Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels closN° 13 Printemps 2021 – Genre et c...

N° 13 Printemps 2021 – Genre et comédie : stars, performances, personnages

Date limite d’envoi des propositions d’articles :  31 mai 2020

Coordination du numéro :
Gwénaëlle Le Gras (Bordeaux Montaigne) et Jules Sandeau (Paul Valéry-Montpellier)

Ce numéro abordera la comédie dans une perspective genrée – et plus largement socio-culturelle – en se focalisant sur les acteurs/trices qui se sont illustré.e.s au cinéma et à la télévision dans un registre comique.

  • 1 Voir à ce sujet Ginette Vincendeau, « Brigitte Bardot, ou le « problème » de la comédie au féminin  (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

L’immense popularité de certaines stars comiques contraste avec la rareté des travaux qui leur sont consacrés. Hormis quelques exceptions qui concernent presque toujours des vedettes comiques masculines également (re)connues comme cinéastes et auteurs (Charlie Chaplin, Buster Keaton, Jacques Tati, etc.), elles continuent de susciter un moindre intérêt que leurs homologues privilégiant un registre plus « sérieux », et les performances comiques sont souvent occultées des filmographies d’interprètes rattaché-e-s principalement à d’autres genres1. Ce statut de parent pauvre de la recherche universitaire sur les acteurs/trices, fait écho au peu de reconnaissance critique dont jouissent ces stars qui n’obtiennent que très rarement des récompenses dans le cadre de festivals de cinéma ou de cérémonies comme les Oscars ou les Césars. En mettant à l’honneur ces performances souvent délaissées (notamment en raison de l’association de la comédie au goût populaire et « vulgaire »2), ce numéro veut contribuer à souligner leur richesse et leur complexité, ainsi que l’hétérogénéité des interprètes qui se distinguent dans ce registre traversant cinéma de genre et cinéma d’auteur. En d’autres termes, il s’agira de prendre les stars comiques au sérieux.

  • 3 Éric Macé, « Des ‘minorités visibles’ aux néostéréotypes », Journal des anthropologues, Hors série, (...)
  • 4 Raphaëlle Moine, “Genre, gender et acteurs de seconds rôles : Pauline Carton, Saturnin Fabre et la (...)
  • 5 Gwénaëlle Le Gras, « Bourvil ou le tempo rubato paysan d’immédiat après-guerre », Théorème, Presses (...)
  • 6 Ginette Vincendeau, « Fernandel : de l’innocent du village à « Monsieur tout le monde », Genres et (...)
  • 7 Nelly Quemener,  Le Pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, (...)
  • 8 Kathleen Rowe, The Unruly Woman: Gender and the Genres of Laughter, Austin, University of Texas Pre (...)
  • 9 Mikhaïl Bakhtine, François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance. Pa (...)

Étudier ces acteurs/trices dans une perspective genrée permettra notamment d’éclairer la manière dont leurs performances travaillent les normes dominantes de féminité et de masculinité, ainsi que les nuances entre stéréotypes, contre-stéréotypes et anti-stéréotypes (Macé3). Du fait de sa prédilection pour les personnages de marginaux, d’excentriques ou de « raté.e.s », la comédie semble un genre cinématographique particulièrement propice à la mise en scène d’écarts aux normes de genre. Mais l’humour peut aussi bien contribuer à déstabiliser qu’à réaffirmer ces dernières. À l’intérieur de dispositifs comiques souvent ambivalents, les comédien.ne.s jouent un rôle décisif dans la perturbation et/ou la consolidation de ces normes et des rapports de domination qui leur sont liés. L’articulation des enjeux de genre avec les enjeux de race, d’ethnicité, de classe, de sexualité, de génération, etc. renforce la complexité idéologique des performances comiques, dont l’ambivalence permet des lectures multiples, comme le confirme l’étude de la réception des stars et de leurs performances. Celles-ci se font souvent l’expression de types sociaux et régionaux (cf. Moine4, Le Gras5 ou Vincendeau6) associant fortement identités de genre et identités nationales. Par ailleurs, le registre comique a longtemps été l’apanage des acteurs (format des duos masculins récurrents dans les comédies populaires françaises par exemple), ce qui invite à s’intéresser aux exceptions féminines passées autant qu’à l’émergence plus récente d’un comique féminin, favorisée par un plus grand nombre de réalisatrices et d’humoristes femmes7 notamment. Rares restent en effet les études qui explorent cette tradition comique féminine à la manière de celle de Kathleen Rowe8 sur la figure socialement, sexuellement et parfois physiquement transgressive de la « unruly woman », qui renoue souvent avec la dimension carnavalesque analysée par Bakhtine9.

Genre en séries propose ainsi de rassembler des articles portant sur des acteurs/trices qui traversent ou animent le(s) registre(s) comique(s), dans une variété de périodes historiques et d’espaces nationaux, afin de contribuer à l’analyse socio-culturelle de leur image et de leur jeu dans un numéro à la croisée des star studies et des études actorales. Il s’agira à la fois de revenir sur des stars ayant déjà fait l’objet de travaux importants afin d’explorer plus spécifiquement la dimension genrée de leur persona et de leurs performances, mais également de mettre au centre de l’analyse des acteurs/trices peu étudié.e.s, voire ignoré.e.s. En effet, ce sont principalement des comiques hollywoodiens qui ont jusqu’ici retenu la majeure partie de l’attention, au détriment de stars d’autres industries – par exemple française, indienne, hong-kongaise. D’un point de vue méthodologique, le numéro encourage les contributions articulant analyse de la persona de la star et de son travail expressif, ainsi que celles explorant les effets des circulations transmédiatiques, transnationales ou transgénériques des acteurs/trices de comédie.

