Navigation – Plan du site
Voix de poètes

Sabine Schos Schautiere

Grit Dommes : Les animaux d’exposition de Sabine Scho
Grit Dommes: Sabine Scho’s exhibited animals
Grit Dommes
p. 73-90

Résumés

Le recueil de poèmes Tiere in Architektur (2013) de Sabine Scho ainsi que son intervention pour le Musée d’histoire naturelle de Berlin, conçu deux ans plus tard en collaboration avec Andreas Töpfer et dont les textes et dessins sur les perceptions sensorielles sont rassemblés dans le magazine The Origin of Senses (2015), explorent la relation entre l’homme et l’animal. Pour ce faire, ils interrogent les lieux urbains du monde entier où l’homme rencontre des animaux, notamment le zoo et le Musée d’Histoire Naturelle. Pourquoi l’homme observe-t-il des animaux capturés, voire morts depuis longtemps ? Les habitations que l’homme attribue aux animaux en disent long sur lui-même. Et l’approche scientifique représentée par le Musée d’histoire naturelle permet également de tirer des conclusions sur l’homme et la société. Dans les poèmes, la vision intéressée de l’animal défendue par les deux institutions est confrontée à des actions et des structures qui relativisent, voire sapent cette attitude. Ainsi, la poésie de Sabine Scho dont la forme se refuse à une appropriation rapide, et les photographies et dessins qui l’accompagnent montrent des instantanés d’une conception de l’homme à de nombreux égards brisée à l’ère de la mondialisation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

„die stadt ist mein schauraum“: Architektur für Tiere?
„nur mut, evolution!“ – im Naturkundemuseum

Aperçu du début du texte

In allen Gedichtbänden von Sabine Scho finden sich Tiergedichte: die Pferdetexte „– auf Toro“ und „Heidewind“ in Album (2001) und die Abteilung „Nachfolgende Tiere“ in farben (2008). Seit 2013 aber sind Tiere zu Schos Generalthema geworden: Der Band Tiere in Architektur versammelt Texte und Fotos zum Themenkreis Zoo und das Magazin The Origin of Senses, 2015, mit Zeichnungen von Andreas Töpfer und der Übersetzung von Ann Cotten, geht von Exponaten des Naturkundemuseums Berlin aus. Im Jahrbuch der Lyrik 2018 erschien Schos Gedicht „gestrandeter pottwal“, das im gleichen Jahr auch in die Anthologie Aus Mangel an Beweisen von Michael Braun und Hans Thill aufgenommen wurde. 2018 konnte Sabine Scho neben Christian Lehnert den Deutschen Preis für Nature Writing entgegennehmen, gestiftet vom Bundesamt für Naturschutz und Matthes & Seitz, jenem Berliner Verlag, der in seiner Naturkunden-Reihe Natur- und Kulturgeschichte zusammenbringt. Die Recherchen zu ihren Gedichten führen die Autorin in...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grit Dommes, « Sabine Schos Schautiere », Germanica, 64 | 2019, 73-90.

Référence électronique

Grit Dommes, « Sabine Schos Schautiere », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/6649 ; DOI : 10.4000/germanica.6649

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page