Navigation – Plan du site
(Re)Lectures

(Re)lectures

Anne Roche
p. 217-226
Référence(s) :

Edité par Heinrich Kaulen traduit de l’allemand par Marianne Dautrey, Philippe Ivernel et Michel Métayer, Paris, Klincksieck

Entrées d’index

Index géographique :

Université Aix-Marseille
Haut de page

Texte intégral

1Le lecteur français, souvent désorienté jusqu’ici devant le maquis aléatoire des traductions de Benjamin, s’est réjoui de voir entreprendre une traduction systématique aux éditions Klincksieck sous la direction de Michel Métayer, avec la collaboration de Florent Perrier. Il constate au demeurant que le désordre qu’il déplorait n’est pas propre aux seules traductions en français, mais reflète la situation, historiquement compliquée, des publications majoritairement posthumes des textes de Benjamin. Un avant-propos, au début du tome 13.2, retrace l’historique de ces publications, les choix des précédents éditeurs, les difficultés multiples d’établissement des textes, démontrant au passage les carences des Gesammelte Schriften de 1972 : « Dans les Écrits réunis, y compris dans les volumes d’annexes, ne fut retenue qu’une fraction de ce qui est publié ici, parce que l’édition avait renoncé à venir à bout de toute l’étendue des fonds de Francfort et de Jérusalem et que, à cette époque, certaines parties des œuvres inédites restaient inaccessibles à la recherche ou n’avaient pas encore été découvertes » (II, 24). Est-ce à dire qu’on va disposer maintenant des « œuvres complètes » ? Les éditeurs avertissent : « Compte tenu de la situation spécifique des œuvres posthumes de Benjamin, la présente édition des critiques et recensions renonce au concept d’une version définitive “de dernière main”. Elle pose comme centrale non la clôture d’une “œuvre” mais la dynamique du processus et projet propre aux travaux de Benjamin sur la critique littéraire » (II, 20-21). Ce à quoi on ne peut qu’acquiescer.

2Les recensions sont souvent considérées comme « de simples épitextes plutôt que comme une forme sui generis de même rang que la littérature » (II, 947). En 1972, la publication du tome III des Gesammelte Schriften avait rendu accessibles les critiques jusqu’alors dispersées en revues ou archives. Mais elle ne donnait pas les contextes biographiques, historiques ou éditoriaux. Or, à côté des cercles relationnels connus (École de Francfort, tradition juive, cercle de Brecht), l’édition actuelle fait émerger des figures occultées ou minorées comme Siegfried Kracauer, Ernst Bloch, Franz Hessel, Gisèle Freund et bien d’autres. Benjamin, sans protection institutionnelle, n’était pas pour autant isolé socialement, et n’a rien du poncif de l’intellectuel de gauche mélancolique, en situation d’échec, incapable de vivre, marginalisé… En fait, l’édition actuelle donne à voir un « journaliste averti, publiciste offensif et connaisseur des médias » (II, 955), observateur vigilant de la scène littéraire, allemande, française et russe, très averti des champs de force culturels du temps. Autre nouveauté, l’édition de 1972 ne retenait que les critiques publiées après 1926, suggérant une césure liée à l’échec de l’habilitation ; l’édition actuelle rassemble de nombreux inédits tapuscrits et manuscrits, qui « montrent que l’on ne peut parler de différence hiérarchique entre les diverses parties de l’œuvre de Benjamin, ni du point de vue de leur genèse ni de celui des conceptions qui en ressortent » (II, 957). Ces inédits permettent aussi d’entrer dans l’atelier du critique.

