Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sandie Attia, Signes et traces dans l’œuvre poétique de Günter Eich

Andrée Lerousseau
p. 227-229
Référence(s) :

Bern et al., Peter Lang (coll. Contacts), 2017, 548 p.

Texte intégral

1Suivant le tracé d’un Moi protéiforme au statut ambigu, tour à tour producteur ou produit de la parole poétique, Sandie Attia propose dans son étude – dont l’un des multiples mérites est de mettre en lumière la « constellation complexe que forment auteur, textes et lecteur » et ses incidences sur la création – une approche novatrice de l’œuvre poétique et poétologique de Günter Eich à partir des catégories que sont les traces et les signes dont elle fournit dans l’introduction des définitions précises. Jalonnant son propos de poèmes de Eich qui sont autant de preuves à l’appui de ce qu’elle avance, l’auteure entraîne à sa suite le lecteur captivé dans une enquête minutieuse, une collecte d’indices et de traces (intertextuelles, autobiographiques, historiques) dans les écrits de celui qui, paradoxalement, affirmera sa ferme volonté de « ne laisser aucune trace ». La démonstration, étayée par plusieurs études de cas, est d’autant plus riche et convaincante que Sandie Attia puise à des sources inédites (manuscrits, lettres, notes, avant-textes qui font l’objet d’une subtile analyse comparée avec les textes publiés), allant même jusqu’à développer une réflexion originale autour de l’influence des supports sur l’écriture poétique.

2La première partie, dans laquelle l’auteure, adoptant un point de vue interne aux textes, procède à une analyse chronologique scrupuleuse des mutations et des migrations des trois motifs que sont les traces dans la neige, les oiseaux-signes et la traduction, apporte un démenti au jugement émis par Hilde Domin qui, dans une lettre datée de 1959, confiait à son mari sa « grande frustration » à la lecture des poèmes de Eich auquel elle reprochait de ressasser un même thème sans jamais rien apporter de nouveau. Sandie Attia diagnostique au contraire une évolution, la lente transformation des images poétiques en concepts poétologiques, et montre comment, de glissements en retournements, dans un recours aux effets de cryptage et par un recentrement croissant sur le signifiant au détriment du signifié, s’opère le passage d’une « herméneutique du monde » à une « herméneutique du signe », de « la lecture des traces au tracé de l’écriture », d’une « poétique de la révélation » fondée sur le décodage des signes à une « poétique de la méditation » entre les signes délestés de toute signification et qui paradoxalement ne font plus même signe vers quelque chose.

3Au croisement de la production poétique et de la réception, la seconde partie ébranle, voire écarte définitivement un certain nombre d’interprétations infléchies, voire biaisées, par « l’intention de lecture d’une époque », ce dont témoignent les avatars d’« Inventur », poème longtemps considéré comme archétype du Kahlschlag. Si la mise en question de cette lecture n’est pas neuve, l’auteure apporte toutefois un éclairage nouveau en proposant d’aborder le poème non pas comme le paradigme d’une poésie de la captivité, mais comme une « reconstruction a posteriori » de ce que furent les conditions d’écriture de la captivité. Les comparaisons des avant-textes des poèmes rédigés dans le camp de prisonniers avec leur version définitive parue en 1948 dans le recueil Abgelegene Gehöfte permettent d’ailleurs de mettre pleinement en lumière cette notion d’une reconstruction différée d’une réalité passée et revisitée. S’il y a bien un décalage entre les déclarations d’intentions du poète dans ses écrits théoriques de l’immédiat après-guerre – relativement conformes aux attentes des lecteurs ou aux impératifs d’écriture – et la mise en œuvre a posteriori de ces intentions, et si l’oscillation entre continuité et rupture apparaît comme une constante, Günter Eich n’en inscrit pas moins dans ses textes, de façon plus ou moins cryptée, la trace des événements historiques, ainsi que le démontre l’analyse subtile des modifications apportées aux textes des années 1930 repris dans Abgelegene Gehöfte. C’est donc émettre un jugement hâtif que d’affirmer, comme cela fut longtemps le cas, que la poésie de Eich trahirait une indifférence à l’histoire, voire un manque de discernement.

4La « relation dialectique entre tradition et subversion » qui marque la production d’après-guerre transparaît également dans les rapports complexes qu’entretenait Eich à Wilhelm Lehmann, poète prônant un escapisme ignorant du désastre, représentatif d’une certaine Allemagne refusant toute confrontation à son passé récent. Si le chapitre consacré à cette relation difficile illustre la façon dont la réception infléchit la production poétique et les positions poétologiques de Eich, il est également une source précieuse de renseignements pour qui serait tenté de suivre les traces de Lehmann, ces sillons « pré-tracés » que le maître voulait imposer et qui aux yeux de son disciple rebelle étaient devenus inopérants.

5La troisième partie débute par l’intention ultime de Eich : « Surtout ne pas laisser de traces », dont l’auteure rectifie le sens. Il s’agit bien d’un projet poétique et poétologique, et non d’une stratégie d’évitement visant à occulter son propre passé, ce que Eich n’a d’ailleurs jamais tenté de faire (voir à ce propos la longue élaboration de « Wildwechsel », poème en hommage à Nelly Sachs). Suivant le mode d’interprétation génétique, l’auteure procède à une analyse des brouillons successifs de plusieurs poèmes, ces avant-textes qui mettent l’accent sur une « infinité de possibles » qui s’offrent à l’écrivain, avant la fixation dans une version imprimée. Le lecteur devient alors témoin du processus même d’écriture et de la façon dont le poète de la maturité se joue de lui, l’entraînant sur de fausses pistes ou des itinéraires incertains, dans une langue mouvante où « la prolifération des signes » brouille peu à peu « l’accès aux traces ». Le refus de toute traçabilité ne serait-il pas d’ailleurs l’expression d’une suprême liberté du poète, échappant ainsi à toute emprise et à toute instrumentalisation ? Rendre la parole inutile, c’est-à-dire « inutilisable », y compris par le lecteur, n’est-ce pas là l’aboutissement des efforts déployés avec constance par Günter Eich en vue de l’élaboration, « dans les interstices de la langue asservie », d’un contre-langage irrécupérable privilégiant la langue sur l’énoncé de contenus ?

6La thèse de Sandie Attia s’impose d’ores et déjà comme un ouvrage incontournable pour qui veut explorer les écrits de Günter Eich que cet essai magistral fait apparaître comme l’un des grands poètes de langue allemande du siècle dernier, ainsi qu’en témoigne la lettre élogieuse que lui envoya Adorno, alors même que la Frankfurter Allgemeine Zeitung refusait la publication de son discours de Darmstadt, jugé trop dérangeant. Et s’il faut se méfier des traces laissées par le poète, on ne peut à l’inverse que se fier aux pistes dégagées par l’auteure qui convie le lecteur à cette fabuleuse aventure qu’est la découverte d’une œuvre en gestation, du cheminement d’une écriture en devenir dont nous connaîtrons peut-être le dernier mot fixé sur la page, sans avoir pour autant la certitude d’en posséder le sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Lerousseau, « Sandie Attia, Signes et traces dans l’œuvre poétique de Günter Eich  », Germanica, 64 | 2019, 227-229.

Référence électronique

Andrée Lerousseau, « Sandie Attia, Signes et traces dans l’œuvre poétique de Günter Eich  », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/7219

Haut de page

Auteur

Andrée Lerousseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page