Navigation – Plan du site

Deux contes du théâtre d’ombres

à propos du Montreur d’ombres d’Arthur Robison (1923)
Zwei Märchen als Schattenspiele in Arthur Robisons Schatten - Eine nächtliche Halluzination (1923)
Two shadow theater tales: on Arthur Robison’s Warning Shadows (1923)
Tamara Eble
p. 73-87

Résumés

Cet article se propose de dégager le double enjeu esthétique et narratif du détour par le conte dans le chef-d’œuvre d’onirisme Le Montreur d’ombres (Schatten – Eine nächtliche Halluzination, 1923) d’Arthur Robison, apogée de la mise en scène des ombres dans le cinéma fantastique de la République de Weimar. La séquence centrale repose sur deux contes emboîtés, racontés par un illusionniste afin d’empêcher le drame qu’il pressent entre les convives d’un dîner, au moment où les tensions atteignent leur paroxysme. Le premier est un conte en ombres chinoises qui met en scène un triangle amoureux, reflet métaphorique de la relation entre le comte, son épouse et l’un de leurs invités. Le deuxième conte est une amplification du premier au cours duquel les ombres des convives sont désolidarisées des corps par l’illusionniste. Devenues autonomes, elles vivent les désirs érotiques latents de leurs propriétaires, jusqu’à l’éclatement de violence final. Associée à l’esthétique de la suggestion élaborée au sein des contes par le recours aux ombres, silhouettes et reflets, la stratégie narrative du détour par le récit à tiroirs sous forme de contes met en place une distanciation qui permet de confronter les protagonistes à l’indicible. Au sein du film, le conte central cristallise le sentiment de terreur intime face à une image dérangeante de soi, mais revêt par là même une fonction thérapeutique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un récit enchâssé
Un dispositif de la représentation

Aperçu du début du texte

Souvent rapproché des recherches esthétiques du cinéma expressionniste en raison de son recours singulier aux ombres, Le Montreur d’ombres (Schatten – Eine nächtliche Halluzination, 1923) d’Arthur Robison met en scène deux contes racontés par un montreur d’ombres aux convives d’un dîner. Le premier est un conte en ombres chinoises. Il reflète la relation conflictuelle entre le comte, son épouse et l’un de leurs invités en mettant en scène un triangle amoureux. Au moment où la tension dramatique atteint son paroxysme, l’illusionniste interrompt le spectacle pour raconter un deuxième conte grâce aux ombres des convives. Elles sont désolidarisées des corps par l’illusionniste qui les autonomise afin de leur faire vivre les désirs érotiques latents de leurs propriétaires, jusqu’à l’éclatement de violence final. L’origine littéraire du motif de l’ombre détachée du corps de son propriétaire renvoie au romantisme allemand, notamment à L’Étrange Histoire de Peter Schlemihl ou l’homme qui a ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tamara Eble, « Deux contes du théâtre d’ombres », Germanica, 61 | 2017, 73-87.

Référence électronique

Tamara Eble, « Deux contes du théâtre d’ombres », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4053 ; DOI : 10.4000/germanica.4053

Haut de page

Auteur

Tamara Eble

IHRIM, ENS de Lyon et CCAMAN, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page