Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sandra Richter, Eine Weltgeschichte der deutschsprachigen Literatur

Carola Hähnel-Mesnard
p. 229-233
Référence(s) :

München, Bertelsmann, 2017, 728 p.

Texte intégral

1Sandra Richter, professeure à l’Université de Stuttgart et directrice des Archives littéraires de Marbach depuis 2019, s’intéresse dans cette Histoire mondiale de la littérature germanophone à la circulation et à la réception de celle-ci en dehors des frontières respectives de l’espace culturel germanique depuis le Moyen-âge jusqu’à nos jours. Alors que les histoires littéraires s’inscrivent d’habitude dans une logique nationale, l’objectif de l’ouvrage est d’apporter un regard globalisé sur la littérature d’une aire linguistique, de voir comment la littérature de langue allemande est perçue ailleurs dans le monde et quelles sont les œuvres canoniques et les traditions littéraires auxquelles on s’intéresse le plus selon les époques. Pour cela, entrent en ligne de compte les différents types de médiateurs et de passeurs, en premier lieu les traducteurs, mais également la critique littéraire et tout autre acteur dans les réseaux de la « médiation culturelle » comme les imprimeurs, les éditeurs ou les gens de théâtre. Ainsi, cette histoire littéraire d’un nouveau genre s’intéresse à la « biographie des livres », au processus de leur migration, la « bibliomigrancy », à travers le monde (p. 22), en se basant sur des bibliographies des traductions existantes et des statistiques recueillies à cet effet.

2Dès le début, l’auteure nous annonce un ouvrage se présentant comme un « patchwork d’exemples de cas » (« Flickwerk aus Fallbeispielen ») qui ne se veut ni exhaustif – ce qui est impossible vu la période choisie – ni forcément objectif, dans la mesure où il réunit des études de cas « particulièrement passionnantes, importantes ou inconnues » (p. 26) aux yeux de l’auteure. Cette approche éclectique et le manque de critères clairs pour les œuvres retenues se remarquent dès la première période plus largement analysée, allant de 1450 à 1700. Les premiers exemples retenus font tout à fait sens dans l’optique initialement esquissée : la réception de la Nef des fous de Sebastian Brant, de sa première traduction en latin à l’adaptation par la romancière américaine Katherine Anne Porter en 1962 et la sortie, peu après, du film éponyme, la première traduction anglaise du Eulenspiegel en 1519 ou encore l’adaptation d’œuvres romanesques comme le Faust ou Fortunatus pour des troupes de théâtre anglaises par Christopher Marlowe et Thomas Dekker. Ensuite, on passe à un exemple moins canonique de l’histoire littéraire allemande. Les récits de voyage sur le Brésil que Hans Staden a publiés en 1557 permettant au lecteur germanophone de s’informer sur les coutumes de ces terres lointaines, sont adaptés en livre pour enfants au Brésil du début du XXe siècle afin que ceux-ci se familiarisent avec leur propre histoire. On a ici une circulation des influences mutuelles différente d’une simple réception d’un livre de langue allemande en dehors de ses frontières. Il en est de même avec la littérature germano-américaine initiée par les colons allemands à la fin du XVIIe siècle : au lieu de retracer la réception d’une littérature de langue allemande, le chapitre décrit la naissance d’un espace culturel hybride avec des influences variables. Ces exemples sont en effet intéressants, mais faute de feuille de route suffisamment claire, le lecteur se perd facilement dès le début – et c’est une tendance qui se confirme dans les chapitres suivants.

