Navigation – Plan du site
Dossier

Rythmes, ornements et masses : Siegfried Kracauer et l’orchestration du pouvoir

Graeme GILLOCH : Rhythmus, Ornament und Massen: Siegfried Kracauer und die Orches-trierung der Macht
Graeme GILLOCH : Rhythms, Ornaments and Masses: Siegfried Kracauer and the Orchestra-tion of Power
Graeme Gilloch
Traduction de Antonella Di Trani et Olivier Agard
p. 85-100

Résumés

L’article présente l’étude de Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, au regard des thèmes et intentions que l’on trouve dans trois de ses écrits de la fin des années 1920, à savoir son essai de 1927 sur les chorégraphies des Tiller Girls (« L’ornement de la masse ») ; ses critiques et commentaires sur le film de Walter Ruttmann, Berlin, symphonie d’une grande ville (1927), et son ethnographie pionnière des employés de bureau berlinois (Les Employés). C’est donc sa compréhension de la masse (avec des références à la personnalité) qui est ex-plorée dans ce texte. Par ailleurs, l’article examine brièvement l’essai de Kracauer en tant qu’élément éclairant la fameuse notion énigmatique d’« esthétisation de la politique » de Walter Benjamin.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les inquiétudes des cols blancs
Le rythme de la Ratio
Le paysage urbain symphonique
L’orchestration de la masse

Aperçu du début du texte

Cet article est une contribution au regain d’intérêt tant attendu pour les travaux de Siegfried Kracauer, mais aussi pour des textes relatifs à la Théorie critique largement négligés, et qui se sont surtout focalisés sur l’autoritarisme, les agitateurs fascistes aux États-Unis et l’antisémitisme. Notre article vise à améliorer la compréhension et l’appréciation de Totalitäre Propaganda en situant ce texte dans une constellation d’études de la fin des années 1920. Il s’agit d’écrits qui examinent le caractère, les prédilections, les dispositions et les goûts de ce que Kracauer avait identifié, avec perspicacité, comme une classe moyennemontante et vivant en milieu urbain, composée d’employés de bureau de tous genres : secrétaires et dactylographes, fonctionnaires subalternes, modestes bureaucrates et commerçants. Ces nouvelles couches allaient s’avérer être les plus sensibles à la propagande totalitaire. Les discours et les mises en scène fabriqués par le national-socialisme allaient...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Graeme Gilloch, « Rythmes, ornements et masses : Siegfried Kracauer et l’orchestration du pouvoir », Germanica, 66 | 2020, 85-100.

Référence électronique

Graeme Gilloch, « Rythmes, ornements et masses : Siegfried Kracauer et l’orchestration du pouvoir », Germanica [En ligne], 66 | 2ème trimestre 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/germanica/8551 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.8551

Haut de page

Auteur

Graeme Gilloch

Lancaster University

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page