Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Edouard Jolly, Günther Anders. Une politique de la technique

Paris, Michalon, 2017, 120 p.
Martine Benoit
p. 184-186
Référence(s) :

Edouard Jolly, Günther Anders. Une politique de la technique, Paris, Michalon, 2017, 120 p.

Texte intégral

  • 1 Prix remis tous les 3 ans, le dernier lauréat a été en 2015 Georges Didi-Huberman. On trouvera ici (...)
  • 2 Günter Kunert, Der ungebetene Gast, Gedichte, Berlin und Weimar, Aufbau-Verlag, 1965.

1En 1983, Günther Anders recevait le prix Theodor W. Adorno de la ville de Francfort-sur-le-Main1. C’est à Günter Kunert qu’il revient l’honneur de tenir la laudatio – Kunert qui, dès 1965 et alors qu’il était encore citoyen de RDA, publiait Der ungebetene Gast (L’hôte indésirable), un recueil de poèmes dans lequel il écrivait vouloir mettre en garde contre la « déshumanisation, la perte, possible et irrémédiable, de la conditio humana »2 : dans ce recueil, le poème « Der Schatten » (« L’ombre ») est directement inspiré de Günther Anders. En effet, dans son ouvrage L’Homme sur le pont. Journal d’Hiroshima et de Nagasaki (1959), Günther Anders citait le discours de clôture du « 4e Congrès international contre la bombe atomique et la bombe à hydrogène et pour le désarmement » tenu à Tokyo le 20 août 1958 où l’orateur affirmait : « Sur l’un des ponts d’Hiroshima se tient un homme qui chante et joue de la guitare. Regardez-le. Là où vous attendez de voir son visage, vous ne trouverez aucun visage mais un rideau : car il n’a plus de visage. Et là où vous attendez sa main, vous ne trouverez pas de main mais une pince en acier ». Pour Günther Anders, l’homme sur le pont est « la dernière image du dernier homme » ; dans le poème « Der Schatten », cet homme symbolise l’extermination totale de toute vie humaine – cependant, le dernier vers du poème de Kunert autorisait encore un espoir : la plaie béante que représente cette ombre pour l’humanité est encore susceptible de se refermer. En 1983, dans sa laudatio, Kunert se fait plus rude, nous sommes, écrit-il, « au bord du gouffre », il intitule son discours : « Réflexions inquiètes et inquiétantes ».