3Il est évidemment impossible de retracer ici l’ensemble des pièces de ce grand patchwork foisonnant, quelques indications doivent donc suffire. Le XVIIIe siècle est, entre autres, représenté par le fulgurant succès de la Mort d’Abel (Tod Abels, 1758) du Suisse Salomon Gessner, auteur d’idylles bucoliques aujourd’hui oublié, une épopée biblique traduite en quatorze langues et qui a eu bien plus de succès que Nathan der Weise de Lessing auquel un autre sous-chapitre est consacré. S’ensuit la période de 1770-1830 qui focalise bien sûr Weimar, de la réception déjà bien connue de Werther à celle de Faust que l’on retrouve aujourd’hui dans des mangas japonais. Est également évoquée la naissance du concept de Weltliteratur forgé par Goethe, compris aujourd’hui comme un canon littéraire globalement reconnu et avec lequel le présent ouvrage prend ses distances. Le XIXe siècle est résumé de façon étonnante, sur le ton parfois désinvolte de l’ouvrage, comme le siècle du « Drucken, Reisen, Revoluzzen ». Un premier sous-chapitre est consacré au développement de la « Auslandsgermanistik » notamment anglophone, terme quelque peu anachronique pour la période traitée, s’ensuivent des pages sur la réception de l’idéalisme allemand et du romantisme par le cercle des transcendentalistes de Boston autour de Ralph Waldo Emerson. Heine est longuement évoqué comme auteur le plus connu au niveau international après Goethe, quelques pages sont également consacrées à la réception de Karl May ou encore aux sociétés savantes en l’honneur de tel ou tel écrivain germanophone, témoignant de leur influence à l’étranger. Le tournant du siècle est ensuite décrit par la littérature d’inspiration coloniale germanophone, pourtant sans traces de réception à l’étranger, puis par le succès des Buddenbrooks de Thomas Mann. Le début du XXe siècle est approché par le rayonnement international de la revue avant-gardiste Der Sturm, par la réception de Rilke qui va jusqu’à devenir un « code » représentant quelque chose de vaguement esthétique, mystique et hermétique dans la culture populaire du XXIe siècle – fallait-il aller jusqu’à inclure une photo montrant un tatoo sur le bras de Lady Gaga reprenant quelques vers des Lettres à un jeune poète ? Ce souci d’exhaustivité – que l’on retrouve quelques pages plus loin avec une liste d’auteurs dont l’œuvre se réfère plus ou moins à Kafka – est louable dans la mesure où il souhaite rendre compte du rayonnement de la littérature germanophone jusque dans les confins les plus éloignés de différentes subcultures, mais l’ouvrage court ici le risque de devenir un cabinet de curiosités. L’alignement d’informations sans interprétation plus approfondie laisse par ailleurs un sentiment de frustration.

4Avec la période du national-socialisme, l’ouvrage consacre un chapitre à l’exil. En amont, la politique culturelle du Troisième Reich est rapidement mentionnée, l’autodafé du 10 mai 1933 est présenté comme preuve de l’hostilité du national-socialisme à la littérature et à la culture, les étudiants nationaux-socialistes jetant dans les flammes « la littérature des avant-gardes et la modernité littéraire » (p. 306). Mais on aurait aimé lire d’emblée qui étaient les auteurs exclus – à commencer par les juifs –, une écriture moins « moderne » ne les aurait pas épargnés. Le chapitre s’intéresse plus particulièrement aux maisons d’édition et aux revues de l’exil, puis à la réception récente de l’œuvre de Stefan Zweig dans un roman graphique français de 2012. On lit ensuite des chapitres sur Rose Ausländer, Paul Celan et Nelly Sachs, sans savoir exactement pourquoi l’accent est mis sur tel ou tel auteur. Vicki Baum est approchée par son succès à Hollywood, Thomas Mann comme l’un des instigateurs de la déclaration « The City of Man. A Declaration on World Democracy » de 1941, Elias Canetti est évoqué à travers ses mémoires sur l’exil londonien publiées de façon posthume en 2003, Party im Blitz, et se retrouve (par association thématique ?) à côté de W.G. Sebald et ses conférences sur la guerre aérienne. Arthur Koestler a également droit au chapitre tout comme Klara Blum, auteure née à Czernowitz et installée en Chine depuis l’après-guerre, dont quelques livres sur la Chine ont été publiés en RDA et qui est aujourd’hui quasiment oubliée. Une trouvaille sans doute intéressante, mais le patchwork se transforme peu à peu en pot-pourri, et l’idée initiale d’écrire une histoire de la « bibliomigrancy » s’éloigne de plus en plus pour devenir une histoire des interpénétrations mutuelles de différentes cultures.

