Navigation – Plan du site
Actualité littéraire

Daniel Kehlmann, Tyll

Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 2017, 474 p.
Carola Hähnel-Mesnard
p. 187-189
Référence(s) :

Daniel Kehlmann, Tyll, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 2017, 474 p.

Douze ans après son best-seller Die Vermessung der Welt (Les arpenteurs du monde), et après bien d’autres succès, Daniel Kehlmann revient sur la scène littéraire avec un deuxième roman historique. L’auteur, qui vient de se faire remettre le prix Frank-Schirrmacher 2018 pour son « analyse subtile du passé et du présent de l’Allemagne », nous fait donc de nouveau revisiter une période de l’histoire allemande, voire européenne cette fois-ci, en remontant plus loin dans l’histoire, à la première moitié du xviie siècle, et en s’intéressant à la guerre de Trente ans.

D’une certaine manière, le titre de son roman est doublement trompeur. Si Tyll renvoie au personnage de Till Eulenspiegel, Till l’Espiègle, saltimbanque et farceur, héros d’un recueil de contes drolatiques du début du xvie siècle, il n’en est pas pour autant le personnage principal. Kehlmann ne nous livre pas de nouvelle réécriture des aventures et farces bien connues de celui qui se moque de ses contemporains et leur joue de vilains tours. D’ailleurs, Eulenspiegel n’a a priori rien à chercher à l’époque de la guerre de Trente ans. Si la réalité de son existence fait toujours débat, elle serait toutefois à situer au Moyen Âge, au xivsiècle. Interrogé sur cet anachronisme, Kehlmann dit avoir eu besoin d’un personnage qui puisse être mobile et traverser toutes les couches sociales, et avoir choisi Till Eulenspiegel, l’archétype des saltimbanques. Les deux cents ans de décalage n’avaient pas une grande importance. Tyll apparaît ainsi comme personnage légèrement décalé dans un monde fictionnel où l’auteur mélange personnalités historiques attestées et personnages inventés. Et puis, dès le premier chapitre, Tyll semble émerger tout droit du monde des livres, lequel, à l’époque et pour la population des villages, est plutôt le monde des feuilles volantes colportées par les marchands : on connaît Tyll, il apparaît sur le papier à côté de la Nef des fous et du Docteur Faust, lectures populaires de l’époque, avant de s’introduire dans le monde réel et d’être immédiatement reconnu… Mais est-ce le vrai Till ? Un imposteur ? Peu importe…

Si Tyll n’est pas le personnage principal, on le rencontre toutefois à travers les huit chapitres du roman dans des situations très différentes : on le voit enfant, s’entraînant assidument à marcher sur la corde, jeune quittant le village après la pendaison de son père, adulte traversant l’Europe dans les troubles de la guerre, puis bouffon vieillissant du roi dans l’antichambre des négociateurs des traités de Westphalie. Mais jamais le roman ne suit la chronologie ; les périodes sont entremêlées, à l’image de la perception du temps dans le désordre et le chaos de l’époque. Parmi les principaux personnages du roman, on trouve d’abord Claus Ulenspiegel, le père de Tyll, ce meunier qui a la tête dans les étoiles, ce savant autodidacte introverti qui essaye de comprendre comment et de quoi le monde est fait. Et qui devient ainsi la victime de la chasse aux sorcières, de l’Inquisition, représentée par les jésuites – historiquement attestés – Oswald Tesimond et Athanasius Kircher. Ce dernier, savant baroque et personnage mirobolant, devient sous la plume de Kehlmann le véritable hérétique aux idées bien plus dangereuses que Claus Ulenspiegel, ne reculant même pas devant la draconologie… D’autres personnages plus importants que Tyll sont Frédéric V, prince électeur palatin et « roi d’un hiver » de Bohême, par qui la guerre de Trente ans a été déclenchée, ainsi que sa femme Liz, Elizabeth Stuart, reine de Bohème en exil à La Haye qui, veuve et tombée dans la misère, essaye d’assurer son avenir.

Comme toujours, la prose de Daniel Kehlmann est ponctuée de réflexions métafictionnelles sur le rapport entre réalité et fiction, mais également sur la possibilité de raconter ou de décrire un certain nombre de choses. Un exemple particulièrement prenant est ainsi la (non)description de la Bataille de Zusmarshausen, l’une des dernières grandes batailles de la guerre de Trente ans. Martin von Wolkenstein, personnage fictionnel, toutefois descendant du fameux poète Oswald von Wolkenstein, se voit chargé par l’Empereur de chercher Tyll en plein milieu des champs de bataille. À l’instar de Fabrice à Waterloo, il ne comprend rien de ce qui se passe autour de lui et n’arrive pas non plus à décrire l’horreur, même avec la distance de quelques décennies : « Cela dépassait ses capacités d’écrivain. Cela dépassait également ses capacités d’homme raisonnable : encore avec la distance d’un demi-siècle, il était incapable de l’exprimer avec des phrases qui signifiaient réellement quelque chose » (p. 216). Ce qui ne l’empêche pas de raconter ces événements, mais en recourant à la littérature, notamment aux descriptions que Grimmelshausen en fit dans son Simplicius Simplicissimus. Si la poésie baroque, et plus particulièrement celle d’un Martin Opitz, a joué un rôle important dans la description des horreurs de la guerre, Kehlmann introduit toutefois un autre écrivain de l’époque dans son roman, le médecin et poète Paul Fleming, qui se livre à des réflexions sur la langue allemande en tant que langue de la poésie, tissant tout un réseau de réflexions intertextuelles.

Tyll est aussi un roman savant qui joue avec la capacité du lecteur à se retrouver dans cette période lointaine et à mobiliser son savoir littéraire. On retrouve le style propre à Kehlmann : beaucoup de discours indirect, des dialogues courts, des ellipses et un brin d’humour. Plus que dans Les Arpenteurs du monde, l’auteur introduit le ton du conte et de la légende, la magie ne faisant pas seulement partie de l’univers des personnages, mais du texte en général. Ainsi, la description, à la fin du sixième chapitre, de la mort du dernier dragon du Nord, dix-sept mille ans après sa naissance, a d’ores et déjà la valeur d’un morceau d’anthologie.

Tyll, bouffon cruel et profiteur des périodes troubles de la guerre, reste un personnage énigmatique – d’une certaine manière, le saltimbanque est également une parabole de l’artiste. Survivant en toutes circonstances, il est convaincu de son immortalité et refuse la proposition de Liz de l’emmener en Angleterre et d’y passer ses vieux jours en attendant la mort. « Sais-tu ce qui est encore meilleur ? Encore meilleur que de mourir paisiblement. […] Ne pas mourir […], c’est bien meilleur. » Et ainsi Tyll s’en va. Décidemment, il lui suffit d’attendre qu’un autre écrivain s’empare de lui pour continuer à vivre…