Les contributions pourront notamment étudier :

  • La dimension genrée de la persona d’une star de la comédie, en la replaçant dans son contexte socio-historique de production et de réception, en la comparant à celle d’autres stars, en articulant cette analyse à celle d’autres dimensions socio-culturelles de l’image de la star (race, sexualité, classe, etc.).

  • La dimension genrée du travail expressif d’un.e acteur/trice comique : analyse stylistique des performances (gestes, postures, voix, etc.) dans une perspective genrée, étude de l’évolution du jeu d’un.e acteur/rice, de son rapport à certaines traditions actorales de la comédie, de ses performances chantées et dansées dans le cas d’un.e actrice/teur de comédie musicale, etc.

  • La réception d’un.e acteur/trice de comédie dans une perspective genrée (et plus largement socio-culturelle).

  • Les tensions éventuelles entre la construction narrative et esthétique d’un personnage (scénario, dialogues, mise en scène, costumes, etc.) et le sens produit par l’interprétation de l’acteur/trice (le rôle de la persona de la star, de son jeu, etc.).

  • L’usage parodique, second degré ou réflexif de la persona d’une star (la série Dix pour cent, Alain Delon dans Astérix aux Jeux Olympiques)

  • La circulation transmédiatique d’un.e acteur/trice de comédie (cinéma, télévision, théâtre, radio, etc.) et ses effets sur la dimension genrée de son image. (François Morel, Jamel Debbouze)

  • La circulation d’une star entre la comédie et d’autres genres cinématographiques. Quels sont par exemple les enjeux genrés des performances comiques de stars associées à d’autres genres cinématographiques (Greta Garbo avec Ninotchka et Two-Faced Woman, Arnold Schwarzenegger avec Twins, Kindergarten Cop et Junior, une partie du casting du Grand Bain ou Jeanne Moreau avec Le Miraculé, Alec Baldwin, star de cinéma, qui renoue avec le succès en vieillissant dans une série comique 30 Rock, Gwyneth Paltrow dans Glee) ?

  • Les effets de la circulation transnationale d’une star comique sur la dimension genrée de sa persona et de son jeu (par exemple Maurice Chevalier entre l’Europe et les États-Unis, Jackie Chan entre Hong Kong et les États-Unis, etc.), ou la manière dont la dimension genrée de la persona d’une star peut faciliter ou limiter sa circulation transnationale et/ou son succès dans d’autres pays.

Les propositions (composées d’un résumé de 500 mots environ et d’une notice biographique) sont à envoyer aux adresses gwenlegras[at]wanadoo.fr et sandeau.jules[at]gmail.com pour le 31 mai 2020.

Une réponse sera donnée mi-juin et les articles devront être rendus pour le 15 septembre 2020. Ils seront ensuite soumis à une expertise en double aveugle pour une publication du numéro au printemps 2021.

Notes

1 Voir à ce sujet Ginette Vincendeau, « Brigitte Bardot, ou le « problème » de la comédie au féminin », CiNéMAS, vol. 22, n° 2-3, « Genre/Gender », Printemps 2012, p. 13-34.

2 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

3 Éric Macé, « Des ‘minorités visibles’ aux néostéréotypes », Journal des anthropologues, Hors série, 2007, p. 69-87 ; Éric Macé, “Rions des stéréotypes », Poli, n° 2, 2010, p. 17-25.

4 Raphaëlle Moine, “Genre, gender et acteurs de seconds rôles : Pauline Carton, Saturnin Fabre et la comédie populaire des années 1930 », Genres et acteurs du cinéma français 1930-1960, Gwénaëlle Le Gras, Delphine Chedaleux (dir.), presses universitaires de Rennes, 2012, p. 157-171 ; Raphaëlle Moine, « Contemporary French Comedy as Social Laboratory », in A Companion to Contemporary French Cinema, sous la direction d’Alistair Fox, Michel Marie, Raphaëlle Moine, Hilary Radner, Malden (Mass.), Wiley-Blackwell, 2015, p. 233-255 ; Raphaëlle Moine, « Stereotypes of Class, Ethnicity and Gender in Contemporary French Popular Comedy: From Bienvenue chez les Ch'tis (2008) and Intouchables (2011) to Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? (2014) », Studies in French Cinema, vol. 18, n° 1, janvier 2018, p. 36-51.

5 Gwénaëlle Le Gras, « Bourvil ou le tempo rubato paysan d’immédiat après-guerre », Théorème, Presses Sorbonne Nouvelle, tome « Voyez comme on chante ! Films musicaux et cinéphilies populaires en France (1945-1958) », revue n° 20, 2014, p. 67-74 ; Gwénaëlle Le Gras, « Bourvil ou les enjeux socioculturels du comique paysan de l’immédiat après-guerre », Humoresques, tome « Le Rire du pauvre », n° 40, 2014, p. 87-98.

6 Ginette Vincendeau, « Fernandel : de l’innocent du village à « Monsieur tout le monde », Genres et acteurs du cinéma français 1930-1960, Gwénaëlle Le Gras, Delphine Chedaleux (dir.), presses universitaires de Rennes, 2012, p. 133-155.

7 Nelly Quemener,  Le Pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, Paris, Armand Colin, coll. Médiacultures, 2014.

8 Kathleen Rowe, The Unruly Woman: Gender and the Genres of Laughter, Austin, University of Texas Press, 1995.

9 Mikhaïl Bakhtine, François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance. Paris, Gallimard, 1970.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search