Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Alexandre Dupeyrix et Gérard Raulet, Allemagne 1917-1923 – Le difficile passage de l’Empire à la république

Martine Benoit
p. 233-237
Référence(s) :

FMSH-Éditions, Paris,

Texte intégral

1Inscrit dans le jubilé du centenaire du premier conflit mondial, cet ouvrage collectif dirigé par Gérard Raulet et Alexandre Dupeyrix propose d’éclairer des aspects encore mal connus et qui, pour certains, réinterrogent des idées reçues, sur cette période décisive du passage de l’Empire à la première république allemande – une république qui doit assumer les conséquences de la guerre, notamment la perte de 13% du territoire, du dixième de sa population, de la totalité de ses colonies et la réduction de son armée. On est, comme le soulignent les directeurs de l’édition, dans une « configuration historique inédite » avec « à l’extérieur l’effondrement des grands empires » et à l’intérieur « de nombreuses résistances » à l’instauration de la république (1). Les contributeurs (on pourra regretter ici l’absence de notices de présentation) proposent tour à tour des exposés larges (sur le chemin menant au Traité de Versailles, sur la difficile mise en place du parlementarisme, sur les mesures de protection de la République, sur le concept de dictature) et des développements sur de grandes figures de Weimar : Ernst Troeltsch, Ernst Toller et Oskar Maria Graf, Max Weber – deux contributions présentant quant à elle des personnalités restées moins connues : Sigmund Rubinstein et son projet romantique d’une république des conseils ; le rôle des féministes radicales dans le processus de transition démocratique.

2Vincent Laniol (Université Paris 1) retrace « la longue route vers Versailles », il souligne notamment que ce sont bien Ludendorff et Hindenburg qui demandent l’armistice (« […] seule la direction de l’armée fut responsable de la demande de paix » (4) : l’affirmation du coup de poignard dans le dos lancée par Hindenburg est bien une légende). Vincent Laniol montre également que les Allemands étaient prêts à des concessions financières (le chiffre de 100 milliards de marks-or est avancé) dans l’espoir d’une révision des clauses territoriales, et rappelle la présence des gueules cassées imposée par Clémenceau à la signature du traité de paix dans la Galerie des Glaces le 28 juin 1919.

3Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne) se penche sur le républicanisme de raison (Vernunftrepublikaner) par l’exemple de Ernst Troeltsch et de ses « Spectator-Briefe », chroniques de culture politique parues entre février 1919 et juillet 1920 puis jusqu’en octobre 1922 sous le titre de Berliner-Briefe (Troeltsch avait alors mis un terme à l’anonymisation et signait de son nom) dans le Kunstwart. Membre du DDP, élu à la Preussische Landesversammlung en 1919, sous-secrétaire d’État auprès du Kultusministerium de Prusse, Troeltsch fait partie de ces républicains qui défendront « avec acharnement la position qui a été celle des pères de la constitution de Weimar, le ‘système de Weimar’, une coalition de compromis allant des sociaux-démocrates aux libéraux de la DDP » (30). Pour Troeltsch, la république démocratique est bien « irréversible et nécessaire » (36) et doit être une sorte de refondation de l’Empire (« Il faut reconstruire à nouveaux frais l’administration et la constitution tant de l’Empire que de ses éléments » (36), écrit-il en août 1919) dont elle doit absolument assurer l’unité : aussi la démocratie ne pourra-t-elle être qu’« unitariste et centralisatrice » (38).

4S’intéressant à la parlementarisation du Reich, Horst Möller (Université Ludwig Maximilian Munich) rappelle l’importance grandissante des partis dans la vie politique sous l’Empire, qui explique l’émergence en 1919 de la coalition de Weimar constituée du SPD, du Zentrum, du DDP et du DVP de Gustav Stresemann. Horst Möller rappelle en outre qu’« avec l’introduction du droit de vote pour les femmes au sein d’un système proportionnel, le mode de scrutin du Reichstag et des parlements des Länder devint le plus démocratique et le plus progressiste d’Europe » (54-55). L’auteur insiste sur le rôle des hommes et des femmes dans l’engagement démocratique et sur la fragilisation du processus de parlementarisation avec la disparition prématurée de Friedrich Ebert et de Gustav Stresemann et les assassinats de Hugo Haase, Matthias Erzberger et Walther Rathenau, notant que les assassinats de Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht et Kurt Eisner ont, eux aussi, joué un rôle funeste car « même si ces derniers ne soutenaient pas le parlementarisme, ils auraient peut-être pu empêcher que le KPD ne suive par la suite la ligne du Komintern, entièrement décidée par Moscou » (59). Christian E. Roques (Université de Reims Champagne-Ardenne) revient sur la publication fin 1920 de l’ouvrage de Sigmund Rubinstein, Romantischer Sozialismus. Reprenant l’idée de l’institution des conseils ouvriers dans une logique cependant clairement antibolchévique, Rubinstein renvoie dos à dos marxisme et militarisme et affirme une conception allemande, expression d’un socialisme créateur, revenant à la démocratie directe, qu’il estime être la forme originelle de la démocratie. La démocratie se doit d’être autogérée, l’économie d’être coopérative.

