Navigation – Plan du site

« Je n’ai jamais eu aucun lien réel avec le romantisme allemand » (W. Herzog)

Notes sur Les Nains aussi ont commencé petits
« Ich hatte nie eine wirkliche Beziehung zur deutschen Romantik » (W. Herzog). Anmerkungen zu Auch Zwerge haben klein angefangen
« I have never had any real relationship with German romanticism » (W. Herzog). Notes on Even Dwarfs Started Small
Jeremy Hamers et Lison Jousten
p. 89-107

Résumés

Les Nains aussi ont commencé petits (W. Herzog, 1970) a fait l’objet de nombreuses lectures qui se sont principalement attachées à attribuer une signification politique et sociale à ce film atypique. Ces entreprises interprétatives sont suscitées par la singularité essentielle qui fonde le long-métrage : un casting exclusivement composé de nains. À rebours de ces approches explicatives qui abordent le film en tant que « parabole », mais partant de la singularité qui en est à l’origine, ce texte démontre que la figure du nain et, corollairement, quelques contes de Grimm auxquels le film renvoie l’analyste (Sneewittchen, Das eigensinnige Kind, Wie Kinder Schlachtens mit einander gespielt haben), invitent au dépassement du paradigme explicatif lui-même. C’est donc en quelque sorte à un mouvement de déconstruction de l’intérieur, à partir du cœur même de ce qui justifiait la posture explicative, que ce texte construit un plaidoyer pour une approche des productions culturelles qui lui tourne résolument le dos.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une parabole
Des contes
Un rire complexe
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le conte est une image qui raisonne. Il tend à associer des images extraordinaires comme si elles pouvaient être des images cohérentes. Le conte porte ainsi la conviction d’une image première à tout un ensemble d’images dérivées. Mais le lien est si facile, le raisonnement est si coulant, qu’on ne sait bientôt plus où est le germe du conte.
G. Bachelard

Introduction

Depuis sa première présentation au festival de Cannes où le film suscita tout autant l’enthousiasme que l’indignation, Les Nains aussi ont commencé petits (Auch Zwerge haben klein angefangen, 1970) de Werner Herzog a fait l’objet d’innombrables lectures, commentaires et analyses. Élevé tantôt au rang d’exception voire d’écart dans une œuvre foisonnante, tantôt à celui d’archétype d’une production à la grande cohérence interne, le long-métrage de Herzog est marqué par une incongruité fondamentale – un univers diégétique peuplé exclusivement de nains – qui semble encourager ses commentateurs journalistiques et scientifiques à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeremy Hamers et Lison Jousten, « « Je n’ai jamais eu aucun lien réel avec le romantisme allemand » (W. Herzog) », Germanica, 61 | 2017, 89-107.

Référence électronique

Jeremy Hamers et Lison Jousten, « « Je n’ai jamais eu aucun lien réel avec le romantisme allemand » (W. Herzog) », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4079 ; DOI : 10.4000/germanica.4079

Haut de page

Auteur

Jeremy Hamers et Lison Jousten

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page