Navigation – Plan du site
Voix de poètes

SUBSONG d’Ulrike Draesner. Sous-chants d’innocence et d’expériences

Sylvie Arlaud: Ulrike Draesners SUBSONG als Subsongs of Innocence und Experience[s]
Sylvie Arlaud: Ulrike Draesner’s SUBSONG as Subsongs of Innocence et Experience[s]
Sylvie Arlaud
p. 41-56

Résumés

Le recueil de poèmes SUBSONG, paru en 2014 et récompensé la même année du prix Ringelnatz, contient un précipité de l’écriture singulière d’Ulrike Draesner. SUBSONG décline en six sections différentes formes de « sous-chants » qui décrivent un cheminement didactique : à la naïveté enfantine de la première section, vokabeltrainer (einsingen), répond, après le passage par les stades de l’imitation (chants d’oiseaux, chants bibliques, chants pétrarquistes, chants de la pop-culture) et de l’émancipation (sub mère détachée), le méta-chant, ou sous-sous-chant : sub-sub « p » (what is poetry). La présente lecture entre, après une brève contextualisation de l’œuvre d’Ulrike Draesner, dans les jeux poétiques et sonores de son écriture mouvante en mettant la première et la dernière section en regard afin d’entrer dans le cœur de sa poétologie

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

De la contrainte comme liberté
SUBSONG : l’art de l’amalgame (a/mal[e]/game)
Sous-chants de l’innocence : babil/ anti-babel
Sous-chants d’expériences
What is « what is poetry » ?

Aperçu du début du texte

La voix d’Ulrike Draesner est entièrement singulière tout en étant absolument représentative de la génération des poètes germanophones de l’après-réunification. Interrogée sur le contexte d’émergence de son écriture au début des années 1990, elle dresse le portrait d’une poésie scindée, qui par l’ouverture du Mur s’est déplacée, recomposée :

Puis il y eut la poésie est-allemande qui transforma profondément, qui bouleversa [le paysage de la poésie germanophone]. Ce fut un temps de découvertes et de questionnements ; des figures littéraires, jeunes et plus anciennes, firent leur apparition ; les traditions de l’Ouest et de l’Est, avec leurs forces et leurs rejets, ne s’épousaient pas parfaitement. Quelque chose se déplaçait.

Cette remarque liminale permet de placer Ulrike Draesner à la fois au cœur et en marge de ce champ poétique. L’altérité est le soubassement et le principe de son écriture. L’autre, qu’il s’agisse d’un texte, d’une langue, d’une époque, de son propre corps, est à la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Arlaud, « SUBSONG d’Ulrike Draesner. Sous-chants d’innocence et d’expériences », Germanica, 64 | 2019, 41-56.

Référence électronique

Sylvie Arlaud, « SUBSONG d’Ulrike Draesner. Sous-chants d’innocence et d’expériences », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/6503 ; DOI : 10.4000/germanica.6503

Haut de page

Auteur

Sylvie Arlaud

Sorbonne Université – EA REIGENN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page