Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

Sonia Combe, Antoine Spire, Maladie et privation d’amour. De Christa Wolf à Canguilhem, pour un retour à la clinique

Lormont, Le bord de l’eau, 2017, 156 p.
Carola Hähnel-Mesnard
p. 148-150
Référence(s) :

Sonia Combe, Antoine Spire, Maladie et privation d’amour. De Christa Wolf à Canguilhem, pour un retour à la clinique, Lormont, Le bord de l’eau, 2017, 156 p.

Texte intégral

1En novembre 1984, Christa Wolf fut invitée à Magdebourg afin de prononcer une conférence lors du premier congrès du groupe de travail sur la « gynécologie psychosomatique » qui venait de se former en RDA.

2Dans « Krankheit und Liebesentzug. Fragen an die psychosomatische Medizin » (« Maladie et privation d’amour. Questions à la médecine psychosomatique »), texte publié ensuite dans le recueil d’essais Die Dimension des Autors (Berlin, Aufbau, 1986), l’auteure est-allemande se réjouit de la naissance de ce groupe de travail en RDA qui remet en question ce qu’elle appelle la « médecine scientifique ». Convaincue, en tant que personne, de la nécessité de tenir compte de la « psyché » dans le processus thérapeutique, consciente que les progrès techniques éloignent de plus en plus le patient des médecins qui, eux, ont tendance à considérer le corps comme une machine, Wolf appuie son argumentation sur de nombreux témoignages de femmes. L’auteure aborde ensuite des thématiques qui lui sont chères et qui traversent également son œuvre littéraire. Elle interroge les conséquences de la disparition du matriarcat sur la condition féminine, mène une réflexion sur la déconsidération des femmes à travers les siècles (la société leur déniant à chaque fois les valeurs les plus importantes de l’époque, que ce soit la foi au Moyen âge, ou l’intellect, plus tard), tout en se référant aussi bien à l’histoire littéraire ou encore à l’actualité littéraire en RDA, lui permettant au passage de pointer le décalage entre discours officiel sur la question des femmes et réalité vécue.

3Ce texte de Christa Wolf témoigne de l’intérêt que celle-ci a toujours porté aux questions de société, et en le lisant, on s’aperçoit qu’il n’a rien perdu de son actualité. C’est ce qui a conduit Sonia Combe à republier cette conférence aujourd’hui, et à la faire entrer en résonance avec le philosophe français Georges Canguilhem introduit par Antoine Spire. La petite publication est donc le fruit d’un travail à quatre mains combinant travail historiographique et de contextualisation mené par Sonia Combe pour le texte de Christa Wolf avec une redécouverte de certains aspects de la pensée canguilhemienne sur la maladie et la clinique, et une observation lucide de l’univers hospitalier d’aujourd’hui, sous la plume avisée d’Antoine Spire.

4Publiée une première fois en français par Sonia Combe dans Les Temps modernes en avril 1989, la conférence de Christa Wolf paraît aujourd’hui dans une traduction revue, et surtout accompagnée d’importantes informations sur sa genèse. En effet, l’historienne s’est rendue dans les archives de l’Akademie der Künste à Berlin où elle a pu consulter la correspondance entre l’écrivaine est-allemande et le docteur Paul Franke qui, en février 1984, l’invita à venir prononcer une conférence, considérant que « [t]ous vos livres, et en particulier celui que je viens de lire, Cassandre, montrent que c’est vous qui êtes compétente pour parler de “la femme” » (p. 21). Christa Wolf accepte sans hésitation, disant qu’elle s’intéresse depuis longtemps à la « médecine psychosomatique », mais lorsque le docteur Franke lui fait part des difficultés rencontrées par son groupe de travail face à la médecine officielle, Wolf lui propose de se retirer du projet, pensant que sa présence pourrait « faire courir des risques à votre association » (p. 26). En effet, comme l’explique Sonia Combe, Christa Wolf était tombée en disgrâce à cette époque et les autorités est-allemandes voulaient d’abord empêcher sa présence au congrès, ce qu’ils n’ont finalement pas fait.

5En dehors de ces extraits inédits de la correspondance avec le docteur Franke, l’historienne nous propose deux textes qui permettent de contextualiser la conférence de Wolf. Ainsi, un premier texte revient sur la question des femmes en lien avec le « patriarcat socialiste “réel” », pointant le décalage entre nombre de lois progressistes en faveur de l’égalité entre hommes et femmes que les historiens voient aujourd’hui encore comme un avantage du système socialiste (égalité des salaires, possibilités de faire des études, prise en charge des enfants, droit à l’avortement, etc.) et le maintien d’une mentalité patriarcale conduisant objectivement à la persistance des inégalités, du sexisme et du machisme. En effet, l’égalité des droits ne signifiait pas l’émancipation attendue. Dans ce contexte, Sonia Combe souligne le rôle joué par la littérature de femmes de RDA qui a régulièrement mise en lumière les contradictions du régime, mais elle met également en évidence l’écart, voire l’incompatibilité de cette démarche avec le féminisme occidental. Dans un deuxième texte, l’historienne plaide pour une historiographie qui tienne compte d’une « approche par le genre » et de la biopolitique, afin de pouvoir mesurer plus précisément le rapport entre le pouvoir, représenté par l’État et ses institutions, et la société, ainsi que les marges de manœuvre que pouvait y avoir l’individu. Privilégiant les apports de l’histoire sociale face à la seule étude des mécanismes de domination et de répression, Sonia Combe élargit ici le regard au-delà de la RDA, en rendant compte des débats actuels sur les femmes comme acteurs sociaux (la « women’s agency ») dans d’autres pays de l’ancien bloc de l’Est, et notamment en Bulgarie. La question de savoir si les régimes communistes ont fait faillite en matière d’émancipation de la femme ou non, reste donc ouverte jusqu’à aujourd’hui.

6Dans la dernière partie du livre, Antoine Spire revient sur la conférence de Christa Wolf et son rapport à la médecine psychosomatique, en créant des liens avec la pensée philosophique de Georges Canguilhem. Ce dernier s’est toujours révolté contre la déshumanisation de la médecine moderne occidentale, essayant de réhabiliter l’individualité du malade, son ressenti et sa souffrance, et de souligner l’importance de l’échange langagier avec le patient. Antoine Spire analyse ensuite en connaisseur – il a été directeur du Département Recherche en SHS de l’Institut national du cancer – les défauts d’un système médical et hospitalier hautement normé qui éloigne de plus en plus les médecins de la personnalité et du corps des patients. C’est là que l’actualité rejoint la situation décrite par Christa Wolf au milieu des années 1980. Visiblement, la médecine psychosomatique a du mal à se faire une place dans l’univers médical.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carola Hähnel-Mesnard, « Sonia Combe, Antoine Spire, Maladie et privation d’amour. De Christa Wolf à Canguilhem, pour un retour à la clinique », Germanica, 61 | 2017, 148-150.

Référence électronique

Carola Hähnel-Mesnard, « Sonia Combe, Antoine Spire, Maladie et privation d’amour. De Christa Wolf à Canguilhem, pour un retour à la clinique », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4134

Haut de page

Auteur

Carola Hähnel-Mesnard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page