Navigation – Plan du site
Réception et médiation : le rôle des «passeurs»

La pensée allemande et les débuts de la tradition philosophique roumaine

Die deutsche Kultur und die Anfänge der rumänischen Philosophie
German thought and the dawn of the Romanian philosophical tradition
Cécile Folschweiller
p. 143-157

Résumés

L’école de philosophie roumaine est jeune. Elle naît, institutionnellement, avec la création des universités (Iaşi 1860, Bucarest 1864). Mais la réflexion philosophique roumaine est plus ancienne, alimentée par les contacts intellectuels avec le reste de l’Europe et par les questionnements collectifs liés au problème national. Dans ce contexte, le rôle de la pensée allemande apparaît dès le début du xixe siècle avec l’École transylvaine, puis pendant la période quarante-huitarde, trop souvent considérée sous le seul angle de l’idéologie française, pour s’épanouir, non sans critiques, au sein du cénacle Junimea mené par Titu Maiorescu à partir des années 1860. Celui-ci, formé à Vienne et à Berlin, puis formant lui-même les générations suivantes de penseurs roumains, oriente fortement les débats sur les questions de la culture, de la critique, du jugement, du national et de l’universel, de l’art, de l’histoire, en mobilisant les œuvres de Kant, de Schopenhauer mais aussi des scientifiques. En résultent au xxe siècle des tendances divergentes qui s’affrontent sur le terrain philosophique roumain tout en continuant à se référer aux auteurs allemands, entre la tentation de fonder métaphysiquement une pensée nationale et la pratique d’une philosophie scientifique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les débuts et la génération quarante-huitarde : premiers contacts avec la pensée allemande
Titu Maiorescu et le cénacle Junimea : un usage sélectif de la philosophie allemande
Le début du xxe siècle : les tentations de la métaphysique allemande

Aperçu du début du texte

Parler d’école philosophique roumaine n’est pas possible avant la fin du xixe siècle. Les deux premières universités roumaines furent créées en 1860 à Iaşi puis en 1864 à Bucarest, dans le contexte de la toute récente union des deux principautés de Moldavie et de Valachie, en 1859, sous le sceptre du prince Alexandru Ioan Cuza. Mais la pensée philosophique émerge dans la culture roumaine, et en roumain, dès le début du xixe siècle, favorisée à la fois par les contacts intellectuels avec le reste de l’Europe et par les questionnements collectifs liés au problème national. Ces deux facteurs sont loin d’être sans lien : la grande question des voies ou modèles de développement de la nation roumaine, qui naît alors et court jusqu’au xxe siècle, devient obsessionnelle dans la seconde moitié du xixe siècle et se décline de multiples manières, mais revient toujours à se demander s’il faut adopter un modèle extérieur (occidental ou oriental, français ou allemand) ou cultiver des traditions a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Folschweiller, « La pensée allemande et les débuts de la tradition philosophique roumaine », Germanica, 62 | 2018, 143-157.

Référence électronique

Cécile Folschweiller, « La pensée allemande et les débuts de la tradition philosophique roumaine », Germanica [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 31 juillet 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4837 ; DOI : 10.4000/germanica.4837

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page