Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66DossierL’unité impossible

Dossier

L’unité impossible

Crise de la représentation et esthétisation des « masses » dans le film de propagande
Léa BARBISAN : Die unmögliche Einheit. Krise der Repräsentation und Ästhetisierung der „Massen“ im Propagandafilm
Léa BARBISAN : The impossible unit. Crisis of representation and aestheticisation of the ‘masses’ in the propaganda film
Léa Barbisan
p. 69-84

Résumés

Cet article croise les thèses exposées par Siegfried Kracauer dans Totalitäre Propaganda et Propaganda and the Nazi War Film avec les réflexions de Walter Benjamin dans Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit, qui placent tous deux au cœur de leurs analyses la question de la représentation de la « masse ». La notion de « masse » désigne la « multitude » issue du délitement du « corps politique » monarchique, « multitude » dont la capacité, dans le cadre de la démocratie représentative, à accéder à l’unité, donc à s’instituer en « peuple », s’est avérée problématique. Benjamin et Kracauer suggèrent que les dictatures totalitaires se mettent au diapason de cette crise de la représentation et substituent la représentation esthétique à la représentation politique en donnant à la « masse » l’image de l’unité qui lui fait défaut. La critique de la transfiguration des « masses » opérée par la propa-gande leur permet d’esquisser ce qu’un « public » émancipé pourrait être.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Produire et reproduire les « masses »
L’« esthétisation de la politique » ou « l’art de donner forme aux masses »
Le bon public : distance réflexive et contagion affective

Aperçu du début du texte

Dans son ouvrage Psychologie des foules, paru en 1895, Gustave Le Bon fait de la « puissance des foules », la « dernière souveraine de l’âge moderne ». Le succès international du livre indique que la majorité des contemporains de Le Bon s’est accordée sur son diagnostic initial : l’Europe est entrée avec la Révolution française, puis la Révolution industrielle, dans l’« ère des foules ». La notion de « foule » s’impose avec la force de l’évidence dans la théorie sociale de l’Europe du tournant du siècle, au point de sembler rendre superflue la recherche d’une définition rigoureuse de cette figure de la « multitude » propre à la modernité occidentale. Surgies de l’aspiration démocratique exprimée lors de la Révolution française, puis métamorphosées par la Révolution industrielle qui concentre la population ouvrière dans les villes, les « foules » ou les « masses » décrites par la psychologie sociale semblent être issues de l’union trouble de l’exigence démocratique et de l’appétit ca...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Barbisan, « L’unité impossible »Germanica, 66 | 2020, 69-84.

Référence électronique

Léa Barbisan, « L’unité impossible »Germanica [En ligne], 66 | 2ème trimestre 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/germanica/8542 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.8542

Haut de page

Auteur

Léa Barbisan

Sorbonne-Université

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cecille
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search