2Le petit livre d’Édouard Jolly est une excellente manière d’entrer dans la pensée de Günther Anders. Actuellement chercheur à l’IRSEM (Institut de recherche stratégique de l’école militaire) et chercheur associé au laboratoire STL (Savoirs, Textes, Langages) de l’Université de Lille, Édouard Jolly nous livre ici un premier aperçu de sa thèse, soutenue en 2013 sous le titre : « Les Ombres du monde. Günther Anders et le refus du nihilisme ». Ce premier livre (car on peut espérer que la thèse d’Édouard Jolly paraisse rapidement) se concentre sur la relation entre technique et politique. La pensée politique des écrits d’après-guerre de Günther Anders nous donne en effet d’abord à réfléchir aux bouleversements écologiques et politiques du xxie siècle, avec comme point central, l’angoissante perspective d’une espèce humaine qui risque, voire qui est en train de produire son extinction à l’aide de son propre fait. Édouard Jolly nous emmène dans sa lecture attentive et savante de Die Antiquiertheit des Menschen (publié en deux tomes, en 1956 et 1980, traduit en français sous le titre L’Obsolescence de l’homme), des écrits sur Hiroshima (Hiroshima ist überallHiroshima est partout, paru en 1982), des Zehn Thesen zu Tschernobyl (Dix thèses sur Tchernobyl, publié en 1986) et nous propose un développement en quatre grandes étapes : comment penser la technique moderne ; que signifie produire dans un monde déshumanisé ; comment comprendre la notion d’obsolescence de l’homme lui-même ; pourquoi une politique de la technique est-elle déterminante face aux défis écologiques qu’Anders voyait s’annoncer pour le xxie siècle. Édouard Jolly nous fait entrer avec clarté et méthode dans la pensée de Günther Anders et les différentes notions centrales de sa philosophie. La première partie se concentre sur la notion de « décalage prométhéen », décalage entre les possibilités techniques et l’homme, entre les capacités de produire et celles de représenter – entre la réalisation d’une action et ses conséquences : on ne peut parler de technophobie chez Anders, Édouard Jolly propose le terme de « conservatisme », à savoir : « préserver l’étendue la plus large des possibilités d’expérience en faveur d’une autonomie individuelle » (p. 26). Autre notion centrale : le « totalitarisme des appareils », à savoir l’exclusion de l’homme de tout processus de production et finalement de tout monde, la perte de contrôle après la maîtrise : « L’homme en tant qu’être vivant biologique, éprouve ses limites physiques dans l’adaptation requise par ses appareils » (p. 40) – et les hommes, devenus inadaptés, deviennent, selon l’expression de Günther Anders, « des hommes sans monde » (citation p. 55). Troisième étape de la pensée de Günther Anders : la notion d’obsolescence de l’homme, ce processus de dépossession qui tend à exclure l’homme du monde : ce qui caractérise l’homme de notre société moderne, c’est son conformisme, sa soumission, l’adaptation passive, l’obéissance généralisée (des passages qui donnent envie de se replonger dans La Boétie et son Discours de la servitude volontaire). Édouard Jolly finit cette introduction savante et d’une écriture limpide par une analyse des Dix thèses après Tchernobyl, texte qui permet de poser les fondements d’une anticipation propre à la menace nucléaire, une menace « dont l’échelle spatio-temporelle dépasse celle de toute civilisation historique » (p. 90) : dans ce texte riche et angoissant, Anders affirme entre autres la nécessité de la panique et des affects moraux pour faire face à la réalité de la situation atomique. Comme le résume Édouard Jolly : « Nous serions les témoins du “temps de la fin”, d’une époque historique dont la finalité des finalités nous met dans l’impossibilité logique de parler au futur antérieur : une fois la dévastation atomique déclenchée, une fois l’extinction de l’espèce humaine, il n’y aura plus personne pour raconter l’événement. Nous ne pouvons ni nous projeter après l’apocalypse, ni anticiper un monde où la vie ne trouverait aucun environnement adéquat et où plus aucune histoire ne serait à raconter » (p. 91).

  • 3 Interview parue dans Dissidenten ? Texte und Dokumente zur DDR-‘Exil’ Literatur, Berlin, Volk-und-W (...)

3Dans une interview donnée en 1990, Günter Kunert revenait sur les reproches réitérés concernant son pessimisme légendaire et répliquait : « Je me considère comme un observateur lucide qui, contrairement aux autres, ne cherche pas à refouler ce qui nous attend »3. On pourrait en dire tout autant de Günther Anders.

Haut de page

Notes

1 Prix remis tous les 3 ans, le dernier lauréat a été en 2015 Georges Didi-Huberman. On trouvera ici les noms des 14 lauréats à ce jour : https://www.frankfurt.de/sixcms/detail.php?id=8650&_ffmpar[_id_inhalt]=21490.

2 Günter Kunert, Der ungebetene Gast, Gedichte, Berlin und Weimar, Aufbau-Verlag, 1965.

3 Interview parue dans Dissidenten ? Texte und Dokumente zur DDR-‘Exil’ Literatur, Berlin, Volk-und-Wissen-Verlag, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Benoit, « Edouard Jolly, Günther Anders. Une politique de la technique », Germanica, 62 | 2018, 184-186.

Référence électronique

Martine Benoit, « Edouard Jolly, Günther Anders. Une politique de la technique », Germanica [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 31 juillet 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/5089

Haut de page

Auteur

Martine Benoit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page