Navigation – Plan du site
Le contexte historique germano-roumain et sa représentation discursive

Les relations entre la Garde de fer et l’Allemagne, 1919-1938

Die Beziehungen zwischen der rumänischen Eisernen Garde und Deutschland, 1919-1938
The relations between the Romanian Iron Guard and Germany, 1919-1938
Traian Sandu
p. 33-55

Résumés

L’approche du phénomène fasciste par les relations internationales n’est pas celui privilégié par les érudits, parce que leurs efforts dans le cas de soi-disant « petits fascismes » – en fait ce que j’appelle de grands fascismes dans de petits pays – comme la Légion de l’Archange Michel/ Garde de fer roumaine ont consisté à démontrer avant tout l’autonomie des fascismes locaux par rapport aux mouvements ou aux régimes fascistesdes grandes puissances italienne et allemande, en l’occurrence le Parti national-socialiste allemand. Cette approche incite d’abord à une méthodologie comparative, indispensable pour légitimer une définition générale et subsumer les cas particuliers.
Néanmoins, elle pourrait aussi aboutir à une argumentation circulaire – définissant comme fascistes les mouvements, les régimes et les idéologies d’abord mobilisés pour la définition. Ainsi, les approches relationnelles et de transfert s’avèreront certainement utiles pour évaluer certaines conclusions comparatives dans l’optique des acteurs eux-mêmes et dans la manière dont ils ont considéré ces points communs idéologiques et structurels, ainsi que leurs relations. Ces approches génèreront aussi quelques distorsions, comme la surreprésentation des élites, alors que ces populismes ultra-nationalistes ont l’ambition première de mobiliser les masses de leurs nations respectives au nom d’utopies sociales purificatrices.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Berlin, modèle pour le fondateur des légionnaires de l’Archange Michel
Après la « Machtergreifung », un intérêt mutuel mais circonspect
Refus légionnaire d’une convergence des droites roumaines ad usum Germaniae
… Mais soutien gardiste à l’Axe fasciste sur le plan international
L’assassinat de Codreanu, une désagréable surprise pour Hitler
Conclusion

Aperçu du début du texte

À première vue, l’approche du phénomène fasciste par les relations internationales n’est pas celle privilégiée par les érudits, pour de nombreuses raisons, mais principalement parce que leurs efforts dans le cas de soi-disant « petits fascismes » – en fait ce que j’appelle de grands fascismes dans de petits pays – ont consisté à démontrer avant tout l’autonomie des fascismes locaux par rapport aux mouvements ou aux régimes fascistes des grandes puissances italienne et allemande.

Cette approche légitime incite d’abord à une méthodologie comparative, et non à une relation, afin de construire une définition du phénomène à partir de ses multiples manifestations nationales, puis de subsumer les mouvements et les régimes à la définition pour contrôler s’ils sont adaptés ou non. Une telle méthode est certainement indispensable pour proposer un discours général sur le fascisme et quitter les approches nationales idiosyncrasiques. Toute la littérature visant à dégager un « idéal-type » wébéri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Traian Sandu, « Les relations entre la Garde de fer et l’Allemagne, 1919-1938 », Germanica, 62 | 2018, 33-55.

Référence électronique

Traian Sandu, « Les relations entre la Garde de fer et l’Allemagne, 1919-1938 », Germanica [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 31 juillet 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4312 ; DOI : 10.4000/germanica.4312

Haut de page

Auteur

Traian Sandu

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page