Navigation – Plan du site
Voix de poètes

Zwischen Sinn(en)fülle und Widerstand – Bienen und Wespen als poetologische Symbole in der Lyrik Jan Wagners und Thomas Klings

Antje Schmidt : Entre profusion sensuelle et résistance. Les abeilles et les guêpes comme symboles poétologiques dans la poésie de Jan Wagner et Thomas Kling
Antje Schmidt: Between Sensual Delight and Resistance – Bees and Wasps as Poetological Symbols in Jan Wagner’s and Thomas Kling’s Poetry
Antje Schmidt
p. 57-72

Résumés

Depuis l’Antiquité, la comparaison entre les abeilles qui bourdonnent et produisent du doux miel, et les poètes et leurs œuvres comblés de rythme et d’harmonie et s’inspirant de la tradition, est utilisée pour illustrer des considérations poétologiques. Dans l’œuvre des poètes contemporains de langue allemande Jan Wagner et Thomas Kling, le symbolisme traditionnel des abeilles est transformé pour circonscrire un positionnement poétique individuel. Ainsi, dans le poème poétologique de Wagner « autoportrait avec essaim d’abeilles », un essaim d’abeilles devient une allégorie de la sensualité phonétique et visuelle ainsi que de la richesse sémantique de sa poésie, mais le poème peut également être lu comme un symbole de la résistance de la poésie aux mécanismes de la culture de consommation occidentale. Wagner se positionne ainsi de manière ludique dans la tradition de la poésie apicole. Thomas Kling, quant à lui, ne choisit pas l’abeille, mais la guêpe, bien plus agressive, comme symbole poétologique central, à la fois pour se distinguer de certains aspects de la tradition poétique, mais aussi pour s’y inscrire. Dans « Second Daguerréotype » de Kling, une écriture de guêpe caractérisée par l’agressivité, la rythmique et l’alogicité est mise en scène et peut être interprétée comme métaphore de son esthétique de l’« écriture en mouvement » (Trilcke). Par ailleurs, dans les poèmes de Kling, la guêpe symbolise une vision agressive et non sentimentale de la réalité. Bien qu’ayant une signification différente, les abeilles et les guêpes dans l’œuvre de Wagner et de Kling symbolisent à la fois les caractéristiques de la sensualité et de la richesse lyrique produites par le matériel linguistique ainsi que des formes spécifiques de résistance poétique et d’affirmation de soi.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Honigsüßer Gesang und der Stachel der Inspiration – Bienen und ihre Produkte als poetologische Symbole in der literarischen Tradition
Bienen als magisches Material – Jan Wagners „selbstporträt mit bienenschwarm“
Thomas Kling – Übermittlung von „wespenfrequenzen“
„eine in wut und puls hinfliegende schrift“ – Klings unberechenbare Wespenschrift
Klings Schreiben als große Bejahung des Todes

Aperçu du début du texte

Die Faszination für das fremdartige Potenzial von Insekten, im Alltag häufig unbeachtet, bietet in der zeitgenössischen deutschsprachigen Lyrik seit einiger Zeit Anlass für literarische Selbstreflexionen. So gilt etwa Durs Grünbein das fortwährende Gestaltwandeln als unverwechselbares Kennzeichen des Typus eines „neue[n] Künstler[s]“ der 1990er Jahre. Das Schaffen dieses Typus sei nach dem Zusammenbruch des Sowjetregimes in einem Zeitalter des Transits zu verorten, sodass die einzige Beständigkeit seines ästhetischen Schaffens in Prozessen des steten Wandels besteht. Der Transitkünstler, der sich den neuen chronikalischen Verhältnissen des postsowjetischen Zeitalters anzupassen habe, habe daher

kein Programm mehr, sondern nur noch Nerven und einen feinen Spürsinn für Koordinaten. […] Luftsprünge ins Immaterielle sind seine liebsten Züge in einem Spiel, das seine Regeln immer wieder aufgibt und aufs neue prägt. Stil ist allenfalls noch ironisch spielerische Tarnung oder Mimikry, insek...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antje Schmidt, « Zwischen Sinn(en)fülle und Widerstand – Bienen und Wespen als poetologische Symbole in der Lyrik Jan Wagners und Thomas Klings », Germanica, 64 | 2019, 57-72.

Référence électronique

Antje Schmidt, « Zwischen Sinn(en)fülle und Widerstand – Bienen und Wespen als poetologische Symbole in der Lyrik Jan Wagners und Thomas Klings », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/6565 ; DOI : 10.4000/germanica.6565

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page