Navigation – Plan du site
Le contexte historique germano-roumain et sa représentation discursive

La représentation du Souabe danubien dans la presse roumaine post-totalitaire

De l’échange culturel au transfert identitaire
Die Darstellung des Donauschwaben in der post-totalitären rumänischen Presse. Vom Kulturaustausch zum Identitätstransfer
The representation of Danubian Souabes in the post-totalitarian Rumanian press. From cultural transfer to transfer identity.
Silvia Aulagnon
p. 57-73

Résumés

Cette contribution se propose de mettre en lumière, à l’aide d’une analyse du discours, les représentations dans la presse roumaine post-totalitaire des Souabes danubiens émigrés et colonisés au Banat dès le xviiie siècle par les Habsbourg, et celles des échanges culturels tissés entre cette communauté et les populations allogènes existantes sur place, fruit de leur présence triséculaire sur ce territoire.
Nous posons comme postulat que le bilinguisme et le biculturalisme sociétal (et même, dans ce contexte spécifique du Banat, vieille province autrichienne peuplée par une véritable mosaïque ethnosociolinguistique, le plurilinguisme et le pluriculturalisme) apparaissent comme le tout premier aspect des relations interculturelles engagées dans la région, par la force d’une co-existence/co-habitation pluricentenaires. C’est précisément cet aspect-là qui constitue, dans un premier temps, l’objet de notre présente analyse. Conjointement, ce profil linguistique et culturel à part des acteurs sociaux banatais et des Souabes danubiens en particulier s’incarne, bien plus souvent qu’on ne le pense, en ce que l’on a appelé, en psychologie culturelle, une « fluidité identitaire », voire une « identité migratoire », ou encore la fameuse « identité ouverte » (Abdallah-Pretceille). Nous en proposons ici un éclairage à travers le prisme de la notion de « transfert culturel » (Espagne), voire « identitaire », telle qu’il apparaît dans les articles de presse étudiés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La transfiguration de la presse écrite roumaine contemporaine
La valorisation des Souabes danubiens comme acteurs plurilingues
Le plaidoyer pour l’intégration des artistes biculturels à la sphère culturelle roumaine
La mise en exergue du « transfert identitaire » des Souabes
Conclusion

Aperçu du début du texte

La transfiguration de la presse écrite roumaine contemporaine

Un examen attentif de la nouvelle presse écrite roumaine nous révèle que la révolution de décembre 1989 a représenté pour les mass media roumains un moment d’une importance cruciale : la transmission des premiers produits non-censurés et non-conformistes de l’ère post-dictatoriale. L’effondrement du régime communiste a donné le signal de libération de la presse tout entière des servitudes imposées et auto-imposées, dont la censure, l’auto-censure et la langue de bois systématiques et omniprésentes, ainsi que le passage d’un système centralisé et coercitif à un système décentralisé libre.

Dans les faits, les années suivant ce tournant socio-politique et historique majeur enregistrent une diversification de la presse écrite, caractérisée par une croissance sensible des thématiques abordées, des titres, des tirages. Ce phénomène met en lumière d’une part le besoin vital des journalistes d’écrire enfin libérés des chaînes de la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Aulagnon, « La représentation du Souabe danubien dans la presse roumaine post-totalitaire », Germanica, 62 | 2018, 57-73.

Référence électronique

Silvia Aulagnon, « La représentation du Souabe danubien dans la presse roumaine post-totalitaire », Germanica [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 31 juillet 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4413 ; DOI : 10.4000/germanica.4413

Haut de page

Auteur

Silvia Aulagnon

Université de Lorraine (Metz) / Université Jean Monnet (Saint-Étienne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page