5De ce point de vue, les deux derniers chapitres sur la période de 1945 à 1989 et sur l’après-1989 ne sont pas plus convaincants. Pour l’après-guerre, le chapitre s’intéresse aussi bien à la maison d’édition Aufbau et sa volonté de rayonner sur le plan international qu’à Suhrkamp, côté Ouest. Au niveau de la réception de certains auteurs, on trouve Heinrich Böll, Günter Grass et Thomas Bernhard à côté de la seconde réception de Hermann Hesse par les contre-cultures des années 1960 aux États-Unis, ou encore à côté du livre Tumult (2014) de Hans Magnus Enzensberger qui se veut un retour sur la mise en réseaux des différentes avant-gardes de l’Est et de l’Ouest pendant la guerre froide. Là encore, point d’histoire de la réception. Celle-ci est définitivement abandonnée dans le dernier chapitre, car pour la période de l’après-1989, Richter retient – après quelques mots sur la réception anglo-saxonne de la poésie de Durs Grünbein – exclusivement des auteurs de la « littérature interculturelle » : Emine Sevgi Özdamar et Feridun Zaimoglu, Ilija Trojanow et son roman historique Le collectionneur de mondes, Yoko Tawada, Herta Müller et Terézia Mora. Elle clôt ce chapitre avec le roman Boussole du Français Mathias Énard, prix Goncourt 2015, qui est effectivement un exemple de la réception critique de la littérature allemande dans d’autres cultures dans la mesure où il interroge les positions de Goethe dans son Divan occidental-oriental. Mais dans l’ensemble, on se demande pourquoi ce chapitre est exclusivement réservé à la littérature interculturelle. On aurait pu imaginer, par exemple, une réflexion sur l’énorme succès de W.G. Sebald dans le monde anglo-saxon, ou encore sur le succès commercial des Arpenteurs du Monde (2005) de Daniel Kehlmann, deuxième livre le plus vendu dans le monde en 2006 et un des plus grands succès d’un livre allemand à l’étranger.

6Cette Histoire mondiale de la littérature germanophone se termine avec vingt-cinq thèses censées tirer les enseignements de ce qu’on vient de lire, mais celles-ci ne convainquent pas par leur nouveauté : le lecteur savait probablement à l’avance que « Traduire, c’est s’approprier » (thèse 11) et pouvait se douter qu’un prix Nobel allait augmenter la visibilité d’un auteur à l’international (thèse 14). Autant les premières pages laissaient entrevoir un projet passionnant, autant, le parcours de lecture terminé, l’ensemble paraît très flou et trop subjectif pour aspirer au titre d’une Histoire mondiale de…. Alors que l’auteure avait comme projet initial d’écrire autre chose qu’une histoire littéraire nationale, un des écueils se trouve peut-être dans la décision de suivre de près la périodisation de celle-ci et de vouloir traiter toutes les périodes. L’histoire de la réception mondiale n’aurait-elle pas pu faire surgir d’autres temporalités et d’autres moments forts que ceux déjà bien connus ? Traiter moins d’auteurs et d’événements aurait certainement permis d’aller plus loin dans les analyses, d’introduire des réflexions sur les transferts culturels, concept bien connu mais complètement absent ici. Par ailleurs, pour un ouvrage qui, par son titre, se veut un ouvrage de référence, un travail éditorial plus scrupuleux aurait pu éviter des erreurs factuelles et des approximations fâcheuses. Dans l’ensemble, il s’agit certes d’un livre qui fait découvrir certains aspects moins connus de l’histoire littéraire germanophone et de sa réception dans le monde, mais le patchwork ne s’avère pas aussi stimulant qu’espéré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carola Hähnel-Mesnard, « Sandra Richter, Eine Weltgeschichte der deutschsprachigen Literatur », Germanica, 64 | 2019, 229-233.

Référence électronique

Carola Hähnel-Mesnard, « Sandra Richter, Eine Weltgeschichte der deutschsprachigen Literatur », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/7229

Haut de page

Auteur

Carola Hähnel-Mesnard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page