3Le premier volume comprend les textes écrits par Benjamin, imprimés, tapuscrits et brouillons, dans un ordre qui peut sembler paradoxal mais qui se justifie : « Ce cheminement ne se déroule donc pas […] selon une succession allant des premiers brouillons à la totalité d’une œuvre close, mais, à l’inverse, il part des résultats relativement “achevés” d’un travail en chantier pour aboutir à ses commencement ou prolongement » (II, 25). Les textes y sont donnés à l’état brut, renvoyant au second volume pour connaître le contexte ; le lecteur doit donc jongler d’un tome à l’autre, mais étant donné la masse (près de deux mille pages pour les deux volumes), le choix s’est imposé. Chaque « commentaire » de ce second volume comporte l’indication des sources (publication en livre ou en revue, exemplaire conservé dans les archives personnelles de Benjamin, autres archives, tapuscrit, manuscrit), le contexte (conditions de rédaction, de publication, relations entre Benjamin et l’auteur recensé) et les variantes : leçons du texte, ajouts, coupures, mentions diverses, par exemple « en français dans le texte ». Intérêt qui pourrait paraître marginal par rapport à Benjamin, mais qui mérite à notre avis d’être souligné, ce volume indique brièvement le destin des partenaires, amis ou adversaires de Benjamin, leur attitude vis-à-vis du nazisme, les persécutions, les exils, y compris au-delà de la date de 1940. Mais aussi le destin des textes eux-mêmes, comme « Une pédagogie communiste » (I, 228-231), qui à partir des années 1960 fut diffusé dans des éditions pirates, dans les mouvements anti-autoritaires comme les Kinderläden, les « boutiques d’enfants » de Berlin-Ouest (II, 228).

4La partie de commentaires sur les tapuscrits, brouillons et versions des imprimés (II, 627-960), qui comporte la description matérielle des brouillons, de leur graphie, de leurs supports divers (comme les carnets d’ordonnances du docteur Fränkel) et le relevé des variantes, sera utile pour le spécialiste (mais celui-ci n’aurait-il pas plutôt recours à l’édition originale ?). On y trouve néanmoins souvent une information intéressante qui ne pouvait apparaître à propos du seul texte imprimé : par exemple à propos du tapuscrit de la recension de Die Rettung d’Anna Seghers, on apprend que Die Neue Weltbühne a coupé la fin, où « Benjamin honorait les implications théologiques du titre du roman et parlait explicitement de “rédemption” (au lieu de “libération” sociale comme dans le texte imprimé) », ce qui déformait son propos (II, 773). Or on sait l’importance du motif du sauvetage (Rettung) dans l’œuvre de Benjamin. D’autre part, on se gardera de négliger les textes inédits, parmi lesquels il faut signaler au moins les recensions du roman de Paul Scheerbart, Lesabendio (I, 543-545), la grande Lettre parisienne. Peinture et photographie (I, 563-576), ou Panorama ou vues du xixe siècle de Dolf Sternberger, où Benjamin craignit un plagiat de ses propres Passages.

  • 1 — Le titre n’est pas de Benjamin : il s’agit d’une rubrique proposée par la Literarische Zeitung, q (...)

5À lire ces recensions, on est frappé tout d’abord par la multiplicité des centres d’intérêt, dont on peut trouver un symbole dans la rubrique « Livres qui sont restés vivants »1, où Benjamin juxtapose Le Commis de Robert Walser (1908), L’industrie d’art à l’époque romaine tardive d’Aloïs Riegl (1901), Les Constructions en fer d’Alfred Gotthold Meyer (1907), Bâtir en France. Fer et béton armé de Giedion (1928), L’Étoile de la rédemption de Franz Rosenzweig (1921) et Histoire et conscience de classe de Lukacs (1922) (I, 186-187) : un véritable compendium des questions qui touchent Benjamin. La littérature et la critique littéraire y figurent certes, mais aussi l’anthropologie, la sociologie, la psychologie de l’enfant, la religion, l’architecture, l’histoire de l’art, la photographie… Nul éclectisme pourtant : un fil conducteur, établir un socle théorique de la critique littéraire, et en fait d’une épistémologie générale. Les questions d’esthétique sont constamment articulées à une vision du monde et de l’histoire. C’est ce que Benjamin cherche à travers les critiques qu’il fait des autres critiques, à travers ses propres lectures où il affûte ses outils de lecteur, et par la variété même de ses objets de lecture : à la fois une critique et une « métacritique », comme le montre la maxime qu’il emprunte à Schlegel : « Toute recension philosophique devrait être dans le même temps une philosophie de la recension » (II, 985).

