Navigation – Plan du site
L'allégresse au cœur de l'écriture poétique

Le Voyage en Orient d’Hermann Hesse : un manifeste poétique et politique de l’allégresse

Die Morgenlandfahrt von Hermann Hesse, ein politisches und poetologisches Manifest der Heiterkeit
Journey to the East from Hermann Hesse, a political and poetical manifesto for cheerfulness
Béatrice Poulain
p. 127-145

Résumés

Dans Le Voyage en Orient (1932), Hermann Hesse concentre sous forme poétique une réflexion sur la langue et sa dévalorisation qui, née lors de la Première Guerre mondiale en réaction aux formes intellectuelles du nationalisme, se parachève dans l’urgence face à la haine de l’esprit du national-socialisme. En se présentant comme un échec, ce court récit poétologique réalise, par évidement allégorique, la poétique de l’allégresse dont il est le manifeste et qui se fonde humoristiquement sur l’impossibilité tragique de toute écriture d’histoire. Il constitue ce faisant un « appel au combat » rappelant le lecteur à la nécessité mais aussi à la joie du partage de vérité dans la « parole pleine » (erfüllte Sprache, Martin Buber) d’une culture authentique se riant des frontières et du temps. Le Voyage en Orient répond alors au silence solitaire de la révélation trouvé par Hugo von Hofmannsthal dans la corporéité des choses (« Lettre de Lord Chandos ») par un silence allégorique fondateur de culture humaine dans son allégresse-même.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le Voyage en Orient : un « appel au combat », un « manifeste » politique
Le Voyage en Orient : un manifeste allégorique de la poétique de l’allégresse hesséenne
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans Le Voyage en Orient, court récit (Erzählung) rédigé entre 1929 et 1931 et publié en 1932, Hermann Hesse concentre sous forme poétique l’ensemble d’une réflexion sur la langue née lors de la Première Guerre mondiale, face aux débordements haineux d’esprits aveuglés par le nationalisme. La question de la dévalorisation du mot et de la réduction du langage à un système de conventions leurrant l’homme sur la communication véritable qui s’y produit et le détournant de son devenir historique réel, avait plongé Hesse au début des années 20 dans une crise existentielle de production. Dans l’urgence d’un contexte historique où nationalisme et haine se réemparent avec une force destructrice inédite des esprits, Hesse ne sort de cette crise qu’avec la rédaction, fin 1926, début 1927, du Loup des Steppes. Il acquiert alors la certitude que, loin d’être irréversiblement contaminé par ce processus général de perte de sens et de substance, le langage poétique constitue de fait, dans le proces...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Poulain, « Le Voyage en Orient d’Hermann Hesse : un manifeste poétique et politique de l’allégresse », Germanica, 63 | 2018, 127-145.

Référence électronique

Béatrice Poulain, « Le Voyage en Orient d’Hermann Hesse : un manifeste poétique et politique de l’allégresse », Germanica [En ligne], 63 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/5311 ; DOI : 10.4000/germanica.5311

Haut de page

Auteur

Béatrice Poulain

Paris Sorbonne, Groupe de Recherche sur la Culture de Weimar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page