Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66DossierFantasmagorie et barbarie

Dossier

Fantasmagorie et barbarie

Notes sur les possibles du cinéma et de l’histoire chez Walter Benjamin et Siegfried Kracauer
Edouard ARNOLDY : Phantasmagorie und Barbarei. Anmerkungen zum Potential des Kinos und der Geschichtsschreibung bei Walter Benjamin und Siegfried Kracauer
Edouard ARNOLDY : Phantasmagoria and barbarism. Notes on the possibilities of cinema and history by Walter Benjamin and Siegfried Kracauer
Edouard Arnoldy
p. 101-116

Résumés

Walter Benjamin et Siegfried Kracauer partagent une analyse de la dimension potentielle-ment critique de l’histoire, d’une photographie ou d’un film. Dans leur foulée, la principale caractéristique de l’histoire du cinéma est de vouloir envisager ensemble des questions d’historiographie et des questions de cinéma (en même temps que des problèmes d’analyse de films). Avec une attention portée à la figure ambivalente du chiffonnier dans l’imaginaire intellectuel et artistique des XIXe et XXe siècles, ce texte aborde deux concepts-clés, la fantas-magorie et la barbarie, que Benjamin et Kracauer considèrent dans leurs dimensions positive et négative, comme le cinéma et l’histoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Ce qui singularise la posture de Walter Benjamin et de Siegfried Kracauer face à l’histoire et la photographie ou le cinéma, c’est bien d’envisager ensemble ces domaines, parmi les leviers d’un capitalisme victorieux. Leur regard sur l’histoire et le cinéma en tant que moyens de transmission massive et leur appréciation de l’historisme et de la photographie ou du cinéma en tant que médias d’une pensée dominante sont largement convergents. Par ailleurs, cette façon commune de penser l’histoire et le cinéma (ou la photographie) n’est jamais mieux affirmée par eux que dans leurs derniers écrits, comme si l’analogie de l’histoire et du cinéma avait « toujours-déjà-été-là » au cours de l’élaboration de leur pensée. Elle en est comme un de ses possibles aboutissements. Cette indissociabilité entre l’histoire et les médias photographiques constitue le constat de Kracauer au début de L’Histoire. Des avant-dernières choses quand il évoque son propre texte de 1927 croisant des questions d’his...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edouard Arnoldy, « Fantasmagorie et barbarie »Germanica, 66 | 2020, 101-116.

Référence électronique

Edouard Arnoldy, « Fantasmagorie et barbarie »Germanica [En ligne], 66 | 2ème trimestre 2020, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/germanica/8571 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.8571

Haut de page

Auteur

Edouard Arnoldy

Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cecille
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search