Navigation – Plan du site

Propos liminaire

Georges Ueberschlag
p. 1-2

Texte intégral

1Germanica, un titre ambitieux …

2Et pourquoi pas ? – disons-le résolument.

3D’autant plus qu’il va au cœur de notre projet : apporter quelques lumières dans l’une ou l’autre zone de ce vaste champ d’études qu’est le monde germanique – allemand, néerlandais, scandinave – dans ses variantes littéraires, culturelles et autres.

4Cela signifie que nous nous donnons comme tâche de publier des numéros thématiques, axés essentiellement sur le XXe siècle, le choix des thèmes se faisant en fonction des tendances de la recherche contemporaine et des intérêts de nos collaborateurs. Mais cela ne veut pas dire pour autant que nous restions prisonniers d’un thématisme strict, en tant qu’approche littéraire. Chaque type d’approche garde sa valeur spécifique. Il s’agit, en fait, d’offrir une cohérence au niveau de la réflexion, un centre commun à une pluralité de points de vue, qu’il s’agisse de la perspective historique, strictement littéraire, ou d’une autre démarche scientifique.

5Nous envisageons de faire paraître nos publications selon un rythme annuel, ou semestriel à l’occasion. Chaque numéro de la revue comportera, le sujet s’y prêtant, une rubrique « Parallèles » – lecture, dossier, document, etc…, dont le but sera d’accompagner, voire d’illustrer le thème que cherchent à cerner les autres contributions, plus proprement scientifiques. Ce sera le plus que la revue offrira à ses lecteurs.

6Bien sûr, nous connaissons le risque de notre aventure, celui de se lancer indûment dans une concurrence téméraire. Et nous connaissons aussi les dangers qui en résultent.

7Soit !

8Mais nous savons également que des chercheurs confirmés, d’excellents enseignants qui consacrent à la recherche le temps pris sur leurs loisirs, attendent, souvent longtemps, avant d’être publiés. Les meilleurs s’imposeront toujours, nous rétorquera-t-on. Par le courage, le mérite, et par la sélection.

9Certes !

10Mais cette dernière a besoin d’une large base, ne l’oublions pas, et de multiples canaux et créneaux.

11Bref, Germanica existe, grâce à la volonté d’une petite équipe issue, pour l’essentiel, d’une université qui s’honore d’avoir connu en son sein, dans un passé déjà ancien, ou tout récent encore, d’excellents germanistes et hommes de science, une équipe toute disposée à accepter les concours et conseils de collaborateurs plus chevronnés, et qui remercie dores et déjà ceux qui ont bien voulu accepter d’apporter leur caution à l’entreprise.

12Et Germanica existera, grâce à vous, lecteurs, spécialistes ou amateurs, grâce à vous, amis germanistes. Où a passé l’espoir, passera bien la confirmation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Ueberschlag, « Propos liminaire », Germanica, 1 | 1987, 1-2.

Référence électronique

Georges Ueberschlag, « Propos liminaire », Germanica [En ligne], 1 | 1987, mis en ligne le 25 septembre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/5281

Haut de page

Auteur

Georges Ueberschlag

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page