Navigation – Plan du site
Au-delà des genres

Théâtralisations radiophoniques de poèmes

Elian Beaufils: Lyrische Hörspiel-Theatralität
Eliane Beaufils: Lyrical theatricalisation in the radio
Eliane Beaufils
p. 183-198

Résumés

Cet article se penche sur des formes de poésies radiophoniques contemporaines qui rompent aussi bien avec quelque pathos déclamatoire qu’avec des présentations expérimentales de poésie concrète ou très formalisée. La langue poétique est certes travaillée, mais sa présentation fait également « effet de poésie » en étant portée par une forme de dire à la fois discret et rythmé. Ce dire poétique s’appuie d’autant plus sur un rythme tel que le conçoit Henri Meschonnic, comme langage subjectivant, qu’il use de la théâtralisation radiophonique de manière performative pour transmettre une expérience tout à la fois sensible et pensée. Partant de l’analyse de la pièce de Christian Uetz, Ewig ohne Dauer, l’article dégage les caractéristiques propres au dire poétique. Il les retrouve dans deux autres pièces traitant de contenus sociopolitiques, en particulier du multiculturalisme. Le dire poétique permet alors de faire de la radio un espace autopoïétique de transmission et de pensée par-delà les différences, les conflits et les divers « théâtres d’affects » médiatiques (Byung Chul Han).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Ewig ohne Dauer : entre spéculation et performativité
Comment le poème oral parle à l’auditeur
Au-delà de transsubjectivité le rythme de voix plurielles
D’un lyrisme narratif porté par une seule voix

Aperçu du début du texte

La poésie a longtemps été la reine des scènes théâtrales, Brecht y recourait encore par l’entremise de ses songs et autres rimes. Après la guerre cependant et avec l’avènement du Regietheater s’est creusée la distance prise avec le texte et les énonciations qui lui étaient associées, comme le fait remarquer Helga Finter. La chercheuse explique que cette distance résulte en premier lieu de l’instrumentalisation de la parole poétique par le nazisme :

D’une part, la méfiance des hommes de théâtre vis-à-vis de voix esthétiquement très travaillées est due au caractère lisse et creux d’un style de langage rhétorique qui s’est perpétué jusqu’à l’époque Adenauer […]. Mais des styles de voix caractéristiques du théâtre allemand ont par surcroît été subtilisés par Hitler et Joseph Goebbels, et de façon tout à fait caricaturale.

Les pièces radiophoniques après-guerre renoncent également à tout pathos poétique. La poésie orale a néanmoins subsisté sous forme de Hörspiele spécifiques, notamment a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eliane Beaufils, « Théâtralisations radiophoniques de poèmes », Germanica, 64 | 2019, 183-198.

Référence électronique

Eliane Beaufils, « Théâtralisations radiophoniques de poèmes », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/7140 ; DOI : 10.4000/germanica.7140

Haut de page

Auteur

Eliane Beaufils

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page