y ajoute une défense de son choix de poèmes, au contenu inchangé depuis la première publication de 1948 :

  • 22 « Zu dieser Auswahl: es ist die meine. Ein anderer würde eine andere getroffen haben. Es sind ‚ausg (...)

À propos de ce choix : c’est le mien. Un autre aurait fait un autre choix. Ce sont des « poèmes choisis » d’une œuvre en création continuelle de 1917 à 1953, embrassant plus de 70 publications. Il est vrai que mon choix a été conditionné par des circonstances historiques. J’ai commencé dès 1943 à traduire une série de poèmes d’Éluard, qui en supervisa lui-même une partie encore pendant la guerre. […] Éluard me proposa un jour de devenir en quelque sorte le traducteur autorisé de ses œuvres. Je sus sans difficulté le convaincre d’y renoncer. Une telle chose, dis-je, ne doit pas exister dans le domaine de la poésie, et le principe de la libre concurrence devrait régner ; et je n’avais moi-même aucune intention de traduire une œuvre vaste22.

24Le statut de S. Hermlin comme interlocuteur privilégié d’Éluard et comme passeur de la poésie française en RDA laisse cependant, d’après le matériel disponible, peu de place pour la « libre concurrence » dont il se réclame. En effet, c’est avant tout à travers son prisme que le lecteur est-allemand découvre l’œuvre d’Éluard. Le choix des poèmes, décidé en 1952 pour la publication des Nachdichtungen, n’est plus changé par la suite : tout au plus quelques poèmes en sont-ils retirés dans le cas de la publication du Poesialbum de 1981. Le cas de Verlaine montre que S. Hermlin pratiquait sur certains auteurs des recompositions d’anthologies et des choix différents selon les publications, un phénomène qu’on ne retrouve pas dans le cas d’Éluard. Ce maintien d’une image de son œuvre permet de répondre aux attentes créées par la réception officielle (canonisation) d’Éluard.

  • 23 P. Éluard, Gedichte. Poesialbum 161, Berlin, Verlag Neues Leben, 1981.
  • 24 S. Hermlin, Nachdichtungen. 3., revidierte Auflage, Berlin und Weimar, Aufbau Verlag, 1982.

25Paradoxalement, la question de savoir quel retentissement l’œuvre d’Éluard trouve auprès des lecteurs est-allemands n’est pas par-là résolue, dans la mesure où l’importance qui lui est accordée officiellement ne va pas de pair avec un grand nombre d’exemplaires imprimés : le recueil de 1963 est imprimé en 8 000 exemplaires, celui de 1974 au nombre réduit de 4 000 exemplaires, et le Poesialbum, n°161 d’une collection populaire auprès des lecteurs, en 8 000 exemplaires23. Inversement, les Nachdichtungen de Hermlin, (ré-)éditées en 1952, 1957 et 1987 sont publiées en 20 000 exemplaires24, ce qui peut contribuer à imposer le prisme interprétatif de celui-ci sur l’image d’Éluard.

  • 25 K. Barck (Hg.), Surrealismus in Paris, Leipzig, Reclam Verlag, 1986.
  • 26 W. Klein, Schriftsteller und die französische Volksfront. Die Zeitschrift « Commune ». Literatur un (...)

26L’anthologie Surrealismus in Paris sous la direction de Karlheinz Barck associe des traductions de Hermlin et d’autres composées par Wolfgang Hilbig, Heinz Czechowski, Richard Pietraß, Uwe Grüning et Hubert Witt25. Dans l’histoire littéraire académique, c’est avant tout sur la période de poésie politique d’Éluard que se concentre la critique, comme en atteste la publication de deux articles dans Weimarer Beiträge et d’une monographie de Wolfgang Klein sur le « Front National » de la Résistance26.

27Au vu de cet état de choses, on peut discerner l’effet novateur de l’anthologie de Karlheinz Barck, où la romanistique est-allemande, pour la première fois, se concentre ouvertement sur une période dont elle avait précédemment tenté de minorer l’importance.

Conclusion : Modernisme et conservatisme dans la réception d’Éluard en RDA

28Bien que l’anthologie du mouvement surréaliste représente une exception, il n’y a pas lieu d’affirmer que la dimension moderne de l’œuvre de Paul Éluard ait été occultée : celle-ci représente un problème persistant, auquel chacun des acteurs de sa réception éditoriale en RDA est confronté. Ce problème se présente à partir des années 1950 avec d’autant plus d’acuité que l’enthousiasme lié à la consécration d’un écrivain antifasciste (dans les années 1940) perd de sa prééminence. L’absence de contradiction entre les deux phases de l’œuvre devient dans les expertises et postfaces à la fois une qualité à prouver et un défaut dont l’importance doit être minorée. Des années 1950 aux années 1980, c’est avant tout un processus d’évolution que tentent de dessiner les critiques est-allemands dans l’œuvre d’Éluard, où le poète surmonterait, par le biais de sa création poétique, l’horizon privé, pour entrer dans l’action politique. De cette façon, la poésie échappe au soupçon que l’orthodoxie réaliste-socialiste nourrit à son égard, d’être un genre réservé à l’expression d’un Moi isolé et abstrait. Surtout, on discerne dans l’évolution qu’attribue la critique est-allemande à Éluard une volonté de correspondre à l’horizon d’attente qu’implique l’image canonique du poète qui s’est créée dans les dernières années de sa vie.