  • 2 — Lettre à Jula Radt du 24 juillet 1933, in : Walter Benjamin, Correspondance, texte établi et anno (...)

6Le corpus proprement littéraire comporte nombre d’auteurs français modernes : Giraudoux, Gide, Paul Morand, Léautaud, Soupault, Poulaille, Proust, Benda, Valéry, la princesse Bibesco, Julien Green (un magnifique compte rendu de Mont-Cinère, intitulé « Saga de l’avarice incandescente », I, 159-163), Mac Orlan, ainsi que des ouvrages critiques qui leur sont consacrés. Des Russes : Dostoïevski, mais le plus souvent des contemporains, Gladkov, Pilniak, Sidorov, Tarassov, Arseniev, Panferov, dont La Coopérative des va-nu-pieds est qualifié d’œuvre « hospitalière, libre, ouverte de tous côtés, bref tout le contraire de l’étroitesse suffisante, petite-bourgeoise, qui est appelée sous nos cieux “art du terroir” (Heimatkunst) » (I, 177). Quant aux Allemands – ou écrivains de langue allemande –, Goethe occupe une place éminente, surtout par la littérature secondaire qui lui est consacrée (Gundolf, Kommerell et bien d’autres, anniversaire oblige). Les recensions portent sur nombre d’essais de critique littéraire souvent « exécutés » sans état d’âme, mais aussi sur des écrivains que Benjamin apprécie, classiques comme Gottfried Keller ou contemporains comme son ami Hessel, son « protecteur » Hofmannsthal, Hermann Kesten, Döblin, Kracauer, Kafka, Stefan George… On rencontre peu d’auteurs de langue anglaise, si on excepte Arnold Bennett que Benjamin aimait beaucoup, comme en témoigne une lettre à Jula Radt : « Un art de vivre retors, astucieux et raffiné qui sait tirer de son propre malheur les chances et de sa propre méchanceté les quelques comportements convenables qui finissent par constituer la vie d’un homme2. » Pour compenser cette relative absence, on fera un petit sort à la recension de La Nymphe au cœur fidèle de Margaret Kennedy (I, 46-47), ce roman qui a fait pleurer les adolescentes du siècle dernier et dont Benjamin rend compte avec finesse et sympathie, en le référant au grand légendaire des rencontres entre nixe ou sirène et être humain.

  • 3 — Cf. aussi les recensions d’Un homme débauché de Hermann Kesten (I, 188-190) et de Le Saut dans la (...)

7Tous ces auteurs si différents, qu’il aime ou non, sont soumis non pas exactement à une grille de lecture qui les enfermerait, mais à une méthode de critique qu’il a élaborée au fil du temps et qui obéit à des principes précis – ne reproche-t-il pas à maint critique l’absence de principe ? Des éléments de ces principes se font jour dans presque chaque recension, sous forme d’abord de fautes à éviter. En premier lieu, « cette “identification” (Einfühlung) grossière qui souille presque tous les travaux d’histoire littéraire » (I, 56). Puis l’ignorance des sources, la prétention à accéder à l’œuvre même, sans médiations : « Nudisme scientifique […]. Les “sources” comme libre nature de Dieu, la littérature secondaire à ce sujet comme canalisation désolante qui amène l’eau de source dans les villes pécheresses » (I, 107). Le refus « d’une science littéraire fondée sur l’histoire des idées et inspirée par George » (II, 106). La mise en accusation du rôle de l’intellectuel, ignorant sa place dans le processus de production, ignorant de ses privilèges3 (I, 354). Le rejet de la rapidité journalistique, qui « colle aux nouvelles publications » (I, 322) et s’oppose à une véritable « exploitation cognitive » des livres. S’affirme ici en négatif une déontologie du métier de critique.

