Navigation – Plan du site
Voix de poètes

« kostbar ist uns nur der augenblick des erkennens »

Une introduction à la lecture de Chlebnikov weint (2015) d’Anne Seidel
Laurent Cassagnau: „kostbar ist uns nur der augenblick des erkennens“. Eine Einführung in Anne Seidels Chlebnikov weint (2015)
Laurent Cassagnau: „kostbar ist uns nur der augenblick des erkennens“. An introduction to Anne Seidel’s Chlebnikov weint (2015)
Laurent Cassagnau
p. 101-114

Résumés

Chlebnikov weint (2015), le premier recueil d’Anne Seidel (née en 1988 à Dresde) est plus qu’un carnet de voyages, réels ou imaginaires, dans l’espace et la culture russes, et, plus généralement, slaves. Il fait se télescoper des images du présent de l’Europe orientale postsoviétique et du passé stalinien ou nazi au moyen de constellations figuratives que l’on peut comparer à l’image dialectique de Benjamin. Le recueil est porté par le principe de la différence et de la répétition, du cycle et de la variation, de la présence et de l’absence, dont la dialectique produit ce qu’Anne Seidel, à la suite de Mandelstam, appelle « l’instant de la (re)connaissance ». C’est pourquoi, elle définit le poème comme « forme de l’absence ». A. Seidel se démarque ainsi de tout projet mémoriel qui tend à écraser l’objet évoqué sous le poids du mémorial.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Dans son recueil Tristia (1916), inspiré des élégies d’Ovide et de Tibulle, le poète russe Ossip Mandelstam écrit : « Tout a été, et ce qui fut sera, / Seule est douce l’heure où tu reconnais. ». Cette citation est reprise et développée en libre traduction allemande dans Chlebnikov weint, premier recueil de la poétesse allemande Anne Seidel paru en 2015, qui comporte de nombreuses références à la littérature et à la culture russes, et plus généralement slaves. Dans le poème intitulé Océan facile on retrouve en effet ces vers de Mandelstam paraphrasés et répartis sur plusieurs lignes :

[…] eines tages wiederholt sich alles […] zeit pendelt zurueck

[…] bis wir wieder erkennen:

[…] kostbar ist uns nur der augenblick

des erkennens [...] (CW, 5)

Cette double affirmation d’un temps cyclique et d’un temps de la (re)connaissance peut servir de biais pour entrer et cheminer dans ces poèmes d’Anne Seidel qui, au-delà de leur diversité formelle, présentent une forte cohérence sémantique e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Cassagnau, « « kostbar ist uns nur der augenblick des erkennens » », Germanica, 64 | 2019, 101-114.

Référence électronique

Laurent Cassagnau, « « kostbar ist uns nur der augenblick des erkennens » », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/6798 ; DOI : 10.4000/germanica.6798

Haut de page

Auteur

Laurent Cassagnau

ENS, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page