Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Christian Mariotte, Écrire le stigmate – une nouvelle littérature judéo-allemande

Martine Benoit
p. 239-240
Référence(s) :

Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 253 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Christian Mariotte interroge la notion de littérature judéo-allemande à travers l’étude des œuvres littéraire, autobiographique et critique de trois auteurs, Barbara Honigmann, Maxim Biller et Rafael Seligmann. Abordant cette écriture en sociologue, à l’instar de Clara Lévy à laquelle il fait explicitement référence (pour son livre Écritures de l’identité – Les écrivains juifs après la Shoah, 1998), Christian Mariotte s’appuie sur la notion de « stigmate » développée au milieu des années 1970 par le sociologue américain Erving Goffman. Si on peut parfois un peu regretter cette approche qui semble faire obstacle à des analyses littéraires plus poussées, on ne peut qu’être admiratif devant l’ampleur de la tâche que s’est fixée Christian Mariotte en abordant, à partir du croisement de l’étude des textes des trois auteurs, des sujets aussi divers que la famille, l’institution scolaire, la réunification, l’antisémitisme, le lien avec les institutions juives, le rapport à Israël, le philosémitisme littéraire, la mémoire de la Shoah, le reproche d’instrumentalisation de la souffrance, le lien à la langue allemande – et cela du milieu des années 1980 aux années 2010. Christian Mariotte rappelle d’emblée la « double marginalité » (23) des Juifs restés en Allemagne : marginaux vis-à-vis de la société allemande, marginaux vis-à-vis de la communauté juive mondiale. Le travail de croisement des œuvres, leur confrontation permet de montrer les lignes de partage et de divergence des trois auteurs dont le regroupement est d’une grande cohérence : écrivains de la deuxième génération dont les parents ont émigré puis sont revenus en Allemagne, ils assument une identité juive dans des confrontations souvent directes avec leur environnement. Ainsi s’exprime à travers leurs œuvres une oscillation entre une littérature de haine et une littérature de réconciliation, écart qui n’est parfois que question de maturité, notamment chez Maxim Biller qui, après avoir écrit pendant des années ses « chroniques de la haine », en revient pour amorcer une littérature de l’apaisement : il évoque ainsi une « humeur paranoïaque » (189) dont il aurait réussi à se détacher. S’il fallait trouver une formule pour chacun de ces trois auteurs, on pourrait dire de Seligmann qu’il est le plus torturé, de Honigmann qu’elle est la plus apaisée, de Biller qu’il est le plus expressif. Christian Mariotte remarque en outre que, du point de vue littéraire, c’est certainement Barbara Honigmann qui est l’auteure la plus aboutie des trois.

2Je garde quant à moi un faible pour l’humour grinçant de Maxim Biller, pour son sens de la formule, quand il traite les antisémites de « Stürmer du dimanche » (51) ou quand il décèle derrière l’antisionisme un antisémitisme mal assumé : « Et ainsi, nous en venons à parler d’Israël. C’est-à-dire que je parle d’Israël et qu’eux, comme d’habitude, ne parlent que de leur propre problème. Ils disent sionisme et ils veulent dirent NSDAP, ils disent Sharon et ils veulent dire Eichmann » (140 – texte paru en 2001).

3On lira avec profit cette étude riche et approfondie qui aborde souvent avec finesse des problématiques délicates. Christian Mariotte donne envie de relire les textes de Honigmann, Seligmann et Biller.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Benoit, « Christian Mariotte, Écrire le stigmate – une nouvelle littérature judéo-allemande », Germanica, 64 | 2019, 239-240.

Référence électronique

Martine Benoit, « Christian Mariotte, Écrire le stigmate – une nouvelle littérature judéo-allemande », Germanica [En ligne], 64 | 2e trimestre 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/germanica/7258

Haut de page

Auteur

Martine Benoit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page