Navigation – Plan du site

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Si un jour il n’y a plus d’histoire, si personne ne raconte, si plus personne n’écoute, c’est l’obscurité.
Martin Kordic

Tout en ménageant un espace au cinéma, les contributions réunies ici s’inscrivent dans le prolongement du numéro de Germanica consacré au Conte dans les littératures germaniques du xxe siècle, paru en 1992 sous la direction de Georges Ueberschlag. Dans son avant-propos, celui-ci remarquait, non sans une certaine nostalgie :

On écrit des contes sur mesure, on invente des contes à rebours et des anticontes, afin de « démerveiller », on veut moderniser, le conte, le message. Mais le conte lui-même ne s’en tire pas toujours à son avantage.

Le « démerveillement », néologisme que nous reprenons ici à notre compte, traduirait-il le rapport entretenu par les écrivains et les artistes au conte merveilleux au sein d’une modernité qui, ainsi que le souligne Gauthier Labarthe, « porte en elle, presque comme sa loi, la fêlure d’une perte » et où règne le constat – ou le sentiment...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Lerousseau, « Introduction », Germanica, 61 | 2017, 7-10.

Référence électronique

Andrée Lerousseau, « Introduction », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/3971

Haut de page

Auteur

Andrée Lerousseau

Université de Lille SHS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page