Navigation – Plan du site
La littérature allemande de Roumanie, de Paul Celan à Herta Müller

Celans „rumänische Büffel“

Eine Czernowitzer Reminiszenz
« Les bisons roumains » de Paul Celan. Une réminiscence de Czernowitz
Paul Celan’s “Romanian Buffaloes”. Reminiscence from Czernowitz
Andrei Corbea-Hoisie
p. 77-96

Résumés

L’article se propose de suivre le chemin d’un syntagme déjà bien discuté, appartenant au poème Coagula de Paul Celan – « les bisons roumains » –, de sa source (une lettre tout aussi connue de Rosa Luxemburg, de 1917) au texte poétique. Le fait que le texte daté de 1965 ait été esquissé, dans sa version quasi finale, dès 1962 conduit à se demander dans quelle mesure le recours de Celan à la citation de Rosa Luxemburg était tout aussi motivé que trois ans plus tard, lorsqu’il tenta de délivrer son message sur la pensée « alchimique ». L’examen du dossier qui réunit les manuscrits de l’Élégie Valaisanne/Parisienne, contenant aussi les étapes préliminaires de Coagula, renvoie à une certaine atmosphère de cette période de sa création où la réflexion sur son isolement dans un monde perçu comme ennemi était en train de stimuler le souvenir obsessionnel de sa jeunesse à Czernowitz – ce qui accrédite aussi l’hypothèse selon laquelle la lecture que Celan fit des lettres de Rosa Luxemburg provient de cette période, décisive dans sa formation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Auch deine
Wunde, Rosa.

Und das Hörnerlicht deiner
rumänischen Büffel
an Sternes Statt überm
Sandbett, im
Redenden, rot-
Aschengewaltigen
Kolben.

Paul Celans Gedicht Coagula, das zum 1967 veröffentlichten Band Atemwende gehört, ist laut den vom Dichter selbst vorgenommenen Datierungen am 20. Februar 1965 entstanden, und zwar am selben Tag wie das Gedicht Solve, mit dem es als Paar – bezogen auf die alchemische Formel „solve et coagula“ („Löse und verbinde“) – konzipiert wurde. Es wird in der Exegese allgemein festgehalten, dass erste Entwürfe aus dem Jahr 1962 im Verhältnis zu dem Vorhaben des Dichters stammen, eine Walliser bzw. Pariser Elegie zu schreiben, die den Niemandsrose-Band abschließen sollte, während die Reflexion über das mit dem dichterischen Schaffen symbolisch verbundene Titelpaar schon in den Notizen für die Meridian-Rede dokumentiert wird. Die textbezogenen Celan-Kommentare haben offensichtlich diese ,doppelte‘ Interpretationslinie bevorzugt: ein Aufsatz Anders Ollsons steh...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrei Corbea-Hoisie, « Celans „rumänische Büffel“ », Germanica, 62 | 2018, 77-96.

Référence électronique

Andrei Corbea-Hoisie, « Celans „rumänische Büffel“ », Germanica [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 31 juillet 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4545 ; DOI : 10.4000/germanica.4545

Haut de page

Auteur

Andrei Corbea-Hoisie

Universität Iaşi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page