29On peut classer les tendances qui président la réception d’Éluard en RDA de la façon suivante :

– La mise en valeur d’une puissance poétique au service du communisme (tendance décroissante)
– La mise en valeur de la cohérence du parcours d’un humaniste (tendance stable)
– La mise en valeur de la coupure avec la tradition comme processus révolutionnaire (tendance croissante)

30On pourrait aussi proposer une classification dans laquelle on opposerait ceux pour qui l’esthétique d’Éluard est le reflet de ses prises de position politiques (K. Möckel) et ceux pour qui, inversement, sa politique reflète son esthétique (T. Mayer). Il n’est pas pour autant possible de déterminer quels jugements portés sur Éluard relèvent d’une réception conservatrice, et lesquels, d’une réception moderniste. Ce constat peut être déduit de la nature hybride des documents étudiés, qui expriment à la fois la position de leurs auteurs et des acteurs idéologiques – qu’ils cherchent à satisfaire, et de la figure du poète canonisé : à propos de celui-ci se crée un certain horizon d’attente que chaque critique, prenant position au sein de celui-ci, tente d’élargir par la perception de la dimension moderniste de l’œuvre d’Éluard.

Haut de page

Notes

1 De ce point de vue, le mot de préjugé n’a pas le sens de « jugement a priori faux porté a priori sur un objet », mais seulement de « jugement porté a priori sur un objet ».

2 « Schematisiert gesagt, schätzt die marxistische Kritik vorzugsweise die politisch engagierte Lyrik Éluards (also die Gedichtzyklen ab 1936) bei scharfer Verurteilung seiner surrealistischen Produktion aufgrund deren mangelnder gesellschaftlicher Effizienz. Im Gegensatz dazu würdigt die nicht-marxistische Kritik insbesondere denjenigen Teil seiner Lyrik, die dem Anschein nach jenseits politischer Parteilichkeit steht, während sie einen Großteil seiner dezidiert politischen Lyrik ab 1936 disqualifiziert und sie teilweise mit schlechter Tendenzlyrik oder Propaganda identifiziert. » Bettina Bähr, Privates Engagement - engagierte Privatheit. Das Werk Paul Éluards in Theorie und Praxis. Abhandlungen zur Sprache und Literatur 27, Bonn, Romanistischer Verlag, 1990, p. 4.

3 « In Übereinstimmung mit seiner eigenen nur unscharf gefaßten politischen Position proklamiert er neben den abstrakten Volksfrontideologemen “humanité” und “fraternité”, vor allem die idealistisch überschätzte “raison” zur Garantin des antifaschistischen Sieges und poetologisch – mit Seitenhieb auf Breton – zum Orientierungsmaßstab der poetischen Sprache. » B. Bähr, ibid., p. 258.

4 Paul Éluard, Politische Gedichte. Trad. de S. Hermlin, Berlin, Verlag Volk und Welt, 1949.

5 Paul Éluard, Poèmes politiques, Paris, Gallimard, 1948.

6 Paul Éluard, Řikám, co je Pravda. Politické bášně. Trad. de A. Kroupa, Praha, Klin Edice, 1950.

7 Paul Éluard, « La poésie de circonstance », in : Sinn und Form 4/1952 ; G. Baissette, « La poésie de Paul Éluard », Sinn und Form 1/54.

8 Louis Aragon, « Zum Tode Paul Éluards. Trauerreden auf dem Père-Lachaise », Sinn und Form 1/1953.

9 Paul Éluard, Vom Horizont eines Menschen zum Horizont aller Menschen. übers. von F. Hagen, Berlin, Verlag der Nation, 1955.

10 An., Verlagsgutachten zu Vom Horizont eines Menschen zum Horizont aller Menschen, BArch 117/54 pag. 260-263.

11 « Hier sollte der klaren Verständlichkeit für den nicht fachmännischen Leser wegen, für den diese Ausgabe doch wesentlich gemeint ist, der Terminus ‚dichterisch‘ vermieden und der eindeutigere ‚unpolitisch-humanitarisch‘ verwendet werden. » Verlagsgutachten zu Vom Horizont eines Menschen zum Horizont aller Menschen, BArch 117/54 pag. 260-263.