8L’un des plaisirs, et non le moindre, que procurent ces critiques, c’est l’art de la rosserie, ou, pour le dire dans les termes de Benjamin, de la « recension exterminatrice » (II, 314). C’est ainsi que, pour suggérer que quelqu’un dit n’importe quoi, il écrit suavement : « Une telle déclaration requiert une liberté inhabituelle eu égard aux scrupules intellectuels » (I, 351). Parfois, il prend moins de gants, ainsi à propos de La Littérature russe moderne et contemporaine dans ses contextes spirituels d’Arseniev, il interroge : « Ce livre fort remarquablement mauvais […] comment a-t-il trouvé une maison d’édition ? » (I, 184) ; et de l’achever en lui accordant « le vocabulaire et l’horizon d’un cosaque à pogroms » (I, 185). L’analyse des poèmes de Kästner, qui « avec la solidité de leur cuirassement, la lenteur de leur progression, la cécité de leur action […] représentent le rendez-vous que se sont donné en l’homme le tank et la punaise » (I, 309), semble un pastiche conscient de « la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie » que les surréalistes empruntèrent à Lautréamont. Parfois, la recension adopte un ton feutré, quasiment académique, qui ne rendra que plus féroce la pointe finale, ainsi sur l’étude de Paul Binswanger, La Problématique esthétique de Flaubert : « Parmi les romanciers du siècle passé, personne n’a eu d’influence plus marquante sur ses successeurs que Flaubert, sinon par son œuvre, du moins par ses théories. Qu’il s’agisse en l’occurrence d’une action apocryphe, rarement concédée, jamais mise en défaut, ne rend que plus souhaitable la présentation de ces théories. Elle reste à souhaiter aujourd’hui encore » (I, 464). Il faudrait pouvoir tout citer ; on se contentera de la remarque assassine sur le Kafka de Max Brod : témoignage « d’une amitié qui ne devrait pas compter au nombre des moindres énigmes dans la vie de Kafka… » (I, 580).

  • 4 — Le volume II en donne de nombreux exemples.
  • 5 — Voir notamment Walter Benjamin, Baudelaire, édition établie par Giorgio Agamben, Barbara Chitussi (...)
  • 6 — À mettre en corrélation avec toutes les critiques contre la Nouvelle Objectivité, passim.
  • 7 — Voire les concurrents, souci qui apparaît également dans les analyses sur Baudelaire.

9Mais on se tromperait en ne voyant dans ces lectures « exterminatrices » que du négatif, destiné à servir de repoussoir aux critiques positives. L’ensemble des lectures de Benjamin comporte plusieurs aspects, fortement articulés. En premier lieu, ce qui est proposé ici, c’est ce qu’on pourrait désigner comme une pragmatique de la réception, avec le souci constant du lecteur : les idées ne servent à rien si elles ne pénètrent pas les masses. Ce souci n’est pas d’abord celui de l’écrivain qui veut rencontrer un public, voire former un public, ce que fait toute œuvre originale : c’est celui de l’homme qui, insatisfait du monde social tel qu’il est, voudrait contribuer à le transformer, et sait très bien qu’il ne le fera pas tout seul, ni « en tant qu’intellectuel » comme on l’a vu. Benjamin est très conscient du caractère freischwebend de l’intellectuel, dont l’appartenance de classe est incertaine, ce qui peut l’amener aux apparentements les plus douteux4. D’où la nécessité d’élaborer des principes positifs d’analyse, lesquels, déjà en partie connus du lecteur français5, relèvent d’une théorie matérialiste de l’art, facilement repérable au fil des recensions consacrées à des textes littéraires. On citera « Politisation de l’intelligence » sur Les Employés de Kracauer (I, 239-246), « Crise du roman » sur Berlin Alexanderplatz de Döblin (I, 252-258) ou « Mélancolie de gauche », sur les poèmes de Erich Kästner6, qu’il oppose à Georg Heym : « C’est en 1912 et en 1913 que les poèmes de Georg Heym anticipèrent l’état d’esprit des masses alors inimaginable qui se fit jour en août 1914, à travers les descriptions stupéfiantes de collectifs encore jamais repérés : les suicidaires, les détenus, les malades, les navigateurs ou les fous. […] La paix ensuite est venue – cet engorgement de la marchandise humaine que nous apprenons à connaître sous le nom de chômage. Et le suicide […] relève du dumping, écoulement de cette marchandise à vil prix. De tout cela, les strophes de Kästner ne savent rien » (I, 309). Mais parallèlement, il en ressort un souci de se positionner dans le champ littéraire, de marquer les amis et les ennemis7 : parmi ceux-ci, outre les tenants de la Nouvelle Objectivité déjà cités, les « activistes », et les membres du cercle de Stefan George – Jula Radt lui rappellera pourtant combien George a compté pour eux deux dans leur jeunesse. Quant à ceux dont il apprécie et soutient l’œuvre, comme Brecht, Kracauer, Kafka et d’autres, le jugement de l’histoire lui a donné raison, quand nombre de ceux qu’il épingle ont sombré dans l’oubli.

