Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

Siegfried Kracauer, Politique au jour le jour 1930-1933

traduit de l’allemand par Jean Quétier, avec la collaboration de Katrin Heydenreich – préface de Jean Quétier, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2017, 184 p.
Martine Benoit
p. 150-152
Référence(s) :

Siegfried Kracauer, Politique au jour le jour 1930-1933, traduit de l’allemand par Jean Quétier, avec la collaboration de Katrin Heydenreich – préface de Jean Quétier, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2017, 184 p.

Texte intégral

1La Collection « Bibliothèque allemande » des Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme propose, dans sa série Philia dédiée à l’histoire des idées, un choix de cinquante Feuilletons publiés par Siegfried Kracauer entre le 3 mai 1930, quelques semaines après l’entrée en fonction du cabinet minoritaire dirigé par Heinrich Brüning, et le 2 mars 1933, jour où le sociologue, fuyant Berlin et l’incendie du Reichstag qu’il aborde dans ce dernier texte, arrive à Paris. Ces textes, savamment introduits et traduits avec beaucoup d’acuité, sont très intelligemment accompagnés d’un appareil critique issu de l’édition allemande des œuvres complètes de Kracauer et enrichi par des ajouts judicieux du traducteur pour aider son lecteur francophone. Ils dévoilent d’une part toute la richesse des pages culturelles de la Frankfurter Zeitung, grand quotidien démocrate dont Kracauer est le correspondant berlinois entre 1930 et 1933. De nombreux thèmes de la vie quotidienne sont ainsi couverts, le lecteur assiste à des audiences de tribunaux, à des conférences universitaires, aux départs dominicaux des citadins à la campagne « pour se remettre de la ville » (6), il prend le train Berlin-Hambourg, le « Hambourgeois volant » (168) ; il se rend au Lunapark, parc d’attractions construit en 1904 et rénové en 1930, que Kracauer juge avec distance :

La foule quitte en bon ordre ce lieu de plaisir qu’elle a parcouru en bon ordre. Elle s’est évadée pour un court moment du quotidien organisé pour se jeter dans un bonheur organisé lui aussi selon des plans rationnels. L’illusion est tout (10).

2Le lecteur entre dans les grands magasins où Noël commence dès la mi-novembre, dans des cafés à la mode, dans des cabarets ou des variétés.

3Les textes montrent aussi toute la tension politique de ces dernières années où, sur le plan politique, la République de Weimar se transforme en démocratie présidentielle (cabinet Brüning) puis en dictature présidentielle (cabinet von Papen, cabinet Schleicher) avant qu’Hitler ne soit appelé au pouvoir et nommé chancelier par le président Hindenburg le 30 janvier 1933. Les Feuilletons disent la pauvreté, la crise économique, les tensions politiques, la montée de l’antisémitisme, une sorte d’irrésistible avancée de Weimar vers l’issue fatale. Le 1er mai 1930 se déroule en deux temps, le cortège de la manifestation communiste devance celui de la social-démocratie, « on veille à ce que les cortèges ennemis ne se retrouvent pas au même moment au même endroit » (3). Kracauer décrit la Leipziger Strasse, grande artère berlinoise qui panse ses plaies après un défilé nazi en octobre 1930 : le sol est jonché de verre, « les jets de pierre semblent avoir visé une religion, car pour l’essentiel ce sont les noms juifs qui sont touchés » (28). Il évoque l’apparition « sans bruit » (114) du drapeau à croix gammée dans les rues de Berlin lors de l’élection à la diète régionale de Prusse le 24 avril 1932, et l’oppose au drapeau noir, rouge et or de la République, drapeau qui « donne l’impression, d’un seul point de vue optique, d’une honorable dame plongée dans une rude société » (114). Kracauer évoque aussi la « belle et digne cérémonie » (127) à la mémoire de Walther Rathenau, ministre des Affaires étrangères du Reich assassiné en 1922 par des membres de l’Organisation Consul, organisation secrète d’extrême droite née après la dissolution des corps francs :

Pour nous qui l’avons vécue, cette époque semble déjà presque relever de l’histoire. Pourtant, quand on a hissé le drapeau de la république, elle s’est mise à remonter en même temps, et elle est redevenue présente à nos yeux en ces jours tout aussi troubles (126).

4Le livre se clôt sur l’évocation de Berlin au lendemain de l’incendie du Reichstag, « ses parois de verre ont brûlé pour la plupart, et des trous noirs bâillent un peu partout entre les côtes de ce squelette clair » (182). Dans la foule qui tourne autour de l’édifice, Kracauer relève les « employés, bourgeois, ouvriers, chômeurs, soldats de l’armée du Reich » (182) – et les écoliers :

Sans arrêt, de nouveaux groupes d’écoliers se mêlent aux adultes. Ils flairent l’agitation et se réjouissent de l’événement sans en prendre la mesure. Quand ils seront grands, ils apprendront dans les livres d’histoire quelle était réellement la signification de l’incendie du Reichstag (183).

5On l’aura compris : cette publication est la bienvenue pour le public francophone, à la fois pour lui faire connaître une autre facette de Siegfried Kracauer et pour lui faire découvrir un riche tableau d’une République de Weimar en train d’agoniser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Benoit, « Siegfried Kracauer, Politique au jour le jour 1930-1933 », Germanica, 61 | 2017, 150-152.

Référence électronique

Martine Benoit, « Siegfried Kracauer, Politique au jour le jour 1930-1933 », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4135

Haut de page

Auteur

Martine Benoit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page