Navigation – Plan du site

« L’ombre d’une corne de taureau »

ou le conte de L’Enfant obstiné chez Alexander Kluge
« Der Schatten eines Stierhorns » oder das Märchen des Eigensinnigen Kindes bei Alexander Kluge
« The Shadow of a Bull Horn » or the tale of The Obstinate Child by Alexander Kluge
Maguelone Loublier
p. 109-125

Résumés

La mosaïque de contes et de récits qui peuplent l’œuvre cinématographique d’Alexander Kluge est à la fois un détour et la condition de possibilité d’une transmission des expériences et des sentiments humains. Par le réemploi de contes et de récits mythiques, mis en résonance avec des événements historiques, Kluge prend le parti d’interroger l’Histoire en marge d’histoires individuelles – fictives ou réelles. Sur les traces des frères Grimm et du « chiffonnier » benjaminien, le réalisateur creuse l’Histoire allemande et assemble un matériau hétéroclite : il prête sa voix à des « enfants obstinés » qui, par-delà la mort, nous font signe et persistent à exprimer des sentiments et à manifester leur capacité de résistance. Les voix qui ponctuent ses films semblent renouer avec la pratique du récit oral : à la recherche d’images et de récits capables de dire l’Allemagne et son Histoire, les voix du « conteur-chiffonnier » interpellent les spectateurs et les inscrivent dans la chaîne de la tradition pour former une mémoire commune. Ce sont des voix atemporelles et sans corps visible qui prennent le risque de raconter des histoires et invitent le spectateur à repenser les traumatismes du xxe siècle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Alexander Kluge, « collectionneur de contes »
Alexander Kluge, chiffonnier obstiné
Introduire « l’ombre d’une corne de taureau » dans une œuvre cinématographique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Celui qui rit des contes n’a jamais connu la misère.
La Patriote

« Es waren einmal zwei Brüder… »

« Il était une fois deux frères. Quand un moteur tombait en panne lors des marches vers l’Ouest ou vers l’Est en direction de Stalingrad, ils le réparaient. Il n’était pas un engin motorisé qu’ils ne sachent réparer. Et en août 1942, ils atteignirent la Volga ». En reprenant ainsi l’incantation rituelle « Il était une fois », la voix du réalisateur Alexander Kluge introduit un conte. Ce n’est pas un conte des temps anciens, magique et enchanteur, un conte d’autrefois, hors du temps, et peuplé de monstres, de fées et d’événements surnaturels, mais un conte moderne qui évoque la bataille de Stalingrad au cours de la Seconde Guerre mondiale :

On raconte que lors de la phase finale de la bataille de Stalingrad, alors que les troupes soviétiques avaient assailli cette poche où les troupes allemandes se trouvaient encerclées, la pratique du cannibalisme s’était répandue parmi ce qui restait de ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maguelone Loublier, « « L’ombre d’une corne de taureau » », Germanica, 61 | 2017, 109-125.

Référence électronique

Maguelone Loublier, « « L’ombre d’une corne de taureau » », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4093 ; DOI : 10.4000/germanica.4093

Haut de page

Auteur

Maguelone Loublier

Université Paris 8, Goethe-Universität, Frankfurt a. M.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page