  • 8 — Citation des frères Goncourt.
  • 9 — À propos des Histoires d’almanach d’Oskar Maria Graf (I, 340) et de l’opposition entre roman et t (...)
  • 10 — Sofia Fedortchenko, Le Russe a la parole (I, 54-55)

10Cette théorie matérialiste s’applique également à des objets que les sciences humaines de son temps avaient tendance à négliger, qu’il s’agisse de la photographie, du cinéma, de la pédagogie, des alphabets, des jouets, des arts populaires… c’est-à-dire de la culture au sens large. Benjamin a l’art d’établir des connexions qui en un premier temps déconcertent le lecteur, avant que celui-ci n’en admette le bien-fondé. Un seul exemple, « Pédagogie coloniale » (I, 298-300) qui recense un recueil de contes pour enfants, contes « réformés », c’est-à-dire édulcorés : « Le genre de psychologie de l’enfant dans laquelle l’auteur est versé forme l’exact pendant de la célèbre Psychologie des peuples primitifs, une clientèle envoyée par Dieu pour le bénéfice de la camelote européenne » (I, 299). La nouveauté ici réside moins dans l’assimilation de l’enfant au « primitif » – dont on pourrait trouver la préfiguration chez Fourier – que dans la position émancipatrice de Benjamin par l’introduction de la notion de « colonial » là où apparemment elle n’a que faire. De façon générale, à ses yeux, aucun sujet n’est à dédaigner, il faut « faire histoire avec les déchets de l’histoire8» (I, 238). D’où son intérêt pour toutes les formes d’art populaire, herbiers (I, 319-329), « trésor domestique bien terre-à-terre […] au fondement de la grande poésie, caché en profondeur » (I, 329), almanachs9, recueils d’histoire orale10, images populaires, publicités, poupées.

  • 11 — Cf. aussi « Un Jacobin d’aujourd’hui » sur Berlin de pierre de Werner Hegemann, (I,284-291), repr (...)

11C’est dire aussi que les recensions ne sont pas que des recensions. Il y a une porosité constante entre l’écriture « critique » de Benjamin et son écriture « personnelle », si tant est que l’on puisse séparer les deux. Quantité de lectures sont visiblement un atelier préparatoire (ou parallèle) à d’autres chantiers en cours : ainsi la recension de Le Baron Haussmann de Georges Laronze (I, 473-474) qu’il compare au Berlin de pierre de Hegemann11 : « Ce que Hegemann a si brillamment réalisé pour Berlin – l’entremêlement de l’histoire sociale et architecturale d’une ville – demeure encore à réaliser pour le Paris de Haussmann » (I, 474). On peut penser que le Livre des passages était précisément une tentative pour réaliser ce projet : dans une lettre à Gretel Karplus du 14 janvier 1934, il évoque « [s]on travail sur les passages, dont les papiers, après une pause de plusieurs années, sont revenus à l’honneur » (II, 452). De même le compte rendu « Le retour du flâneur » (sur Promenades dans Berlin de Hessel, I, 214-219) est comme un essayage de grands thèmes qui y seront expansés.

