Navigation – Plan du site
La littérature allemande de Roumanie, de Paul Celan à Herta Müller

De la Roumanie à l’Allemagne, la fremde Heimat de Herta Müller

Zwischen Rumänien und Deutschland, Herta Müllers fremde Heimat
From Romania to Germany: Herta Müller’s fremde Heimat
Sylvaine Faure-Godbert
p. 111-125

Résumés

Née en 1953 en Roumanie au sein de la minorité germanophone des Souabes du Banat, réfugiée en Allemagne depuis 1987, Herta Müller se trouve à la croisée des identités et des cultures. Pour des raisons qui tiennent à sa biographie mais aussi au mode de perception qu’elle revendique, elle ne saurait faire sienne la notion de Heimat. Instrument d’oppression de l’individu mis au service d’un refoulement collectif, elle constitue pour elle, dans sa composante souabe comme roumaine, un lieu dans lequel on ne peut pas vivre. Elle tient de plus la Fremdheit pour un mode idéal de relation au monde, sapant ainsi a priori la possibilité d’une quelconque appartenance.
Cette Heimat qu’elle exècre s’impose cependant dans son œuvre comme un noyau vide à partir duquel elle redéfinit, au fil de son histoire, ce que signifient pour elle l’appartenance, l’exil, la Heimatlosigkeit, le mal du pays, etc. Car c’est précisément le fait d’évider sans cesse cette notion qui rend d’autant plus nécessaire ce réajustement permanent. Et de même que le « regard étranger » qu’elle porte sur le monde préexiste à l’exil, la Roumanie demeure « l’arrière-pensée » de tout ce qu’elle perçoit en Allemagne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

« À quoi sert un pays dans lequel on ne peut pas vivre ? »
La douleur fantôme du souvenir
La Roumanie comme arrière-pensée

Aperçu du début du texte

Née en Roumanie en 1953 au sein de la minorité germanophone des Souabes du Banat, réfugiée en Allemagne depuis 1987, Herta Müller se trouve à la croisée des identités et des cultures. Mais comment pose-t-elle la question de l’appartenance dès lors que la patrie devient un « pépin de pomme », la Heimat une tromperie, voire un ennemi intime et qu’elle qualifie son émigration en RFA de simple changement de lieu ? Ces formules percutantes témoignent à tout le moins d’un rejet de la petite comme de la grande patrie ; elles traduisent aussi le refus de Herta Müller de puiser dans le registre émotionnel pour saisir sa relation à la minorité dont elle est issue, comme à la Roumanie, son pays natal, et à l’Allemagne où elle vit depuis plus de trente ans.

Instrument d’oppression de l’individu mis au service d’un refoulement collectif, la Heimat, dans sa composante souabe comme roumaine, est un lieu dans lequel on ne peut pas vivre. Dans les essais et discours de Herta Müller, elle est presque ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvaine Faure-Godbert, « De la Roumanie à l’Allemagne, la fremde Heimat de Herta Müller », Germanica, 62 | 2018, 111-125.

Référence électronique

Sylvaine Faure-Godbert, « De la Roumanie à l’Allemagne, la fremde Heimat de Herta Müller », Germanica [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 31 juillet 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4661 ; DOI : 10.4000/germanica.4661

Haut de page

Auteur

Sylvaine Faure-Godbert

Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page