Navigation – Plan du site
Hommage

Annick Carlier en « sa » bibliothèque

Christine Debruille et Christophe Hugot
p. 8-10

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

En 1974, l’Université Lille 3 a quitté la rue Angellier du centre-ville de Lille pour le nouveau campus de Pont-de-Bois, à Villeneuve d’Ascq. Situées à proximité des salles de cours et des bureaux du personnel administratifs et des enseignants, les bibliothèques apparaissaient alors comme un lieu de sociabilité où les enseignants et les étudiants d’une même discipline, quel que soit leur niveau, pouvaient se côtoyer. Ce fut le cas de « la bibliothèque d’allemand ».

Pour gérer ces bibliothèques de proximité, les unités d’enseignement recrutèrent le personnel parmi leurs étudiants. C’est ainsi qu’Annick Carlier, étudiante en études germaniques, fut recrutée en 1975 en tant que contractuelle pour s’occuper de la bibliothèque, initialement en coresponsabilité. Tout en travaillant à la bibliothèque, Annick poursuivit son cursus universitaire, soutenant une maîtrise en 1977, puis un DEA en 1980, consacré aux intellectuels et artistes dissidents en RDA.

Le Guide de l’année universitaire 1985...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Debruille et Christophe Hugot, « Annick Carlier en « sa » bibliothèque », Germanica, 62 | 2018, 8-10.

Référence électronique

Christine Debruille et Christophe Hugot, « Annick Carlier en « sa » bibliothèque », Germanica [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 31 juillet 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/5055

Haut de page

Auteurs

Christine Debruille

responsable de la bibliothèque d’études germaniques

Christophe Hugot

responsable de la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page