5Cécile Poncet (Université Paris-Sorbonne) nous livre un très beau portrait artistique et politique croisé de Ernst Toller et Oscar Maria Graf en revenant sur ces républiques (bavaroises) des écrivains en avril 1919 dont la répression par les corps francs fit plus de 1000 assassinés, 2000 arrestations et plus de 5000 procédures pénales (on soulignera ici l’excellente idée d’ouvrir ce livre collectif à de jeunes mastérisants). Toller, qui, aux côtés d’Erich Mühsam et Gustav Landauer, met son engagement au service de Kurt Eisner, regretta ultérieurement son engagement : « Cette république des conseils était une erreur, une erreur, on doit la reconnaître et la supprimer » (93). On rappellera en outre que Brecht écrivit un de ses plus beaux poèmes, « Die Bücherverbrennung », en hommage à Oscar Maria Graf qui, horrifié d’apprendre que son œuvre avait été épargnée lors des autodafés de mai 1933, avait publié un article en forme d’injonction aux nazis, « Brûlez-moi », dans le journal viennois Die Arbeiterzeitung.

6Nathalie Le Bouëdec (Université de Bourgogne) montre que, contrairement à l’idée reçue d’une république sans défense (109), la république de Weimar a tenté de combattre légalement la violence politique illégale dont elle était l’objet, l’assassinat de Walter Rathenau ayant joué ici le rôle de déclencheur (et N. Le Bouëdec évoque la « vague d’émotion sans précédent dans l’opinion publique et la classe politique » (102) à la suite de cet assassinat). Rappelant le travail de documentation remarquable d’Emil Julius Gumbel, l’article se penche sur la Gesetz zum Schutz der Republik du 21 juillet 1922, « tentatives pour créer une conscience civique républicaine, ancrer les valeurs de la république chez les citoyens et tarir la violence politique à sa source » (107).

7Anne-Laure Briatte (Université Paris-Sorbonne) nous invite à une analyse de la contribution des intellectuelles féministes radicales à la transition politique entre 1890 et 1920, avec des femmes comme Minna Cauer, Anita Augspurg (première Allemande à devenir Docteure en droit), Lida Gustava Heymann, Helene Stöcker. Revendiquant l’égalité juridique entre les sexes et le droit de vote des femmes, elles saluent la proclamation du droit de vote direct, égal et secret pour les hommes et les femmes : « Rêve de ma jeunesse, exaucé au soir de ma vie ! Je meurs républicaine » écrit ainsi Minna Cauer dans son Journal le 9 novembre 1918. Les années de Weimar sont des années d’engagement pour une paix durable, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et toujours et encore l’égalité entre les sexes. En 1933, « féministes, démocrates et pacifistes » (127), Anita Augspurg, Lida Gustava Heymann, Helene Stöcker fuient l’Allemagne.

8Marcus Llanque (Université d’Augsbourg) se penche sur le concept de dictature et son lien avec celui de démocratie, le terme de ­dictature permettant « de se pencher sur la manière dont les régimes pré-
démocratiques pouvaient donner naissance à des démocraties » (132). Sont ainsi analysées les notions de « dictature du prolétariat », de « dictature du président » qui « ont pour point commun de mettre au jour les limites de la démocratie » (144). Marcus Llanque souligne ainsi avec soin que, dans une acception positive, la dictature du président avait pour but de protéger la démocratie et la dictature du prolétariat de la faire triompher et avancer : « le vrai problème, celui du règlement démocratique de la démocratie, est resté » (145).

9Alexandre Dupeyrix (Université Paris-Sorbonne) nous présente finalement deux conférences célèbres de Max Weber, « Wissenschaft als Beruf » (prononcée le 7 novembre 1917) et « Politik als Beruf » (tenue le 28 janvier 1919) dans lesquelles la formule du « combat des dieux » et les concepts d’« éthique de conviction » et « éthique de responsabilité » sont introduits et qui sont nourries des événements qui ont marqué Weber. Alexandre Dupeyrix rappelle avec pertinence que Weber témoigna au procès intenté à Ernst Toller et que c’est son développement sur la notion d’éthique de conviction qui évita à l’écrivain engagé la peine capitale. Adhérent du DDP entre 1918 et 1920, Weber expérimente les difficultés du philosophe engagé incapable de devenir un véritable homme politique et cherche à définir « le rôle de la science et de l’érudit dans l’actualité politique » (159). Si l’éthique de conviction, justifiant les moyens par la fin, élude « la responsabilité des conséquences », l’éthique de responsabilité prend en compte la réalité sociale et politique : « […] l’homme politique véritable est précisément celui qui sait articuler [les deux] » (161).

10S’il fallait relever les lignes de force de cet ouvrage collectif de très grande qualité, ce serait cette importance de l’engagement, pour le combat démocratique, de personnalités irremplaçables et dont la mort prématurée (Ebert), l’assassinat (Rathenau) ou les échecs (Toller, mais aussi Anita Augspurg, Lida Gustava Heymann, Helene Stöcker) ont été fatals à cette première république allemande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Benoit, « Alexandre Dupeyrix et Gérard Raulet, Allemagne 1917-1923 – Le difficile passage de l’Empire à la république », Germanica, 64 | 2019, 233-237.

Référence électronique

Martine Benoit, « Alexandre Dupeyrix et Gérard Raulet, Allemagne 1917-1923 – Le difficile passage de l’Empire à la république », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/7238

Haut de page

Auteur

Martine Benoit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page