  • 12 — La promenade « envoûtée » à Positano (I, 142).

12Mais lorsqu’il évoque, à l’occasion d’un livre de voyages ou de photographies, son souvenir des villes qu’il aime comme Moscou ou Naples12, les descriptions, les notations de lumières, de couleurs, d’odeurs parfois, font imaginer le romancier qu’il aurait pu être, qu’il n’a pas daigné être. Et les critiques fourmillent d’éléments autobiographiques plus ou moins avérés.

  • 13 — Walter Benjamin, Sens unique précédé d’Enfance berlinoise vers mil neuf cent et suivi de Paysages (...)

13La plupart sont masqués, comme dans le pittoresque « Chichleuchlauchra. À propos d’un abécédaire » (I, 292-298). À l’occasion de ce « monstre phonétique », Benjamin élabore tout un ensemble de réflexions sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez l’enfant, et sur ses capacités d’inventivité sémantique, dont il donne un exemple personnel : « Je connaissais un enfant dans la maison duquel il était beaucoup question de gravures sur cuivre. Il savait exactement ce que c’était. Et quand on le lui demandait, il passait la tête entre les pieds de chaise » (I, 296). Tel quel, en français, c’est incompréhensible. Le commentaire apporte un éclairage : « L’enfant est Benjamin lui-même. L’anecdote se trouve aussi dans Enfance berlinoise vers mil neuf cent » (II, 276). Suit la référence à l’édition allemande. Le jeu de mots est impossible à rendre en français et le traducteur a dû se résigner à garder le mot allemand entre parenthèses : « C’est ainsi que le hasard voulut qu’on parlât un jour en ma présence de tailles-douces (Kupferstiche). Le lendemain je sortais brusquement ma tête de dessous une chaise : c’était faire coucou (Kopfverstich)13. »

14Mais en règle générale Benjamin s’interdit le mot « je » : « Il faudrait habituer les écrivains à considérer le petit mot “je” comme appartenant à leurs vivres de réserve. […] Les exceptions, ce sont les grands polémistes. Leur “je” est une performance constructive. […] chaque réaction chez eux est subordonnée à des lois morales qui sont aussi exactes que les lois concernant les angles de réfraction » (I, 75).

  • 14 — Au moment où Benjamin présente Gide comme un auteur sympathisant du communisme, Gide publie Retou (...)
  • 15 — Recension de Die Rettung d’Anna Seghers (II, 486).
  • 16 — La critique de Caillois (« praxis fasciste ») est signée d’un pseudonyme pour ne pas se fâcher av (...)

15Cette discrétion, qui marque aussi la correspondance, rend d’autant plus émouvante la lecture des textes à partir de l’exil, et à partir de l’emploi des pseudonymes. La coupure de l’exil prive Benjamin d’une partie de sa bibliothèque, et de sources d’information, ce qui le met parfois en porte-à-faux : c’est le cas pour « Lettre parisienne. André Gide et son nouvel adversaire » (I, 479-492)14 ou pour la recension du Roman de quat’sous de Brecht (II, 551). Il est aussi amené à biaiser pour tenir compte des contextes politiques15, ou pour éviter de se fâcher avec de possibles soutiens16. Mais cette émotion est celle du lecteur. Aucun pathétique ne transparaît dans la rigueur des recensions et dans leur rythme toujours enlevé. On n’en donnera que deux exemples. La toute dernière recension à paraître, en février 1933, dans Die literarische Welt (II, 371-372), sur les Mémoires de notre temps du peintre Rudolf Schlichter, expédie avec une désinvolture enjouée les motifs de l’œuvre comparée au Anton Reiser de Moritz (« musique et bastonnades, mobilier et météorologie, fourmis et vocables », I, 406) et on y chercherait en vain une allusion aux malheurs du temps. Et quand, en décembre 1938, sous la signature de Karl Gumlich, il rend compte du roman de Stefan Lackner Jean-Sans-Pays, il se borne à indiquer sobrement : « Tandis qu’en Allemagne sont détruits pour un temps illimité les liens qui ont existé entre le peuple allemand et les juifs allemands… » (I, 518). Le commentaire nous apprend que Lackner participa aux préparatifs pour la vente de l’Angelus Novus, destinée à financer le déménagement de Benjamin aux États-Unis (II, 505).

