Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67DossierD’Anvers à Londres. Les villes m...

Dossier

D’Anvers à Londres. Les villes modernes comme « tiers espaces » d’une assimilation babylonienne chez Esther Kreitman dans Brilyantn

From Antwerp to London. Modern cities as “third spaces” of a Babylonian assimilation in Esther Kreitman’s Brilyantn
Von Antwerpen nach London. Moderne Städte als „dritte Räume“ einer babylonischen Assimilierung, am Beispiel von Esther Kreitmans Brilyantn 
Cécile Rousselet
p. 133-146

Résumés

Esther Kreitman publie en 1944 son roman Brilyantn [Le Diamantaire], qui suit l’évolution de Berman et de sa famille entre Anvers et Londres au moment de l’avènement de la Première Guerre mondiale. Lieux de convivialité et de connexion avec le monde abandonné du shtetl principalement investis par les personnages féminins s’opposent aux temples de la spéculation financière et du commerce des diamants, ainsi qu’aux grands magasins, qui constituent une Babylone, antagonisme qu’encourage la thématique filée du carnaval (la kermis ponctue les différents épisodes anversois). La ville est investie différemment selon le sexe des personnages, le yiddish se heurtant à l’intrusion de voix multiples, révélatrices d’un contexte plurilingue où chaque idiome inquiète les autres et presse celui-ci de redéfinir une identité troublée, dans un espace qui se fait « tiers » et « blasphème », au sens qu’en donne Homi Bhabha dans The Location of Culture.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le plurilinguisme de la rue anversoise
Une poétique du « blasphème »
La subalternité féminine et l’écriture au féminin comme « négociation culturelle »

Aperçu du début du texte

Esther Kreitman (1891-1954), sœur aînée d’Israël Joshua Singer et de Bashevis Singer, publie en 1944 son roman Brilyantn [« Diamants », traduit en français sous le titre Le Diamantaire] qui suit l’évolution de Berman, diamantaire juif, et de sa famille entre Anvers et Londres au moment de l’avènement de la Première Guerre mondiale. Alors que le premier roman de l’autrice, Der sheydim-tants [La Danse des démons, 1936], s’inscrit dans une tradition moderniste et plus intimiste, Brilyantn emprunte aux grands modèles de la fresque yiddish, portée par Israël Joshua Singer ou Sholem Asch, revendiquant l’héritage de la fiction romanesque française de la seconde moitié du xixe siècle. Berman, issu d’un shtetl polonais, vit à Anvers avec sa femme Rachel et leurs trois enfants David, Jeannette et Jacques. Il partage son temps entre le négoce de diamants et les lamentations que lui arrache son fils aîné qui s’engouffre avec délectation dans la vie moderne. L’arrivée de Guitele, venue rejoindre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Rousselet, « D’Anvers à Londres. Les villes modernes comme « tiers espaces » d’une assimilation babylonienne chez Esther Kreitman dans Brilyantn »Germanica, 67 | 2020, 133-146.

Référence électronique

Cécile Rousselet, « D’Anvers à Londres. Les villes modernes comme « tiers espaces » d’une assimilation babylonienne chez Esther Kreitman dans Brilyantn »Germanica [En ligne], 67 | 4e trimestre 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/germanica/9916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/germanica.9916

Haut de page

Auteur

Cécile Rousselet

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Alithila
  • Logo Université de Lille
  • Logo Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Logo Université du Littoral Côte d'Opale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search