12 S. Hermlin, Nachdichtungen. 2., erweiterte Auflage, Berlin und Weimar, Aufbau Verlag, 1957.

13 P. Éluard, Tod Liebe Leben. Auswahl und Übersetzung von S. Hermlin, Leipzig, Reclam Verlag, 1962.

14 « Vor allem ging es den Surrealisten darum, die innerste Natur des Menschen bloßzulegen. Dabei war das Problem der sozialen Aktion „nur eine der Formen des allgemeinen Problems, das aufzuwerfen der Surrealismus sich zur Pflicht gemacht hat“ (A. Breton). Eben daran krankte die ganze Bewegung. Indem der Surrealismus die soziale Frage zu einer Detailfrage degradierte, übersah er, daß er seine Entstehung praktisch erst der Krisen- und Inflationssituation nach dem ersten Weltkrieg zu verdanken hatte, und beraubte sich der Möglichkeit, durch die Umgestaltung der gesellschaftlichen Wirklichkeit auch die Kunst wirklich zu revolutionieren. » K. Möckel, Nachwort zu « Tod Liebe Leben » in : Paul Éluard, Tod Liebe Leben, Leipzig, Reclam, 1962.

15 « Er hat wie keiner bewiesen, daß die moderne Dichtung sehr wohl mit Formen und Bildern des 19. Jh. arbeiten kann, daß es aber darauf ankommt, der Poesie einen neuen Weg zur Klarheit, Verständlichkeit und Menschlichkeit zu weisen. » K. Möckel, ibid.

16 K. Möckel, ibid.

17 Französische Lyrik von Baudelaire bis zur Gegenwart. Hg. von Kurt Schnelle, Leipzig, Reclam Verlag, 1966.

18 Hasselbach/Pradel, Verlagsgutachten zu Französische Lyrik von Baudelaire bis zur Gegenwart, BArch 1250/1502/4/65 pag. 94-99.

19 P. Éluard, Trauer schönes Antlitz. Hg. von S. Hermlin, Berlin, Volk und Welt, 1974.

20 « Bei Éluard sind Biographie und poetischer Werdegang eine seltene Einheit eingegangen. » R. Links, Verlagsgutachten zu Trauer schönes Antlitz, BArch 410/54/74 pag. 315-320.

21 « Einfachheit, Klarheit – was Schwierigkeit nicht ausschließt –, für Éluards gesamtes Werk zutreffend, kennzeichnen auch die Gedichte seiner sogenannten surrealistischen Epoche, die sich nirgends so konsequent und radikal wie etwa bei Breton und Tzara äußert ».

22 « Zu dieser Auswahl: es ist die meine. Ein anderer würde eine andere getroffen haben. Es sind ‚ausgewählte Gedichte‘ aus einem kontinuierlich entstandenem Werk, das zwischen 1917 und 1952 über siebzig Veröffentlichungen umfaßte. Freilich wurde meine Auswahl ursprünglich von historischen Umständen bestimmt. Ich begann, von 1943 an, eine Reihe von Éluard-Gedichten zu übersetzen. Éluard sah diese Übersetzungen zum Teil noch im Kriege. […] Éluard schlug mir einmal vor, ich möge eine Art autorisierter Übersetzer seines Werks werden. Ich redete ihm das ohne Schwierigkeiten aus. So etwas, sagte ich, dürfe es auf dem Gebiet der Dichtung nicht geben, es müsse das Prinzip der freien Konkurrenz herrschen ; ich hielte auch nichts, was mich anginge, vom Übertragen eines umfangreichen Werks. » S. Hermlin, Nachwort zu Trauer Schönes Antlitz. Hg. und übers. von S. Hermlin, Berlin, Volk und Welt, 1974.

23 P. Éluard, Gedichte. Poesialbum 161, Berlin, Verlag Neues Leben, 1981.

24 S. Hermlin, Nachdichtungen. 3., revidierte Auflage, Berlin und Weimar, Aufbau Verlag, 1982.

25 K. Barck (Hg.), Surrealismus in Paris, Leipzig, Reclam Verlag, 1986.

26 W. Klein, Schriftsteller und die französische Volksfront. Die Zeitschrift « Commune ». Literatur und Gesellschaft, Berlin, Akademie-Verlag, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Okecki, « Horizon d’attente et élargissement d’horizon. Réception de l’œuvre de Paul Éluard en ZOS/RDA 1946-1991 »Germanica, 59 | 2016, 149-160.

Référence électronique

Jérôme Okecki, « Horizon d’attente et élargissement d’horizon. Réception de l’œuvre de Paul Éluard en ZOS/RDA 1946-1991 »Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/germanica/3521 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.3521

Haut de page

Auteur

Jérôme Okecki

ENS (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Alithila
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search