16Il faut être reconnaissant aux éditeurs et aux traducteurs de donner accès à ces textes, dont on peut dire ce que Benjamin dit des écrits des romantiques : « La critique apparaît en eux comme le déploiement de la vérité qui sommeille dans les œuvres » (I, 401).

Haut de page

Notes

1 — Le titre n’est pas de Benjamin : il s’agit d’une rubrique proposée par la Literarische Zeitung, qui voulait se démarquer de l’actualité et proposait à des auteurs de renom de présenter brièvement, de façon personnelle, un livre qu’ils appréciaient. Y collaborèrent des auteurs reconnus comme Gottfried Benn, Hermann Hesse, Hermann Kasack… (II, 190).

2 — Lettre à Jula Radt du 24 juillet 1933, in : Walter Benjamin, Correspondance, texte établi et annoté par Gershom Scholem et Theodor W. Adorno, traduit de l’allemand par Guy Petitdemange, t. II : 1929-1940, Paris, Aubier-Montaigne, 1979, p. 98.

3 — Cf. aussi les recensions d’Un homme débauché de Hermann Kesten (I, 188-190) et de Le Saut dans la clarté de Kurt Hiller (I, 386-389).

4 — Le volume II en donne de nombreux exemples.

5 — Voir notamment Walter Benjamin, Baudelaire, édition établie par Giorgio Agamben, Barbara Chitussi et Clemens-Carl Härle, introduction de Giorgio Agamben, traduit de l’allemand par Patrick Charbonneau, Paris, La Fabrique, 2013.

6 — À mettre en corrélation avec toutes les critiques contre la Nouvelle Objectivité, passim.

7 — Voire les concurrents, souci qui apparaît également dans les analyses sur Baudelaire.

8 — Citation des frères Goncourt.

9 — À propos des Histoires d’almanach d’Oskar Maria Graf (I, 340) et de l’opposition entre roman et tradition orale. Graf, « écrivain du terroir » et (mais) ami de Brecht, protesta en mai 1933 contre sa récupération par les nazis et les appela à brûler aussi ses écrits. Sa protestation eut un retentissement mondial (II, 309).

10 — Sofia Fedortchenko, Le Russe a la parole (I, 54-55)

11 — Cf. aussi « Un Jacobin d’aujourd’hui » sur Berlin de pierre de Werner Hegemann, (I,284-291), repris en partie dans « L’auteur comme producteur ».

12 — La promenade « envoûtée » à Positano (I, 142).

13 — Walter Benjamin, Sens unique précédé d’Enfance berlinoise vers mil neuf cent et suivi de Paysages urbains, traduit de l’allemand par Jean Lacoste (traduction revue et corrigée), Paris, Maurice Nadeau, 1988, p. 67. [1ère éd. : Les Lettres Nouvelles/Maurice Nadeau, 1978.]

14 — Au moment où Benjamin présente Gide comme un auteur sympathisant du communisme, Gide publie Retour de l’URSS. En février 1939, la recension servira d’argument pour retirer à Benjamin la nationalité allemande (II, 464).

15 — Recension de Die Rettung d’Anna Seghers (II, 486).

16 — La critique de Caillois (« praxis fasciste ») est signée d’un pseudonyme pour ne pas se fâcher avec lui, qui était proche de Rolland de Renéville, lequel, en poste au bureau de naturalisations du garde des Sceaux, soutint la demande de naturalisation de Benjamin (II, 522).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Roche, « (Re)lectures », Germanica, 64 | 2019, 217-226.

Référence électronique

Anne Roche, « (Re)lectures », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/7202

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page