Skip to navigation – Site map

HomeNuméros62Réception et médiation : le rôle ...La pensée allemande et les débuts...

Réception et médiation : le rôle des «passeurs»

La pensée allemande et les débuts de la tradition philosophique roumaine

Die deutsche Kultur und die Anfänge der rumänischen Philosophie
German thought and the dawn of the Romanian philosophical tradition
Cécile Folschweiller
p. 143-157

Abstracts

The Romanian philosophical school is a young one. From an institutional point of view, it was born with the foundation of the universities of Iasi (1860) and Bucarest (1864). And yet, the Romanian philosophical tradition is older than that, fostered as it was by the intellectual connections with the rest of Europe and the collective soul probing linked to the national question. In this context, the role played by German thought was apparent from the early 19th century with the Transylvan School. It is also manifest in the period around 1848 – a period which is too often considered from the sole perspective of French ideology. It then flourished within the Junimea circle led by Titu Maiorescu in the 1860s. Maiorescu, who was trained in Vienna and Berlin, and later trained the next generations of Romanian thinkers, heavily influenced the debates on such issues as culture, criticism, judgement, the national and the universal, art, history, by drawing on the works of Kant and Schopenhauer, as well as a number of scientists. Out of it came several diverging and competing philosophical tendencies. These came into conflict within the Romanian philosophical context while still referring to German authors, and fluctuating between the temptation to metaphysically found a national school of thought and the actual practice of scientific philosophy.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2022.
Read it

Outline

Les débuts et la génération quarante-huitarde : premiers contacts avec la pensée allemande
Titu Maiorescu et le cénacle Junimea : un usage sélectif de la philosophie allemande
Le début du xxe siècle : les tentations de la métaphysique allemande

First lines

Parler d’école philosophique roumaine n’est pas possible avant la fin du xixe siècle. Les deux premières universités roumaines furent créées en 1860 à Iaşi puis en 1864 à Bucarest, dans le contexte de la toute récente union des deux principautés de Moldavie et de Valachie, en 1859, sous le sceptre du prince Alexandru Ioan Cuza. Mais la pensée philosophique émerge dans la culture roumaine, et en roumain, dès le début du xixe siècle, favorisée à la fois par les contacts intellectuels avec le reste de l’Europe et par les questionnements collectifs liés au problème national. Ces deux facteurs sont loin d’être sans lien : la grande question des voies ou modèles de développement de la nation roumaine, qui naît alors et court jusqu’au xxe siècle, devient obsessionnelle dans la seconde moitié du xixe siècle et se décline de multiples manières, mais revient toujours à se demander s’il faut adopter un modèle extérieur (occidental ou oriental, français ou allemand) ou cultiver des traditions a...

Top of page

References

Bibliographical reference

Cécile Folschweiller, « La pensée allemande et les débuts de la tradition philosophique roumaine »Germanica, 62 | 2018, 143-157.

Electronic reference

Cécile Folschweiller, « La pensée allemande et les débuts de la tradition philosophique roumaine »Germanica [Online], 62 | 2018, Online since 31 July 2020, connection on 01 December 2020. URL: http://journals.openedition.org/germanica/4837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.4837

Top of page

About the author

Cécile Folschweiller

INALCO Paris

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cecille
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search