Navigation – Plan du site

« Jean le Chanceux patauge dans le sang »

« Figures renversées » du conte dans Le Nazi et le Barbier d’Edgar Hilsenrath
« Hans im Glück im Blut ». « Umgekippte Märchenfiguren » in Edgar Hilsenraths Roman Der Nazi und der Friseur
« Hans-in-luck in blood». Subversion of fairy tales motifs and characters in Edgar Hilsenrath’ novel The Nazi and the Barber
Andrée Lerousseau
p. 25-43

Résumés

L’article se propose d’analyser la façon dont Edgar Hilsenrath revisite le conte dans son roman Le Nazi et le Barbier, paru en traduction anglaise en 1971 à New York, et dont le manuscrit original ne trouvera un éditeur en Allemagne qu’en 1977. On s’attachera plus particulièrement au « retournement parodique » et à l’inversion des figures, motifs et personnages de trois contes des frères Grimm : Jean le Chanceux, en référence à la lecture que suggère Böll du roman tout entier, Dame Holle et Hansel et Gretel. Dans un détour par le conte comme stratégie narrative et un recours à l’esthétique du grotesque qui confère à la satire sa radicalité, Hilsenrath entend confronter la société allemande de l’après-guerre et la génération du miracle économique à cette catégorie d’hommes auxquels Hitler dut sa carrière et démonter par le biais de l’absurde à la fois les préjugés antisémites et le discours philosémite particulièrement répandu en Allemagne à l’époque qui sont à ses yeux les deux faces d’une même médaille. La refonte complète du conte dans une intensification de l’horreur apporte également la preuve que ce genre littéraire doit être reconsidéré après la Shoah, ce qui vaut également pour la satire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

« Hans im Glück im Blut »
Frau Holle
La sorcière Véronia
En guise de conclusion

Aperçu du début du texte

Presque tous les tabous sont brisés dans mes livres, en particulier ceux que les Juifs et les Allemands considèrent de façon générale comme des vaches sacrées. […] Je suis la bête noire des philosémites, je suis un marginal, aussi bien parmi les Allemands que parmi les Juifs. Ainsi je peux m’autoriser des petites plaisanteries. Je suis un marginal et me plaît dans ce rôle.

Né en 1926 à Leipzig, Edgar Hilsenrath passe son enfance à Halle. Face aux persécutions, il émigre en 1939 à Sereth, en Roumanie, petite ville de la Bucovine, dans cette Mitteleuropa où se mêlent les peuples et où résident ses grands-parents. Le répit sera toutefois de courte durée. Déporté en 1941 en Transnitrie dans le ghetto de Moghilev-Podolsk administré par les Roumains, il demeurera jusqu’en 1944 dans cette « antichambre de l’enfer » qui lui inspirera son second roman, Nuit (Nacht). En 1945, il rejoint la Palestine qu’il quitte deux ans plus tard pour retrouver les membres dispersés de sa famille à Lyon et il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Lerousseau, « « Jean le Chanceux patauge dans le sang » », Germanica, 61 | 2017, 25-43.

Référence électronique

Andrée Lerousseau, « « Jean le Chanceux patauge dans le sang » », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/3995 ; DOI : 10.4000/germanica.3995

Haut de page

Auteur

Andrée Lerousseau

Université de Lille SHS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page